voyage au bout de la nuit

these are some works that my high school recommended to us for this year! i decided to type it up for you (:  a lot of them are really great, i bolded my favorites. the perfectionist in me didn’t like my last post (:

novels

littérature étrangère
littérature anglo-saxonne

  • paul auster, la trilogie new-yorkaise 
  • emilie bronte, les hauts de hurlevent
  • john fante, mon chien stupide
  • ernest hemingway, le soleil se lève aussi
  • henry james, le tour d’écrou  
  • edgard allan poe, histoires extraordinaires
  • georges orwell, 1984,
  • d. salinger, l’attrape-cœur 

littérature francaise 

  • emile ajar, la vie devant soi 
  • honoré de balzac, le père goriot 
  • albert camus, la peste, l’etranger, la chute 
  • louis-ferdinand celine, voyage au bout de la nuit 
  • philippe claudel, le rapport brodeck 
  • denis diderot, supplément au voyage de bougainville 
  • jean echenoz, je m’en vais 
  • gustave flaubert, madame bovary
  • andré gide, les faux-monnayeurs 
  • georges perec, les choses 
  • françois rabelais, gargantua, > humanisme 
  • raymond queneau, les fleurs bleues 
  • zazie dans le métro 
  • fred VARGAS, pars vite et reviens tard
  • emile zola, l’assommoir 

theatre 

  • jean anouilh, antigone 
  • beaumarchais, le barbier de séville, le mariage de figaro 
  • samuel beckett, en attendant godot
  • corneille, le cid, l’iIlusion comique 
  • victor hugo, hernani, ruy blas
  • eugene ionesco, la cantatrice chauve, le foi se meurt 
  • frederico garcia lorca, noces de sang
  • jean genet, les bonnes, les paravents 
  • jean giraudoux, electre, 
  • marivaux, le jeu de l’amour et du hasard
  • molière, tartuffe, le misanthrope, dom juan 
  • racine, britannicus, phèdre, dndromaque,
  • shakespeare, roméo et juliette, beaucoup de bruit pour rien, hamlet, le roi lear 
  •  julie jean tardieu, un mot pour un autre 

réecritures of the following works

  • les métamorphoses d’ovide
  • l’odyssée d’ulysse)
  • fables d’esope
  • fables de la fontaine
  • contes de grimm

poetry

  • guillaume apollinaire, alcools
  • louis aragon, les yeux d’elsa 
  • charles baudelaire, les fleurs du mal 
  • blaise cendrars, du monde entier 
  • victor hugo, les contemplations, les châtiments 
  • paul eluard, capitale de la douleur 
  • louise labbe, sonnets 
  • henri michaux, plume, l’espace du dedans 
  • francis ponge, le parti-pris des choses 
  • jacques prevert, paroles, histoires 
  • arthur rimbaud, les illuminations, une saison en enfer 
  • pierre de ronsard, les amours 
  • paul valery, paul verlaine, romances sans paroles 

Les mains sales, je suis la nausée de Sartre. Le cri du Munch. Je suis la folie de Van Gogh, le surréalisme de Dali et le rationnel mutisme de Magritte.
Je suis la liberté de Jackson Pollock l'insaisissable de Frida Kahlo quand Brel pleurait qu'elle était belle.
Je suis l'Étrangère de Camus que tu fuis comme la peste.
Je suis la vie, et comme Céline, je voyage au bout de la nuit.
Je suis la passion frénétique de Rimbaud et de Verlaine, l'instabilité sentimentale épique de Baudelaire.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse.
J'ai cherché à me plaire et je me suis trouvée dans les vers.
J'ai préféré les épines aux roses, et je me suis faite saigner dans la prose.
Avec Vian j'irai cracher sur vos tombes et saluer Châteaubriant qui racontait les mémoires de ses trombes.
Et on tuera tous les affreux lorsque Bukowski arrêtera de boire pour être heureux. Le désanchantement de Nabokov quand Lolita cessera de séduire de jolis vieux.
Je suis l'absente, l'absente qui plane au dessus du Pont Mirabeau d'Apollinaire. Je suis celle qu'Hugo accuse, l'indifférente. Un personnage romanesque de Flaubert.
Car j'ai été et je ne cesse d'être.
Car je suis et c'est déjà assez.

Ecrit le 23/08/2015 à 03:00.

Camille’s Reading List

Rainer Maria Rilke - Letter To A Young Poet
Maggie Nelson - Bluets
Marguerite Duras - L'Amant (The Lover)
Norman Mailer - The Executioner’s Song
Vladimir Nabokov - Speak, Memory
Mikhail Bulgakov - The Master and Margarita
Louis-Ferdinand Céline - Voyage au bout de la nuit (Journey To The End Of The Night)

C'est plus difficile de renoncer à l'amour qu'à la vie. On passe son temps à tuer ou à adorer en ce monde et cela tout ensemble. “Je te hais ! Je t'adore !” On se défend, on s'entretient, on repasse sa vie Au bipède du siècle suivant, avec frénésie, à tout prix, comme si c'était formidablement agréable de se continuer, comme si ça allait nous rendre, au bout du compte, éternels.
—  Céline - Voyage au bout de la nuit - 1932