vge*

••••••••••••••••• QUI A DIT : « Vous ne verrez jamais dans votre vie un homme d'État de cette stature. » •••••••••••••••••

RÉPONSE :
Celui qui s'est adressé, le 14 novembre 2012, en ces termes [en parlant de lui-même] à un parterre de lycéens européens réunis à la Mutualité, c'est Valéry Giscard d'Estaing. Celui qui voyait la France au fond des yeux !

D'AILLEURS QUELQUE PART JE CROIS QU'IL AVAIT RAISON CAR :

Il est parti il y a 35 ans et pourtant depuis son départ de l’Élysée, Giscard coûte 2,5 millions d’euros par an à l’État !

••••••••••••••••••••• Nos rois se portent bien merci ! •••••••••••••••••••••

Continuons à être des couillons de services et corvéables pour ces seigneurs qui nous gouvernent !

Valéry Giscard d’Estaing, 90 printemps (le 2.02.2016) est membre, de droit, du Conseil Constitutionnel. L’ancien président de la République (de 1974 à 1981) continue de percevoir, à ce titre, une dotation mensuelle de 6 000 euros brut et de jouir d’un appartement de fonction, d’une voiture avec deux chauffeurs et de sept collaborateurs permanents. Mis bout à bout, ces « privilèges » coûtent à l’État environ 2,5 millions d’euros par an.

René Dosière, député PS et chevalier blanc des dépenses publiques rappelle que ces dispositions sont l’œuvre de l’ancien Premier ministre et aujourd’hui ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, rédacteur d’une lettre datant du 8 janvier 1985, « fixant de manière permanente le statut dans la nation des anciens présidents de la République ».

Pour Dosière, « l’idée de cette lettre, c’était de montrer que l’État lui devait quelque chose eu égard aux services qu’il a rendus à son pays. Ce n’est quand même pas un individu ordinaire. »

Plus de 6 millions d’euros par an pour nos 3 anciens Présidents !

Le député de l’Aisne estime tout de même, dans les colonnes du Parisien, qu’« il faudrait un vrai débat à l’Assemblée pour établir de nouvelles règles (s’il reste actif politiquement, s’il a un travail rémunéré) et fixer une limite dans le temps. »
En effet à ces 2,5 millions d’euros alloués à VGE, il faut additionner les 2,2 millions d’euros pour Nicolas Sarkozy et les 1,5 million d’euros de Jacques Chirac.

Ce qui fait tout même la bagatelle de 6,2 millions d’euros pour nos 3 anciens président de la République.

(Réf. : http://www.leparisien.fr/politique/a-90-ans-giscard-encore-courtise-02-02-2016-5507411.php)


Voir la vidéo de René Dosière sur ce sujet de l'opacité républicaine : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1313946-video-sarkozy-chirac-et-giscard-coutent-cher-a-l-etat-un-dispositif-opaque-a-reformer.html


••••••••••••••••••••••• Remarque et pétition à signer ••••••••••••••••••••••• 


Si les anciens Présidents déclarent effrontément devant les médias, qu'ils sont redevenus de simples citoyens comme les autres, alors il faut que cela soit réellement effectif dans la réalité là aussi pour éviter que les Français soient une fois de plus pris pour des « cons » :

La pétition à signer ci-après… Pour en finir avec les privilèges de nos anciens présidents :
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Pour_en_finir_avec_les_privileges_de_nos_anciens_presidents/?pv=23

Voilà mes chers concitoyens !
Vous avez pu avoir un aperçu de la France au fond des yeux !
Je vous remercie de m'avoir lu…

Lire aussi une lettre ouverte de 2015 :
http://entreprendrepourlafrance.fr/nos-actualités/mar-19052015-1354-lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-le-19-mai-2015

Note : Le grand prix hors compétition du jury de la modestie 2012 avait à cette occasion été décerné à notre roi des rois national : L'empereur VGE !


