uberto

4

So it keeps doing this dance between chilly and warm but cold rainy out, right? And you forgot that you cut your only pair of pants into cut-offs once summer hit, and now you’re feeling the repercussions of that decision. But don’t fret. We got all the good denim: slim fit, low crotch, raw selvedge, organic wash–all of that. And we’ve got some warm upper layers for you too, knits and outerwear to switch up with the ole hoodie. 

WeSC at Omoi Zakka Shop.

5

LA COLLABORAZIONE WITH GUCCI COMES TO MIAMI BEACH 

By Rafa Carvajal & Jesse Spencer

As I have mentioned in previous columns, I truly love art. So this week I bring to your attention the results of what started out as a concept idea between the famed fashion house family’s Uberto Gucci, his business partner Tatjana Labato, and Miami’s celebrated artist, Noel. This collaboration has led to an international artistic exchange that will premiere in a duo of events Thursday, November 17, from 6 p.m. to 9 p.m. at the Miami Beach Botanical Garden, followed by a reception from 9 p.m. to 11 p.m. at the Raleigh Hotel. 
 
With “La Collaborazione” Noel is taking his amazing artistic talents to a whole new level, so I had to catch up with him to learn more about it.

Can you explain “La Collaborazione” to Wire Magazine’s readers?

“La Collaborazione,” is a homage to the history of the Gucci family. With this collection of mixed media paintings I’m blending such iconic items as the original Gucci scarves and their leather and metal accessories with my work. The collection tells the story of how the Gucci family started in Florence with their first love and passion of all things equestrian, and how from there they evolved to their beautiful scarves. It is the first time that I’m using 3D objects on my work, and I must say that it was very exciting and the results are very unique. Uberto Gucci and I were very pleased when the first two pieces in the collection were unveiled in Florence in December of 2010 during my Mediterranean exhibits. With “La Collaborazione” I’m introducing new techniques and a more simplified execution that reflects my artistic growth and my own personal interpretation of merging the classical with the contemporary. There are even some obvious POP approaches in a couple of the pieces in the collection… well as POP as I can get!

How did your relationship with Uberto Gucci start?

Actually, it all started in a conversation between Mr. Uberto Gucci and Tatjana Labato, his U.S. business partner, when we met at my May 2010 Miami opening. Uberto and Tatjana liked my work from the start and, in a very organic way, it developed into a collaboration.
 

How did you find your inspiration for the “La Collaborazione” pieces?

That is the easiest part. To start, the Gucci Family roots and history are from one of my top favorite cities in the world, “Firenze”, which is the birthplace of The Renaissance and cradle to the most important masters of Italian art. To this you add the wonderful sense of design and creativity that is part of the Gucci family, and my theatrical background and creativity takes over!!!

Does Gucci give you a lot of direction or do you mostly have free reign?

Three words… total creative freedom! I have to say that in all my history of artistic collaborations, working with Uberto Gucci has been the most organic and fulfilling one ever. We have so much in common… from how we grew up in totally artistic and creative families to our artistic and personal preferences. In the past year all our Skype’s conferences (which had been several) go on for hours. We get so totally involved in the creative process that time truly flies by. It is a blessing when true artists get totally immersed in total creative. It is not work at all… it is simply living to the max!!!  

Gucci thanks you for allowing him a fresh breath of pure air and letting his creativity be totally free. What does that mean in your eyes?

I believe that what Uberto means in this quote is how different it was to work in a collaboration where there are no limits to what can be done, patterns and creative directors to follow, and no compromising on what the collection or product needs to be.  

Do you think you’ve started a trend? Can we expect to see other collaborations of iconic fashion designers and fine artists?

I only hope! That would be wonderful!!! There is no end or limits to creativity. I encourage artists of all mediums to throw themselves into all possibilities of creating something new and different works - after all, this is what makes you evolve and develop as an artist. We are the ones that have the power to take us as far as we want to!

What does it mean to you to have so much support from the GLBT community?

There are truly no words to describe this feeling, it is just like having your family always be there for you, and for this I’m eternally thankful. I find it very interesting that when it comes to the image that the world has of Miami Beach/Miami, having a very tight and powerful community is not one at the top of the list. Our community is by far one of the tightest and most together I’ve seen, as far as I’m concerned. It is too bad that the world doesn’t get to experience this to the fullest.  

How do you feel about receiving a Proclamation recognizing your continuing contributions to Miami Beach?

