un coup de pied

Si on te l’a pas dit aujourd’hui

Aller arrête de faire cette sale tête, t’es pas belle quand tu fais cette moue bien bête, aller ressaisis toi et arrête de tirer incessamment sur tes clopes, c’est pas jolie une fille avec une cigarette, encore moins avec un pet, aller souris, montre tes dents au monde, c’est bien plus beau que tous tes doigts d’honneur, aller fais un effort, va faire du sport, mange équilibré, mais n’oublie pas de te faire plaisir avec des sushis ou un grec, et va dire à ta mère que tu l’aimes, malgré ce qu’elle a dit ou fait, elle aussi va pas bien parfois, aller prends des nouvelles de tes amis, demande leur comment s’est passée leur rentrée au lieu de les insulter ou de les ignorer, aller redresse toi, tu vaux bien plus que ça, roule toi pas en boule, déboule chez ton voisin d’arrondissement sans prévenir, tu sais que ça va le faire rire, aller joue du tamtam sur le dos de ce beauf qui t’adore et qui t’envoies toujours des snaps bien drôles, aller cesse d’avoir ton casque sur tes oreilles, va dire au monde que tu l’aimes, que t’es pas plus bas que terre, aller déploie tes ailes petit ange, va vivre le moment présent, prends tes billets de train et va retrouver ton amie pour aller péta des mères, aller embarque tes bouteilles d’alcool et vide les avec ceux qui te rendent meilleure, aller t’es marrante quand t’es alcoolisée avec des gens, tu grimpes partout et t’as l’impression que le monde t’appartient, aller bois pas ton whisky toute seule, c’est bien pathétique, va frapper à la porte du paradis, aller arrête de fuir, ça sert plus à rien cette connerie, et essaye de finir ce bouquin de la Beat Generation, tu sais que ces pages écrites vont t’illuminer, aller sors de chez toi, commence à vivre, va te créer des souvenirs qui ne sont pas délétères, aller barre toi de cet enfer, dis nique ta mère à Lucifer, nargue Morphée comme il se doit, toi t’es joliment vivante quand tu le veux hein, non ? Arrête de dire que c’est pas vrai, toi tu pues la joie quand tu le veux, aller donne du fric à ce SDF, ou un sourire, aller gamine, rends fière ta mère, appelle ta grand-mère, dis à ton grand-père “tu te rappelles …” même s’il s’en souvient plus, foutue maladie, aller reste pas collée devant ton ordi, va t’acheter de nouveaux habits, maquille toi si tu en as l’envie, mets ton pyjama dehors, qu’est-ce qu’ils peuvent bien dire, aller va chasser les étoiles, va promettre la lune à ce gamin torturé, dis lui des choses gentilles, il a besoin de t’entendre les dire, aller arrête de mentir, prétends à un avenir céleste, bosse tes cours, mais pas trop, ne fuis pas encore une nouvelle fois, passionne toi, écris, écris des pages aussi, aller prends ton regard hautain, mais pas pour mépriser ces passants, prends ton regard hautain pour hurler à tous ceux qui t’ont fait la misère, qu’ils n’ont pas réussi à te faire taire, aller cultive toi, balade toi dans un parc, va à cette expo que tu veux voir, va dans le son, c’est bien là que t’es vivante, aller danse, danse jusqu’à en avoir des crampes, bois, bois des dizaines de tequilas, prends peut-être un peu de drogues, mais pas trop hein, c’est moche une camée, prends les pour te faire de belles expériences avec tes amis de toujours, aller va à Bruxelles, va à Lyon ou Menton, débarque sans crier gare, aller je te connais, t’en meurs d’envie, attends pas un coup de pied au cul pour te ressaisir gamine, aller respire, inspire, expire, encore une victoire de plus, aller bats toi, bats toi s’il te plait.

Aller gamine, il est temps de vivre.

Si ce soir tu es triste ou découragée, je t'en pris, relève la tête et occupe toi les idées à faire ce que tu aimes. Force toi. Fous toi un coup de pied dans le cul et bouge toi. Fais ce que tu aimes. Chante, danse, dessine, écris, va faire un tour de moto, va courir, fais du sport (dans ta chambre ou en chambre lolattentionelleadituntrucbizarre), regarde un film drôle, regarde les vidéos sur YouTube. Pour une fois, aide toi a remonter la pente au lieu de sombrer et ne rien faire. Tu es un soldat qui met sûrement beaucoup de genou à terre mais mène tes combats pour gagner la guerre. On n'a rien sans rien. Sans larmes, souffrances ou sacrifices. Puis tu es jolie, ton charme te rend unique et irrésistible. Tu es jolie et tu es capable de te secouer. Tu es capable, répète le jusqu'à que ça rentre. Je te souhaite de t'endormir avec un brin de paix et d'apaisement au coin du coeur.
—  Un regard sans étoile.

Bonjour, me revoilà.
Après avoir déserté Tumblr pendant quelques semaines, me revoilà.
Après avoir senti que je n'allais pas bien, me revoilà.
J'ai frôlé le burn out parental et il fallait faire quelque chose pour que tout s'arrange.

