triplea

Mariners select C Chris Gimenez from Triple-A
Mariners select C Chris Gimenez from Triple-A
share: digg facebook twitter SEATTLE (AP) — The Seattle Mariners chose versatility over experience, selecting Chris Gimenez from Triple-A Tacoma to take the spot of injured backup catcher Adam Moore. Moore was injured late in Wednesday’s loss at Texas and an MRI revealed a torn meniscus in his right knee.
Read more on seattlepi.com



External image

Image by Chase N.

Other Seattle Mariners News: Mariners pounded by Cleveland in home opener
A 10-run fourth inning was the key to Cleveland’s 12-3 victory over Seattle in the Mariners’ home opener Friday night at Safeco Field.
Read more on Seattle Times


Seattle Mariners 2B Jack Wilson leaves game after fall, 2 errors
Seattle Mariners second baseman Jack Wilson is out of the game at Texas after falling down hard when trying to turn a double play.
Read more on ESPN


Latest from Twitter: Seattle Mariners honor late broadcaster Dave Niehaus before home opener http://bit.ly/fgqSgi - by RawSBaseball (RawSignal Baseball)


Mariners flub home opener, remove 12-3 to Indians: SEATTLE — The moments before a Seattle Mariners home opener w… http://bit.ly/eQiaM1 - by home2me2 (Home web)


Framed Felix Hernandez Poster Seattle Mariners Fr4887 http://bit.ly/ehYIUx - by SMarinersFan (I Love Seattle)


Mariners pounded by Cleveland in home opener - http://fwix.com/a/8_f4983eba13 - by seattlewire (Seattle Local News)


Wilson lands in Wedge’s doghouse: Second baseman Jack Wilson wasn’t yanked from the Seattle Mariners last game –… http://bit.ly/fIAQgP - by EmilySmithMLB (Emily Smith)

Want the best Seattle Mariners hoodies available to buy online? Try a search at SweatshirtSearch.com. via Posterize
mis à mal au Gabon

Après le Niger, le Gabon ? Alors que le géant nucléaire français Areva est vivement critiqué par ONG et populations nigériennes, ces derniers affirmant - notamment - que l'exploitation locale des mines d'uranium présenterait des dangers pour la santé des populations et pour l'environnement, un député gabonais représentant d'une région productrice de manganèse, a annoncé samedi qu'il avait rassemblé des signatures en vue de demander une indemnisation à une filiale du groupe minier français. Laquelle serait coupable selon lui de dégâts sanitaires et environnementaux. Rappelons à cet égard qu'Areva est détenteur d'environ 26% du capital du second groupe minier français. “Nous sommes en possession de plus de 300 plaintes individuelles auxquelles seront associées celles de plusieurs ONG nationales et internationales spécialisées dans la protection de l'environnement » a affirmé lors d'une conférence de presse le député Jean-Valentin Leyama. Nous sommes fondés à réclamer des dommages et intérêts pour la ville et les populations de 480 milliards de FCFA (731 millions d'euros)”, a-t-il par ailleurs ajouté. Précisant que ces plaintes - signées par “d'ex-travailleurs, des habitants de la zone industrielle de la Comilog et les populations de façon générale” - seraient déposées au tribunal lundi prochain, en vue d'obtenir réparation du préjudice subi. Les sociétés visées : “le groupe Comilog (Cie minière de l'Ogooué) ”. « Il nous est apparu relever de notre rôle de représentation et de défense des populations de Moanda de rompre publiquement ce silence complice, non sans avoir à plusieurs reprises au cours de ces dernières années interpellé en vain, Comilog, le groupe ainsi que le gouvernement de la République», a rappelé le député du premier siège du département de la Lebombi Leyou. Selon Jean-Valentin Leyama, «la localité qui héberge le premier exportateur mondial de manganèse, édifie avec tristesse sur le contraste saisissant et inadmissible entre la prospérité tirée par l'entreprise de l'activité d'exploitation du manganèse, d'une part, la condition des travailleurs de Comilog, l'état sinistré de la ville, et les conditions de vie des populations, frappées par le chômage et la précarité, d'autre part». «Les travailleurs de Comilog sont les premières victimes de l'exploitation du manganèse sans pour autant que les risques encourus soient compensés par une rémunération juste et équitable. Du fait de leur exposition directe et sans équipement de protection pendant la durée de leur carrière professionnelle, ils encaissent de plein fouet toutes les nuisances de l'activité au niveau des organes respiratoires, oculaires, auditifs et sensoriels. Les travailleurs de Comilog subissent une véritable intoxication au manganèse», a-t-il ajouté. Pour Jean Valentin, l'action en justice intentée contre le groupe et sa filiale Comilog, est un écho à la déclaration du président français, Nicolas Sarkozy : «Je veux rouvrir le débat de la responsabilité (…) il n'est pas admissible qu'une maison-mère ne soit pas tenue pour responsable des atteintes portées à l'environnement par ses filiales», avait déclaré le Chef de l'Etat lors du Grenelle de l'environnement, en octobre 2007. Précisons que le Gabon détient 25% du capital de la société Comilog, qui comprend les activités de production du minerai et d'aggloméré au Gabon, ainsi que plusieurs filiales dans le monde opérant dans la transformation du minerai et le recyclage. Mais le pays ferait-il jouer la concurrence ? La demande d'indmenisation du député gabonais intervient alors qu'à la veille de la nouvelle année, Manganese Ore India Ltd (MOIL), une société Indienne spécialisée dans l'exploitation minière, a entamé des négociations avec les autorités gabonaises en vue de l'exploitation des gisements de manganèse. Cette entreprise indienne tente ainsi de s'investir dans ce secteur fortement dominé par la Compagnie minière de l'Ogooué. A noter que si MOIL obtient l'accord des autorités gabonaises, le pays pourrait alors passer à une production annuelle comprise entre 7,5 et 8 millions de tonnes de manganèse d'ici à 2012 contre 3 millions produits l'année dernière. Selon un rapport du ministère des mines, le Gabon dispose de plusieurs réservoirs, encore inexploités, dont ceux d'Okondja, Franceville dans la région du Haut-Ogooué où exerce déjà la COMILOG. La mise en valeur de tous ces gisements de manganèse pourrait permettre au Gabon d'obtenir le leadership mondial dans la production de ce minerai, place occupée par la Russie à l'heure actuelle. Actuellement deuxième producteur mondial, le Gabon assure près de 25% du commerce international. Le gisement de manganèse de Moanda dispose des réserves abondantes, soit près de 200 millions de tonnes.

Sources : AFP, Areva, Gaboneco.com, Agence gabonaise de presse (AGP)