This is an accomplishment that means the world to me. There is no better feeling than when your community recognizes one’s efforts and dedication. The act of giving is a gift on its own - one that my family taught me by example. It is the most wonderful human action and its biggest rewards takes place on its execution. The other special part to this is receiving this proclamation from our re-elected and wonderful Mayor Matti Bower, a person that I’m extremely thankful to and proud to have as a major supporter of my work since day one and a very special friend. Congrats Matti!!!

Is there anything else you’d like to say to Wire Magazine’s readers?

Yes, I hope that all Wire readers get the opportunity to experience “La Collaborazione”, but if you don’t get to attend the opening on November 17th, please feel free to contact me for private viewings. I also want to tell your readers to keep supporting our first Miami Beach magazine!!! Thank you so much Wire for always being there for me since day one (circa 1990), as well as for our community.

Visit www.wiredonthearts.com for additional questions, details, and images!

Photo Credits From Left To Right, Top To Bottom:    

1. Mr. and Mrs. Dallahan with Noel and “IL Renascimiento, I.”

2. “IL Renascimento, II” © 2010 by Noel, Mixed Media on canvas.

3. Uberto Gucci, Luis Quinones, and Noel with “Eques, I” in the background.

4. Uberto Gucci, Art Director Zara Daniels, and Noel presenting a gift to Uberto Gucci.

Voice Of Fear Ep - Uberto mp3 downloads

Uberto mp3 download


DOWNLOAD

Voice Of Fear Ep album:

  • Artist - Uberto mp3
  • Album - Voice Of Fear Ep mp3
  • Year - 2011
  • Genre- Techno

Tracks:

  • Voice Of Fear (Original Mix)
  • Wlcm (Original Mix)

Download Voice Of Fear Ep

uberto.com Flickr: Uberto’s Photostream Flickr is almost certainly the best online photo management and sharing application in the world.. Uberto Zanolli Betty Luisa Zanolli Fabila, Copyright, 2002, 2005. Uberto is not a popular first name for men and an equally uncommon surname or. DRUDGE REPORT 2011 Fractovia - Fractal Forge For any information, questions, remarks or bug reports, please send a message to Uberto Barbini. Homepage contact Uberto Orlando. Subscribe to Uberto’s photostream Latest | geoFeed | KML. Fractal Forge is copyright 1996-2002 by Uberto Barbini.. Uberto - MP3 Downloads | Music | DJ Charts | News | Photos at. . Uberto - Wikipedia, the free encyclopedia Uberto is an Italian first name, the equivalent of Hubert; variations include Oberto, Ubertino and female forms are Uberta, Oberta, Ubertina.. uberto | Iphone icons, ipad icons, icons for mac We create icons and design the graphics for your application Uberto | meaning of Uberto | name Uberto Baby names that sound like Uberto are Abert, Ebert and Obert.. Play and download MP3s by Uberto + DJ Charts & Playlists, DJ Mixes, Videos, Photos, Compilations, News & more


Glass, Philip mp3
Voice Of Fear Ep - Uberto mp3 tracks

Uberto mp3 download


DOWNLOAD

Voice Of Fear Ep album:

  • Artist - Uberto mp3
  • Album - Voice Of Fear Ep mp3
  • Year - 2011
  • Genre- Techno

Tracks:

  • Wlcm (Original Mix)
  • Voice Of Fear (Original Mix)

Download Voice Of Fear Ep

Uberto - MP3 Downloads | Music | DJ Charts | News | Photos at. Uberto is not a popular first name for men and an equally uncommon surname or. Homepage contact Uberto Orlando. Subscribe to Uberto’s photostream Latest | geoFeed | KML. DRUDGE REPORT 2011 Fractovia - Fractal Forge For any information, questions, remarks or bug reports, please send a message to Uberto Barbini. uberto | Iphone icons, ipad icons, icons for mac We create icons and design the graphics for your application Uberto | meaning of Uberto | name Uberto Baby names that sound like Uberto are Abert, Ebert and Obert.. . Uberto Zanolli Betty Luisa Zanolli Fabila, Copyright, 2002, 2005. Play and download MP3s by Uberto + DJ Charts & Playlists, DJ Mixes, Videos, Photos, Compilations, News & more. Fractal Forge is copyright 1996-2002 by Uberto Barbini.. uberto.com Flickr: Uberto’s Photostream Flickr is almost certainly the best online photo management and sharing application in the world.. Uberto - Wikipedia, the free encyclopedia Uberto is an Italian first name, the equivalent of Hubert; variations include Oberto, Ubertino and female forms are Uberta, Oberta, Ubertina.

