trois figures

6
The Dead Ladies Club

“Ladies die in childbed. No one sings songs about them.”

The Dead Ladies Club is a term I invented** circa 2012 to describe the pantheon of undeveloped female characters in ASOIAF from the generation or so before the story began

It is a term that carries with it inherent criticisms of ASOIAF, which this post will address, in an essay in nine parts. The first, second, and third parts of this essay define the term in detail. Subsequent sections examine how these women were written and why this aspect of ASOIAF merits criticism, exploring the pervasiveness of the dead mothers trope in fiction, the excessive use of sexual violence in writing these women, and the differences in GRRM’s portrayals of male sacrifice versus female sacrifice in the narrative. 

To conclude, I assert that the manner in which these women were written undermines GRRM’s thesis, and ASOIAF – a series I consider to be one of the greatest works of modern fantasy – is poorer because of it. 

Keep reading

2

Rare Anatolian Neolithic Stone Idol, 6000-4000 BC

A highly stylized, schematic stone idol, shaped from unpolished marble, with five copper nails inserted into drilled holes around the upper “head” portion of the body, and hammered flat to secure them. The body is composed of two rounded portions joined in a thinner section at the neck, with one rounded portion slightly larger than the other (the “head”), and the other side with a flattened bottom with a deeply incised quadrant motif carved into it. The head has a small hole drilled into its top that may also have once held a copper nail. Incised lines, especially on one face, give it further details, perhaps of eyes and a headdress.

One of the most common shapes of the Anatolian marble idols, the so-called “figure of eight” shaped figurine, is characterized by a very distinct division between the head and the body. Most have a flattened form, but some, like this one, are more three-dimensional. These figures are found particularly in western Anatolian sites like Troy. They were made for worship, most likely in household shrines or carried in cult rituals. The bronze nails provide a tantalizing glimpse into some of the ways that they were revered.

3

Black-figure hydria with chariot of Achilles dragging the corpse of Hector (and details), attributed to the Antiope Group

Greek (manufactured at Athens, Archaic Period, c. 520-510 B.C.

terracotta

MFA Boston

2

Achilles Drags Hector:  Black-Figure Hydria C. 510 BC

Greek vase-painters often used subjects from Homer’s great epics the Iliad and the Odyssey in their work. On this hydria - a vessel with three handles for carrying water - the Attic painter depicted a scene from the Trojan war in which Achilles ties the body of the Trojan hero Hector, killed by him, to a chariot. He goes on to mock his enemy’s body publicly by dragging it along the ground before the very walls of Troy.

Attributed to the Antiopa Painter, Leagros group, Attica.

elevenseggos011  asked:

Hi! Can you maybe do a Mike x (female) reader where Y/N is getting bullied in school and Mike (and Dustin and Lucas) are her best friends and Mike is pretty overprotective over her and sticks up to her when he see her getting bullied? :)

You don’t even know why you actively try in school anymore. You know that answer, you’re the teacher’s pet. You think you know the answer and you get it wrong, students laugh and your teacher’s hang their heads down in shame. Your friends are really the only reason you have the motive to continue trying.

The bell rang signaling the end of fourth period and the beginning of lunch. Slowly you picked up your bag, wanting everyone else to exit before you to have if only a few minutes of piece. When someone yanks your bag out of your hand you clearly see that today peace is something you will not obtain. Snapping your head up you see James and Troy running out of the classroom with your schoolbag in tow. Feeling angry, but more frustrated than anything you run after the two hellish boys.

“GIVE IT BACK,” you screech whizzing past Dustin and Lucas, a brief wave was all you had to offer in the moment. Bound and determined to get you schoolbag back you picked up in pace, stumbling after you notice a wiry figure tackle Troy, who happened to have your bag in that moment in time. Quickly bringing yourself back to reality and grab your bag. Turning around to thank the savoir of your school supplies you find Mike on the floor with James on top of him with a fist balled up. “Why did you tackle him like that? COULDN’T YOU STAY OUT OF SOMETHING FOR ONCE,” James yelled at Mike before standing straight and leaving. As James and Troy decide to make their exit James dead legs you and you fall to the ground quickly. Huffing Mike helps you up and then says to the two departing bullies, “You should really learn how to apologize to girls.”

You give Mike a side hug and thank him for helping you as Dustin and Lucas catch up to you guys. You all stare at each other for a bit and then Dustin breaks the silence. “Let’s go see if the lunch lady is still hoarding the pudding!”

- Mod Jonathan

A/N: I hope you liked this! I tried to keep it a bit short because I’ve got a few other things to do, but I think this fits what you requested. Don’t hesitate to request again!!

Nostrum - Troy Otto/OC Part 8

Hello loves, here’s the next part..

Warnings: light smut.

@Sarah, thank you for helping me extend that smut scene and for beta-ing my chapters!

