uberto

4

So it keeps doing this dance between chilly and warm but cold rainy out, right? And you forgot that you cut your only pair of pants into cut-offs once summer hit, and now you’re feeling the repercussions of that decision. But don’t fret. We got all the good denim: slim fit, low crotch, raw selvedge, organic wash–all of that. And we’ve got some warm upper layers for you too, knits and outerwear to switch up with the ole hoodie. 

WeSC at Omoi Zakka Shop.

5

LA COLLABORAZIONE WITH GUCCI COMES TO MIAMI BEACH 

By Rafa Carvajal & Jesse Spencer

As I have mentioned in previous columns, I truly love art. So this week I bring to your attention the results of what started out as a concept idea between the famed fashion house family’s Uberto Gucci, his business partner Tatjana Labato, and Miami’s celebrated artist, Noel. This collaboration has led to an international artistic exchange that will premiere in a duo of events Thursday, November 17, from 6 p.m. to 9 p.m. at the Miami Beach Botanical Garden, followed by a reception from 9 p.m. to 11 p.m. at the Raleigh Hotel. 
 
With “La Collaborazione” Noel is taking his amazing artistic talents to a whole new level, so I had to catch up with him to learn more about it.

Can you explain “La Collaborazione” to Wire Magazine’s readers?

“La Collaborazione,” is a homage to the history of the Gucci family. With this collection of mixed media paintings I’m blending such iconic items as the original Gucci scarves and their leather and metal accessories with my work. The collection tells the story of how the Gucci family started in Florence with their first love and passion of all things equestrian, and how from there they evolved to their beautiful scarves. It is the first time that I’m using 3D objects on my work, and I must say that it was very exciting and the results are very unique. Uberto Gucci and I were very pleased when the first two pieces in the collection were unveiled in Florence in December of 2010 during my Mediterranean exhibits. With “La Collaborazione” I’m introducing new techniques and a more simplified execution that reflects my artistic growth and my own personal interpretation of merging the classical with the contemporary. There are even some obvious POP approaches in a couple of the pieces in the collection… well as POP as I can get!

How did your relationship with Uberto Gucci start?

Actually, it all started in a conversation between Mr. Uberto Gucci and Tatjana Labato, his U.S. business partner, when we met at my May 2010 Miami opening. Uberto and Tatjana liked my work from the start and, in a very organic way, it developed into a collaboration.
 

How did you find your inspiration for the “La Collaborazione” pieces?

That is the easiest part. To start, the Gucci Family roots and history are from one of my top favorite cities in the world, “Firenze”, which is the birthplace of The Renaissance and cradle to the most important masters of Italian art. To this you add the wonderful sense of design and creativity that is part of the Gucci family, and my theatrical background and creativity takes over!!!

Does Gucci give you a lot of direction or do you mostly have free reign?

Three words… total creative freedom! I have to say that in all my history of artistic collaborations, working with Uberto Gucci has been the most organic and fulfilling one ever. We have so much in common… from how we grew up in totally artistic and creative families to our artistic and personal preferences. In the past year all our Skype’s conferences (which had been several) go on for hours. We get so totally involved in the creative process that time truly flies by. It is a blessing when true artists get totally immersed in total creative. It is not work at all… it is simply living to the max!!!  

Gucci thanks you for allowing him a fresh breath of pure air and letting his creativity be totally free. What does that mean in your eyes?

I believe that what Uberto means in this quote is how different it was to work in a collaboration where there are no limits to what can be done, patterns and creative directors to follow, and no compromising on what the collection or product needs to be.  

Do you think you’ve started a trend? Can we expect to see other collaborations of iconic fashion designers and fine artists?

I only hope! That would be wonderful!!! There is no end or limits to creativity. I encourage artists of all mediums to throw themselves into all possibilities of creating something new and different works - after all, this is what makes you evolve and develop as an artist. We are the ones that have the power to take us as far as we want to!

What does it mean to you to have so much support from the GLBT community?