Voice Of Fear Ep

Uberto mp3 download


DOWNLOAD

Voice Of Fear Ep album:

  • Artist - Uberto mp3
  • Album - Voice Of Fear Ep mp3
  • Year - 2011
  • Genre- Techno

Tracks:

  • Voice Of Fear (Original Mix)
  • Wlcm (Original Mix)

Download Voice Of Fear Ep

Uberto Voice Of Fear Original Mix 2. 1. Technoface Uberto Voice Of Fear Original MixDOWNLOAD. Uberto Voice Of Fear EP | minimalistica Uberto - Voice Of Fear EP Artist : Uberto Title : Voice Of Fear EP Genre : Techno Label : Miniaturesrec Bitrate : 320 kbps 1. Artist : Uberto Title : Voice Of Fear EP Genre : Techno Label : Miniaturesrec Bitrate : 320 kbps. English: Voices Of Fear Start of Band Formed in 2007 in. I understand that abuse of this report could lead to a suspension of my. Disponibilizamos 2 msicas do nosso novo EP (Destruindo Barreiras) ( 8 ou. Voices Of Fear on PureVolume.com No Momento O Voices Of Fear Estar Tocando Direto e Gravando o Seu Prximo Ep Previsto Para o Comeo de 2009. Uberto - Voice Of Fear - Uberto - Voice Of Fear EP Artist: Uberto Title: Voice Of Fear EP Label: Miniaturesrec Genre: Techno Release Date: 01 February 2011 Quality: 320kbps avg / 44.1KHz / Full Stereo Url: www.beatport


song Napoli.Viaggio.In.Italia. (Cd2) | Massimo Ranieri

anonymous asked:

Hey N, you seem really anti-Ezio. Why? (Sorry if you aren't it just seems that way in the tags)

Heavens, no! I’m not anti-Ezio at all, he’s just not my fave. I don’t really think I’m anti-any character, except possibly Uberto. Fuck that guy.

N

Send me an Angel
credits
church http://xiulanstock.deviantart.com/…/Church-of-S-Uberto-Vena…
male model http://themalenudestock.deviantart.com/…/Flying-God-Draped-…
sky http://cindysart-stock.deviantart.com/art/Sky-3-452776810
cloud http://moonglowlilly.deviantart.com/…/FOG-CLOUDS-PNG-324143…
wings http://paw-prints-designs.deviantart.com/…/Angel-Wings-Whit…
texture http://sirius-sdz.deviantart.com/art/Texture-313-363120838

STILL LIFE (UNE BELLE FIN)

Aujourd’hui,

Film réalisé et écrit par Uberto Pasolini qui, suite à une interview, a décidé de rencontrer le personnel des pompes funèbres pour comprendre leur travail. Il a alors choisi de raconter l’histoire des personnes qui s’occupent de retrouver les familles. Il a assisté à plusieurs enterrements pour que la réalisation soit la plus réelle possible (les démarches, le déroulement, l’ambiance).

La bande annonce.

S’il est rare que les bandes annonces soient intéressantes, celle-ci pourtant donne le ton et annonce la couleur :

Ne sautez pas cette étape, vraiment, regardez-la.

Synopsis.

Un fonctionnaire d’une branche des pompes funèbres, Mister May, est chargé de préparer des funérailles, de préparer le discours de l’enterrement et surtout, de rechercher les proches, famille ou amis, qui pourraient être présents. Pour ce faire, il se rend dans les appartements et récolte des indices pour comprendre leur personnalité et leur filiation (des bijoux, des documents), tel un enquêteur. Il récupère aussi à chaque fois une photo, que ce soit via une carte d’identité ou de club, qui sera accolée au dossier. Un jour, il est renvoyé et l’affaire “Billy Stoke” aka Big Billy sera sa dernière. Il va se dévouer corps et âme pour ce dernier travail ce qui va avoir des répercussions sur sa façon de vivre et révéler sa personnalité.

L’enjeu social : la solitude urbaine.

Mr. May est interprété par Eddie Marsan (Hancock, Sherlock Holmes, 21 Grammes) qui est bluffant. Il a toujours eu des seconds rôles (je crois) et c’est très plaisant de le voir dans un rôle principal.

Le personnage est un homme très minutieux, aux habitudes définies. Il est très maniéré : son repas est toujours le même, sa démarche est millimétrée, son expression inexistante, avant de traverser il regarde toujours à droite, à gauche, à droite, etc… Il a toujours la même allure, la même tenue, toujours propre sur lui, avec son attaché caisse dans la main gauche.