Chapter 8

Arya felt ill the next morning. Her head throbbed, her throat hurt and her eyes were blood shot. But what really got to her, was the fact that Troy Otto was lying in bed next to her. Not only was he still there, but he still had his arms around her, cocooning her – like he was promising to protect her even as he slept. She felt ashamed he had seen her that way: broken, weak and in need of protecting. Her cabin was no longer a safe haven– not when she could smell his lingering scent on her sheets, her clothes, her pillows. He appeared so peaceful when sleeping: like he didn’t have a care in the world…like he was happy. Of course he’s happy. He’s seen me break,she thought sourly, unable to stare at his face any longer. In fact, she couldn’t stand to even be there any longer.

Sneaking out of his embrace, she swallowed the painful lump of shame in her throat. Frustrated, she growled quietly as she realised that he had, at some point during the night, taken her shoes off. Spotting them placed neatly by the door, she grabbed them on her way out. She didn’t quite know where to go but she figured the ranch was big enough to hide her from him– at least for the rest of the day.

She wound up going to the pantry and decided to spend her entire day there. She recognised Vernon and approached him, “Mind if I take over?”

He cocked his head to one side, “You’re up mighty early.”

Arya shrugged, “Wanna contribute.”

Sighing a little, he nodded, “Well alright then…” Placing a clipboard in her hands, he took her through what she needed to do.

“You don’t have to do it all today—”

“I want to,” she interrupted him with a shake of her head. This would occupy her for most of the day.

“Ok well, I’ll leave you to it.” Vernon nodded, having heard enough from his son, Mike, to know that he could safely leave the place in Arya’s hands.

-/-/-/-

Keep reading

10

Harold et Maude 
(Harold and Maude)USA - 1971

Réalisation : Hal Ashby
Scénario : Colin Higgins.
Image : John A. Alonzo.
Montage : William A. Sawyer, Edward Warschilka.
Musique : Cat Stevens.
Production : Colin Higgins, Charles Mulvehill.
Interprétation : Ruth Gordon (Maude), Bud Cort (Harold), Vivian Pickles (Mrs Chasen), Cyril Cusack (Glaucus)…
Date de sortie : 14 mars 2012
Durée : 1h31

Harold et Maude
réalisé par Hal Ashby

Harold aime Maude, Maude aime Harold.
C’est ainsi que les deux héros résument de manière naïve la simplicité de leur histoire. Rien de très original si ce n’est que le jeune homme vient tout juste d’avoir dix-huit ans et que sa fiancée est sur le point de fêter ses quatre-vingts printemps. Rythmé par les chansons de Cat Stevens et avec un duo d’acteurs qui s’impose comme une évidence, ce petit bijou d’humour noir et de délicatesse est à redécouvrir d’urgence en copie neuve.

Alors qu’avec Le Lauréat|analyse du film Le Lauréat (1968) et Un été 42 (1970), le cinéma post-flower power semblait avoir réglé son complexe d’Œdipe, Harold et Maude pousse le bouchon encore plus loin en imaginant une relation amoureuse entre un jeune garçon neurasthénique et une octogénaire excentrique, digne parente politisée de la Folle de Chaillot ou de la Madame Madrigal des Chroniques de San Francisco. Libertaire et trop dérangeant pour l’Amérique de Richard Nixon (pour se prévaloir de toute tôlée, la Paramount n’accepta pas qu’une scène d’amour entre les deux protagonistes soit tournée), le film fut d’abord un échec critique et public cuisant avant de voir sa carrière relancée grâce au très bon bouche-à-oreille sur les campus américains. Le réalisateur Hal Ashby, avant tout connu pour son excellent travail de monteur (il a été oscarisé pour le film Dans la chaleur de la nuit|critique du film Dans la chaleur de la nuit de Norman Jewinson) se rattrapera heureusement quelques années plus tard en rencontrant le succès avec Retour (1978), considéré comme l’un des meilleurs films sur la guerre du Viêt-Nam. Le public français, lui, fut beaucoup plus réceptif à cette histoire atypique qui sortit sur nos écrans fin 1972. À tel point qu’une adaptation théâtrale est montée par Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault. Colin Higgins qui venait juste d’adapter Harold et Maude participa également à cette transposition scénique en collaboration avec Jean-Claude Carrière, qui devint une pièce fétiche de Renaud-Barrault, reprise il y a dix ans par Danielle Darrieux.

La réussite de Harold et Maude, c’est son parfait équilibre entre un humour macabre et une grande légèreté, sa faculté désinvolte à renverser les tonalités dans une même scène (comme ce passage bouleversant où Maude revient, les larmes aux yeux, sur la mort de son mari avant de proposer une danse à Harold, avec l’allégresse d’une petite fille) et à raconter avec une pudeur exemplaire une histoire d’amour qui n’a d’extraordinaire que son extrême évidence. Les séquences les plus réussies sont évidemment celles qui exploitent jusqu’au bout ces décalages sans avoir peur de flirter avec un surréalisme pince sans rire, quitte à devenir un ovni entre Tueurs pour dames et Six Feet Under. Les faux suicides d’Harold, hilarants dans leur absurdité, en sont les meilleurs exemples. Imaginez un peu la scène : le garçon noyé le corps en croix tel le héros de Sunset Boulevard|critique du film Sunset Boulevard (Boulevard du crépuscule), et sa bourgeoise de mère qui nage à ses côtés avec un calme olympien ; ou encore cette scène où la marâtre remplit pour son fils un questionnaire d’agence matrimonial et ce dernier qui se fait sauter la cervelle… sans susciter la moindre réaction. Il fallait oser, également, entourer l’histoire d’amour entre Harold et Maude d’une poésie funèbre. Tous deux adeptes des enterrements et de morbidité, ils se rencontrent en effet lors de diverses oraisons comme d’autres pique-assiettes auraient fait connaissance dans des soirées mondaines. Et c’est avec un malin plaisir qu’ils se permettent de voler les corbillards à la barbe de la police.

