vient il

Je mets oui à “Ton personnage vient-il du futur pour sauver l’humanité?” Akinator me trouve Jeff. Akinator était dans les 0.3%. Contactez Jeff, il faut qu’il sache qu’il a un fan.

Writing Challenge

So this is the first Hamilton fic I’ve ever written so I apologize in advance for how bad it is. 

Language Barrier

Pairing: Lin Manuel Miranda x Reader

Summery: Lin hits on reader and she pretends not to know English

Warning: None

A/N: So this is the first Hamilton fic I’ve ever written, so I apologize for how terrible this is. Also I don’t know French, so all of this is from Google translate. English translations are in parenthesis. 

You couldn’t ever remember being this stressed. You were sitting at your favorite coffee shop, drinking you third coffee of the day, and attempting to finish your essay that was due that night. When a man just strolled up to your table, tripped over his feet a little and said, “Do you have a Band-Aid? Because I scraped my knee falling for you.”

You didn’t even know what to say or do. You didn’t have time for this. I mean yes he was cute, but you had too much on your plate right now to even think about dealing with him. So you just did the first thing that popped into your head.

“Excusez-moi? Je regrette de ne pas parler anglais.” (Excuse me? I’m sorry I don’t speak English) French wasn’t your first language but you were still pretty decent at it. It was also an easy way to not deal with people when you didn’t want talk. By the look on his face it worked.

“Oh…I-I’m sorry…I don’t understand,” he stuttered out, looking even more flustered, and a slight blush appearing on his cheek. You had to admit he was attractive. He had a little scruff on his face, like he had forgotten to shave for the last couple of days. He had medium length hair that was slightly falling out of his ponytail, due to him messing with it nervously. His eyes were warm and had laugh lines around them. He really did seem sweet, but you shook yourself out of his trance.

“Je suis désolé. Je suis vraiment occupé en ce moment,” you replied to him, a wary smile on your face. You didn’t want to be mean, you just wanted to finish this paper. He smiled back at you. You wished you could just keep looking at his smile. Before you could think anything else to say, he stood up, still smiling at you.

“It was nice talking to you. Perhaps I’ll see you next time I’m here,” and with that he left, leaving you sitting there entirely confused. Why was this guy so confident, he couldn’t understand one word you had said, but somehow he wanted to see you again. You sat there for a minute thinking about him, until you remembered your looming deadline and continued working.

 

________________________

 

It was a couple weeks later when you found yourself back at the coffee shop. You actually had a moment to relax. And that’s all you wanted to do. You had your tea, a good book, and was in the middle of enjoying them when you heard the other chair at your table slide out. You glanced up from your book, and almost dropped your tea when you recognized the man. It was the man from last time, more neatly dressed, hair firmly in a ponytail, but the same warm eyes.

“Bonjour mon nom dans Lin. Qu’est-ce qui est à toi,” (Hello. My name in Lin. What’s yours?) he said easily, sliding into the chair in front of you. There was a smirk on his face that you absolutely loved. His French was shaky but understandable enough that you questioned whether he actually did understand you last time.

“Alors vous parlez français. Tu aurais dű le dire la derničre fois. Désolé, j’ai été si grossier. Mon nom est Y/N,” (So you do speak French. You should have said so last time.Sorry I was so rude. My name is Y/N)  you replied easily, setting your book on the table. As you looked back up at him and noticed that his smile had disappeared. He looked nervous again. He kept looking just past you, then back at you. He started running his fingers through his hair again, forcing some brown locks to fall around his face. He obviously didn’t know what you had said. 

“I don’t know what to say…Y/N was it? I-i don’t really speak French. I just learned some phrases…so that I could talk to you. You’re just so beautiful and I only wanted to ask you to dinner.” His words spilled from his lips. You couldn’t help but blush. This guy, Lin, thought you were beautiful? He learned French for you? You smiled at him, ready to tell him the truth. Before you could say anything another man appeared beside you. He was tall, with a neatly trimmed beard. His curly hair was pulled back, and you noticed the laugh lines that matched up with the slight smirk we wore. “Lafayette, please tell her.” Lin practically begged the man.