There are truly no words to describe this feeling, it is just like having your family always be there for you, and for this I’m eternally thankful. I find it very interesting that when it comes to the image that the world has of Miami Beach/Miami, having a very tight and powerful community is not one at the top of the list. Our community is by far one of the tightest and most together I’ve seen, as far as I’m concerned. It is too bad that the world doesn’t get to experience this to the fullest.  

How do you feel about receiving a Proclamation recognizing your continuing contributions to Miami Beach?

This is an accomplishment that means the world to me. There is no better feeling than when your community recognizes one’s efforts and dedication. The act of giving is a gift on its own - one that my family taught me by example. It is the most wonderful human action and its biggest rewards takes place on its execution. The other special part to this is receiving this proclamation from our re-elected and wonderful Mayor Matti Bower, a person that I’m extremely thankful to and proud to have as a major supporter of my work since day one and a very special friend. Congrats Matti!!!

Is there anything else you’d like to say to Wire Magazine’s readers?

Yes, I hope that all Wire readers get the opportunity to experience “La Collaborazione”, but if you don’t get to attend the opening on November 17th, please feel free to contact me for private viewings. I also want to tell your readers to keep supporting our first Miami Beach magazine!!! Thank you so much Wire for always being there for me since day one (circa 1990), as well as for our community.

Visit www.wiredonthearts.com for additional questions, details, and images!

Photo Credits From Left To Right, Top To Bottom:    

1. Mr. and Mrs. Dallahan with Noel and “IL Renascimiento, I.”

2. “IL Renascimento, II” © 2010 by Noel, Mixed Media on canvas.

3. Uberto Gucci, Luis Quinones, and Noel with “Eques, I” in the background.

4. Uberto Gucci, Art Director Zara Daniels, and Noel presenting a gift to Uberto Gucci.

Voice Of Fear Ep - Uberto mp3 downloads

Uberto mp3 download


DOWNLOAD

Voice Of Fear Ep album:

  • Artist - Uberto mp3
  • Album - Voice Of Fear Ep mp3
  • Year - 2011
  • Genre- Techno

Tracks:

  • Voice Of Fear (Original Mix)
  • Wlcm (Original Mix)

Download Voice Of Fear Ep

uberto.com Flickr: Uberto’s Photostream Flickr is almost certainly the best online photo management and sharing application in the world.. Uberto Zanolli Betty Luisa Zanolli Fabila, Copyright, 2002, 2005. Uberto is not a popular first name for men and an equally uncommon surname or. DRUDGE REPORT 2011 Fractovia - Fractal Forge For any information, questions, remarks or bug reports, please send a message to Uberto Barbini. Homepage contact Uberto Orlando. Subscribe to Uberto’s photostream Latest | geoFeed | KML. Fractal Forge is copyright 1996-2002 by Uberto Barbini.. Uberto - MP3 Downloads | Music | DJ Charts | News | Photos at. . Uberto - Wikipedia, the free encyclopedia Uberto is an Italian first name, the equivalent of Hubert; variations include Oberto, Ubertino and female forms are Uberta, Oberta, Ubertina.. uberto | Iphone icons, ipad icons, icons for mac We create icons and design the graphics for your application Uberto | meaning of Uberto | name Uberto Baby names that sound like Uberto are Abert, Ebert and Obert.. Play and download MP3s by Uberto + DJ Charts & Playlists, DJ Mixes, Videos, Photos, Compilations, News & more


Glass, Philip mp3
Voice Of Fear Ep - Uberto mp3 tracks

Uberto mp3 download


DOWNLOAD

Voice Of Fear Ep album:

  • Artist - Uberto mp3
  • Album - Voice Of Fear Ep mp3
  • Year - 2011
  • Genre- Techno

Tracks:

  • Wlcm (Original Mix)
  • Voice Of Fear (Original Mix)