Le fait de ne pas aller bien a un peu été le coup de pied aux fesses qu'il me fallait pour que les choses changent. Depuis, je vais au RAM 2 fois par semaine avec les Sardines et je ne raterais ce rendez-vous pour rien au monde. Il me permet de passer deux heures avec des adultes. Je vois une psychologue, également. Ça me fait du bien d'y aller même si il est clair pour toutes les deux que les choses s'arrangeront d'elles-mêmes quand je travaillerai. Je note une chose à faire quotidiennement dans mon agenda, une chose pour moi, pour déconnecter un peu de la maison. Ça m'a permis également de voir ma meilleure amie d'enfa(n)ce, @de365bonheursbouseux-blog, qui a fait 10h de route en 24h rien que pour moi et on a un super projet ensemble qu'il me tarde de concrétiser. Je vais mieux et me revoilà !!!

Je sais que je devrais pas me mêler de ce qui me regarde pas, mais à propos de “romantique-lunatique.tumblr.com” et de son habitude à rabaisser les gens (et je parle pas rabaisser en déconnant du style “Les handspinners c’est pour les gogols” mais bien rabaisser une seule personne, à la fois, selon son soi-disant désir)

Mais quand j’ai vu l’histoire de @pramodavana et ce qu’il lui a envoyé récemment j’ai ri et en même temps y’avait du désespoir dans mon rire (wesh j’ai lu fight club, celle ou celui qui comprendra la référence est trop intelligent)

Je les connais les mecs comme lui (bouh la méchante généralité) le genre de gars qui au fond de lui sait bien qu’il en “impose”, il est grand, il a “du charme mystérieux” auprès des filles incapables de discerner le genre de type que c’est.
Il met “lunatique” dans son pseudo de fragile, pour excuser surement son comportement de merde, celui qui consiste à déboiter la personnalité d’une personne une main sur le clavier et l’autre sur la queue.

(Voyez plutôt en cliquant ici )

Et même en lui répondant, @pramodavana, tu lui rends service, peu importe ce que tu écris, peu importe que tu raconte tes expériences bonnes ou mauvaises, il s’en fout, du moment que c’est de la matière pour lui. Et il faut vraiment arriver a un niveau de désespoir et d’ennui profond pour en arriver la.

Bouhou la grosse victime de la vie injuste qu’il est, tellement de frustration à évacuer sur les filles, ou même les gens de tumblr qui racontent leurs vie au lieu d’aller simplement s’astiquer sur un porno et retourner à son tricot.



LE MEC A TELLEMENT D’EGO il écrit dans sa putain de présentation “ Par ailleurs, si cela vous intéresse, j'ai un second tumblr spécifiquement dédié aux contenus NSFW : à mes sensibilités esthétiques, érotiques, sensuelles et sexuelles. Plus particulièrement encore, à l'univers Daddy/Little girl que j'affectionne particulièrement “

Merde, je savais pas qu’à l’instar des gens qui s’écoutent parler, on pouvait se lire écrire. Really, qu’il apprenne un minimum de codage, ou bien aille sur google, et faire un simple lien sur son maintumblr avec le titre, c’est beaucoup plus simple, c’est beaucoup plus clair ça donne pas l’impression de s’étaler, à moins que pour lui “les mots ont plus d’impact”


Je sais pas d’où vient tout ça, soit sa mère à du lui taper sur le cul trop fort pour qu’il mange ses épinards, soit avant d’être grand, il était petit et se faisait maltraiter, et se réfugiait dans la masturbation et la lecture auto-érotique, ou bien j’en sais rien une fois sa copine s’il en a eu est partie avec un mec moins con et depuis il veut prouver à tout le monde qu’il est capable de discerner les gens (ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose, tant qu’on ne s’en sert pas pour rabaisser continuellement)

Et si jamais il me lit, je suis quasiment sur qu’il se réconfortera en se disant “c’est parce qu’ils ont peur de mon intelligence/de ma sensibilité” ‘c’est parce qu’ils ne peuvent pas comprendre” 

Et le pire, c’est qu’avec autant de message haineux, LE MEC ÉCRIT ENCORE DANS SA BIO “ Je n'aspire qu'à l'amour réciproque, vrai, profond, dévoué, tendre, courageux. “ … oui bien sur, déja ranges ton dictionnaire des synonymes au lieu de faire genre t’écris des trucs longs et consistants. Et puis c’est sur, quand tu parles comme ça au filles, y’en a surement une qui va t’appeller Daddy. Enfin je ne juge pas les gouts, mais l’influence qu’ils peuvent avoir sur une personnalité, c’est dingue parfois.

à voir la réponse de @etlamouretlamer , apparemment il aime vraiment bien juger mais surtout faire étalage de son jugement, surtout s’il est blessant, y’a plus d’impact ben oui c’est sur.