“Je suis désolé madame. Mon ami ici est juste très nerveux de vous parler.” (I’m so sorry ma’am. My friend here is just very nervous to talk to you) Lafayette said smoothly to you, motioning towards Lin as he spoke. You were a little shocked to hear such perfect French come from his mouth. You glanced over at Lin, whose face was scrunched up in an attempt to try and understand what his friend had said.

“Pourquoi serait-il nerveux de me parler?” (Why would he be nervous to talk to me?) you asked, looked down at your hands. Lin seemed like a such a sweet guy, and tried so hard just to speak with you. But you were nothing special, why would he go through all this trouble to ask you out?

Lafayette’s smirk turned into a soft smile, like he knew what you were thinking. “Il vient seulement dans cette boutique pour te voir. Il a parlé de vous pendant des semaines avant qu'il ne vienne vous parler. Il veut que je lui enseigne le français juste pour qu'il puisse être avec toi. Pour lui, vous êtes parfaite.” (He only comes to this shop to see you. He talked about you for weeks before he actually came to talk to you. He wants me to teach him French just so he can be with you. To him you are perfect.) You felt the heat of a blush creep up your neck. You looked back Lin, eyes wide in surprise. You were speechless. This adorable man wanted you. Thought you were perfect, and was willing to learn a whole new language for you. You had never had someone try so hard for you, and you hadn’t even gone one one date yet.

“Laf, what did she say? Will she go out with me? Will she even consider me? Laf you have to tell her how beautiful I think she is. That she’s all I can think about, and how I’d do anything just for one date with her,” Lin practically blurted out, pleading with Lafayette. You could tell he was beyond nervous. Most of his hair was falling out of his ponytail at this point. He was on the edge of his seat, and his eyes were begging you to understand what he was trying to say.

Before Lafayette could say anything you did. “Lin. He doesn’t have to tell me. You just did.” Both men went perfectly still. All of a sudden you were nervous. What if Lin was angry that you lied to him. That he put so much work into something that didn’t deserve it.”Lin..”

“Wait…so you spoke English this whole time?” Lin asked, cutting you off. You nodded slowly, looking for any sign of anger. The two men looked at each other, and then burst into a fit of laughter. “That’s so perfect. I can’t wait to tell Jon about this. He’s gonna absolutely love you.” Lin was smiling at you, his eyes becoming warmer as his smile grew. You couldn’t help but smile back him.

“Ok while you two are staring lovingly into each other, I’m going to go back inside and try not to throw up my breakfast.” Lafayette said as he walked away. Lin tried to smack him, while you felt another blush creep onto your face.

Je déteste me laver les mains. Il n’y a rien de pire que d’avoir les mains sèches (et de le sentir, la sensation des paumes sèches m’angoisse plus que les pieds secs plein de sable sec -j’ai mis des années avant ‘être à peu près à l’aise en revenant de la plage, je ne bouge pas les pieds, du tout, et je me jette dans la douche dès que j’arrive parce que ma patience a des limites-)

Le truc c’est que ça me fait passer pour une personne très peu hygiénique mais bon sang, il faudrait que je me trimbale avec un pot de crème (déjà qu’un tube de crème c’est déjà pas mal) pour que j’arrive à survivre une journée entière. 

anonymous asked:

Dupont Aignan il vient de passer à 4.99% dans les résultats incomplets officiels putain ça me ferait hurler

Il est à CA d'être remboursé, on dirait un mec a qui il manque 0,5 point pour avoir son bac pinaise.

Nous aurions pu être des violeurs

École primaire - Je suis amoureuse du nouvel élève. Je le dis à ma meilleure amie. Elle lui dit. Il vient me voir à la récré, prend ma main, et me tord le doigt.

Il suppose qu'il ne peut pas parler à une fille comme il parle à un garçon. C'est ce que disent les contes et les dessins-animés. Personne ne lui explique le contraire.



Collège - Des garçons s'amusent à attraper des filles dans le couloir pour leur toucher les seins. J'ai encore un corps d'enfant, je ne fais pas partie des victimes. Mais je suis déléguée et je ressens un besoin de faire quelque chose. Chez moi, je fais un collage avec des images de poitrines découpées dans les pages lingerie de LaRedoute, et je balance mon œuvre dans les vestiaires des garçons pendant le cours de sport.