Download Voice Of Fear Ep

Uberto - MP3 Downloads | Music | DJ Charts | News | Photos at. Uberto is not a popular first name for men and an equally uncommon surname or. Homepage contact Uberto Orlando. Subscribe to Uberto’s photostream Latest | geoFeed | KML. DRUDGE REPORT 2011 Fractovia - Fractal Forge For any information, questions, remarks or bug reports, please send a message to Uberto Barbini. uberto | Iphone icons, ipad icons, icons for mac We create icons and design the graphics for your application Uberto | meaning of Uberto | name Uberto Baby names that sound like Uberto are Abert, Ebert and Obert.. . Uberto Zanolli Betty Luisa Zanolli Fabila, Copyright, 2002, 2005. Play and download MP3s by Uberto + DJ Charts & Playlists, DJ Mixes, Videos, Photos, Compilations, News & more. Fractal Forge is copyright 1996-2002 by Uberto Barbini.. uberto.com Flickr: Uberto’s Photostream Flickr is almost certainly the best online photo management and sharing application in the world.. Uberto - Wikipedia, the free encyclopedia Uberto is an Italian first name, the equivalent of Hubert; variations include Oberto, Ubertino and female forms are Uberta, Oberta, Ubertina.

Voice Of Fear Ep

Uberto mp3 download


DOWNLOAD

Voice Of Fear Ep album:

  • Artist - Uberto mp3
  • Album - Voice Of Fear Ep mp3
  • Year - 2011
  • Genre- Techno

Tracks:

  • Voice Of Fear (Original Mix)
  • Wlcm (Original Mix)

Download Voice Of Fear Ep

Uberto Voice Of Fear Original Mix 2. 1. Technoface Uberto Voice Of Fear Original MixDOWNLOAD. Uberto Voice Of Fear EP | minimalistica Uberto - Voice Of Fear EP Artist : Uberto Title : Voice Of Fear EP Genre : Techno Label : Miniaturesrec Bitrate : 320 kbps 1. Artist : Uberto Title : Voice Of Fear EP Genre : Techno Label : Miniaturesrec Bitrate : 320 kbps. English: Voices Of Fear Start of Band Formed in 2007 in. I understand that abuse of this report could lead to a suspension of my. Disponibilizamos 2 msicas do nosso novo EP (Destruindo Barreiras) ( 8 ou. Voices Of Fear on PureVolume.com No Momento O Voices Of Fear Estar Tocando Direto e Gravando o Seu Prximo Ep Previsto Para o Comeo de 2009. Uberto - Voice Of Fear - Uberto - Voice Of Fear EP Artist: Uberto Title: Voice Of Fear EP Label: Miniaturesrec Genre: Techno Release Date: 01 February 2011 Quality: 320kbps avg / 44.1KHz / Full Stereo Url: www.beatport


song Napoli.Viaggio.In.Italia. (Cd2) | Massimo Ranieri
Entretien avec Uberto Pasolini pour son film Une Belle Fin

Pour la sortie mercredi 15 avril du nouveau film de Uberto Pasolini, Une Belle fin (Titre original Still Life) avec Eddie Marsan et Joanne Froggatt, j’ai eu l’occasion d’avoir un entretien avec le réalisateur.

Une Belle Fin dont voici ma critique, a remporté plusieurs prix comme le Prix du Meilleur Réalisateur dans la section Orizzonti de la dernière Mostra de Venise, le Prix Pasinetti (Syndicat des Journalistes Italiens) du Meilleur Film ou encore le prix du meilleur acteur pour Eddie Marsan lors du Festival d'Edimbourg.

Compte rendu de l’interview :

Comment vous est venue l’idée de faire ce film ?  

Uberto Pasolini : Le voyage a commencé avec la lecture d’un article, d'une interview qui donnait la parole à une dame qui travaillait pour la mairie de Westminster, dans le centre de Londres. Dans cette interview, elle parlait du triste fait que chaque année ont lieu des milliers de funérailles en Angleterre où personne n’est présent. Cette image d’une tombe abandonnée au moment même de l’enterrement m’a beaucoup marqué. J’ai décidé de la connaître , puis de passer six mois en compagnie de deux officiers funéraires dans le sud-est de Londres. Avec eux, j’ai assisté à des crémations, des enterrements mais aussi à des visites dans les maisons des disparus, récemment décédés dans la solitude. Je me suis retrouvé à les aider en fouillant dans leurs effets personnels, à la recherche d’indices (lettres, numéros de téléphone…) de contacts humains, de familles, de relations… Ces moments-là sont très forts car l’existence de la personne paraît encore plus forte par son absence. C’est assez étrange mais c’est ainsi que je l’ai ressenti. Je me suis par la suite retrouvé à quelques funérailles où j'étais la seule personne présente. Il y a des gens qui font ce travail de façon très humaniste, en s’impliquant personnellement, tandis que d’autres le font d’une façon très bureaucratique (comme je l’ai montré dans le film) en gérant les dossiers les uns après les autres, en se donnant deux semaines par dossier. Ils organisent souvent des crémations car elles sont moins chères. Je me suis souvent retrouvé seul devant un mort que je n'ai pas connu.