ET LE MEC IL A RÉPONDU EN GROSSE VICTIME, j’avais pas vu au début mais c’est trop drôle, il fait que se contredire dans un pavé, quand il sort pas des énormités comme “ TON DISCOURS SUR LA FEMME BATTUE VIOLEE EST UN PEU GROS A MON GOUT “ (alors que je suis sur, je suis certain que c’est le genre de mec assez intelligent pour savoir que ce genre de provocation a un impact, et même certains qu’il se comporte comme une bite avec tout le monde en espérant qu’un jour quelqu’un reviendra en disant “tu avais tellement raison)

Arrête de vouloir faire pitié avec des phrases “ Je suis d’accord pour dire que je suis fautif, d’avoir réagi impulsivement, et d’avoir voulu te blesser, mais je pense que j’en avais le droit à partir du moment où tu m’avais terriblement blessé, sans raison. “ ok, le mec il est flippant avec les meufs (surtout celles qui sont pas aussi “ouvertes d’esprit” que lui apparement), et après il fait le blessé lorsqu’il rend compte qu’il l’a faite flipper (alors qu’elle l’a clairement dit dans sa réponse)

Il sort encore des jugements gratuits, pour rester dans la continuité, comme “Tu es lâche d’avoir fui la conversation, le débat d’idée, de point de vue, tu es lâche d’avoir fui ! “


Enfin y’a de quoi rire sur tout ce qu’il écrit, quand on prend suffisamment de recul. Le genre de mec qui n’est jamais en tort, et s’il l’est, c’est parce que quelqu’un l’est avec lui. Le genre de manipulateur qui sort “ Tu abuses de tes “followers” pour qu'ils prennent ton parti “ mais qui, quand quelqu’un vient le soutenir dans sa quête de vérité ultime,  il écrit “ Ah je t'aime toi. Toujours aussi juste et intelligente. Aussi pertinente et objective. Merci. “
(Il est content il a encore ressorti son dictionnaire des synonymes bravo il aura une gommette qu’il a jamais pu avoir quand il était petit)


Et ça continue sans cesse, les incohérences contradictoires.

Cela est absurde parce que plus naturel que moi tu meurs, je veux dire, je ne suis pas un faux-cul, je suis un être entier qui plus est, franc, authentique, et bon nombres de personnes peuvent en attester  => “OUAIS C’EST COMME CA JE SUIS UN MEC ENTIER #phrasedeconnard

MAIS LE TOP.
LA MEILLEURE DE TOUTES LES ENORMITÉS,
Tadam :

Tu as été d’une violence et d’une brutalité inouïe, et dois-je te rappeler que je suis hypersensible ?

Je suis mort de rire intérieurement. Le problème c’est pas d’être hypersensible, c’est d’être un CONNARD hyper-sensible. (Et qu’il vienne pas me dire “tu sais pas ce que c’est gnagnablabla dictionnaire des synonymes et pavé dans ta box)

Quand on sait qu’on est asthmatique, les bronches sont défectueuses, alors on évite le chlore par exemple.
Alors quand on sait qu’on est hypersensible, que le cerveau est défectueux, on évite de se comporter comme un connard, et surtout on évite de taper sur les gens comme un gamin qui se défoule à coup de pieds sur une ruche d’abeilles et qui vient pleurer quand il se fait piquer.

Priez pour qu’il grandisse, mais ne gachez pas votre temps non plus, il se sera surement taillé les veines avant. (C’est pas ce que je lui souhaite, mais tant qu’il se comportera comme un gland, laissez le pourrir)

anonymous asked:

Bonjour ! Je cherche des tumblr politiques/militants français intéressants à suivre. J'ai le tien, et tes recommandations (une sourde, loubia connection etc.), mais j'en cherche davantage, et je sais pas trop vers qui aller parce que tumblr est vaste !! Je me disais que peut-être tu avais des tumblr à conseiller ? Merci bisous !

Salut anon !

Alors euh, je t’avoue que je ne suis plus aussi active qu’avant sur les réseaux sociaux, du coup je suis sans doute moins “dans le coup”. Tout ce que je peux te donner ce sont les tumblrs politiques que je follow moi-même et qui continuent d’être actifs sur tumblr (parce que plus ça va, plus yen a qui disparaissent ou ne sont plus alimentés, buh). En espérant que ça t’aide. :)

@deuxiemepage
Si tu devais ne choisir qu’un seul tumblr à suivre parmi la liste que je te propose, je te dirais de suivre celui-ci. C’est le tumblr du webzine Deuxième Page, comme son nom l’indique. Ce webzine réalise des articles analytiques sur le féminisme, la sexualité, les luttes LGBT+ ou les luttes anti-racistes mais il est aussi très axé culture et propose de découvrir des artistes ou des œuvres, souvent issu-e-s de groupes minoritaires. Et je ne saurais que trop souligner l’importance de faire découvrir une culture qui n’est pas celle de la culture dominante. Le travail qui est fait sur ce site est excellent, professionnel alors que les personnes qui le tiennent n’ont que très peu de moyens, et bien sûr le tout est axé convergence des luttes. D’ailleurs, si jamais tu en as le temps et l’envie, iels cherchent des bénévoles pour participer au projet. :)

Autres liens :
Facebook
Twitter

-

@thinktank2p
Bien entendu, si je te parle de Deuxième Page, je dois aussi te parler de leur Think Tank, qui fait un peu près le même travail que je fais avec Égalitariste, à savoir relayer des articles et/ou des informations qui nous semblent importantes. De même, iels recherchent des bénévoles pour ce travail, si ça t’intéresse. :)

Autres liens :
Facebook
Twitter

-

@assigneegarcon
C’est le tumblr d’une femme trans -du nom de Sophie Labelle- qui raconte son expérience en BD en tant que personne trans. Elle ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté, mais ça reste une excellente BD pleine d’humour qui permet de combattre à grand coup de pied dans le derrière les idées reçues qu’on peut avoir quand on est une personne cisgenre. Des fois je me dis qu’il nous faudrait davantage de BD comme celles-ci qui racontent la vie des minorités pour permettre au plus grand nombre de les comprendre. D’ailleurs j’invite tout artiste qui est dans ce cas et qui a un site / tumblr à me donner leur adresse, que je puisse relayer son travail !

