urinoirs

Des toilettes publiques en or massif au Guggenheim
L'artiste italien Maurizio Cattelan a réalisé ce trône exceptionnel pour le musée new-yorkais. Un lieu d'aisance disponible pour les visiteurs dès ce vendredi 16 septembre.

Les visiteurs du Guggenheim de New York pourront bientôt se soulager dans des toilettes en or massif, découvrant du même coup la nouvelle œuvre de l'artiste italien Maurizio Cattelan, a-t-on appris par l'Agence France Presse, à laquelle s'est confiée Katherine Brinson, conservatrice pour l'art contemporain du musée. L'insolite nouvelle a déjà fait le tour du monde.

Maurizio Cattelan, comme d'autres artistes depuis cent ans, s'inscrit dans le droit fil de Marcel Duchamp, dont l'urinoir en porcelaine, exposé au Salon des Artistes Indépendants de New York en 1917, a lancé le «ready-made». Sauf que personne n'a pissé dans l'œuvre de Duchamp, Fontaine renversée sur son socle.

Or, l'installation de Maurizio Cattelan, intitulée America, comprend siège, cuvette et chasse d'eau opérationnels. Elle peut être utilisée, dès ce vendredi 14 septembre, comme des toilettes unisexes ordinaires par les visiteurs.

Au contraire du Français, l'Italien n'a pas effacé la fonction utilitaire de l'objet et celui-ci, certes dans un musée, n'est pas exposé dans ses salles, mais bel et bien installé dans ses toilettes. Et comme dans n'importe quel W.C, les visiteurs sont priés d'en faire un usage «privé» et «individuel», souligne la conservatrice. Moins ordinaire: un vigile est posté à l'extérieur, et ce n'est pas une «dame pipi».

Alors, objet luxueux griffé Catalan ou véritable œuvre d'art? Voilà qui devrait questionner les amateurs. Katherine Brinson n'a pas précisé la quantité d'or utilisée pour réaliser cette œuvre.

L'AFP souligne que «le kilo d'or vaut actuellement environ 38.000 euros, selon la dernière cotation du marché londonien, du 13 septembre». Interrogée sur les (…) Lire la suite sur Figaro.fr

Cattelan ressuscite grâce à la vente record de son Hitler à 17 millions $ 
Maurizio Cattelan, provocateur malgré lui 
«Échos»: le retour au sacré dans la chapelle de Bossuet à l'hôpital Laennec 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro