the devient

Tumblr est ce qu'on repartirait pas sur un OC avec vos détails ?

(Comme La dernière fois, base canine vous pouvez ajouter:

- accessoires
- couleur obligatoire
- modification d'un détail (ex: une patte devient une tentacule)

Dans la limite de mes capacités disponible)

amaryan a réagi à votre billet “I’m almost done with JS&MN and CoMC reread, should I read Wheel of…”

Si tu les lis en français gare à la première traduction ^^ celle de Bragelonne est mieux, mais aucune des deux n'est terminée. En tout cas, enjoy ! Un premier tome ultra classique mais ça prend un tour bien différent par la suite.:)

Haha je lirai pas en français, pas d’inquiétude ! Merci du heads up cela dit, on sait jamais ! On m’a souvent dit que la série devient vraiment intéressante plus loin dans la narration donc j’ai un peu peur de lâcher avant (vu que c’est super long :’D) mais j’espère que j’arriverai à persévérer !

6

Le Chat devient…le chat?

i’ve been having a hard time drawing stuff lately due to time constraints and stress so i self indulged and drew chat noir as an actual cat. don’t know how it happened, but it was probably plagg’s fault—either it being an accident or totally (hilariously) on purpose because of lack of camembert

it was definitely on purpose

don’t worry though, it’s only temporary—it’ll probably last about an hour or two before adrien bribes plagg with enough cheese to turn him back to normal!

still callin him kitty noir

Please don’t repost to other websites like YouTube, Instagram, weheartit, pinterest, etc. Support my work by reblogging/liking it!

Le Petit Prince - quotes 🌠

Le Petit Prince (1943) is a novel by Antoine de Saint Exupéry, translated into English as The Little Prince.

🌟 1. Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications.

Grown-ups never understand anything by themselves, and it is tiresome for children to be always and forever explaining things to them.

🌟 2. Quand le mystère est trop impressionnant, on n’ose pas désobéir.

When a mystery is too overpowering, one dare not disobey.

🌟 3. La preuve que le petit prince a existé c’est qu’il était ravissant, qu’il riait, et qu’il voulait un mouton. Quand on veut un mouton, c’est la preuve qu’on existe.

The proof that the little prince existed is that he was charming, that he laughed, and that he was looking for a sheep. If anybody wants a sheep, that is a proof that he exists.

🌟 4. Mais les graines sont invisibles. Elles dorment dans le secret de la terre jusqu’à ce qu’il prenne fantaisie à l’une d’elles de se réveiller…

But seeds are invisible. They sleep deep in the heart of the earth’s darkness, until some one among them is seized with the desire to awaken.

🌟 5. Il ne faut jamais écouter les fleures. Il faut les regarder et les respirer. La mienne embaumait ma planète, mais je ne savais pas m’en réjouir.

One never ought to listen to the flowers. One should simply look at them and breathe their fragrance. Mine perfumed all my planet. But I did not know how to take pleasure in all her grace.

🌟 6. Tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’aura apprivoisé! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé…

You have hair that is the color of gold. Think how wonderful that will be when you have tamed me! The grain, which is also golden, will bring me back the thought of you. And I shall love to listen to the wind in the wheat…

🌟 7. On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Il achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi!

“One only understands the things that one tames,” said the fox. “Men have no more time to understand anything. They buy things all ready made at the shops. But there is no shop anywhere where one can buy friendship, and so men have no friends any more. If you want a friend, tame me…”

🌟 8. Le langage est source de malentendus.

Words are the source of misunderstandings.

🌟 9. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.

🌟 10. C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

It is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

🌟 11. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…

You become responsible, forever, for what you have tamed. You are responsible for your rose…

🌟 12. - Les enfants seuls savent ce qu’ils cherchent, fit le petit prince. Ils perdent du temps pour une poupée de chiffons, et elle devient très importante, et si on la leur enlève, ils pleurent…

“Only the children know what they are looking for,” said the little prince. “They waste their time over a rag doll and it becomes very important to them; and if anybody takes it away from them, they cry…”

🌟 13. Ce qui embellit le désert, dit le petit prince, c’est qu’il cache un puits quelque part…

“What makes the desert beautiful,” said the little prince, “is that somewhere it hides a well…”

🌟 14. Dessine-moi un mouton!