Autres liens :
Facebook
Twitter

-

@clemmiewonder
C’est le tumblr d’une féministe qui poste régulièrement des billets engagés que je trouve très pertinents. Dans l'ensemble, ses billets sont plutôt axés billets d'humeurs, ce qui permet d'apprendre des choses (elle source pas mal ses propos) tout en ayant accès à une sorte de lecture défouloire et libératrice qui fait du bien. C'est un peu le tumblr de l'empowerment, si tu préfères. Et c'est plus que bienvenu selon moi.

Autres liens :
Twitter

-

@unmug
Impossible de savoir à qui appartient ce tumblr. Il n'y a pas de descriptions, pas de lien allant vers d'autres comptes ou réseaux sociaux, pas de noms ou de pseudos… Rien. Cependant, je pense que la personne qui tient ce tumblr doit être assistant-e social-e, car iel parle souvent de son travail qui consiste à venir en aide à des personnes en grande difficulté. Son témoignage donne la parole à des personne qu'on écoute peu (migrants, victimes de viol, femmes battues, handicapés etc), voire pas du tout, et le tout avec un style d'écriture aussi bon qu'accessible. Personnellement, je trouve que ce tumblr est indispensable et je pense qu'il gagnerait à être lu davantage.

-

Et puis sinon, voici une liste de tumblr personnels de personnes engagées qui relaient des posts, des images ou des articles en rapport avec les luttes qui leurs tiennent le plus à cœur :
@vegan-warrior
@misandre-radicale
@myschka
@pas-une-planteverte
@hackthepatriarchy
@bleukobalt


-

Enfin, je t'invite aussi à suivre ces associations / personnes qui ne sont pas forcément très actives sur tumblr mais qui ont quand-même des choses à dire qui sont très intéressantes et importantes :

*L'Association Polyvalence*
C'est une association qui fait énormément de choses différentes pour venir en aides aux personnes en difficultés. Elle a commencé il y a cinq ans avec la récolte et la mise en avant de témoignages de personnes ayant été victimes de violences sexistes. Aujourd'hui, cette asso a un local à Paris dans lequel différents ateliers sont organisés, axés autour de la sexualité, de l'apprentissage du français pour des personnes immigrés, et tellement d'autres choses. De grosses actions sont aussi menées pour venir en aide aux migrants. Cette asso a énormément besoin de bénévoles et de soutiens financiers car elle est assez peu connue ce qui ne l'empêche pas de se démener pour être présente sur tous les fronts.

Autres liens :
Facebook
Twitter



*Simonae*
C'est une association de féministes qui écrivent des articles sur tout ce qui touche de près ou de loin la lutte des femmes, avec option convergence des luttes. C'est un excellent site pour toute personne qui connaît mal ou peu le féminisme et qui souhaite se renseigner sur ce sujet. Le site est bien fait, intuitif, on y navigue facilement et on trouve ce qu'on cherche sans difficultés. Personnellement, quand je veux initier quelqu'un aux luttes féministes je le revoie à Simonae. 

Autres liens :
Facebook
Twitter


*CCIF*
C'est une association venant en aide aux personnes musulmanes ou perçues comme musulmanes qui lutte contre l'islamophobie. Tout particulièrement durant la période politique que nous traversons, je pense qu'il est important d'écouter ce qu'ils ont à dire et surtout de les soutenir. Ils font un super travail pour défendre cette minorité sur laquelle la France tape à longueur de journée et pour informer efficacement sur ce qu'est réellement l'islam et la communauté musulmane. L'un des fondateurs du CCIF, Marwan Muhammad est d'ailleurs un excellent orateur que je conseille de suivre.

Autres liens :
Facebook
Twitter
Facebook de Marwan Muhammad
Twitter de Marwan Muhammad


*Ouvrir la Voix*
C'est un long-métrage réalisé par Amandine Gay, une féministe afro-descendante, qui donne la parole à plein d'autres femmes afro-descendantes également. Il y a une véritable communauté qui s'est organisée autour de ce projet, je le mets donc dans la liste parce que ça me semble intéressant pour toute personne qui souhaite avoir plus d'information au sujet de la lutte des femmes racisées. Je découvre, au passage, en écrivant cette réponse, que Mme Gay a relayé une organisation du nom de NKALI qui aide les femmes racisées à entreprendre et à mener à bien leur vie professionnelle.

Autres liens :
Facebook
Twitter
Youtube


-

Bon en fait, en dehors de tumblr, j’aurais encore mille noms à donner, mais je commence à fatiguer aha. De toute façon, je relaies régulièrement ce que postent les personnes que je suis, donc si tu es abonné-e, tu finiras par découvrir d’autres sites, d’autres noms et d’autres associations. Je t’invite à me suivre aussi sur facebook et twitter si tu peux, d’ailleurs, parce que je ne relaie pas toujours les mêmes choses suivant les plateformes.