Je suppose que les garçons ont des envies de sexe qu'ils doivent nourrir d'une façon ou d'une autre. C'est ce que disent les séries télé et les magazines pour adolescentes. Personne ne m'explique le contraire.



Collège - On a droit à un cours d'éducation sexuelle de 20 min. Je sais maintenant où trouver des préservatifs et j'ai l'adresse du planning familial sur une brochure, au cas où j'ai besoin d'avorter. Je ne connais toujours pas le mot « consentement ».



Lycée – Je suis intéressée par un garçon de ma classe. Je voudrais qu'on soit amis. Il me propose une sortie au parc. Il se met à me caresser les bras et le dos. Il m'embrasse. Je suis mal à l'aise, j'ai la tête qui tourne.

Je suppose que c'est de ma faute, qu'accepter un rendez-vous à deux implique ce genre de chose, et qu'il ne voudra pas de moi comme amie si je refuse maintenant. C'est ce que disent les séries télé, les magazines féminins, les films, les jeunes de mon âge. Personne ne m'explique le contraire.

Ça n'ira jamais plus loin avec ce garçon. Il rompt car « je suis trop bien pour qu'il me fasse ça ». Je suis dévastée, j'étais pourtant prête à coucher avec lui pour être normale, puisque c'est normal, puisque c'est ce que disent les magazines, puisque personne ne m'a expliqué le contraire. Je ne connais toujours pas le mot « consentement ».



Fin du lycée – Je commence ma relation avec l'homme formidable qui partage encore ma vie aujourd'hui. Après quelques mois, j'ai envie de faire l'amour pour la première fois. Je me déshabille l'air de rien pendant un câlin. Il est mal à l'aise, mais je continue. Il finit par entrer dans le jeu.

Je suppose qu'un garçon a forcément envie de faire l'amour, qu'il est trop timide et que je dois prendre les choses en main. C'est ce que disent les magazines, les séries télé, les films, internet, les jeunes de mon âge. Personne ne m'explique le contraire.



À chaque rapport, j'ai mal pendant les premiers va-et-vient, et puis ça passe. À chaque fois il me demande si ça va, me propose d'arrêter, mais je veux continuer.

Je suppose que c'est normal d'avoir mal. C'est ce que disent les magazines féminins, les films, la télé, et ma mère infirmière. Personne ne m'explique le contraire.



On n'a pas toujours envie en même temps. Parfois l'un se force un peu, pour faire plaisir à l'autre. Ça devient un jeu, un défi : « ok, donne-moi envie ». Parce qu'on s'aime. On suppose que c'est normal, qu'on doit faire l'amour au moins toutes les semaines, à 20 ans. C'est ce que disent les magazines, la télé, les jeunes de notre âge. Personne ne m'explique le contraire…

Il veut me caresser le matin quand je somnole encore. Je lui dis que ça me dérange. Il comprend et ne le fait plus. On commence à parler sérieusement.



Fac - On commence à ne plus trouver tout ça normal. On commence à entendre le contraire. Grâce à une professeure de littérature américaine, je m'éveille au féminisme. On en parle à deux, beaucoup. On lit Virginie Despentes. On lit Causette. On découvre des initiatives comme la vôtre. On apprend le mot « consentement ».



Aujourd'hui – On a moins de 25 ans. On n'a pas fait l'amour depuis 6 mois et on s'en moque. On se respecte. On s'attend. On a mis des mots sur nos erreurs et on s'est pardonné, à l'autre et à nous-mêmes, de notre ignorance.

On continue de parler de féminisme. À deux. À plus que deux. À nos amis. À nos familles. À ma jeune sœur qui a 11 ans. Je tiens à lui expliquer le contraire.

Je tiens à expliquer ce qu'est le consentement. Que non, ce n'est pas normal d'avoir mal la(les) première(s) fois. Qu'il faut prendre son temps, s'écouter. Ne jamais le faire « pour faire plaisir », « parce qu'on n'est pas des vieux », « pour le garder », « parce que c'est normal ». Le faire parce qu'on a envie. Et uniquement si on a envie.



