ventilateurs

S'assoupir et songer. Un autre monde, un autre droit. Faire marcher les ventilateurs et sentir souffler le vent de la liberté… ou du moins la sensation… Accomplissement capitaliste du mieux être… paraitre libre a défaut de l'apparaitre. Liberté de consommer, de penser, de parler (mais vous laisse t-on vraiment vous faire écouter ?), de circuler,… Et a part ça ? Ce semblant vous satisfait et vous met en position de donneur de leçon. Ironie démocratique. Insomnie amnésique. Continuer à y croire, et oublier tous les matins sa conscience de la situation hypocrite que nous cautionnons dans un mouvement individuellement collectif. Rester dans ses (ces) songes a défaut de croire au mensonge. Essayons de monter à la hausse la vitesse des ventilateurs.

Shanghai - RS - 2009

Pour les petits Français qui font le Ramadan

Bon vous êtes au courant hein, mercredi il va faire chaud (du genre comme quand les enfers se déchaînent sur la terre puisque en Lorraine il va faire 38°c, souhaitez moi bonne chance) donc à tout les petits gens qui font le Ramadan, mettez vos bouteilles d’eau au frigo toute la journée et le soir hydratez vous bien. Et je parle d’eau hein pas d’autre chose, le reste ça hydrate que dalle. 

Gardez les volets fermez aussi, évitez de sortir trop longtemps au soleil si vous pouvez et ne faite rien de trop fatiguant. Les brumisateurs, éventails et ventilateurs sont vos amis aussi. 

En bref, faites attention à vous, ok ? ♥

Je suis en sous-vêtements en train de manger de la glace à même le pot, à un demi-mètre du ventilateur, et j’ai chaud, putain, j’ai chaud.

les-navires-echoues asked:

Merci chaton, ton soutien m'est précieux =)

Hahaha, j’espere bien !
je te ferais des snap ventilateur !
Et jte repondrais pas … POUR TE METTRE DES VENTS

HAHHAHAH MDR

bon cetait bof ok

12, “la nuit je mens”.

La robe bleue vole près du ventilateur,
La nuit tombe, je voudrais qu’elle m’avale,
Le vent fait danser les arbres, dehors, c’est une chorégraphie sans mots qui dit tant,
Comme les corps quand ils ne se connaissent pas,
Comme les peaux qui s’apprivoisent,
Comme les lèvres qui s’apprennent,
Chorégraphie silencieuse,
Au rythme naturel,
La brise est fraîche sur ma peau,
Ta bouche est chaude,
C’est le souffle de la Lune qui m’attrape,
Il emmêle mes cheveux,
Il me raconte des histoires d’Ailleurs,
L’Océan et les tempête,
Les villes qui prennent feu,
Les amoureux qui embrassent le vertige,
La Lune me raconte ce qu’elle sait,
Ce qu’elle voit,
Ce qu’elle devine,
La robe bleue vole dans le Silence.

10

Alors, Mme Pastel, où en est le plaid en granny squares ?

Quelle patience, vous avez ! 
Je n’ai le temps de rien. Avec cette chaleur, je me lasse de tout et surtout du bruit du ventilateur. Alors, j’enfourche la bicyclette et pars à la rencontre des des insectes, des oiseaux et des fleurs. 

Une fois rentrée et calmée, je savoure les merveilles que vous nous faites découvrir constamment comme ici, les patterns de Julian Rothman.

Wonderful Woman !!!