un week end

Passez un excellent week-end et profitez-en pour venir observer la Tour Eiffel, de près comme de loin. Have an excellent weekend and enjoy it by admiring the Eiffel Tower, closely or from far away. (photo Antonio Gaudencio Photographer).

Aujourd’hui, je ne travaillais pas

J’avais quand même décider de laisser mon réveil, pour pouvoir profiter de cette belle journée.

Loupé !!! Ca n’a pas vraiment marché :-/ Donc Grasse Mat’

Après, je ne sais pas pourquoi, j’ai céder à une frénétique envie de trier et ranger.

Mais j’avais surtout envie de prendre soin de moi…

Du coup, j’ai pris RDV chez le coiffeur,

Je veux pas connaitre le nom de ton chat,
Je veux pas rencontrer tes colocataires, 
Je veux pas de ton pain moisis, 
Inutile de me proposer un café le lendemain matin,
Je veux pas de tes petits déjeuner,
De ta bouffe végétarienne 
Je veux rien savoir des petits bruits obscurs que tu fais quand t'es sur le point de jouir,
Ni des cadeaux d'anniversaires avec lesquels tu décores ta cuisine
Me présente surtout pas à ta mère en disant c'est lui pour me dire une semaine après que tu sais pas ce que tu veux.
Je t'écrirais pas de poèmes.
Je finis pas mes phrases et je finis toujours tes cigarettes
Y a des moments où je suis plus moi et tant pis
J'attendrais pas tes textos 
J'aiderais pas ta meilleure amie à déménager
Je te ferais découvrir aucune nouvelle chanson
Et crois moi je te mentirais quand je te dirais que t'es la première qui m'a fait me sentir aussi vivant.
Je te prendrais pas par la gorge parce que t'aime ça 
Je ferais pas ta vaisselle 
Je ferais pas de toi l'héroïne d'un livre
Je te redonnerais pas confiance en toi
Je deviendrais pas riche
Et sinon à part ça je m'appelle Nathaniel et toi c'est comment ?
—  frustration sentimentale

“Mais on s’en fout de chercher un plan ou une problématique, le plus important c’est d’avoir des infos sur le sujet.”

Originally posted by desingyouruniverse

9

Emma Watson

“I truly truly believe that beauty comes from within’“

Hier j’ai voulu dire “bientôt les vacances!”… sauf qu’en fait elles sont pas bientôt du tôt du coup j’ai juste dit “Bientôt le week-end!”. Un lundi. Tristesse.

Hello there, you all!

A smile
- One of the best
  spices in life!
… or, as the penguins
     would say
 Smile and wave
    Dave, smile and wave…

With this photo with me,
smiling, I just 
wish to send
a greeting to you all, that
I hope 
you all will get a really
nice weekend.
// Lars

Photowork by:
@lovealwaysbeautiful

Bonjour là, vous tous!

Un sourire
- Un des meilleurs
  Épices dans la vie!
… ou, comme les pingouins
     Dirais Sourire et vague
    Dave, sourire et vague …

Avec cette photo avec moi,
sourire, je veux juste envoyer
Une salutation à vous tous,
que J'espère que vous allez
tous avoir un bon week-end.
// Lars

Photowork par:
@lovealwaysbeautiful

Samedi 25 mars


Résumons.

Il est 7h30, et je me trouve dans un RER me conduisant à Ylisse. Non, je n’ai pas définitivement abandonné ce qui me servait de raison, non je ne me suis pas planté dans le calendrier. Mais dans un souci d’ouvrir le collège aux parents, la remise des bulletins du deuxième trimestre s’effectue le samedi matin. J’essaye donc d’ignorer l’impression que je suis physiquement en train de rouler à 90 kilomètres heures en première et me dirige vers le bahut, dans lequel je retrouve les collègues, les yeux cernés d’un week-end qui s’étiole. 

C’est rigolo de nous voir habillés pour recevoir les parents. Entre B. qui n’a pas changé sa garde-robe d’un poil, parce qu’elle est classe de base, T. qui a opté pour la chemise et la veste de costard, et moi pour le petit polo, parce que “je suis prof principal mais d’une classe de sixième artistique. Je suis détendu MAIS j’ai un col et des boutons.” 