Nous aurions pu être des violeurs. Parce que c'est un peu ce que disaient les contes, les dessins-animés, les magazines féminins, la télé, internet, les jeunes de notre âge, nos parents. Mais surtout parce que personne ne nous a expliqué le contraire.



The Immediate Future and Past in French (Futur Proche et Passé Récent)

Immediate Future/Futur Proche:

In French, the immediate future can be used to say that you’re going to do something. It’s used with the verb “aller”(to go) in the present tense then followed by the verb in the infinitive (un-conjugated form).

Je vais                          nous allons

Tu vas                           vous allez

Il/elle/on va                   ils/elles vont

e.g. Est-ce que tu vas aller à Paris demain? - Are you going to go to Paris tomorrow?

e.g. Combien des vêtements vas-tu acheter? - How many clothes are you going to buy?

e.g. Je vais acheter 5 livres à la librairie aujourd’hui. - I’m going to buy 5 books at the bookstore today.

In the negative, the negatives are placed around the conjugated verb:

e.g. Ils ne vont pas m’aider! - They’re not going to help me!

e.g. On ne va pas aller chez Hannah. - We’re not going to go to Hannah’s house/place.


Immediate Past/Passé Récent:

The immediate past works in the same way that the immediate future does. Although rather than using “aller” you’ll use “venir”(to come) in the present tense and “de”. It means that something has just happened:

e.g. Je viens d’acheter ce livre! - I just bought this book!

Je viens                     Nous venons

Tu viens                     Vous venez

Il/elle/on vient            ils/elles viennent


e.g. Nous, on vient d’arriver à Paris aujourd’hui. - We just arrived in Paris today.

e.g. Non, merci,  Je viens de manger. - No thank you, I just ate.

e.g. Désolé, elles viennent de partir. - Sorry, they just left.


If there’s anything anyone wants to add to this then feel free! Learning languages is a fun process and since I’m taking French, all I can really think about are the convenient grammar structures I used to avoid using the past or future tense when I was younger.

Il était tout ce qu'il y a de plus intrigant, à en devenir agaçant. Et pourtant, moi, il me fascinait. J'avais envie de creuser plus loin, de croire en une once d'amour bien cachée. Il me repoussait, m'ignorait, me rabaissait, et pourtant, c'est que qui le rendait si attirant. Beaucoup trop d'ailleurs, beaucoup trop dangereusement. J'avais plus qu'une envie, qu'il daigne, par un quelconque miracle, s'intéresser à moi. Et c'est ce qu'il a fait le connard, sournoisement, sans jamais oublier la fin de l'histoire qu'il avait lui même choisi. De toute façon, il l'a reproduisait sans cesse. Il vient trouver ce qu'il cherche, puis il disparaît dans un silence de plomb. Il était doué à ce jeu, soufflant alternativement mépris et attention, ignorance et caresse. À s'en tordre le cœur. Et le plus fou, c'est que ça a fonctionné, il s'était rendu indispensable, comme une drogue notoire. J'en étais devenue accro.

Alors non, je vous conseille pas d'être des salauds, mais sachez que ça marche, ça marche toujours. Je vous conseille pas de torturer les femmes. Même si crois qu'on est déjà timbré de préférer les connards à ceux qui seraient capables de nous décrocher le ciel. J'espère juste que vous trouverez un autre moyen pour gagner un aller simple vers leur cœur, ou un autre moyen pour chasser vos démons.

—  vagalame

Mon fils à donc eu 14 en math (ça vous le savez), il vient d’être contacté par l’école de ses rêves et son dossier a été accepté, il peut aller à l’entretien. Et croyez moi c’était pas gagné vu son dossier !

J’attend la réponse pour mon travail et si c’est non, ce n’est pas grave, j’ai été contactée pour un autre entretien demain dans un autre boite très bien aussi. 

Mon weekend en bonne compagnie m’a redonné confiance (un peu) en moi,

J’ai fait mon ménage à fond aujourd’hui et ma maison sent bon.

Il fait grand soleil.

C’est bien trop de bonnes nouvelles d’un seul coup, je ne sais pas si je peux encaisser ! La roue tourne vraiment alors ?