Draw me a sheep!

🌟 15. Quand on a terminé sa toilette du matin, il faut faire soigneusement la toilette de la planète.

When you’ve finished getting yourself ready in the morning, you must go get the planet ready.

🌟 16. J'aime bien les couchers de soleil. Allons voir un coucher de soleil…

I am very fond of sunsets. Come, let us go look at a sunset…

🌟 17. On ne sait jamais!

“One never knows!”

🌟 18. Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner, reprit le roi. L'autorité repose d'abord sur la raison. Si tu ordonnes à ton peuple d'aller se jeter à la mer, il fera la révolution. J'ai le droit d'exiger l'obéissance parce que mes ordres sont raisonnables.
Alors mon coucher de soleil ? rappela le petit prince qui jamais n'oubliait une question une fois qu'il l'avait posée.
Ton coucher de soleil, tu l'auras. Je l'exigerai. Mais j'attendrai, dans ma science du gouvernement, que les conditions soient favorables.

“One must command from each what each can perform,” the king went on. “Authority is based first of all upon reason. If you command your subjects to jump into the ocean, there will be a revolution. I am entitled to command obedience because my orders are reasonable.”
“Then my sunset?” insisted the little prince, who never let go of a question once he had asked it. “You shall have your sunset. I shall command it. But I shall wait, according to my science of government, until conditions are favorable.”

🌟 19. C'est véritablement utile puisque c'est joli.

It is truly useful since it is beautiful.

🌟 20. ‘Où sont les hommes ?’ reprit enfin le petit prince. 'On est un peu seul dans le désert.’
'On est seul aussi chez les hommes’, dit le serpent.

“Where are the people?” resumed the little prince at last. “It’s a little lonely in the desert…" "It is lonely when you’re among people, too,” said the snake.

🌟 21. Vous êtes belles, mais vous êtes vides…. On ne peut pas mourir pour vous.

You’re beautiful, but you’re empty…. No one could die for you.

🌟 22. Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.

“Men have forgotten this truth,” said the fox. “But you must not forget it. You become responsible, forever, for what you have tamed.”

🌟 23. Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur.

But the eyes are blind. One must look with the heart…

Quand une femme devient indifférente, vous saurez que vous l'avez perdue. Là, il n'y a ni colère, ni haine, ni amour surtout. Quand l'indifférence s'installe, plus de retour, pas de regrets. Le contraire de l'amour n'est pas la haine, mais l'indifférence.
—  Fiodor Dostoïevski
famous sayings #1

- à bon chat bon rat (”to good cat good rat”) : train a cat to hunt a rat and he’ll become a great rat hunter but the rat will become a great cat avoider as well

- à coeur vaillant, rien d’impossible (to a brave heart, nothing’s impossible)

- à la guerre comme à la guerre (”to the war like to the war”) : when you’re in need, use whatever you can find and don’t expect help

- après la pluie le beau temps (after rain comes fine weather)

- après l’effort le réconfort (”after effort comes solace”) : you deserve a treat after working hard

- au royaume des aveugles, les borgnes sont rois (in the kingdom of the blinds, the one-eyed are kings)

- aux grands maux les grands remèdes (to big problems big solutions)

- ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la grimace (you don’t teach old monkeys to make funny faces) : elders know better than you

- ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd (”it didn’t fall in a deaf man’s ear”) : i’m happy/intrigued/excited about what you said

- c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes (”it’s in the old pots we make the best soups”) : the old methods are often the best

- c’est en forgeant qu’on devient forgeron (”forging makes you a blacksmith”) : you have to practice to become a pro

- c’est l’hôpital qui se fout de la charité (”that’s hospitals mocking charity”) : if you want to denounce someone, you have to be perfect yourself, ex : lol trump the rapist talking about clinton’s emails, are you kidding me