————–


Additif optionnel : Pour la comparaison, on dira que ces Seigneurs se sont octroyé un revenu de base inconditionnel à vie ou Datation Inconditionnelle d'autonomie, avec pas mal d'avance sur ce que le citoyens essaie de mettre en place actuellement dans ce pays pour changer leur misère quotidienne. On sait déjà que ce futur revenu de vie ne sera pas au même niveau que ceux de ces seigneurs qui ont couillonnés le peuple pendant des décennies !
Le site français du Revenu de Base Inconditionnel : http://revenudebase.info
La Dotation Inconditionnelle d’Autonomie : http://www.projet-decroissance.net
Mais ce qu'il faudrait en plus pour que cela change, c'est que l'on instaure un Revenu Maximum (sur une base de 1 à 4)  pour tous afin de retrouver une certaine cohésion sociale dans ce pays… [Réf. : Source : http://pierre.souchier.free.fr/europeennes2014/index.html et aussi :  “Le chômage, c'est fini ! Vive le bonheur national brut (BNB)”
http://pierre.souchier.free.fr/revoltons_nous/page.revoltons-nous.25.html]


————–






Le plus grand traître de l'histoire de France nous coûte 2,5 millions d'euros par an !

Le 29 avril 1976, le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d'Estaing et son premier ministre Jacques Chirac (droite “française”) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Regroupement_familial

Selon RTL, Valéry Giscard d'Estaing coûte 2,5 millions d'euros par an à l'État.

Anicia, le terroir contemporain de François Gagnaire
C'EST NOUVEAU - Après passage dans un hôtel des beaux quartiers, François Gagnaire trouve enfin, dans ce bistrot, l'adresse parisienne idoine à révéler son idée d'un terroir auvergnat contemporain. Un vrai talent soutenu pas un solide «savoir travailler».

Prix: menus à 29 et 35 €. Env. 50-60 € à la carte. Macédoine truffée, œuf bio, artichaut vinaigrette: un jardin en hiver. Dos de sandre, matelote de Basalte, riz venere: revanche d'un poisson d'eau douce. Tarte soufflée à la verveine verte du Velay: petit bijou de rusticité.

Avec qui? Moins VGE qu'une jolie du Velay.

Bonne table: la 9.

Service: un peu revêche.

Anicia. 97, rue du Cherche-Midi (VIe). Tél.: 01 43 35 41 50. Tlj sf dim. et lun. Métro: Saint-Placide.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Toutes les nouvelles tables testées par Emmanuel Rubin 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

anonymous asked:

το γαματο της σημερινης μερας; καθομουν στη σχολη με εναν φιλο μου και μια φιλη μου και ο φιλος μου λεει σε εκεινη (επειδη κραταγε το κινητο και ηταν tumblr) "για ψαξε μια σαλτο.." και τον διακοπτω και του λεω "ξερεις τη σαλτο;;" και μου λεει "φιλη μου ειναι" και του κανω "οντως;; τη σαλτο 07;" και ειχα σκαλωσει γιατι εγω σε ξερω καιρο απο ταμπλερ κτλπ :ρ και μου λεει "θες να στη γνωρισω και απο κοντα;" και γελαγα :p

Hahahahah poios einai autos pou me kserei?? Vges apo anon esu :p

Les abonnements presse de VGE font grincer des dents
Près de 35 ans après son départ de l'Élysée, l'ancien chef d'État de 90 ans coûte encore 2,5 millions d'euros par an aux contribuables.

Dans la famille des anciens présidents, Valéry Giscard d'Estaing apparaît comme le champion des privilèges. Selon une enquête de Mediapart, l'ex-chef d'État est celui qui coûte le plus cher aux Français : environ 2,5 millions d'euros par an, devant Nicolas Sarkozy et ses 2,2 millions ou encore Jacques Chirac (1,5 million).

