troy mi

Mon oral.

My oral.

3

Galaxy/nebula sleeve by Johnny Andres, Ironclad, Troy MI. This is stellar! I bet even as it ages the content will still look amazing. Kudos to the artist. The way he captured the “fluffiness” of the nebula is amazing - didn’t even realize that was possible as a tattoo. Truly great work.

Tattoo took 6 sessions, tottaling around 25 hours to compete.

Rules: Tell us one favorite character from ten shows & tag ten people.

Tagguée par @liledgyacrobat, merci! Comme prévu j’ai mis trois plombes avant de décider quelles séries j’allais choisir. (Admirez la sélection des gifs qui fut fastidieuse pour certains).


  • Riverdale - Jughead Jones

Originally posted by riverdaleselite

  • Shadowhunters - Magnus Bane

Originally posted by alexanderbanes

  • iZombie - Ravi Chakrabarti

Originally posted by rocktheholygrail


  • MrRobot - Elliot Alderson

Originally posted by justanobody52


  • How to get away with murder - Oliver Hampton

Originally posted by fuckyeacoliver


  • The last airbender - Toph Beifong

Originally posted by heartcoma


  • NCIS - Abigail Sciuto

    Originally posted by neverwithyou

    • Borgia - Alexandre Farnèse

    Originally posted by jorindelle

    • Hannibal - Will Graham

    Originally posted by sirenja-and-the-stag


    • Downton Abbey -  Lady Violet Crawley

    Originally posted by pollyspersonal

    Alors je propose cette activité à @la-petite-frangipane, @glitchingbaguette & @epicene-street-light.

    De l’obligation maternelle

    Une femme n’est pas une mère.

    (Pour ceux qui ne me connaissent pas, je le dis d’autant plus que j’ai moi-même mis trois enfants au monde.)

    Devenir mère pour une femme, en France, est aujourd’hui un choix. N’oublions jamais de remercier à ce propos toutes celles et tous ceux qui se sont battus dans les décennies précédentes pour nous puissions l’avoir, ce choix, et l’exercer librement (droit à la contraception, etc.).

    Toutefois, la société exerce une pression sociale extrêmement forte et violente sur les femmes (et avant elles, les petites filles, qui DEVRONT un jour ou l’autre procréer). L’injonction est sans fin et se joue dans plusieurs champs :

    - Les femmes qui ne veulent pas d’enfants (childfree) sont regardées de travers. On leur intime l’ordre (parce qu’il s’agit bien d’ordre naturel auquel nous ne pourrions envisager de déroger…) de remplir un jour ou l’autre leur utérus. Sinon, elles sont suspectes (de millions de choses).

    - Les femmes qui veulent des enfants, sont catégorisées comme mères. Et là aussi on rentre dans des schémas de paroles parfois hallucinants. Puisqu’une femme qui choisit de devenir mère, qui s’est conformée à son désir mais aussi à une norme sociale, n’est plus que cela ou tout au moins, cela en premier lieu.

     

    Ok, alors nous sommes plusieurs milliards sur cette planète, la survie de l’être humain (en volume), n’est pas à l’ordre du jour. Si des femmes, même nombreuses, ne souhaitent plus se reproduire, et bien, aucune inquiétude à avoir : l’espèce ne va pas s’éteindre là, de suite. On a de la marge !

    Ce point réglé, on peut s’interroger sur le paradoxe sociétal. Pourquoi une femme doit toujours être à un moment ou un autre de sa vie, associée systématiquement à sa fonction reproductive ?

    Pourquoi une femme sans enfant inquiète ?

    Pourquoi une femme ayant enfanté doit être remisée et cantonnée à ce rôle ?

     

    Faire des enfants, c’est historiquement avoir une sexualité régulée. Or, la chose la plus flippante qui soit, est bien la liberté (ou la possibilité de… Rien que cela est suffisamment angoissant) sexuelle des femmes.

    Ne pas faire d’enfant, c’est dire en creux : « je suis libre de toute la panoplie de la mère, je fais ce que je veux (et souvent, ce « tout » n’est pas tant que ça, mais les fantasmes sur le dévergondage féminin sont sans fin) de mon corps/sexe, etc ».

    Et ça, ça fait très très très peur.

    Oui, oui. Parce que la femme libre sexuellement est libre tout court. Et beaucoup ont encore du mal à admettre une telle idée. On ne sait jamais : des catastrophes intergalactiques pourraient en découler. Ou tout simplement une société libérée de la phallocratie et du patriarcat….

    Faire des enfants c’est rentrer dans le cadre très rassurant de celle qui a perdu une part de cette liberté (ce qui là aussi, est un véritable fantasme, puisque les femmes ayant rejoint la maternité n’ont pas à nier pour autant leurs choix sexuels ni leurs désirs). Elle est devenue mère, cette fonction, ce rôle, devrait prendre la plus grande place, de son existence, de son temps. L’enfant serait nourricier de la plus grande partie des besoins féminins.

    S.U.P.E.R.

    Tu m’étonnes que plein de jeunes femmes ne veuillent pas d’enfants !

     

    Nous ne sommes pas des mères.

    Nous sommes des femmes.

    Qui pouvons avoir le désir de devenir mère.

    Ou pas.

    Et cela ne concerne absolument personne d’autre que nous-mêmes.

     

    Aux orties les diktats moraux et sociétaux !

     

    (P.S : La prochaine fois je te raconterai peut-être pourquoi je n’ai pas voulu allaiter mes enfants et tout ce que l’on s’est PERMIS de me dire, tous les REPROCHES que l’on m’a jetés à la figure, toutes les INJONCTIONS que l’on m’a faites, et comment j’ai tenu bon : parce que là aussi, notre corps nous appartient et que Fuck les : « ce serait mieux que tu …» - Bisous - )

     

    Texte : MGBV

    3

    My 11 year old granddaughter and I had the pleasure of meeting Meryl Davis today at Intermix in Somerset Collection, Troy, MI. She was absolutely stunning!! And so sweet, kind and patient. The second pic is Meryl with a lovely lady named Joan who shared photos of her trip to SWAY. She promised to send me some of them. The last pic is a lady who had a sweatshirt for Meryl. It had a sketch of Meryl and Maks. The lady said she had given one to Maks to give to Meryl, but wasn’t sure he had. Meryl was so pleased.

    The Intermix store is small and they had meryl’s reception set up outside in the corridor. When the event began not many people had arrived so that gave those of us who were there a wonderful opportunity to talk with her and take numerous pictures (yay us!). I had pondered dozens of questions to ask Meryl, but when I finally saw her, my mind went blank – all I could do was gush about how wonderful she was.(sigh) I did eventually ask if she was still planning to do the Ice Skating in Harlem event, and she said yes, she definitely was. Sorry, but I didn’t have the guts to ask personal questions about Maks. Not appropriate.

    She is just lovely; her complexion is like porcelin. And she has a killer body. By the way, the dress she is wearing features a top to bottom back zipper - gorgeous. She wore 4" platform taupe pumps. And, as you can see, she is wearing the evil eye bracelet.

    This was a lovely intimate experience; very different from the M&G with Maks in August which had huge a crowd.

    I do hope I get to meet her again.