tenai

advitameternam  asked:

Hey ! Je tenais à dire que j'ADORE Sturm und Drang. Tu écris super bien ! Je pensais que les fanfics politiques me mettraient mal à l'aise, mais je me suis jetée à l'eau et je ne regrette rien (parce que vraiment, ta fic déchire, j'arrête pas de relire certains passages). Par ailleurs, j'ai vu ce que tu disais à propos de Macron sur ton blog (à savoir que tu l'appréciais malgré toi)... et en fait same. Je pense qu'il a un pouvoir magique.

Merci !!!!

La macronite est un mal insidieux et pernicieux qui touche apparemment 25% de Français qui n’ont aucun point commun hormis une certaine faiblesse envers cet imbécile, je crie au complooooot.

Je me suis rendu compte à quel point je tenais plus à lui qu'il
ne tenait à moi.
La plus grande partie de notre relation était en fait dans ma tête, un peu comme l'image que je me faisais de ses sentiments pour moi.
J'ai compris que tout le temps où je pensais que nous pouvions construire une relation, la faire marcher pour toujours, il ne pensait pas du tout à moi.
—  Anna Todd
T'auras un grand sourire. Tu leur diras que nous deux c'était beau; que c'était chaotique, dramatique, mais que c'était beau. Tu leur expliqueras que j'étais la seule chose qui te tenais vraiment à cœur comme tu me l'as si souvent dis, d'accord ? Tu leur diras que c'est pas grave, qu'évidemment ça fait mal mais que les bons souvenirs restent gravés dans la mémoire. Tu leur diras mon ange, pas vrai ? Je sais que t'as du cran, t'oseras leur dire à quel point l'amour te faisait peur mais que maintenant tu t'es mise à le fuir. Je sais que tu finiras par leur dire que je suis la seule personne qui puisse te consoler parce que je suis la seule personne qui a pu te briser toute entière. Ecoute mon amour, je vais partir; tu le sais mais t'oses pas me l'avouer droit dans les yeux. T'oses pas me dire “tu vas partir, pas vrai ?”, parce que tes yeux pourraient vite se remplir de larmes et tu pourrais t'étouffer par la faute d'un vilain sanglot qui a décidé de te bloquer dans tes confessions. Mais, oui, c'est vrai, je vais partir. Je pense que tu t'y attendais, y'a pas si longtemps de ça tu m'as demandé pourquoi je ne riais plus à tes blagues stupides et bien, je vais te le dire. La routine, mon ange, voilà tout. Elle s'est incrustée dans notre relation et a fait de nous sa victime. Non, ne pleure pas; tu sais bien que ce n'est pas de ta faute. C'était inévitable, il fallait bien qu'on en arrive-la, pas vrai ? Ecoute, écoute-moi. Je sais qu'un jour on se retrouvera, ça sera peut-être pas demain, mais je le sais, je l'ai toujours su. C'est toi et ça le restera. Alors écoute-moi. Alors de pleurer, tu sais que je déteste ça. On va s'en sortir. Tu leur diras à quel point t'étais heureuse avec moi, que le temps passait affreusement vite dans mes bras. Et de mon côté, je dirais pareil. Même si ils se foutent de ma gueule, je m'en fous; je leur dirais qu'au moins moi j'ai connu le grand amour, le vrai; celui qui brise, celui qu'on oublie jamais. Tu m'entends ? Je t'oublierai jamais.
—  lespiquresaines
Un jour je me suis arrêtée deux minutes et j'ai regardé autour de moi.
J'ai vu ce gosse manger quelque chose sûrement bourré d'OGM et sa mère à côté, les yeux rivés sur le téléphone comme si la technologie avait plus d'importance que les yeux d'son fils.
J'ai vu ce gars compter la monnaie que lui avait rendu la caissière tandis qu'un sans-abri, devant lui, priait que Dieu lui donne de quoi se nourrir.
J'ai vu ce jeune diplômé ne plus être sous la pression de ses parents, se renfermer dans sa chambre pour jouer à des jeux vidéos. J'ai regardé un peu autour de moi et, malheureusement, j'ai compris : compris que je faisais partie de ce monde et que je n'en sortirai jamais. Que je devais faire partie de ceux qui faisaient tout pour l'améliorer et non pas le dénigrer. J'ai compris que je le tenais entre les mains, que je pouvais décider de continuer à lui faire du mal ou alors reprendre le travail de ces hommes qui ont marqué l'histoire pour le sauver. J'avais deux possibilités; celle de continuer à ne pas agir et tuer progressivement notre humanité ainsi que notre monde ou celle d'être tout simplement quelqu'un de meilleur. Je devais impérativement être quelqu'un d'autre, me sentir mieux.
Et c'est ce que j'ai fait.
—  lespiquresaines
Salut.. écoute je sais que ça fait longtemps, que ça fait con, que j'utilise ce prétexte, cette fête commerciale stupide mais j'tenais à t'le dire tu m'manques, c'est pas qu'aujourd'hui, pas parce que je vois tout le monde s'embrasser autour de moi non, c'est pas pour ça, c'est parce que tous les jours je rêve je m'évade j'suis pensive, j'pense à toi tout le temps ces temps-ci, j'reviens sur notre lieu d'rencontre et même le temps qui passe j'le prends plus en compte, non, non, t'en vas pas, y'a encore pleins d'autres trucs que j'me tâte à t'dire mais toi tu t'en tapes de partir. Ecoute, écoute-moi, j'ai pas arrêté de me ressasser ces vieux souvenirs qui m'empêchent de dormir, c'est plus des cernes que j'ai là, c'est un gouffre, un néant le même que t'as creusé au fond de mon cœur y'a un an, mais c'est pas la nuit qui m'fait peur, le pire, le pire mon ange c'est quand j'suis entourée de tout plein d'gens et que d'un coup, sans vraiment savoir pourquoi ni comment, j'me retrouve plongée dans les ténèbres et toi t'es là à côté de moi, j’t'imagines, j’t'espères et tu m'réponds “dans tes rêves”. Le pire, c'est quand le monde grouille, les autres parlent, crient ou pleurent, ça m'fout la trouille ouais j'ai peur, puis parfois aussi, j'me demande où tu t'en est, si comme tu me l'avais juré t'es parti là où tu voulais ? Dis-moi que t'as fait tes valises, que t'as pris l'train, dis-moi que t'es parti avant d'réaliser que c'était la fin ? Dis-moi que t'es heureux, que tu t'es enfin décidé à aller de l'avant, que même si t'as du mal avec les sentiments tu sais qu'un jour tu vas retomber amoureux ? Dis-le moi, pas pour me faire plaisir, mais juste parce que c'est la vérité, dis-moi que la couche de glace qui recouvre ton cœur est entrain de fondre, que là j'gâche tout parce que j'suis entrain d'me morfondre et que, t'étais entrain d’m'oublier mais juste comme ça j'réapparaît. Foutue St Valentin, mon message ne doit pas être le premier; j'me souviens de toutes ces filles qui te couraient après puis j'faisais la maline, j'étais fière parce que c'est moi qui t'avais. Rien à faire, j'suis plus très triste tu sais, j'tenais juste à te le dire, que tu m'manques même si le temps est passé. Nostalgique des souvenirs pourtant je sais qu'on s'est aimé, j'étais pas une de plus sur ton calendrier et tu t'souviens ? De tes yeux qui brillaient comme des étoiles quand tu m'voyais, j'ai tout fait pour enlever ce voile sur ton visage, pour voir le sourire que tu portais plutôt que de le voir en image. T'avais peur, tu t'souviens ? T'avais peur d'être honnête avec tes sentiments, tu t'prenais la tête quand j'te disais “pourquoi tu mens ?”. T'étais figé, bloqué quand il fallait parler de nous, d'amour, puis un jour tu m'as dit ces mots que je voulais entendre, qui brûlaient dans ton cœur pour finir en cendres. Tu m'as dit, je t'aime, je t'aime, et aujourd'hui mon ange, tu me manques, tu me manques.
—  lespiquresaines