No one will ever be a Hugo Fan quite like Gautier was a Hugo Fan oh my g–

C’est dans l’atelier de Rioult qu’il a la révélation du génie poétique et de sa vocation :

De cette circonstance d’un tableau regardé, d’un livre lu, d’un morceau de musique entendu par hasard (il vient d’avoir la révélation de Verdi en écoutant Nabucco) peut dépendre le sort d’une vie entière ; nous qui sommes journaliste (nous n’osons plus dire poète), nous aurions probablement été peintre sans un volume de Victor Hugo qui nous tomba dans les mains à l’atelier : c’était les Orientales ! L’effet que nous produisit ce livre étincelant ne peut se rendre. A dater de ce moment, l’illustre maître a eu dans notre existence une part plus grande que nos compagnons les plus chers ; nous lui devons les émotions les plus vives que nous ayons éprouvées ; c’est une si douce chose d’admirer, de se sentir pénétré par une pensée mystérieuse, d’être humble fleur qui contient le nectar, de voir se réaliser d’une manière éclatante ce qu’on rêvait confusément (25).

Le 14 avril 1930, fin de l’aventure pour Vladimir Maïakovski, il vient de se tirer une balle en plein cœur. Poète, dramaturge, acteur, théoricien, peintre, affichiste et scénariste, Maïakovski est né à Bagdadi (Géorgie) en 1893. Issu d’une famille modeste, il s’installe à Moscou en 1906, après la mort de son père. Il adhère au Parti social démocrate (bolchévique) à 15 ans et participe aux manifestations révolutionnaires de 1905. Arrêté trois fois pour conspiration, il s’initie à la poésie alors qu’il est emprisonné à Boutyrskaïa en 1909. Il devient rapidement un maiakovskydes meneurs du mouvement futuriste après sa rencontre avec le poète et peintre David Bourliouk qu’il a connu en 1911 et qui lui a mis « le pied à l’étrier ». Tout en exploitant cette nouvelle poésie, il atteint des sommets de lyrisme dans La Flûte en colonne vertébrale ou dans son Nuage en pantalon (1914), véritable manifeste du futurisme, qui est le fruit de sa relation troublée avec Lili Brik qu’il a rencontrée en 1910 alors qu’il entretient une relation avec sa jeune sœur qui elle, deviendra célèbre, Elsa Triolet. Comme disait Jabiru dans son blog « c’était en quelque sorte le beauf d’Aragon ». Voici, ci dessus, une photo de Maïakovski en compagnie de Lili Brik, revue et corrigée par la censure soviétique… Il lui écrira et lui dédiera sa vie durant ses plus belles poésies. Lili est déjà mariée avec Ossip Brik qui devient l’ami et l’éditeur du poète. Un ménage complice à trois s’instaure. Avec Serge Tretiakov ils fondent le journal LEF qui influencera toute une génération d’écrivains.

De retour à Moscou et après la révolution d’Octobre de 1917, qu’il accueille d’abord favorablement, il utilise, sincèrement, son talent au service du pouvoir politique, notamment dans le poème « Lénine » mais il se heurte rapidement au conformisme des critiques et du Parti. Il sillonne pourtant l’Europe en ambassadeur et visite Londres et Paris. Partout on écoute ce géant à la voix de stentor célébrer la révolution dont il est le chantre. Il se met au service de l’agence télégraphique russe et conçoit les images et les textes des posters satiriques vladimirAgitprop. Après une série de ruptures et de réconciliations, il se sépare définitivement de Lili en 1924. Il part pour une tournée de conférences à New York et il y rencontre Elly Jones, une jeune émigrée russe et de leur passion brève, trois mois, naît une fille Patricia Jones Thompson. Le 14 avril 1930 à 10 h 15, le poète harassé, qui par défi jouait aussi à la roulette russe, se tire une balle dans le cœur. Le dernier acte de la vie de Maïakovski s’est déroulé à Moscou, au numéro 3 du Loubianskyi Prospekt, appartement 12. La thèse du suicide semble évidente. Le poète qui exhortait la jeunesse à vivre, à la mort terrible d’Essenine, est lui aussi « reparti vers les étoiles ». On trouvera ce mot : « Maman, mes sœurs, mes amis pardonnez-moi – ce n’est pas la voie ( je ne la recommande à personne ) mais il n’y a pas d’autre chemin possible pour moi. Lily aime-moi ! ». Staline ordonne des funérailles nationales pour celui qu’il qualifiera plus tard de « poète de la Révolution ». «Ils l’ont tué une seconde fois» dira Pasternak.