Mais ce n'est pas tout. Dans le lot de ses innombrables privilèges, l'un d'entre eux fait sursauter. Pour ses achats de journaux, l'ancien président de 90 ans touche quelque 10 571 euros par an. Si VGE se fait payer ses abonnements presse par l'État, ce n'est pourtant pas le cas de Nicolas Sarkozy qui, à en croire le site d'informations, ne les facture pas aux contribuables.

Un salaire de 6 000 euros mensuels

Mais les privilèges de VGE ne s'arrêtent pas là. La somme colossale de plus de 10 000 euros s'ajoute à d'autres avantages, tout aussi surprenants. Car si l'État prend en charge la lecture de l'ancien chef d'État, il paye également ses frais en carburant. Une dépense qui lui coûte quelque 5 000 euros par mois.

Outre ces avantages, Valéry Giscard d'Estaing touche également 6 000 euros mensuels au titre de son statut d'ancien président de la République. Près de 35 ans après son départ de l'Élysée, il continue aussi d'occuper ses bureaux du boulevard Saint-Germain, loués pour 276 683 euros par an. Mais si VGE mène grand train aux frais de l'État, il n'est pas le seul. Nicolas Sarkozy ne facture pas ses journaux, mais profite de 26 lignes téléphoniques payées par les contribuables.



Retrouvez cet article sur LePoint.fr

Quel bilan pour Laurent Fabius après quatre ans au Quai d'Orsay ?
Hollande va nommer Fabius président du Conseil constitutionnel
Déchéance de nationalité : Macron, la grenade dégoupillée de Hollande
Primaire ou pas ? La question met le feu à gauche
Recevez la newsletter Le Point.fr
Ce très cher Valery Giscard d’Estaing
Pour appuyer une étude de René Dosière sur le coût des anciens présidents de la République, Mediapart dévoile de nouveaux chiffres et étend l’analyse aux ex-Premier ministre. 

Dans le film Point Break extrêmes limites, sorti en 1991, un gang de voleurs braquaient des banques et se cachaient le visage derrière des masques d’anciens présidents américains. En France, dans la vie réelle, nos anciens dirigeants avancent sans masque et ne sont pas loin de réaliser chaque année le casse du siècle. D’après une évaluation du député René Dosière, et approfondie depuis par Mediapart, Valery Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy coûtent très cher à la République française.

Privilège de l’âge, VGE est celui qui décroche la palme puisqu’il grève tout les ans le budget du pays de 2,5 millions d’euros. Depuis son départ de l’Elysée en 1981, il a coûté près de 85 millions d’euros. Ces dépenses, décidées par une simple lettre de Laurent Fabius alors Premier ministre, couvrent un appartement de fonction meublé avec deux employés qui y sont attachés, deux policiers pour leur protection rapprochée, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents. Un rapport du Sénat a révélé que quinze gendarmes étaient mobilisés en 2010 pour surveiller la résidence que Valery Giscard d’Estaing possède à Authon. A noter qu’à côté de ces 2,5 millions d’euros, qui couvrent aussi des bureaux boulevard Saint-Germain, des abonnements à la presse et les frais d’essence, il perçoit comme tous les anciens présidents 6000 euros par mois auxquels s’ajoutent pour lui ses 12 000 euros de membre du Conseil Constitutionnel.

Bien évidemment, le prédecesseur de François Mitterrand n’est pas le seul privilégié. Les autres anciens chefs d’Etat encore en vie, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, sont eux aussi extrêmement bien lotis.

Nicolas Sarkozy arrive en deuxième position avec un coût de 2,2 millions d’euros par an. Si lui paye ses abonnements à divers journaux et magazine, (…)

Lire la suite sur gala.fr

Ce très cher Valery Giscard d’Estaing
Arielle Dombasle dévoile son Secret….
Kristina Pimenova, plus jolie petite fille du monde
Alaska: Astrid Bergès-Frisbey dans une love story indé
Rachel McAdams, Lolita malgré elle
VGE, le champion des privilèges accordés aux anciens présidents !
VIDÉO. Valéry Giscard d'Estaing, président de 1974 à 1981, coûte à la République la bagatelle de 2,5 millions d'euros par an, juste devant Nicolas Sarkozy (2,2).


