une chambre vide

 J'ai changé.
- Ah ouais. Tes passé du stade enfoiré, à connard, c'est ça?
- Arrête.
-Non, toi arrête. Arrête avec tes promesses, tes belles paroles, qui, au final, ne veulent strictement rien dire. Arrête de me faire espérer, de me vendre du rêve, de me laisser m'imaginer tout les deux. Arrête de me faire croire qu'un jour ce sera possible, on sera tout les deux, rien que tout les deux. Tes qu'un beau parleur, et tu fuis face à tes responsabilités. Putain, tu m'énerve à pas être constant, assumes. Et..
- Chut. Tais-toi. Si je te dis que j'ai changé, c'est que c'est le cas. Je ne te mens pas. J'ai suffisamment marché seul, et j'en peux plus. J'en ai marre de me lever le matin et de ne voir rien d'autre que les murs blancs de ma chambre et un lit vide. De plus pouvoir raconter ma vie à quelqu'un qui sait me comprendre et m'aider. D'être seul chez moi, de ne plus entendre ton rire enfantin, de plus entendre ta douce et belle voix et voir tes magnifiques yeux. Y'a tes petites conneries, tes petites manies, tes petites réflexions débiles qui me manquent. Nos rire qui se mélangent, ça aussi, ça me manque. Faire les fous tout les deux, se sentir seul au monde, se “bagarrer”, te dire que tes la plus belle et que tu m'appartiens alors que nous ne sommes pas ensemble. J'en peux plus d'être vide à longueur de journée, de me sentir seul, je suis pommé. Y'a comme un énorme vide dans mon coeur, et je crois bien que tes la seule à pouvoir le compléter chérie. J'en ai connu des femmes tu sais, mais des comme toi, jamais. Je veux plus d'une relation d'un soir, me réveiller avec une inconnue dans mon pieux tout les week end. Et peut-être, qu'au final, toutes ces filles que j'ai connus, ce n'étais qu'un test. Un test avant de rencontrer la bonne personne. Avant de te rencontrer toi, celle pour qui je suis tomber amoureux au premier regard sans vouloir l'admettre, parce que j'étais fier que rien ne puisse me toucher. Mon coeur de pierre en avait prit un coup, j'avais immédiatement compris que la seule chose qui pouvait me faire du mal, c'était ta perte, et je voulais tout faire pour que cela n'arrive pas. Mais je me suis planté sur toute la ligne je le reconnais. Je voulais me protéger, mais j'ai fais qu'aggraver les choses, et aujourd'hui, je me sens seul. VIDE. Parce que tes partis, tes plus là. Si tu savais, à quel point je suis fou amoureux de toi. Je suis complètement ivre de ta présence, et je pourrais me shooter avec ton parfum. Tu me fais vibrer, y'a qu'avec toi que je me sens heureux. Tes les battements de mon coeur, la seule raison de mon bonheur, et ma seule raison de vivre. Il est temps de se retrouver. Rejoins-moi où tout a commencé.
—  Inconnu
tu te retournes sur ton passé. il n'est rien ou si peu, une chambre vide, Quelques regrets sur quelques photos, rien ou si peu. À un moment, il serait bon d'apprendre à ne plus se retourner.
—  Jacques dor

“I had a dream.
In fact, it was on the night I met you.
In the dream, there was our world, and the world was dark because there weren’t any robins and the robins represented love.
And for the longest time, there was this darkness.
And all of a sudden, thousands of robins were set free and they flew down and brought this blinding light of love.
And it seemed that love would make any difference.

And it did. ”