j'vous jure c'est insupportable avec mes parents, surtout mon père, il arrête pas de me rabaisser genre ce soir j'ai fait à manger, j'ai mis la table et tout genre tout était bien, et là on reçoit le bulletin de ma petite sœur et elle a une super bonne moyenne et du coup pour rire j'dis j'vais prendre mon bulletin de 3ème et comparer, et mon père me sort non mais tu fais plus le poids là, alors forcément ça me blesse du coup je vais ranger mon bulletin et il me dit pourquoi tu ranges,j'ai rien dit, de toute façon tu prends tout mal, elle a juste des meilleures notes que toi faut être réaliste, mais putain il a pas le droit de m'attaquer sur ça, j'me suis tellement donnée pour avoir des bonnes notes, être forte à l'école c'était un peu mon moyen pour avoir un petit peu confiance en moi et il vient tout démolir encore une fois, j'ai fait une putain de crise d'angoisse et eux ils ont tranquillement continué à manger, j'ai tellement l'impression de servir à rien, de pas compter pour eux, et puis ma sœur est tellement mieux que moi putain, elle est plus jolie, plus intelligente, plus marrante, plus sociable, elle joue mieux du piano, les gens la préfèrent toujours, et j'dis pas ça par jalousie parce que j'suis sincèrement fière d'elle mais j'suis juste le brouillon avant la perfection quoi, et ça fait mal parce que putain pourquoi j'existe, à quoi je sers, elle est tellement plus douee que moi dans tous les domaines… les résultats scolaires c'était mon moyen de les rendre fiers, mon moyen d'avoir une toute petite estime de moi, et même ça il me le détruit…
j'vous jure j'suis trop mal, j'sais plus quoi faire

“Je suis assez contente que les autres pensent qu'il est cynique, comme ça j'ai le côté privé pour moi. J'ai un chien qui mord tout le monde, sauf moi. ça c'est agréable, j'aime pas les chiens qui lèchent la main de n'importe qui. J'aime que les autres disent : "vous avez un chien affreux!” et puis il vient vers moi et il est tout doux. Voilà, c'est unique.“

Jane Birkin 

Pour l’heure, il regarde cette femme comme il n’a jamais regardé personne. Ou alors, il était quelqu’un d’autre et il ne s’en souvient plus. Il lui semble qu’avec elle le monde recommence et qu’il vient de naître. Un arbre dans le soleil, qui attend d’avoir toutes ses feuilles pour parler. Toutes.

Guy Goffette, Elle, par bonheur, et toujours nue

Ph. Gregor Servais

10

Câu Chuyện - Story - FK & XDK - april 2017 - CC+0 - Vietnam - Creation of ten drawings - Ink on paper - Format 75x55

Câu Chuyện - Histoire - Story 1/10

Một ngày có hai mươi năm tiếng. / Un jour a 25 heures. / One day is twenty five hours.

Câu Chuyện - Histoire - Story 2/10

Chúng ta đi lên núi không? / Voulez vous venir à la montagne? / Want to come to the mountain?

Tai sao bạn không đến? / Pourquoi ne vient-il pas? / Why do not he come?

Câu Chuyện - Histoire - Story 3/10

Buông tha tôi ra? / Laisse moi tranquille! / Leave me alone!

Bạn có thấy núi ở đó không? / As-tu vu la montagne? / Do you see the mountain there?

Cút đi! / Dégage! / Get out!

Câu Chuyện - Histoire - Story 4/10

Do an haï! / Espèce de parasite! / Species of parasite!

Mèo / Chat / Cat

Cái này đẹp như cái kia. / Ceci est aussi beau que cela. / This is beautiful like that.

Câu Chuyện - Histoire - Story 5/10

Đi đi! / Va t’en! / Go away!

Không uống được! / Interdit d’avaler! / Forbidden to swallow!