- chassez le naturel, il revient au galop (”get the ‘natural’ (instinct) to get away and it’ll be back at full speed”)

- coeur qui soupire n’a pas ce qu’il désire (”sighing heart doesn’t have what it wants”)

- comme le nez au milieu de la figure (”like the nose in the middle of the face”) : about something obvious 

- faute avouée à moitié pardonnée (”confessed mistake half forgiven”)

- il faut battre le fer tant qu’il est chaud (you have to strike while the iron’s hot)

Inscription à la fac
  • Le monsieur : ça fera 410€ pour les droits d'inscription s'il vous plaît
  • Moi : quoi ?! mais euh… mais… et le CROUS ?
  • Lui : ah pardon mais vous êtes boursier. Ça fera 5€10 alors.
  • Moi : *respire de nouveau*
On dit que l'alcool tue, mais c'est faux ; sinon, nous serions tous morts. Ce qui tue, c'est la tristesse : quand elle devient si lourde et écrasante que vous ne supportez tout simplement plus d'être sobre, ou même conscient .
—  Stef penney

Le premier problème qui nous fait face quand on doit faire le deuil de quelqu’un ou d’une relation, c’est tous les souvenirs. Tu ne peux pas aller à un endroit sans te rappeler d’un moment, d’un fou rire, d’un regard, d’un câlin. Tu ne peux pas parler de tous les sujets car tu vas avoir l’image de l’autre qui donne son avis, tu vas avoir des flash back de longs débats. Tu ne peux pas manger n’importe quoi ou n’importe où sans faire une réflexion puisque c’est son plat préféré, que justement il déteste ça ou que vous avez mangé ici pour son anniversaire. Tu ne peux pas écouter certaines chansons parce que ce sont vos musiques, que tu le vois danser dessus, l’entends chanter, c’est lui qui te les a fait découvrir ou que tu penses que ça pourrait lui plaire. Tu ne peux pas aller sur les réseaux sociaux sans voir de vos anciennes photos ou aller sur son compte regarder ce qu’il fait, ce qu’il commente. Tu ne peux même plus dormir car il hante tes rêves. Tu ne peux pas vivre sans qu’il soit partout. Chaque chose du quotidien devient une bonne raison de se souvenir de lui. Chaque chose du quotidien te brise alors le cœur. Et ce n’est vraiment pas du jeu.

13 Reasons Why (Ou bien la série qu'il me fallait depuis quelques semaines. )

Comme je t'avais raconté, en ce moment j'ai cette obsession pour la mort, j'suis pas suicidaire, du moins je ne le suis plus. J'ai juste peur de la mort, et j'imagine c'est parce que je commence à apprécier ma vie, à aimer vivre.

13 Reasons Why est tiré d'un livre.
Ca parle d'amis qui ne le sont plus, d'amour quand on a 17 ans, de relations ado/parents, d'harcèlement, de slut-shaming, de viol, de trahison.

Hannah c'est moi, c'est toi, c'est elle, c'est nous tous.

Mon chéri à deux petites soeurs, dont une qui est en 3ème cette année. Quand j'ai annoncé que je regardais 13RW rècemment sur ma story Instagram, elle m'a écrit. Elle m'a rapporté que cette série lui parlait, parce qu'elle est en train d'apprendre ce que c'est d'être une femme dans cette société (malheureusement, non, c'est pas cool d'être une femme dans un contexte pareil), et que l'harcèlement, elle connaissait bien ce mot. Parce qu'elle l'a subit. Elle m'a dit que la série l'avait touchée, et aidée un peu. Qu'il ne fallait pas s'arrêter sur le premier épisode.
Au début je ralais un peu, parce que l'histoire est présentée sous l'aspect d'un jeu, et je trouve que c'est déplacé d'introduire un jeu dans une histoire de suicide. Mais j'ai continué. Et bordel. Oui bordel. Juste, bordel.