La joie.

Il est solitaire, comme les personnes dont il recherche la famille. Il est impossible de ne pas y voir un certain rapprochement : il agit pour des personnes qui n’ont pas de famille, comme lui, et qui risquent d’avoir un enterrement livide, sans âme, où personne ne sera là, comme lui. L’enjeu du film est la solitude urbaine. Des personnes qui meurent seules seront enterrées seules. Grâce à Mr. May, leur vie est inoubliable : quelqu’un est là, à défaut de famille, pour penser à eux. Chaque dossier est traité minutieusement. Que ce soit un enterrement ou une incinération, il agit toujours de manière soigneuse. Il respecte la vie des personnes qui n’ont personne pour leur rendre hommage. D’ailleurs, il a toujours de l’espoir pour eux et il laisse très longtemps les pots de cendres au cas où quelqu’un vienne les chercher avant d’aller, à défaut, lui même les verser délicatement dans des parterres de fleurs. Il garde un album où il colle soigneusement les photos des dossiers classés c’est-à-dire ceux dont la famille ou les amis sont inexistants et qu’il garde précieusement chez lui.

Toutes ces attentions font du personnage quelqu’un d’incroyablement attachant. C’est impossible de ne pas être bouleversé par ce travail méconnu, difficile de ne pas être ému jusqu’aux larmes par cette personnalité d’une tendresse unique.

D’ailleurs, cette attention qu’il porte à chaque cas ne correspond plus à la société dans laquelle il vit. Son employeur considère qu’il est beaucoup trop lent, pas assez rentable à tel point qu’il décide de le mettre à la porte lui laissant donc cette fameuse dernière affaire. La société ne peut plus se permettre pour des raisons financières de payer une personne portant de telles attentions. Même lorsque, par chance, il arrive à retrouver de la famille, cette dernière s’inquiète… pour l’argent. Rassurée par le fait que la société couvre les frais, elle n’assiste jamais aux enterrements. Si même la famille n’est pas prête à se déplacer, qui le ferait pour eux si Mr. May n’était pas là? La mémoire des vivants est la seule trace que chacun laisse après sa mort.

Son affaire finale le fait revivre. On découvre un personnage souriant et engagé dont le discours commence à prendre des formes et devient enthousiaste. Il quitte les rails de son train de vie (nouvelles habitudes alimentaires et vestimentaires). Il dépasse ses propres limites pour mener à bien sa dernière mission, synonyme de chômage. 

Ce revirement est marqué par cette scène où il est filmé comme s’il était perdu, écrasé par ce monde immense et inconnu qui s’ouvre à lui.

Gare de Saint-Pancras.

Il se permet des interdits (uriner sur la voiture de son boss, voler des archives) dont le Mr. May que l’on connaissait n’aurait jamais été capable avant. Il découvre des émotions (des sentiments amoureux) et des lieux inconnus (la mer).

Alerte spoiler.

Ironiquement et tristement, son épanouissement va avoir des conséquences. Ne faisant plus attention, il va être renversé, lui, Mr May, qui regardait toujours à droite, à gauche, à droite avant de traverser. C’est comme une punition de son débordement émotionnel, comme une punition d’avoir enfin préféré la vie à la mort. 

Son enterrement aura lieu le même jour que celui de William Stock. On peut y voir comme l’enterrement de sa quête humaine et professionnelle (celui de Big Billy) et celui de sa propre vie. Il n’y aura malheureusement pas plus de personnes présentes que lors des enterrements de ses morts.

Par contre, il a réussi à réunir tous les proches de Big Billy pour la cérémonie de ce dernier qui a lieu à quelques mètres de la sienne, illustrant ainsi la générosité et le dévouement sans limite dont a fait preuve John pour parvenir à ce résultat.

Une caméra statique aux couleurs ternes. 

Le réalisateur a choisi la caméra statique, c’est à dire fixe, qui ne bouge pas. Par exemple, si le personne se déplace, elle ne se déplace pas avec lui. Les seuls mouvements sont dus à ceux des personnages ou aux moyens de transport (quand la caméra est dans le train). Les plans sont donc calculés, très symétriques et ça permet une cohérence avec la personnalité de Mr. May dont la vie est statique, sans folie.

Les couleurs sont ternes. Le bureau et la maison sont dans les tons de blanc ou bleu d’hôpital. Les tenues sont très sombres (noires et grises). 

Les couleurs apparaîtront plus tard, avec l’évolution du personnage quand il commence à prendre vie grâce aux changements d’endroits.