J’essaye de me rappeler que j’ai quand même trente-quatre ans, que je suis donc théoriquement un adulte, et que ce n’est donc pas moi qu’on va engueuler si les bulletins des mômes sont décevants. Et le défilé commence :


- Il y a C., son papa, les bras mangés de tatouages et sa maman derrière des verres à triple foyer. Qui parlent de leur fille avec une fierté un peu incrédule. Un peu honteuse aussi. “On peut lui donner tout le matériel, mais concernant le travail… Elle fait tout toute seule. Vous pensez qu’on devrait s’éduquer, aussi ?”

- Il y a la maman de R. R. la discrète que, lapsus mental, j’ai oublié d’inscrire sur le planning. Quand je félicite la môme pour son boulot, sa mère me regarde avec étonnement : “Ce n’est pas à elle qu’on fait ce genre de compliments, elle est toujours trop… trop…” R. sourit légèrement. Trop silencieuse, trop terne dirons certain. Mais ce trimestre, elle semble avoir pris conscience de son pouvoir.

- Il y a N. et son frère, A., membre de la 3ème A(pocalypse). Le premier a 18 de moyenne et le lexique d’un adulte de trente ans, le second ne dépareillerait pas vraiment dans une cinquième, malgré une intelligence brillante. Les deux frères s’observent quand je m’adresse à l’un, puis à l’autre, tension palpable. Au milieu un papa rayonnant quand il s’adresse à son cadet, moins à son aîné. J’ai l’impression de jongler avec deux torches et une tronçonneuse.

- Il y a M-R., qui continue à se la jouer petit caïd caché de classe, flanqué de sa mère, une femme superbe, et totalement désemparée par le comportement de son gamin. “Excusez-moi, dit-elle dans un murmure, je vais frapper sur la table.” et elle se met à défoncer la modeste planche de bois à coups de poings, faisant blanchir le môme, qui éclate en sanglots. “Je veux pas perdre mes copains”, finit-il par lâcher, quand elle exige qu’il change de comportement. Cette pression sociale-là est plus forte que les cris.

- Il y a S., que j’ai l’impression de féliciter pour être notre millième cliente. Elle a progressé dans toutes les matières, se comporte exceptionnellement bien. Ses parents restent les dix minutes imparties à se faire bercer par mes éloges, que je distribue volontiers. Il faut aussi leur accorder du temps, à ceux-là. Ne jamais partir du principe qu’un élève qui s’en sort est définitivement sauvé, et donc négligeable.

- Il y a, enfin, une autre C., qui débarque avec sa maman, alors que je range la salle et envisage de descendre la façade du collège en rappel pour ne pas être accosté par un parent retardataire. Sa maman s’exprime avec un accent qui rend son discours difficilement compréhensible. C. a son bulletin entre les mains, et le scanne attentivement. Sans lever les yeux, d’une voix très neutre, elle traduit les éléments essentiels.

“On veut que j’aille en internat.”

“Ma maman n’arrive pas à travailler assez pour payer un logement ici.”

“On a une audience avec la justice dans dix jours.”

“Elle est très déprimée.”

La femme me parle encore quand C. se lève. “C’est fini maintenant.” dit-elle en saisissant sa mère par la main et en la tirant vers la porte. Je vois la gamine dans son gros manteau violet disparaître par la porte. Et un gros poids qui lui flotte au-dessus de la tête.

Ce soir, les 6èmes Glee jouent. Je pourrai rester à Ylisse, avec Monsieur Vivi, les aider à leur répétition et assister à leur concert. Je n’arrive pas à mobiliser le moindre grain de volonté pour passer encore cinq heures là-bas. Je m’en veux. Mais j’ai aussi envie de me rappeler que j’ai une vie ailleurs. Culpabilité contre santé mentale.


Dans le RER, je raconte ma dernière entrevue à T. Comme à son habitude il comprend. Il m’échange cet épisode contre une scène très pure, très belle, vécue entre un fils et sa mère, un moment d’amour filial émouvant. Je ressors un peu plus léger.

