tumblr francais

Les limites de la femme libérée parfaite

J’aime bien la série ‘Elementary’, un remake new-yorkais de Sherlock Holmes ou Lucy Liu (une actrice que j’apprécie) joue Watson. La série peine pourtant à démarrer, … Parce qu’elle se veut au summum des attentes féministes du moment! Et le show s’en sort pas mal: les personnages d’arrière plan sont à majorité masculine (notamment les policiers) mais les femmes sont très bien représentées parmi les adversaires de nos deux héros. 

voici Watson:

Elle m’est pas blanche, elle a une carrière à succès (chirurgienne) qu’elle a arrêté (ce qui correspond au personnage de Watson). Elle est indépendente, travailleuse. Elle a la tête sur les épaules. Elle sait se détendre, n’a pas de névrose. Si une telle personne existait, elle serait sans doute très efficace, mais… 

1. Niveau personnage, c’est chiant. Watson n’a pas de faiblesses, pas de secrets, pas de défauts. Ses relations sont plates et inintéressantes (forcément vu qu’il n’y a pas de problème). Lorsqu’elle a un copain, ils ont une relation tellement saine qu’il n’y a rien à en dire. Lorsque Sherlock fait son éducation, Watson progresse rapidement et en gardant le contrôle de la situation. 

Sherlock en revanche est un ex-drug addict, libéral, à tendance égoïste, super intelligent, et a une relation ambivalente avec son père et son frère. En clair: il se plante régulièrement. 

Même niveau féministe: Watson trouve les remarques justes, de façon un peu cassante et sans perdre son calme. Elle ne subit rien, parce qu’elle pose ses limites clairement dès que quelque chose arrive. Le seul story arc la concernant est son éducation au métier de détective privé, et son émancipation de Sherlock lorsqu’elle devient une pro elle-même. Et même ce story arc manque cruellement de piment. 

Et c’est le problème de la femme parfaite et complètement mûre: elle ne peut pas évoluer ! Watson ne va pas changer complètement en rencontrant quelqu’un, elle ne va rien faire de fou, elle ne casse rien. Elle ne peut pas évoluer. 

HEUREUSEMENT, l’équipe du show prend la décision d’introduire Kitty :

Une vicctime de viol et de torture tourmentée par les violences qu’elle a subi. sherlock l’a prend sous son aile, et lui et Watson commencent à l’entraîner. C’est la meilleure saison du show, et de loin! Sherlock reste le mec torturé que l’on connaît, mais on assiste véritablement à la transformation de Kitty (qui reviendra dans une saison suivante!!). Elle n’est pas que sage, réfléchie, éthique, raisonnable, travailleuse et élégante. Elle a des sautes d’humeurs, des faiblesses, des désirs. La forume des super nanas est peut-être vraies

Du sucre, des épices et des tas de bonnes choses,
Tels étaient au départ les ingrédients choisis
Pour créer des petites filles parfaites

Mais elle ne fait des personnages intéressants! 

En conclusion: c’est une chouette série policière qui peine un peu à démarrer, avec une super saison 3 (Kitty!) et qui trouve son rythme de croisière à partir de là!