Un titre traduit.

Dommage que le titre “Still life” n’ait pas été conservé. Cet intitulé colle merveilleusement mieux que la version française (Une belle fin) puisque si on traduisait en fonction du contexte du film ça donnerait : “nature morte” ou un “reste de vie” (traduction très moyenne puisque mon niveau d’anglais est semblable à celui de Hollande). Je préfère la deuxième option. Vu l’histoire que raconte ce film, cette traduction me fait penser aux restes de vie laissés dans une maison devenue inoccupée. D’ailleurs, il y a beaucoup de plans sur les traces de vie laissées par les personnes disparues (les draps dérangés, le fauteuil marqué). Malgré leur disparition, on les imagine parfaitement en train d’y vivre. M. May les observe toujours de manière respectueuse, c’est très touchant.

Un aspect religieux?

Je dois souvent, pour réussir à poser mes impressions, regarder des avis d’autres spectateurs et parfois ceux du Cercle sur Canal + où il y a toujours débats puisqu’il y a plusieurs points de vue exposés. C’est la seule différence intéressante avec les vidéos des Youtubeurs où logiquement un seul avis est présenté. En général, ça me permet toujours de me rendre compte que je n’ai pas du tout la même idée du film et un avis particulier sur Une belle fin en constitue un bel exemple.

Une chroniqueuse n’a pas aimé le film considérant qu’elle s’est ennuyée à cause de son aspect religieux. N’étant pas croyante, il lui a semblé qu’il fallait croire à une vie après la mort pour l’apprécier. Une sorte de reconnaissance post-mortelle serait attendue de la part de M. May en effectuant son travail.

Foutaises. Tous les plans s’arrêtent au cimetière. Il n’y a pas de fantastique pur et dur, il n’y a pas de référence religieuse ou spirituelle. De plus, en y repensant, il n’y a aucun signe religieux (comme une croix) dans la tenue de M. May, dans sa maison, dans son bureau ou dans n’importe quel lieu du film. Évidemment, certains enterrements ont cet aspect mais c’est parce qu’il respecte les croyances des personnes disparues. D’ailleurs, il y a aussi des incinérations donc sans cérémonie particulière.

Malgré les enterrements religieux, il n’est pas question de vie après la mort. Par exemple, l’employeur donne son point de vue sur les enterrements à Mr. May (on peut rapidement l’entendre dans la bande annonce “no tears”). Il considère qu’il ne sert à rien de donner autant d’énergie à la réalisation d’un bel hommage. Pas de pleurs, la vie et les sentiments sont pour les vivants. On pourrait y voir là sans difficulté une référence religieuse. Mais il en est tout autre : il considère qu’il ne sert à rien de rendre hommage aux morts puisque personne (de vivant) n’est là pour eux. C’est une référence à l’inutilité de dépenser de l’argent et du temps pour une personne seule et inconnue. Rien de religieux en somme.

Je suis athée pratiquante et jamais une seule référence religieuse m’est apparu. Dieu sait que ça m’aurait immédiatement sauté aux yeux. Vouloir dire au revoir dignement à quelqu’un qui n’a personne pour le faire n’a rien de religieux. Surtout que John May le fait de manière professionnelle et humaine et non pas pour une reconnaissance plus tard. D’ailleurs, la religion ne dicte t-elle pas de “donner sans attendre de recevoir”? Ainsi, son argument “attente de reconnaissance à cause de la religion” ne tient absolument pas. Après, chacun ses goûts.

La musique.

Elle est réalisée par Rachel Portman (The Duchess, One Day…) et introuvable sur internet. Cependant, la musique du générique de fin est disponible sur Youtube.

Conclusion.

La fin, bien que triste, reste belle et Uberto Pasolini nous offre un film à l'enjeu social fort qui fait passer du rire aux larmes.

Références.

Cercle “Une belle fin” http://www.canalplus.fr/c-cinema/c-emissions-cinema-sur-canal/pid6306-le-cercle.html?vid=1250061

Allociné “Le saviez-vous?” : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=223511.html

Distributeur, Version Originale sous-titrée, “Films déjà sortis”: http://www.vo-st.fr/films-d%C3%A9j%C3%A0-sortis

2

Mercredi 20 mai à 19h
Le Studio salle 2

Première  
Par Joachim Cohen

« Grâce au regard empli de compassion d’Uberto Pasolini, ce petit bonhomme que personne ne voit (joliment incarné par Eddie Marsan) se transforme en héros luttant contre l’indifférence. »