Maintenant, se recoller. 

A really nice weekend,
this one, true Epic…
Oh, right, this blog is valid
no more, i remember now…

Well, well, the expression and
the content in those words is
anyhow the very same, i wish
you all a wonderful weekend.

Soon i will find back to the
more oldfashioned “Epicurean”
way again, so be patient with
me, then you also will be able
to avoid to see my horrendous
appearance as much, this are
yet solely my presentation
phase of me and my new blog.

I look forward to have you
“on board” now, when we
together start this, new
journey, with me and my
@lovealwaysbeautiful

Welcome, and let Our
shared, and enchanted
adventure begin!
// Lars

Un week-end très agréable,
celui-ci, vrai Epic …
Oh, c'est vrai, ce blog
 est valide pas plus, je me
souviens maintenant …

Eh bien, eh bien, l'expression
et le contenu de ces termes
est de toute façon le même,
je souhaite vous tous un
merveilleux week-end.

Bientôt je retrouverai le
Plus oldfashioned “épicurien”
encore une fois, sois patient
avec moi, alors vous pourrez
aussi pour éviter de voir mon
horrible apparence autant,
ce sont mais seulement ma
présentation phase de moi et
mon nouveau blog.

Je me réjouis de vous avoir
«À bord» maintenant, quand
nous commencer ensemble,
nouveau voyage, avec moi et
mon @lovealwaysbeautiful

Bienvenue, et laissez notre
partagé et enchanté
aventure commencer!
// Lars

All of me

Originally posted by clearvisionary

Combien de fois ai-je du repasser ces instants dans mon esprit avant que leur impact sur mon cœur ne soit plus qu'un amalgame de poussière indolores? Je ne sais pas, je ne sais plus. Je sais pourtant qu'il y a eu des sentiments. Bien que J'ignore toujours avec quelle sincérité ils étaient teintés. En faisant la rétrospective de la fin de ma première année sans toi, j'ai pris conscience de ce tu m'as donné la chance de vivre après ton départ.

Bien que tu m'aies laissé des cicatrices, en me quittant tu m'as donné la chance de rencontrer une personne pour qui le mot amour possède de meilleur rime que ceux que tu leurs attribuaient.
Quelqu'un pour qui m'aimer n'est pas un passe-temps de week-end, mais une fonction vitale pour son cœur et un amplificateur du bonheur dans sa vie.
Pour toi, l'amour était quelque chose qu'on consomme et puis qu'on jete. Tes amours sont jetables. Je l'ai été quand j'ai eu besoin de réparation.
Je ne t'en veux pas, non. C'est pour toi que je suis triste. Consommateur de sensation forte, tu ne connaîtra jamais la douceur et la profondeur de la chaleur humaine au-delà de la surface.

Merci de m'avoir délivré de ta conception malade de l'amour. Même si la société est contaminée, je n'ai pas envie d'être une victime qui baisse les bras et se dit “à quoi bon!”
Je trouverais celui avec qui l'épreuve du temps sera toujours trop courte pour l'amour.

5

TEIGLACH are a traditional Ashkenazi dessert that originated in the Jewish communities of Lithuania. Eaten on Rosh Hashanah, the Jewish New Year, teiglach are balls of sweet dough boiled in honey, often with added nuts, raisins, citrus, and ginger. Teiglach are said to keep un-refrigerated for weeks on end, but they rarely last long enough for anyone to find out!

My name is Lars
- This is my hometown

A really nice weekend
I wish you all out here
Greetings from former
Epicurean-world

Photowork by:
@lovealwaysbeautiful

Je suis Lars
- Ce est ma ville d'origine

Un très bon week-end
Je vous souhaite à tous ici
Salutations des anciens
Monde épicurien

Photowork par:
@lovealwaysbeautiful

Il week end non è ancora iniziato e io già sto sperando che magicamente dopo domenica ci sia un altro week end, un ciclo ininterrotto di sabato-domenica-sabato-domenica-sabato-domenica perché cazzo, la mia agenda per settimana prossima sembra un campo minato di appuntamenti e scadenze.