tanka poetry

I looked at you, love,
with a childish conviction,
you are all I need.
I melt in your piercing gaze
though I know where this would lead.

I caressed you, heart,
you, my loving affliction,
you are all I feel.
I breathed in your ev'ry touch
though I know my lungs won’t heal.

I kissed you, my dear,
you, my greatest addiction,
you are all I know.
I tasted your very soul
though it tastes of long ago.

—  Me (JNH). We are only a moment, I’ll enjoy us while we last.

なるかみの,
すこしとよみて,
さしくもり,
あめもふらぬか,
きみをとどめむ

なるかみの,
すこしとよみて,
ふらずとも,
われはとまらむ,
いもしとどめば


A faint clap of thunder,
Clouded skies,
Perhaps rain will come,
If so, will you stay with me?

A faint clap of thunder,
Even if rain comes not,
I will stay here,
Together with you

なるかみの, すこしとよみて,
さしくもり,
あめもふらぬか,
きみをとどめむ

[A faint clap of thunder,
Clouded skies,
Perhaps rain will come.
If so, will you stay here with me?]

—  Yukino in The Garden of Words [movie] reciting a tanka from Man'yōshū, Book 11, verse 2,513
Kokin Wakashū 古今和 歌集

ou Kokinshū 古今集 - 1ère Anthologie de waka 和歌

Printemps

C'est pour vous que dans
la lande printanière, je vais
cueillant ces jeunes pousses,
cependant que sur mes manches
tombent des flocons de neige.

021 - Kōkō Tennō (58) 光孝天皇 (830-887 r. 884 - 887).
(Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2) 

Illustration du poème 021 - Utagawa Hiroshige 歌川広重 (1797 - 1858). 

Fine est la trame
du vêtement de brume
que porte le printemps
le vent de la montagne
le froissera sans doute.

023 - Ariwara no Yukihira 在原行平 (818-893).
(Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2).

Illustration du poème 023 - Kojima Kōkei 小島光径 (1931 - ). 

Mille oiseaux gazouillent
c'est le printemps
bien que tout
se renouvelle
moi, je vieillis.

028 – Anonyme.

IIlustration du poème 028 - Ohara Koson 小原古邨 (1877 - 1945). 

I approach the shore
An angel is before me
She’s holding two cups
Water floating up
From one cup to another
The sub and super conscious

Temperance: Hello young friend.

Me: Hi.

Temperance: It’s so nice to see you. Won’t you come with me to the tide pools?

Me: Sure.

Temperance: Wonderful!

Following angels
Can lead to some strange places
Let’s get our feet wet

Ariwara-no-Narihara 在原業平 (825-880)

Narihara était un aristocrate,  5ème fils du Prince impérial Abo 阿保親王 (792-842), fils de l'empereur Heizei (51)  平城天皇 (774-824 r. 806-809).

Narihira laisse de nombreux poèmes regroupés dans un recueil privé, le Narihira-shū 業平集. Plusieurs d'entre-eux seront compilés dans les anthologies impériales postérieures. Un poème sera également repris par Fujiwara no Sadaie 藤原定家 (1162-1241) dans son Hyakunin Isshu 百人一首 (n° 17).

Voici quelques poèmes :

Rentré cette nuit sans vous voir
les larmes ont trempé ma manche
plus encore que la rosée du matin

où je m'en retournais, écartant
les bambous nains de la lande d'automne.

Illustration du poème :  “Ariwara-no-Narihira cherchant le fantôme d'Ono-no-Komachi du regard" de  Tsukioka Yoshitoshi 月岡芳年 (1839-1892).

Au fond noir
des ténèbres de l'amour
je me suis perdu

rêve ou vérité
dites-le, mortels, si vous le pouvez.

Illustration : “Ariwara-no-Narihara” de Utagawa Kunisada 歌川国貞 (1786-1865) ou Utagawa Toyokuni III   三代 歌川豊国  (3ème génération Toyokuni Utagawa).

Oui, c'est bien la même lune
c'est bien le même printemps
que jadis, rien ne change

sauf mon corps qui n'est plus
celui d'antan.

Illustration : “Ariwara-no-Narihira and Nijo-no-Tsubone at the Fuji river” de Tsukioka Yoshitoshi 月岡芳年 (1839-1892).