Il y'a déjà la bande son, qui est magnifique, et qui touche. Les musiques je les écoute encore sur mon ipod, la plupart sont magnifiques.
Il y'a ce jeu dans la réalisation, ce jeu qu'il y'a entre le passé et le présent, le personnage principal a un pansement dans le présent, comme s'il était blessé physiquement suite au suicide d'Hannah. Et les lumières changent… Couleurs chaudes quand Hannah est à l'écran. Froide quand le présent nous rattrape.
Les transitions sont bien trouvées, et même si on pense que c'est lent, que ça n'avance pas dans les premiers épisodes, les transitions rythment un peu plus le récit au fur et à mesure, et le récit devient plus intense par la suite.

Ce que j'ai aimé particulièrement, c'est que cette série n'est pas gnangnan, elle n'est pas fausse, elle décrit les adolescents comme on peut en trouver dans les lycées actuels.
Les viols et le suicide sont sans musique, sans chichi, c'est difficile à regarder, mais ça semble vrai. Ce n'est pas “glamourisé”. Parce que je vous assure que c'est pas glamour de se faire violer, moi quand ça s'est passé y'avait pas les violons qui jouaient au fond de la pièce.
La scène de suicide est vraiment violente cependant, j'ai du détourner le regard 2/3 fois, je ne pouvais pas, alors que généralement, je suis pas sensible à ça.

Le personnage principal est attachant au fil des épisodes (au début je m'en battais un peu les couilles, sur la fin j'avais juste envie de lui faire un câlin et tenter de l'aider.)

Cette série n'est pas un appel au suicide, comme j'ai pu le lire sur certains sites, mais une aide pour crier “à l'aide”. Si vous êtes perdus, seuls, déprimés, l'aide existe. Elle existera toujours. Vous n'êtes pas seul, jamais.

13RW m’a redonné cette envie de vivre, de ne pas laisser tomber, d’avoir moins peur de la mort, et l’envie de continuer cette aide que je propose sur Tumblr. 

Voilà, c'était mon avis (dont tout le monde s'en bat les couilles), sur 13RW.

Si t'aimes bien ce genre de post, mets un p'tit coeur, et dis le moi dans les commentaires.

Des bisous.

AEL

PS: Tu n'es pas seul.

anonymous asked:

J'ai l'impression qu'en France l'humour noir est beaucoup plus répandu qu'ailleurs et beaucoup plus désagréable. Les gens ont trop de mal à penser à la place des autres. Avec mon bagage tumblr, ça me dépite quand les gens font des 'blagues' sur les noirs/arabes/asiatiques, les handicapés, les femmes, les SDF, les LGBT+, tout ce monde qui semble être un autre plan de l'existence et à qui la dignité humaine est refusée.

Hm, ne mélangeons pas les poules et les lapins : l’humour noir, c’est une forme de satire qui aborde par le cynisme ou l’amertume, une situation absurde et pousse à la réflexion sur ladite situation. Si “l’humour noir” devient discriminant, ce n’est plus de l’humour, tout simplement. Pas de réflexion, pas d’humour. 

L’humour noir fait effectivement parti de la culture française, en particulier de la culture littéraire avec des ouvrages qui ont marqué et influencé l’histoire, comme les Caractères de La Bruyère, ou remises dans le contexte, les Fables de La Fontaine. Tous deux tournaient en dérision un système en place considéré comme abusif, stupide, illogique voir brutal. Aujourd’hui, on appellerait ça de l’humour noir car le caractère subversif était indéniable. 

C’est d’ailleurs à cause, ou grâce à cette tradition qu’il existe en France une jurisprudence dite des “Fleurs du Mal”, suite au procès intenté à Baudelaire, qu’il gagna au nom de la liberté d’expression au sujet du fameux livre éponyme, jugé contraire aux moeurs de l’époque. En France, même légalement, la création artistique prévaut sur les sensibilités du public ou de l’Etat lui-même. 
Jurisprudence qui d’ailleurs “sauva” Florent Peyre face aux associations féministes et LGBTQ pour son titre transphobe “Travelo”. Clairement, je suis mitigée au sujet de cette jurisprudence, mais le fait est qu’elle existe et est bien vivante car appliquée dans quoi… 95% des cas ?