VGE n'est pas le président qui est resté le plus longtemps à l'Élysée. Mais il est celui qui coûte le plus cher aux Français ! En effet, tous les ans, l'État débourse près de 2,5 millions d'euros au successeur de Georges Pompidou, qui fête ses 90 ans ce mardi 2 février, annonce Le Parisien.fr. À titre de comparaison, Jacques Chrirac, qui a dirigé l'Élysée cinq années de plus que VGE – de 1995 à 2007 –, coûte 1,5 million d'euros. Nicolas Sarkozy, quant à lui, président de 2007 à 2012, s'intercale entre les deux avec 2,2 millions d'euros par an versés par la France.

Si les anciens présidents de la République bénéficient de telles retraites dorées, c'est en vertu d'une décision prise par Laurent Fabius le 8 janvier 1985. Il était alors le Premier ministre de François Mitterrand et avait engagé l'État à mettre à disposition des anciens présidents un appartement de fonction ainsi que bien d'autres privilèges : une dotation mensuelle de 6 000 euros brut, un appartement de fonction, une voiture avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents. Ce texte, qui fait office de référence depuis 1985, n'a jamais été retouché et s'avère particulièrement vague, ne précisant notamment ni plafond ni limite de temps… Et ce, aux frais du contribuable, évidemment !

“L'idée de cette lettre, c'était de montrer que l'État devait quelque chose aux anciens présidents eu égard aux services qu'ils ont rendus à leur pays. Ce ne sont quand même pas des individus ordinaires”, souligne René Dosière, député socialiste cité par Le Parisien.fr. Pour autant, ce spécialiste du train de vie de l'État ne s'oppose pas à une modernisation du texte : “Il faudrait un vrai débat à (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

Coignard - Taubira, démission pour cause de promotion
« Nos régions ne pourront jamais détenir l'exclusivité du pouvoir économique »
Cuba, Iran : François Hollande reçoit les anciens "infréquentables”
Agriculteurs en colère : une mobilisation nationale
Recevez la newsletter Le Point.fr
Ce très cher Valery Giscard d’Estaing
Pour appuyer une étude de René Dosière sur le coût des anciens présidents de la République, Mediapart dévoile de nouveaux chiffres et étend l’analyse aux ex-Premier ministre. 

Dans le film Point Break extrêmes limites, sorti en 1991, un gang de voleurs braquaient des banques et se cachaient le visage derrière des masques d’anciens présidents américains. En France, dans la vie réelle, nos anciens dirigeants avancent sans masque et ne sont pas loin de réaliser chaque année le casse du siècle. D’après une évaluation du député René Dosière, et approfondie depuis par Mediapart, Valery Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy coûtent très cher à la République française.

Privilège de l’âge, VGE est celui qui décroche la palme puisqu’il grève tout les ans le budget du pays de 2,5 millions d’euros. Depuis son départ de l’Elysée en 1981, il a coûté près de 85 millions d’euros. Ces dépenses, décidées par une simple lettre de Laurent Fabius alors Premier ministre, couvrent un appartement de fonction meublé avec deux employés qui y sont attachés, deux policiers pour leur protection rapprochée, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents. Un rapport du Sénat a révélé que quinze gendarmes étaient mobilisés en 2010 pour surveiller la résidence que Valery Giscard d’Estaing possède à Authon. A noter qu’à côté de ces 2,5 millions d’euros, qui couvrent aussi des bureaux boulevard Saint-Germain, des abonnements à la presse et les frais d’essence, il perçoit comme tous les anciens présidents 6000 euros par mois auxquels s’ajoutent pour lui ses 12 000 euros de membre du Conseil Constitutionnel.

Bien évidemment, le prédecesseur de François Mitterrand n’est pas le seul privilégié. Les autres anciens chefs d’Etat encore en vie, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, sont eux aussi extrêmement bien lotis.