Et je disais en regardant ma mère dans les yeux “Tu ne me connais pas”
Je l'ai tant blessée
Un jour elle m'a dit “Tu sais parfois je préférerais que tu me frappes parce que putain, tes mots font mal”
Je faisais souffrir les personnes auxquelles je tenais pour me faire du mal à moi-même
Je l'ai tant blessée..

Quand je t'ai demandé de partir, je m'attendais à ce que tu luttes pour rester, que tu essayes de te faire pardonner et que tu me montres enfin que tu tenais un minimum à moi. Mais t'as rien fait de tout ça. Tu t'es juste tiré, et depuis, silence absolu.
—  interstxllaire.

je t’ai écrit un poème, tard dans la nuit. seule dans mon lit, je me disais que tu ne le lirais jamais, et pourtant j y tenais. peut-être que j’espérais que tu le saurais sans que je ne te le dise, sans que tu ne le damande, juste parceque c’était un message de mon coeur au tien.

Imagine Spock rebelling against the Vulcan high command by becoming a cosmic cosmetologist. 

Spock traveling to distant worlds to discover the best brushes to deliver the best wingtips (targ hair is particularly good for a bold look, but Spock still prefers his homemade sehlat-fur brush).

Spock learning about color palates on planets where the phrase “you’re an autumn” is logically impossible because of their endless winters.

Spock discovering new elements to create color combinations that seemed impossible before.