Voilà, j’espère que tout ceci t’a aidé. Passe une belle journée, et courage ! On lâche rien !

- Myroie

Long week-end ensoleillé = journée plage...

J’ai pris toute mes précautions, Crème solaire SPF 50+ tartiné à plusieurs reprises, j’ai même gardé T-shirt et pantalon…

J’ai juste oublié une toute petite chose : Les pieds peuvent également prendre un coup de soleil.

Résultat deux pieds brulés. Impossible de mettre des chaussures, voire parfois de marcher. L’un des deux a même doublé de volume.

C’est officiel, le soleil me hait.

La dépression est une maladie mentale, ce n’est pas un choix, une simple histoire de motivation ou de coup d’pied dans l’cul. Non.


Les personnes touchées par cette maladie se sentent très souvent fautives à cause de tous les préjugés défavorables qui les culpabilisent, les stigmatisent et les isolent sans cesse.


Elles ne sont pas fautives, en aucun cas. Elles sont victimes d’un trouble de santé mentale, qui est extrêmement difficile à vivre et paralysant.


Arrêtons de propager ces préjugés. Soyons à l’écoute, faisons preuve d’empathie, d’ouverture et de compréhension et informons-nous sur les maladies mentales pour mettre fin aux jugements.

#31JoursDeFoliesPassagères


Dessin numérique, 2017, Maude Bergeron

Ce weekend c'était comme si j'étais remontée à la surface d'un coup de pied après avoir touché le fond. Comme si j'avais repris ma respiration pendant ces deux jours, et là je plonge une fois de plus et je vais essayer de rester au plus proche de la surface.

Un ami musulman, paisible et tolérant, m'accompagne dans la rue. Une parisienne nous dépasse, du genre vernissage dans le Marais. Elle porte un dos-nu ample sans soutien-gorge, et on peut clairement apercevoir, sur le côté, ses petits nichons ballottant gracieusement “comme des porcelets tétant leur mère”. Mon ami, façon de plaisanter, mime un coup de pied au postérieur. Il adoucit son impulsivité, trop perturbante, en riant de lui-même, mais le geste est là. Certes, la chaleur rend irritable et le ramadan en occident oblige à plus de vertu qu'en terre sainte, les tentations sont multiples, mais toujours le malaise, car enfin, n'est-ce pas l'essence du discours pervers d'accuser l'autre, surtout féminin, d'être éternel responsable de ses propres faiblesses ?

milord-p0t-au-feu  asked:

98, 96, 41

I didn’t know for which one it was so I answered for both ^^

98 : Favorite month : Probably december because I really like Christmas spirit and the snow when there is any. Also it’s cold and right now I dream of it so hard

98 : Do you have any scars ? : (I will answer in french for this one, it’s easier) J’en ai deux, une dans le dos que je me suis faite à trois ans en glissant dans des gradins en pierre et une sur le tibia quand je me le suis ouvert à cause d’un coup de pied de poney quand j’avais 6 ans

96 : Day or night : It depends actually because I’m at the same time way more comfortable during the night but I’m scared of basically everything and especially during the night if I’m outside.

96 : How did you get your name? : I don’t know and my parents don’t know. Like I know that my mother wanted to call me Nicolas if I were a boy but they knew pretty early that they had to think of girl’s name so my father wanted to call me Amélie and my mother wanted Delphine but I’m named Gaëlle and no one knows how they decided on that

41 : Top 10 favorite songs : That’s super hard ^^ In no particular order :

  • Boulevard of Broken Dreams - Green Day
  • Drink with me - Les Mis
  • Santa Fe - Newsies
  • On My Own - Les Mis
  • Last Night of The World - Miss Saigon
  • Why God why - Miss Saigon
  • Revolution Radio - Green Day
  • Good Riddance - Green Day
  • A Spoonful of Sugar - Mary Poppins
  • Ordinary World - Green Day

41 :Are you a good liar ? : It depends, like I’m a better at spinning the fact of a story than making a new one completely. But I’m quite good (and not proud of it) at finding excuses or reasons as to why I didn’t do something even if it was something else completely

Thank you for asking <3

Les supragismes

Le Supragisme est un don que peut posséder un Pillandris. Un nombre très restreint de pillandris possèdent un ganglion supragent, pouvant se situer à plusieurs endroits : Les biceps, les yeux, les jambes, le nez, les oreilles ou encore le cerveau.

Le Pillandris possédant ce ganglion supragent peut alors le stimuler en effectuant une certaine action, propre à la personne : Un claquement de doigt, un clignement d’oeil, un coup de pied, une profonde inspiration.

Une fois le ganglion stimulé, il rejette dans le corps une substance poussant à son maximum la capacité et l’efficacité de l’organe adjacent. Cette substance a également pour effet de changer la couleur de l’oeil du Pillandris : L’iris, la pupille et la sclérotique peuvent prendre une toute autre couleur après stimulation, indiquant alors -macroscopiquement- l’état du Pillandris.