Ở đây có nguy hiểm không? / Est-ce que ç'est dangereux ici? / Is it dangerous here?

Chúc thượng lộ bình an! / Bon voyage! / Have a nice trip!

Lối đi nào là thú vị nhất? / Quel est le chemin le plus intéressant? / What is the most interesting way?

Tôi cảm thấy là! / Je me sens bizarre! / I feel weird!

Câu Chuyện - Histoire - Story 6/10

Bạn đã gặp ai? / Qui avez vous rencontré? / Who did you meet?

Bạn đã dừng khi nào? / Quand avez-vous arreté? / When did you stop?

Bạn đã đến từ đâu? / D'où êtes-vous venus? / Where did you come from?

Ban dã giúp đở ai? / Qui as-tu aidé? / Who did you help?

Bạn hiểu mọi người không?? / Est-ce que vous comprenez les gens? / Do you understand people?

Câu Chuyện - Histoire - Story 7/10

Đó là loài động vật gì? / Quel est cet animal? / What is this animal?

Nó có phải độc không? / Est-ce une espèce venimeuse? / Is it a venomous species?

Bạn có vấn đề gì? / Quel est le problème? / What is the problem?

Câu Chuyện - Histoire - Story 8/10

Bị sợ / Avoir faim. / To fear.

Lần sau hãy đến đúng giờ nhé! / Sois plus ponctuel là prochaine fois! / Be more punctual next time!

Mùa đông lạnh / L’hiver est froid / Winter is cold

Bị Khát. / Avoir soif. / To be thirsty.

Tối và sáng. / Sombre et clair. / Dark and light.

Bị đói. / Avoir faim. / To be hungry.

Câu Chuyện - Histoire - Story 9/10

Tôi bị kết tội gì? / De quoi suis je accusé? / What am I accused of?

Bạn đã bị như thế này bao giờ chưa? / Cela vous est-il déjà arrivé? / Has this happened to you?

Bạn tới muộn! / Tu viens trop tard! / You are late!

Bạn bị đau như thế này bao lâu rồi? / Depuis combien de temps êtes-vous ainsi? / How long have you been so?

Câu Chuyện - Histoire - Story 10/10

Bạn đã nhìn thấy ai? / Qui avez-vous vu? / Who did you see?

Tôi muốn ngủ! / Je veux dormir! / I want to sleep!

Các bạn muốn gì? / Que voulez-vous? / What do you want?

đừng có cười to quá! / Ne riez pas si fort! / Do not laugh too loudly!

Nếu anh mình cười nó sẽ bớt căng thẳng. / Ça aide d'avoir le sens de l'humour. / It helps to have a sense of humor.

“Draxler ist der beste Neuzugang seit Jahren”

Marco Verratti, Spieler von Paris Saint-Germain

“Er ist einer der besten Neuzugänge, den Paris Saint-Germain in den letzten vier Jahren geholt hat. Es lässt alles ganz einfach aussehen. Er hat sofort eingeschlagen, nachdem er zu uns gekommen ist. Bei uns ist er glücklich, er mag die Stadt sehr. Manchmal bekomme ich von ihm eine Text-Nachricht mit einem Foto vom Eiffelturm, das er von seiner Terrasse aus aufgenommen hat. Deshalb hat er sich für PSG entschieden, obwohl er auch Angebote aus England hatte. Aber man müsste auch verrückt sein, wenn man Paris als Stadt nicht gut findet, oder?”

« C’est un des meilleurs recrutements du PSG sur les quatre dernières années. Il fait comme si tout était facile. Il a eu un impact sur l’équipe alors qu’il vient d’arriver. Il est très heureux ici, il adore la ville. Parfois, je suis chez moi et il m’envoie un texto avec la photo de la Tour Eiffel prise de sa terrasse. C’est aussi pour ça qu’il a signé à Paris alors qu’il avait des offres d’Angleterre. En même temps, il faut être fou pour ne pas aimer Paris non ? »

Je sais qu'il ne m'a pas oublié,
Parce qu'il vient me rejoindre, une ou deux fois par mois, dans mes rêves…

               —                Dai Wangshu            

Ph. AJ Moksha