Nicolas Sarkozy arrive en deuxième position avec un coût de 2,2 millions d’euros par an. Si lui paye ses abonnements à divers journaux et magazine, (…)

Lire la suite sur gala.fr

Ce très cher Valery Giscard d’Estaing
Arielle Dombasle dévoile son Secret….
Kristina Pimenova, plus jolie petite fille du monde
Alaska: Astrid Bergès-Frisbey dans une love story indé
Rachel McAdams, Lolita malgré elle
Gaspard Ulliel est papa d'un petit garçon
C'est pas possible de laisser faire sa une Honte

C’est pas possible de laisser faire sa une Honte

Les abonnements presse de VGE font grincer des dents Près de 35 ans après son départ de l’Élysée, l’ancien chef d’État de 90 ans coûte encore 2,5 millions d’euros par an aux contribuables.

Dans la famille des anciens présidents, Valéry Giscard d’Estaing apparaît comme le champion des privilèges. Selon une enquête de Mediapart, l’ex-chef d’État est celui qui coûte le plus cher aux Français :…

View On WordPress

2

Lundi 1 février 2016

VGE fait le point

Je n’ai aucun lien avec l’hebdomadaire Le Point qui n’a pas besoin de ce blog pour faire sa promotion. Mais je ne peux que saluer le «coup médiatique» qui va lui assurer un plus par rapport à ses concurrents : la chronique de Valéry Giscard d’Estaing, ancien président de la République et académicien (le seul sous la Vème République), chronique de la pensée multiple ; VGE envisage ce Journal d’une élection à venir dans le but de partager ses réflexions avec le lecteur sur «les conditions qui permettraient à cette élection d’être le tremplin du renouveau si nécessaire de la France».
Vaste programme, belle ambition. Nul doute qu’il sera très lu, que ses propos seront  repris dans tous les médias et pas seulement en France, qu’il recevra un courrier abondant.

Keep reading

France-Iran: Rohani vote Giscard

En conférence à l’Institut français des relations internationales hier matin à Paris, le président iranien Hassan Rohani a été accueilli par un tandem d’anciens ministres (Chevènement, Charette) flanqués du ci-devant roi de France Giscard. Avant de prononcer un discours aussi protocolaire qu’insipide, Rohani a longuement salué VGE, remerciant la France pour son aide « volontaire ou accidentelle » durant le bref exil de l’ayatollah Khomeini à Neauphle-le-Château. À l’époque, le tout jeune trentenaire Rohani avait accompagné le futur fondateur de la République islamique dans son exil français, que Giscard avait autorisé après un appel téléphonique au chah. Autant dire que la contribution française à la révolution iranienne, hormis les envolées lyriques de quelques idiots utiles islamo-gauchistes, tient de l’anecdote.

Mais au diable la rigueur historique, Paris vaut bien quelques politesses. Enfilant les perles comme les grains d’un chapelet, Rohani a fait l’éloge du développement, seul antidote au « terrorisme » et à la montée des tensions internationales, dans une allocution très seventies, agrémentée de quelques piques aux Etats mécènes de l’Etat islamique. Seule ennemie explicitement nommée, l’Arabie saoudite s’est vu accusée d’avoir délibérément fait baisser le cours du pétrole et envenimé le chaos moyen-oriental en exécutant le clerc chiite Al-Nimr. « Il faudra du temps » pour engager une désescalade entre les deux grandes puissances religieuses du Golfe persique, a répété Rohani,  ancien négociateur nucléaire  très à l’aise dans le maniement de la (nov)langue diplomatique.

Au premier rang du public, Giscard voisinait  avec l’une des rares femmes…

Académie: Bienvenue au mécomtemporain capital
Banlieues: banditisme, clientélisme et islamisme
Cohn-Bendit: de chien fou à chien de garde
Alain Finkielkraut: son discours à l'Académie
Les pavés de l’enfer: l’inceste, la rue, la survie