J’ai essayé de faire entrer dans ce film tous les sentiments contradictoires que j’ai pu ressentir : l’émotion véritable mais aussi une sorte de pression à être le seul représentant de l’humanité à assister à ces tristes enterrements. Je me considère comme quelqu’un de très privilégié, j’ai grandi avec une cuillère d’argent dans la bouche… même trois ou quatre, cinq ! (Il rit NDLR). Et j’ai encore maintenant une vie très privilégiée, pas seulement pour des questions d'argent, matérielles, mais aussi parce que j’ai trois filles, une ex-femme avec qui je reste proche, des amis autour de moi et un travail qui m’occupe bien. Mon intérêt pour ces personnes-là était presque social. Au fur et à mesure, ma démarche, intellectuelle au départ, est devenue plus émotionnelle ensuite. Je me suis alors interrogé sur les connexions envers l'autre, les autres, sur les connexions que l’on établit avec ceux qui nous entourent. La connexion que ma sœur aimerait avoir avec moi par exemple.

La préparation du film s’est transformée en une expérience de vie…
Enfin, j’ai voulu parler de la solitude. Après trente ans de vie commune, j’ai redécouvert ce qu’était la solitude. Même si je vois mes filles régulièrement, certains jours je rentre chez moi dans une maison vide. Je sais que tout cela est très commun mais c’était une expérience nouvelle pour moi : rentrer chez soi, dans une maison vide… et ouvrir les rideaux pour faire rentrer la lumière, allumer la télévision ou la radio pour avoir un peu de présence humaine. Cela m’a vraiment frappé.

Finalement, la préparation du film a commencé comme une enquête sociale et s’est transformée en une expérience de vie, on peut dire ça. Avant ce film je ne connaissais pas mes voisins. Depuis, j’ai eu envie de faire connaissance avec eux. Je me suis présenté à leur porte un soir, avec une bouteille de vin, pour me présenter : “je suis votre voisin”. Ils ont sûrement du se demander à qui ils avaient à faire en me voyant comme ça, un mec avec une bouteille… Je ne pouvais pas faire un film comme ça sans connaitre mes voisins. Un an après j'étais même aux funérailles d'un de mes voisins. Je me suis senti bien, c'était normal d'être là, après l'avoir juste connu un an.

Le titre original du film est « Still Life », dont le mot « life » ressort particulièrement. Parler de la mort pour mieux évoquer la vie, était-ce là votre démarche avec Une belle fin ? 

Uberto Pasolini : Je vous remercie de l’avoir remarqué. Pour moi, c’est un film sur la vie, pas un film sur la mort. C’est très important. Pourquoi est-ce un film sur la vie ? Car c’est un film sur les relations humaines, celles des gens qui sont en vie. Il n’est pas question de ce qui se passe après la mort mais plutôt de ce qui se passe avant, de comment on gère notre vie envers les autres. Pour moi, c’était très important que le titre n’ait pas de connexion avec la mort. « Still life » en anglais, c’est l’expression que l’on utilise pour dire « nature morte ». Mais cela veut aussi dire « une vie immobile » mais aussi « toujours en vie » (« Still alive ») et enfin « still » renvoie aux photos, aux souvenirs qu’on immortalise. En Italie, j'ai demandé à ce que le titre ne devienne pas “Natura Morte” car ce n'est pas le sujet de l'histoire, c'est un film sur la vie. J’ai insisté auprès des distributeurs pour que cette dimension ressorte dans les titres en Allemagne ou en France où ils ont trouvé le titre « Une belle fin ».