Il existe différent types de supragismes :

Les supragismes de vitesse (jambes) :

-Supragisme de vitesse 1 : Rose

-Supragisme de vitesse 3 : Orange

-Supragisme de vitesse 5 : Rouge

Les supragismes de Force (bras) :

-Supragisme de force 1 : Marron

-Supragisme de force 3 : Vert

-Supragisme de force 5 : Jaune fluorescent

Les supragismes visuels (yeux, nez) :

-Supragisme visuel 1 : Gris foncé

-Supragisme visuel 3 : Gris clair

-Supragisme visuel 5 : Blanc

Les supragismes mentaux (oreilles, cerveau)

-Supragisme mental 1 : Violet

-Supragisme mental 3 : Bleu foncé

-Supragisme mental 5 : Noir

T’sais, ce mec, je l’aime. Il a été la dans les pires moments de ma vie, comme dans les plus merveilleux. Mais si, tu sais, tout ces trucs de gamine (il sourit), quand tes parents te tapent sur le système, quand t’as fait une connerie un soir de cuite, après que ton premier amour t’aie largué, des trucs comme ça. Quand j’me cassais la gueule, il me donnait jamais la main pour m’aider à me relever. Il était là, simplement. Comme s’il restait debout à côté de moi, les bras croisés et qu’il me répétait “relève toi, t’es forte, tu peux le faire”. Il me donnait pas la main, ce con (j’allume une clope), il attendait là comme un gland en attendant que je me relève. Même pas un câlin, rien, il attendait. Et ça m’obligeait à me débrouiller, à me foutre un coup de pied au cul pour me relever toute seule. J’étais fière, après ça, tu sais. J’arrivais et j’étais tellement fière de lui annoncer que j’étais debout. Il me félicitait jamais, je crois. Peut être parce qu’il pensait que c’était dans le déroulement normal des choses, que j’baisse pas les bras. Il croyait en moi, lui. Il a toujours dit que j’étais quelqu’un qui en valait la peine, que je valais la peine qu’on se batte pour me garder à ses côtés. Quand quelqu’un me lâchait, il me répétait “laisse tomber, il a de la merde dans les yeux, t’es quelqu’un de merveilleux et il sait pas quelle amie il laisse derrière lui”. Alors moi forcément, ça me faisait plaisir. J’y croyais pas trop, tu sais, que j’en valais la peine. J’y crois toujours pas d’ailleurs, tu me connais (il sourit en allumant une clope). J’l’aime, je crois. Enfin, c’est sûr, sinon j’serai pas en train de te parler de lui sans aucune raison. J’l’aime, je le respecte, et j’ai besoin de lui. T’sais, on se parlait tout le temps, parfois pas du tout, mais il était là. Quand j’avais un problème, il était là, toujours. Ou alors j’attendais un peu pour avoir une réponse mais il avait une bonne excuse. Il a toujours une bonne excuse. Et j’pouvais rien dire. Il était là, tout le temps, dès que j’en avais besoin. J’finissais par tout lui raconter en détails, sans en oublier un, même si j’avais l’air ridicule, parce qu’avec lui il n’y a jamais eu de barrières, de tabous. Alors j’m’en foutais, moi, d’être ridicule ou de paraitre idiote, tant que j’pouvais tout lui dire. Et il me jugeait pas, ça c’était parfait tu sais. Aujourd’hui, tout le monde juge tout le monde, mais pas lui. Il répétait “mais je suis qui pour te juger, tu fais ce que tu veux, t’es comme tu es, j’ai pas a te juger pour tes actes”. Et ça faisait du bien. Il n’a pas toujours approuvé mes choix mais il m’a toujours soutenu dans mes projets. J’crois qu’il pensait que, pour vraiment comprendre que mes décisions c’était de la merde, il fallait que je me casse la gueule. Alors je fonçais, et souvent, j’me ramassais par terre. Et encore, il restait là, debout à côté de moi les bras croisés, à me dire un jour ou l’autre va bien falloir que tu te relèves. Genre, par exemple, y’a eu ce soir ou je l’ai appelé en chialant comme une gamine, ça allait pas du tout, je lui ai dit putain ça va pas, j’ai l’impression d’avoir vraiment tout raté, j’suis qu’une trainée incapable d’aimer quelqu’un qui mérite tout l’amour du monde et voilà que j’me prends une énorme claque dans la gueule, j’ai envie de rien maintenant, je suis censée faire quoi ? Et puis il a pas répondu à ma question. Il m’a juste dit “j’te dis pas que ça ira, parce que non ça ira pas, et je vais pas non plus te dire que c’est pas grave parce que ça l’est, c’est pas la première fois que tu vas te casser la gueule, et c’est surement pas la dernière, va de l’avant, relève toi, regarde plus loin”. Je crois que c’était la chose la plus censée qu’on m’aie jamais dite. T’sais, on a tous ces amis qui nous disent seulement ce qu’on veut entendre. Moi, j’avais lui (je lève un peu la tête). J’crois que c’est lui qui m’a foutu les plus grosses claques, d’ailleurs. J’arrivais, j’me plaignais de ma vie de merde pendant une heure, et le plus naturellement du monde, il me répondait “ça fait une heure que tu râles, t’as pas avancé, tu sais même pas où est ton problème et depuis une