Spock joining the Enterprise in an advising capacity, because a surprising number of aliens have fabulous makeup that needs documenting.

Spock complimenting the bigender Aprati on their fabulous contours.

Spock preventing diplomatic disaster when Kirk puts on the wrong shade of eye shadow.

Spock doing the makeup for all the crew, leading to bold blue eye shadow, high-arched eyebrows, and shiny black hair for everyone. 

Spock finding it fascinating when he discovers lipstick that changes with the wearer’s mood.

Spock intrigued by the blush palates of the distant Tenai who put on a full face of makeup each time they feel a different emotion.

Spock embracing makeup.

Lettre à des amis perdus.

Vous étiez là je vous tenais
Comme un miroir entre mes mains
La vague et le soleil de juin
Ont englouti votre visage

Chaque jour je vous ai écrit
Je vous ai fait porter mes pages
Par des ramiers par des enfants
Mais aucun d'eux n'est revenu
Je continue à vous écrire

Tout le mois d'août s'est bien passé
Malgré les obus et les roses
Et j'ai traduit diverses choses
En langue bleue que vous savez

Maintenant j'ai peur de l'automne
Et des soirées d'hiver sans vous
Viendrez- vous pas au rendez-vous
Que cet ami perdu vous donne
En son pays du temps des loups

Venez donc car je vous appelle
Avec tous les mots d'autrefois
Sous mon épaule il fait bien froid
Et j'ai des trous noirs dans les ailes

—  Comme un oiseau dans la tête: Poèmes choisis. René Guy Cadou
Les CMP, c’est bien

Hey les baguettes, j’aimerais vous parler de l’existence d’un truc qui m’a vachement aider ces derniers temps, depuis ma dernière année (catastrophique) de fac en faite: les CMP(Centre médico psychologique)

J’ai en faite commencer a aller très mal moralement jusqu’à être dépressive. Je comptais au début sur le soutient de mon père, aka la source de revenu de la famille, pour éventuellement consulter pour m’en sortir. sauf que voila, mon père ne me croyait pas dépressive (citation: “la dépression ça existait pas à mon époque, c’est une connerie!” oui oui carrément). Résultat je cris, ou plutôt j’écris ma détresse sur Tumblr et @lumeha viens à ma rescousse en m’indiquant un moyen gratuit d’avoir du soutient moral, accès à des séance avec un psychologue, avec même un psychiatre, accès à des traitement et tout plein d’autre trucs.

Bon après ça se trouve j’étais la seule ignare à pas savoir que ça existait et je fais ce post pour rien mais si ça peut aider ne serait ce qu’une personne c’est tant mieux.

Donc le CMP peut vous aider pour tout ce qui est anxiété, dépression, etc..; et d’après leur affiches ils aident aussi avec les problèmes d’addiction etc… Ils existe certains centre spécialisé pour les jeunes et d’autre pour les adultes.

Quand vous prenez rendez vous, ils prennent d’abord vos informations par téléphone, puis vous avez rendez vous avec un infirmier d’accueil qui va parler avec vous de vos problème pour les noter et en faire un dossier en attendant un rendez vous avec un psychiatre ou psychologue selon votre besoin, ou même vous rediriger vers une autre structure, trouver des solutions avec vous. 

Donc si vous penser avoir besoin de consulter mais que vous n’avez pas les sous pour aller directement vers un psy, penser au CMP.

Je pense que toute les grande ville doivent en avoir un au moins, après plus la ville est peuplée plus l’attente peut être longue pour avoir RDV avec un psy (moi j’attend toujours alors que j’habite à St Malo, j’ose même pas immaginé les délais pour un CMP en région parisienne ^^’ )

Voila voila bisous les baguettes ♥

(Si j’ai dis des conneries quelque part faites le moi savoir surtout !!)

llaccm  asked:

Bonjour Aurore, je tenais à vous remercier chaleureusement pour tous vos liens. J'ai regardé vos reply et les lpj meme et j'ai retrouvé pleins d'émissions qui m'ont marqué. Donc, merci beaucoup et infiniment. Il y a une émission que je voudrais revoir: l'avant-avant dernière du lpj (j'suis plus sûr), l'équipe s'était rendu au hellfest, on voyait pour la dernière fois les culs metalleux :'). Il était très drôle. Si vous le possédez, je chérirai votre gentillesse à l'infini. Merci bcp - Loubna :)

Merci pour ton message très enthousiaste! :)

Sache que tu peux me tutoyer, on est sur Tumblr ici! ^^

Tu as envie de revoir les culs des métalleux?

Alors prépare toi à chérir ma gentillesse indéfiniment! :p

Voici l’émission du 20/06/2016 (ce n’était pas l’avant dernière émission mais tu n’étais pas loin). ^^