Un titre polysémique également…  

Uberto Pasolini : Je l’aime aussi, car on peut le lire de plusieurs façons. Une belle fin, c’est ce qu’il essaie de donner à ses clients. Une belle fin, parce que le film a une belle fin. Et puis le mot « fin » peut être un synonyme de « but » à atteindre. J’aime ce titre français. Les allemands ont choisi un titre très long : « Monsieur May et le souffle de l’universel » je crois. Ils changent toujours les titres d'une façon très étrange.

Puisque l’on parle de fin, évoquons celle de votre film qui est assez surprenante. Une belle fin est un film très réaliste et cette fin se distingue…

Uberto Pasolini : J’espère que vous n’allez pas raconter la fin à vos lecteurs ! Mais je vais vous répondre malgré tout… C’est une image que j’avais en tête dès le départ, avant même de commencer mon enquête, mes recherches pour le film donc c'est très difficile de vous en parler.

(SPOILERS : attention, cette réponse révèle des éléments de l’intrigue…)

J’avais cette vision d’un homme, solitaire, dont la vie se termine de la même façon que la vie de ces milliers de funérailles, de gens dont il s’est occupés. Votre question porte sur les dernières vingt secondes du film…  c’est exactement ce que j’avais en tête. C’était une décision émotive, instinctive et pas intellectuelle. Et je l’ai compris plus tard. J’ai compris que j’avais besoin de terminer le film d’une façon qui remercie, qui ne nous fait pas oublier la valeur de cet homme, la générosité de celui-ci dans son travail.  Je voulais signifier que toute cette dévotion dont il fait preuve n’était pas inutile. C’était aussi une façon de renvoyer à cette scène où son supérieur lui dit que « les funérailles sont pour les vivants, pas pour les morts » et que lorsqu’il n’y a personne pour y assister, cela n’a aucun intérêt car personne ne souffre. D’une certaine façon, il a raison. Mais alors là où il se trompe, c’est que ces funérailles sont aussi pour tout le monde, pour la société. La façon dont on jette les cendres de ces personnes disparues caractérise aussi la manière dont on gère, avec sensibilité ou pas, toutes les situations impliquant la société, les plus défavorisés, les orphelins, les toxicomanes…

Dès lors que l’on traite ces cas-là avec un manque de considération et une vision de rentabilité, de productivité, on oublie la question de l’humanité. C’est tragique. Pour moi, c’était donc très important de terminer le film de cette façon. La fin du film devait avoir une signification pour moi-même. Et si ce film parle aussi aux spectateurs, tant mieux car le cinéma c'est d'abord un dialogue avec le spectateur.

On me demande pourquoi j’ai réservé un tel sort à mon personnage… Je ne voulais pas que le spectateur ait à se projeter sur la belle vie qu’il pourrait avoir par la suite. Je veux qu’il se dise que la vie qu’il a eu jusqu’à maintenait était une belle vie. C'était une vie différente, une vie faite de générosité, remplie de la vie des autres. Je ne voulais pas sortir de cette expérience, de ce voyage, en oubliant la dévotion dont cet homme avait fait preuve, sa belle vie et sa belle fin.

(fin du spoiler)

J’espère que si les gens sortent du film avec quelques larmes, ce seront des larmes positives, une belle émotion plutôt que de la tristesse. Une belle fin est très contemporain, pensez-vous que les réseaux sociaux peuvent contribuer à créer du lien ou au contraire éloigner les gens ?