heure tu fais rien pour le résoudre”, bim (je rallumais une clope). Il parlait toujours avec une sincérité et une simplicité, ça en devenait presque intimidant. Parfois, je lui disais rien, j’avais tellement peur de la claque qu’il allait me foutre que je préférais me taire. J’essayais de résoudre mes problèmes toute seule, ou du moins d’intérioriser. Mais à chaque fois que j’explosais, c’était pire, alors j’ai du apprendre à gérer. Trouver le juste milieu entre me reposer sur ses conseils ou essayer d’avancer toute seule. Et ça marchait, je crois. J’avais trouvé l’équilibre. On se parlait pas souvent, finalement, seulement quand c’était important. Parfois, pour déconner, pour avoir ces délires de potes un peu cons, c’était drôle. Je l’aimais beaucoup. Je l’aime toujours beaucoup d’ailleurs. J’étais tellement contente quand on se parlait, ça me faisait du bien. Et puis, un jour j’ai réalisé qu’enfin j’allais vraiment le voir, tu sais. C’était pas seulement entendre sa voix, son souffle. C’était le voir, le serrer dans mes bras, réellement. Et j’ai pas vraiment réalisé. Il habitait tellement loin, c’était inespéré. Et puis y a eu cette opportunité, je lui ai dit, il était content, je crois, de me voir. Je suis montée à Paris, j’me suis tapée 7h de train. C’est long, 7h, tu vois (il rit). J’étais excitée. J’quittais ma petite ville pour la capitale, pour un mois en autonomie totale. J’avais peur, aussi. Je voulais lui en parler, mais j’avais tellement pas envie de gâcher mon bonheur d’être là. Alors j’lui ai dit que j’étais arrivée, que j’étais à la gare, que je voulais le voir, enfin. Il a pas répondu. J’ai pas eu de nouvelle. Rien, pendant 2 semaines, rien. Silence radio. Il était parti. Je sais pas où, mais il était plus là. Disparu, invisible, je sais pas. Partout où j’allais, rien. Il avait disparu des réseaux sociaux, du moins, c’était comme si lui et moi on n’avait jamais été en contact sur un de ces sites. J’étais devenue une inconnue qu’il ignorait comme tous ces gens qu’on voit dans la rue sans y faire attention. J’me suis demandée s’il lui était arrivé quelque chose, et puis non. Après, j’ai réalisé (j’ai bu une gorgée de Vodka), ce que je redoutais, t’sais, ça se passait vraiment. Il me lâchait comme une pauvre merde. Comme si, entre nous, il ne s’était jamais rien passé, comme si on ne s’était jamais rien dit, jamais rien confié. J’y croyais pas, pendant une semaine j’ai espéré recevoir un signe de lui, t’sais un truc tout con, un message, un mail, je sais pas, mais un truc. Et rien. J’l’appelais tous les jours, il raccrochait direct. C’était fatiguant, tellement fatiguant. Et on m’disait “mais laisse tomber, tu te prends la tête pour quelqu’un qui ne te calcule même pas, arrête”. Mais j’suis têtue, tu le sais bien (je baisse la tête). Mais.. on se bat pour les gens qu’on aime. Alors j’ai continué, pendant quelques jours. Je sais plus combien exactement. Je lui disais que c’était une enflure, qu’il pouvait pas me faire ça, que j’avais besoin de lui. J’lui répétait que, s’il y avait un problème, je pouvais comprendre, que j’attendais juste une explication. Je demandais pas grand chose, moi, tu vois. J’ai jamais demandé grand chose. Il pouvait partir s’il le voulait, qu’est ce que je pouvais y faire, au fond ? J’allais pas le forcer à rester. Mais au moins, qu’il m’explique. J’ai retourné la situation dans tous les sens pour chercher quel était le soucis, où est-ce que j’avais merdé. J’oubliais de manger, j’avais jamais faim, j’étais tellement perdue. (Je fais une pause). Le pire dans tout ça, c’est que j’étais même pas énervée. Enfin, si je l’étais, mais pas autant que j’aurai du l’être tu vois. Parce que, à côté de ça, j’étais tellement déçue. Et triste. Peut-être plus triste que déçue. Et j’arrivais pas à m’énerver contre lui, j’arrivais pas, je finissais toujours par le supplier de revenir parce que, merde, j’ai besoin de lui! C’est pas comme si jamais on s’était dit je t’aime, comme si je lui avais jamais rien confié de personnel. C’était juste.. improbable. Et puis un soir, je sais pas, je sortais du boulot, dure journée, c’était un jeudi je crois. Je l’ai appelé, et évidemment j’suis tombée sur son répondeur. Quelle merde, ce truc. J’en avais marre de l’entendre. “Bonjour, vous êtes sur la messagerie”. Ta gueule, t’sais. J’voulais juste l’appeler, lui dire que j’étais libre pour un café, et qu’il était censé me répondre que c’était ok pour aller boire un verre. Sauf que je sais pas ce qui m’a pris, j’ai trop parlé. J’ai tout lâché. Enfin, tout.. presque. Pendant sept minutes, ou un peu plus je crois. J’l’ai engueulé, insulté, je lui ai demandé pour qui il se prenait, comment il était capable de me faire ça. J’ai parlé sans trop me rendre compte de ce que