tripoter

J’ai pris un sacré coup de vieux dites. Je donne des cours de soutien à un gamin de 12 ans et il arrêtait pas de tripoter un smartphone, si bien que j’ai failli lui demander “veux-tu bien rendre son téléphone à ta mère?” avant de réaliser qu’aujourd’hui les enfants ont leur propre smartphone… et j’ai trouvé ça flippant. Le petit était accro. Impossible de décrocher de son écran, impossible de se concentrer 2 minutes. Il a même fait une vidéo en scred,  j’ai du lui demander de la supprimer et je me suis dit “punaise si ça se trouve il l’a envoyée sur snapchat…” bref c’est flippant. Au prochain cours, le portable restera dans le salon. Et non je connais pas JUL ça a l’air naze.

5

Faux départ: on était prêts! Mais à 60 km…. bvvvvvvvv… Barnabé s’éteint sur la stradale 14… Il est 14h dans la zone industrielle… pas un chat . Une famille de touristes allemands s’arrêtent pour faire une pause. Le père de famille me démonte tout et me diagnostique un problème électrique…. et M….! Merci! Ciao! Je trouve quelqu’un qui appelle un garage auto… Un mécano arrive, tripote les fils de Barnabé… ça à l’air de repartir…. l’air seulement parce que sur la route ça ne tient que les 5 kms nécessaires pour arriver au centre ville… bon au moins il y a un bar pour boire un café…. le regard vide en terrasse… Oeil vide mais alerte qui voit arriver une magnifique 125 de 1968! Je me mets au milieu de la route, il m’indique un  garage vespa à 2 km… mais Barnabé ne veut rien savoir, alors Tony propose de me tracter… Avec le sac à dos, les bagages, les muscles se tétanisent mais on arrive enfin chez Paolo à Portogruaro!! Et bon… il faut bien y laisser Barnabé… Je prends le train et rentre la queue entre les jambes chez mon amie Fifi pour deux nuits! Le mécano vient d’appeler, la bobine est changée. Demain on repart pour de vrai!

Ah! lala! Quel blagueur ce Barnabé!

Fonsdé

Ce soir là, t'avais plus d'un coup dans le nez et tu m'as rattrapé en titubant à moitié.
C'était ce genre de soirée où je me sentais mal à l'aise, ce genre de soirée passé assise dans un coin un verre moitié plein dans la main à regarder les filles se faire tripoter les miches par des gars fonsdés.
Toutes suspenses confondues, passant du petit pet’ aux grosses barres de shit distribuées dans les chiottes
Ce soir là, tu m'as enlacé comme si ta vie en dépendait et jurant que j'étais la plus belle de toute les merveilles.
T'as juré que c'était pas l'alcool qui parlait, ça non, que tu étais mettre de toi, de tes choix.
Puis t'as juré enfin que tu partirais pas, jamais, ça non.
Discours près à l'emploie.

Mariage

Tu souris sans trop d'envie, juste parce que c'est de mise, juste parce que t'as promis de faire passer son bonheur avant le tiens. 
Alors tu te retrouves là, assise à une table drapée d'un rose kitch, à tripoter ton verre à pied remplis à ras bord de champagne, le quatrième.
Puis tu coule un énième regard autour de toi, lasse et plein d'un dégoût que tu masques par de nombreux sourires.
Une bonne musique bœuf hurle dans tes oreilles et fait danser tes neurones embrumés par l'alcool.
Gens qui dansent, gens heureux, fille triste attablée seule un verre à pied à la main, moitié soûle, bourrée d'une nostalgique à l'éternel mauvais timing. Puis tu poses ton regard sur lui. Il te sourit, il est heureux, heureux que tu sois présente, toi qui a tant compter.
C'est un énième coup en pleins cœur, ce sourire, poignard parmi les poignards qui fait de ton cœur de la charpie.
Ouais tu te retrouve la à regarder ton ex à la table d'honneur, jeunes marier, côtes-à-côtes.
Puis toi t'es assise là, deux rangées plus bas, entre tata Monique déjà bourrée et Dan le cousin grassouillet de 13 ans en prise avec sa chocolatine.
Tout ça à minuit moins le quart.
Tu souris sans trop d'envie, juste parce que c'est de mise, parce que t'as promis de faire passer son bonheur avant le tiens.