Uberto Pasolini : Oui et non. J’ai un peu peur qu’internet donne l’impression aux gens d’être en communication avec le monde, avec les autres. Je crains que la majorité de ces relations soient faussées. Pourquoi ? Parce que pour moi, le contrôle d’une relation, de son rapport est dans les mains de deux personnes. Dès lors que vous pouvez interrompre un échange en appuyant simplement sur une touche, alors ce n’est pas une vraie relation. Une vraie relation se construit ensemble, l'intensité d'une relation c'est un compromis entre deux personnes ou plus. Bien sûr, internet permet de rencontrer des gens, mais l’important est de donner suite à cette connexion initiale avec une relation physique. J’ai peur que certaines personnes sur Facebook se construisent une identité sur internet, se construisent une personnalité qui n’est pas la leur en se projetant d'une certaine façon. Il y a vingt ou trente ans, les gens timides étaient obligés de sortir pour trouver un contact humain. Bien sûr, certains ne sortaient jamais. De nos jours, ils n’ont même plus l’obligation de sortir car ils pensent qu’ils peuvent trouver ce contact par le biais d’une machine. Bien sûr, internet a d’énormes avantages, c'est génial. On peut faire beaucoup de choses, établir des contacts, créer des situations… Cela facilite la vie. Mais l’autre problème avec internet c'est que ça prend beaucoup de temps. On rentre le soir, on perd son temps sur Youtube, à s’occuper l’esprit avec des vidéos stupides pour se vider la tête… Ce temps là est gaspillé… On aurait pu l’utiliser pour frapper à la porte du voisin. Bien sûr nous avons plus de distractions aujourd'hui.

John May est un prénom très ordinaire, commun. Pour l’interpréter, vous avez choisi Eddie Marsan, un acteur qu'on n'oublie pas, au physique singulier. Comment l’avez-vous convaincu de prendre part à ce projet et enfin obtenir son premier premier rôle ?

Uberto Pasolini : J’ai voulu donner à mon personnage un prénom très commun, le plus simple et anonyme possible, John May. John c'est un des prénoms les plus communs et May, juste une syllabe. Et comme vous avez pu le voir, j’ai choisi de faire mon film avec une grammaire très simple avec un ton de silence. J’avais besoin de quelqu’un qui soit capable de communiquer énormément sans jouer le rôle et utiliser de longs dialogues. J’avais travaillé avec Eddie Marsan il y a 10 ans, je savais qu’il pouvait s’impliquer énormément sans parler, sans « jouer le personnage ». J’ai écrit ce personnage avec une photo d’Eddie Marsan devant moi. C’est un acteur assez connu en Angleterre, pour le théâtre et quelques seconds rôles marquants au cinéma comme Tyrannosaur. Les gens ne retiennent pas forcément son nom, mais se souviennent de sa figure. Il a un talent extraordinaire, une technique impressionnante et c’est un acteur généreux. Cette générosité il l'exprime dans son travail. Faire un film pour Eddie, ce n'est pas une excuse, une occasion de montrer son talent mais simplement de servir l'histoire, tourner des vraies personnes. On a très bien travaillé ensemble. Et s’il ne fallait retenir qu’un point positif de mon film, ce serait le travail d’Eddie Marsan dans la peau de John May. Il est fantastique.  

Eddie Marsan est magnifique tout comme votre musique.

Uberto : Ah merci je vais le dire à mon ex femme (Il rigole NDLR)

J’aimerais terminer cet entretien par un trait d’humour en lien avec votre film… Vous qui avez eu une vie riche et bien remplie, qu’aimeriez-vous que l’on dise au moment de votre éloge funéraire ?  

Uberto Pasolini : J’ai une réponse simple à vous donner. Comme le dirait le patron de John May dans le film, je ne serai pas là. Mes filles seront là, ma famille aussi. La seule chose que je puisse souhaiter est que ce moment-là soit un moment de joie et non de tristesse pour mes filles. J’aimerais qu’elles voient mes amis autour d’elles, qu'elle voient que je suis pas seul, qu’elles voient les connexions humaines que leur père a su créer, afin qu’elles puissent gérer ce moment avec un certain bonheur en voyant la vie que j’ai eu. Sinon, ma famille a un caveau et je sais que mon père est là. Mais pour mes filles moitié anglaises, l'idée d'aller jusque là serait un soucis et en même temps ce serait triste de ne pas y aller. Je cherche donc une solution pour que mes filles pensent à moi ce jour là avec bonheur, de manière positive, un arbre peut-être. Mais mes filles ne veulent pas parler de ça !