je disais, mais ça m’a fait du bien de ne pas réfléchir à mes mots. C’était ce que j’avais l’habitude de faire avec lui, t’façon, ne pas réfléchir en parlant. (Il boit une autre gorgée, m’invitant à faire de même). Et puis, quand j’me suis rendue compte de ma connerie, j’ai voulu appuyer sur ce maudit bouton pour pouvoir recommencer le message et juste lui dire “hey, j’suis dispo pour boire un verre demain, ça te dit ?” sauf que j’avais oublié, moi, c’était quelle touche. Alors j’ai juste raccroché. Et j’sais même pas s’il a écouté, ce message, j’en sais rien et peut être que j’ai même pas envie de savoir. J’étais mal, après. Encore plus que les autres jours. C’est tellement con, comme histoire, quand j’y pense. Tellement nul, putain. Parce qu’attend, le plus nul c’était pas ça. C’était pas ce foutu message que j’ai pas su effacer qui est le plus nul. C’est ce qui c’est passé le lendemain. J’attendais une amie, elle savait pas me dire où elle était. Et puis, j’ai tourné la tête, pour voir si elle arrivait. Et il était là. Il arrivait pile devant moi, avec sa veste que j’aimais beaucoup, ses écouteurs sur les oreilles, ses cheveux décoiffés. Et moi, je suis restée là comme une conne, j’ai pas bougé, j’ai rien dit, j’avais du mal à croire que Paris était pas assez grand et que je venais de le croiser. Mais j’ai rien dit, j’ai pas bougé, j’ai continué d’attendre. Mon coeur s’était mis à battre super vite, c’était fou. Et puis, j’ai du traversé cette espèce de rue. C’était pas vraiment une rue, tu vois (ça l’a fait rire). Et puis, je l’ai revu, assis avec un de ses potes, qui fumait une clope. J’étais au téléphone, j’ai eu un sursaut, j’ai failli m’arrêté mais non. Je l’ai juste regardé, il a pas levé la tête, ce con. Et je suis partie. Je l’ai appelé, pour lui dire que j’étais là, pas loin, et qu’au moins, il pourrait venir dire bonjour. Non, il a raccroché, encore. Et j’crois que j’ai jamais autant pleuré pour une amitié perdu qu’à ce moment là (je baisse la tête). Parce que c’est le premier à m’avoir dit que j’en valais la peine, tu vois. Mais le premier à me montrer que je valais pas tellement le coup, la preuve, même pas foutu de lever son cul pour venir me voir. J’étais tellement déçue. Tellement, putain. T’imagines pas. Toute ma vie, pendant 19 ans, on m’a prévenu de la douleur du chagrin d’amour. Et là, c’était un putain de chagrin d’amitié, j’étais pas prête, pas prévenue, je suis tombée de haut. J’venais de me ramasser la gueule par terre, sauf qu’il était pas là, à côté, attendant que je me relève. J’avais pas envie de me relever, moi. Je l’ai appelé une dernière fois, j’ai laissé un message, j’ai pleuré et encore pleuré, je savais même pas pourquoi je l’appelais, j’avais plus les mots, à ce stade. Qu’est c’que tu voulais que je dise ? J’avais bien vu que ça ne lui faisait plus rien, que moi, j’lui faisais plus rien. Il était totalement insensible. Qu’est c’que je devais faire. J’ai fini par ne plus rien lui envoyer, parfois je cédais, tu sais. Parfois je lui envoyais juste “ne m’oublie pas”, ou “tu m’as dit que tu partirais pas comme les autres, parce que t’étais différent… tu m’as dit que tu resterais, prouve-le”. J’attendais pas vraiment de réponse, après une semaine sans nouvelle et aucune réaction même quand je lui passe sous le nez, à quoi est ce que je pouvais m’attendre ? J’avais simplement pas envie qu’il m’oublie. Et j’ai attendu, encore. Parfois, j’avais encore du mal à croire que c’était vraiment en train d’arriver, tu sais. Qu’il soit parti comme un voleur, sans explication, après tout ce qu’on avait pu se dire. Et puis, quelques temps après, je lui ai juste dit “j’ai besoin de toi, réponds moi s’il te plait”. Et il a répondu. Il a juste dit “salut”. 2 semaines sans nouvelle, 2 semaines à se comporter comme le pire des connards, et il revient avec un pauvre “salut”. C’était lui tout craché
—  jemetais
francetvinfo.fr
En Allemagne, une victime d'agression sexuelle doit "prouver qu'elle a essayé de se défendre"

Où l’on apprend que le culture du viol est si bien ancrée en Allemagne qu’elle est inscrite dans la loi, qui considère que si la victime ne riposte pas, c’est qu’elle se laisse un peu faire, quand même. Des violeurs jamais condamnés parce que meuf, entre nous, si vraiment t’avais pas eu envie, t’aurais pu lui foutre un bon coup de pied dans les couilles et t’enfuir, il était même pas armé ! Sans parler des viols conjugaux et là c’est le pompon : “En mars 2012, la Cour de cassation avait rejeté le recours d’une femme qui s’était refusée à son conjoint, avant de lui céder par peur de violences, sans crier, pour ne pas réveiller ses enfants. La Cour avait estimé que la victime, malgré ses blessures, pouvait s'enfuir et alerter des voisins.”

EA-SY.