Après, il faut savoir qui fait les blagues et dans quel but. A titre purement personnel, je pars du principe qu’il est possible de rire de tout, absolument tout, mais pas n’importe comment et surtout, tout le monde n’est pas en position de le faire.
Florent Peyre n’était par exemple pas dans le champ de l’humour pour ce titre “Travelo” (sic), dans lequel il aborde 1. une question qui ne le concerne pas donc sur laquelle il n'a aucune expertise, 2. avec un champ lexical inspiré (et je suis gentille) des insultes transphobes, 3. à destination d’un public qui n’est lui non plus pas concerné. 
Samia Orosemane, femme de confession musulmane et voilée, mariée à un homme noir, tourne en dérision les questions du voile, du métissage, ou d’une manière générale de la mixité sociale, à travers des sketchs d’une précision assez incisive. Elle est pertinente, elle peut rire, je cite, “des arabes, et des noirs”. Elle tient un vrai propos pertinent qui pousse à la réflexion, et qui fait appel à l’amertume d’une situation. 
Tout dépend vraiment de qui, comment, pourquoi. 

Elle s'énerve et elle pleure. Mais ce n'est pas grave en soi, puisqu'elle exprime ses sentiments. C'est quand on ne peut plus le faire que cela devient dangereux. Alors les émotions s'entassent à l'intérieur du corps et se durcissent.Toutes sortes de sentiments se figent et meurent, à l'intérieur du corps.Et c'est terrible.
—  Haruki Murakami

J’me demande si tu continues d’aller sur mon tumblr, si des fois tu vas voir mon facebook pour voir si j’ai changé ma photo de profil, si tu vas sur mon instagram pour voir si j’ai posté une nouvelle photo, ou qu’une nouvelle personne s’est abonnée à moi, si tu vas voir mon twitter… Je me demande si il t’arrive de repenser à moi des fois, si j’te manque parfois, si tu parles de moi à tes ami(e)s, si tu parles encore de moi à ta mère. Si tu parles de moi comme étant une bonne personne qui a merdé quelques fois ou alors juste comme la mauvaise personne qui n’a fait que du mal. Je me demande si il t’arrive de relire ma lettre ou de porter mon bracelet. Si tu penses à moi quand t’es avec la personne que t’aime, si tu penses à moi quand tu regardes une série que j’aime, si tu écoutes l’une de nos musiques. J’me demande si t’écris sur moi sur un autre tumblr, si t’écris sur moi sur twitter. J’me demande si parfois, en plein cours, il t’arrive de repenser à nous, d’être complètement ailleurs et de te sentir bizarre après. J’me demande si en soirée, tu penses à moi, tu m’imagines avec toi. Si des fois tard le soir, tu relis nos messages ou nos enregistrements. Si tu vas sur mon contact et que tu hésites pendant des heures à m’appeler ou m’envoyer un message. Si des fois t’aimerai pas faire un petit facetime avec moi, comme avant. Si des fois tu repenses pas à nous, au passé, aux bons moments qu’on a eu et que tu souris à tout ça, puis qu’après ça te pince le coeur que j’ne sois plus là. Si tu remarques mon absence tous les jours, si ça te fait mal. J’me demande si tu fais toutes les choses que je viens de citer parce que moi oui. J’fais tout ça et j’te jure, ça en devient de la paranoïa… J’me croyais beaucoup plus forte mais tout m’reviens quand j’pense être passé à autre chose et c’est horrible. C’est horrible parce que t’es plus là et la seule envie qui m’passe le soir, à 2h du matin, c’est de t’appeler. Mais j’me retiens car j’ai pas envie de parler à ton répondeur. Tu me manques putain et ça m’rend malade de faire tout ça pour toi alors que j’suis persuadé que de ton côté, tu fais rien de ce que j’viens de citer. Toute façon, je te l’ai toujours dit, j’passerai jamais aussi rapidement à autre chose après ton départ, j’t’oublierai jamais. T’es juste un souvenir maintenant, mon plus beau souvenir… J’t’aime. Et t’me manques. Et aussi, à jamais.