Une belle fin est sorti en salle le 15 Avril.  

Propos recueillis et édités par Emmanuelle pour Regardezmoica.com.

Entretien réalisé à Paris, le 2 avril 2015, en compagnie de Thomas Perillon pour Le Bleu Du Miroir (Lebleudumiroir.fr). 

Je remercie Uberto Pasolini, Julie Tardit et Karine Ménard.

Still Life - a gem of a film worth watching

Still Life is a surprising little film brought to us by writer-Directer Uberto Pasolini, it was shot in 2013 and finally made its way to me and I’m glad that I decide to see it. The film depicts the life and work of John May (Eddie Marsan) a council worker looking for the living relatives of those found dead and alone. I know, it sounds fun, but trust me this film is much more than what it seem.

At the first, it looks like it’s about death and funerals, which it is, but it’s in no way depressing, it’s more a tale of life, love, and the afterlife. Still Life is quirky and exotic in its unusualness. John May is a bit weird, socially awkward, and very much feel out of touch with the modern world but he’s also a sweet and caring man, who is meticulous at his job easily making the people he interacts with seem even sweater, or worse depending on how they behave around him.

Despite its heavy themes Still Life has moments of relief, it’s funny at times and gets uplifting. It’s a movie that sneaks up on you to reach into your heart. Eddie Marsan gives a quiet but poignant performance in this film, I was drawn to his authentic portrayal of John May, a compassionate character you can’t help but love. Uberto Pasolini delivered a thought-provoking film with limited camera, letting the story take a life of its own.

Still Life is a thoughtful little film shining a light on a peculiar job but also on human relationships, the people we knew and lost touch with, those who sometimes are forgotten and need to be remembered. If you haven’t seen the watch it with an open mind and let me know what you think?

Une belle fin

Une belle fin
By C'est Nabum

La mort à ses trousses … Un film lumineux … Étrange objet cinématographique que voilà, réalisé par un Italien au patronyme célèbre : « Pasolini ». Celui-ci, Uberto de son prénom, est connu pour avoir abandonné une florissante carrière de banquier dans la « city » de Londres et obtenu un succès retentissant avec un film produit en 1997 : « The Full Monty ». Son premier film derrière la caméra a été primé dans de nombreux festivals : « Sri Lanka National Handball Team », sorti en (…) - Culture / Cinéma, Culture, Témoignage










April 20, 2015 at 09:40AM
via AgoraVox le média citoyen http://ift.tt/1Gbu2rX
Une belle fin

Titre : Une belle fin
Scénario : Uberto Pasolini
Réalisateur : Uberto Pasolini
Acteurs principaux : Eddie Marsan, Joanne Froggatt, Karen Drury, Andrew Buchan
Date de sortie française : 15 avril 2015
Récompenses : Prix du Meilleur Réalisateur dans la section Orizzonti de la dernière Mostra de Venise, Prix Pasinetti (Syndicat des Journalistes Italiens) du Meilleur Film, Prix de la Confédération…

View On WordPress

今日の映画 − バードマン あるいは(無知がもたらす予期せぬ奇跡)(Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance))

今年のアカデミー賞で、作品賞・監督賞・撮影賞・脚本賞の主要4部門を獲得した映画。これは観ないわけにはいかんということで早速映画館へ。


Keep reading

3

 “Still life“ traduit par “Une Belle fin”, drame de Uberto Pasolini, avril 2015

musique de Rachel Portman

avec Eddie Marsan, Joanne Froggatt, Karen Drury


Mais comment retrouver l’ entourage d’ une personne décédé?

Dans ce film, vous suivrez un Monsieur May déterminé, à la recherche d’ un meilleur ami, d’ une fille, ou encore d’ anciennes connaissances pour chaque  décès rencontré.


Un Marsan époustouflant qui nous force le respect pour l’ histoire qu’ il nous véhicule.

La dynamique est telle que le spectateur suit attentivement le fil de l’ intrigue composé de peu de dialogue et un unique personnage principale.