Il est évident que Harold et Maude ne serait rien sans son duo d’acteurs impeccables. Protégé de Robert Altman avec qui il venait de tourner Mash, Bud Cort a d’abord hésité (de peur d’être ensuite catalogué dans ce genre de rôles) à jouer le rôle d’Harold. Bien mal lui en a pris puisque avec son teint gothique, sa bouille de gamin et ses grands yeux bleus, il apporte un trouble burtonien à son personnage. Dans le rôle de Maude, la pétillante Ruth Gordon s’impose comme une évidence, elle qui, dans sa longue carrière, a joué aussi bien les scénaristes féministes (elle a notamment signé pour Cukor les scénarios de Madame porte la culotte et de Mademoiselle Gagne-Tout|critique du film Mademoiselle Gagne-Tout) que les actrices maléfiques (la voisine diabolique du non moins fantastique Rosemary’s Baby|critique du film Rosemary’s Baby de Roman Polanski).

La bande son admirable, signée Cat Stevens, rappelle des collaborations similaires dans le cinéma Hollywoodien de cette époque, notamment le travail de Simon & Garfunkel sur Le Lauréat ou des Bee Gees pour La Fièvre du samedi soir. Esthétiquement parlant, le réalisateur usant allègrement de la longue focale et n’ayant pas peur de proposer des champs/contrechamps audacieux ou des effets de style plutôt bien vus (la scène d’ouverture où l’on voit se préparer le premier suicide d’Harold à hauteur de pieds). Harold et Maude est donc bien un film de son temps et l’on comprend que pour l’époque, ce duo atypique était suffisamment transgressif pour que le film ne soit appréhendé que sous cet angle. Quarante ans plus tard, leur histoire d’amour peut être plus largement lue comme une allégorie libertaire de tous les couples en marge d’une société formatée par les carcans idéologiques et religieux. L’un des moments les plus ironiques du film est sans doute lorsque Harold annonce à sa mère son intention de se marier avec une femme de quatre-vingts ans. Juste après cet ersatz de coming-out, se succèdent trois plans fixes sur trois figures symboliques qui viennent donner leur avis sur une liaison inacceptable : l’oncle militaire (qui fait aussi office de figure patriarcale), le psychiatre et le curé.

Quarante ans plus tard, c’est aussi le fond même de l’histoire qui nous saute aux yeux et l’omniprésence donnée à la mort. Harold, en effet, est dans une démarche presque pascalienne puisqu’il se divertit de la mort en la mettant en scène, non pas tant pour la conjurer que pour essayer de se rendre intéressant aux yeux de sa mère. Ce n’est pas un hasard que de toutes les prétendantes qui lui sont présentées, la seule envers qui il montre un semblant d’intérêt soit l’actrice, sobrement appelée Fleur d’Oranger, qui lui mime la mort de Juliette avec une emphase grotesque. D’une certaine manière, Maude prend également la mort en diversion. Mais à l’inverse d’Harold, cette hédoniste embrasse la vie et s’en sert de terrain de jeu. Elle se présente elle-même comme une révolutionnaire généreuse qui goûte aux plaisirs de la chair, à la joie de briser les codes et aux bienfaits de la nature (ce qui donne lieu à une séquence décalée où elle embarque un arbre en pot dans sa décapotable pour le replanter dans la forêt). Mais ce qui oppose les deux personnages, c’est qu’Harold n’a pas encore d’histoire. Comme il le dit lui-même avec ironie : « Je n’ai rien vécu, mais je suis mort plusieurs fois. » Par l’intermédiaire du personnage, Hal Ashby et Colin Higgins se moquent certainement d’une jeunesse bourgeoise attentiste qui croit qu’aux yeux des autres, la vie n’aurait de sens que dans la mort. L’optimisme de Maude, au contraire, est l’expression de ces générations qui sont passées par les horreurs imprescriptibles de la Seconde Guerre mondiale. Le sens profond de Harold et Maude pourrait alors être concentré dans une scène d’une pudeur exemplaire : les deux amoureux sont face à la mer, à admirer un coucher de soleil. Un regard d’Harold sur l’avant-bras dénudé de la vieille dame. Un numéro. La trace indélébile des camps de concentration. Il n’en sera pas plus raconté sur l’histoire de Maude et pourtant il en est déjà dit beaucoup.