suspens

J’ai écrit ça. Là-bas. Il manque des virgules et l’essentiel.
L’essentiel qui reste en suspens qui se tient dans les espaces blancs l’essentiel qui est dans le silence entre les deux phrases, entre le point et la majuscule, dans l’ellipse
L’essentiel qui se cache derrière la métaphore l’essentiel retenu comprimé L’essentiel secret l’essentiel qui s’évapore l’essentiel mirage
L’essentiel mouvant contradictoire pluriel
L’essentiel qui est semblable à la façon dont nous regardons les arbres nus et noirs par la fenêtre ouverte sur la nuit

Et il a dit, tu pourras déchirer mes photos et écrire dessus. 

Peut être que la vie c'est ça finalement. Une routine qu'on ne casse jamais, un cocon qu'on préfère ne jamais briser par peur de la solitude. Des expériences qu'on ne fait jamais, des questions qu'on laisse en suspens. Des paroles qu'on garde pour nous, des mains qu'on n'attrape pas, et mêmes des baisers qu'on ne donne pas. Peut être que c'est ça la vie, se dire qu'on aurait dû, qu'on devrait, mais qu'on ne fait jamais. C'est peut être des promesses brisées, des personnes idéalisées, des rêves gardés secrets.
Des êtres épinglés à la surface du monde comme des phalènes à la lueur d'un néon. Humanité déplacée, en suspens, encore présente et déjà absente. Humanité à la fois fragile et redoutée, qu'un coup de vent ou une décision politique peuvent emporter au loin.
—  Bruno Le Dantec - Psychogéographie
- On peut se voir, tu crois ?
- Je sais pas.
- J'aime pas le suspens.
- Alors c'est non.
- Génial.
- Tu m'emmerdes, t'aimes pas le suspens alors j'ai tranché.
- Moi aussi, y'a un truc qui m'emmerde.
- Ah bon ? 
- Ouais, toi.
- Pourquoi ?
- Tu m'emmerdes à être attachant comme ça, moi j'voulais pas m'attacher sauf que maintenant c'est trop tard. Tu fais vraiment chier.
—  jemetais

《Peut-être partons-nous tous avec un voyage en suspens, envisageons-nous des voyages lorsqu'ils sont déjà impossibles, comme si nous essayions d'acheter du temps, même si nous savons que le nôtre s'est épuisé et que personne ne peut nous faire cadeau d'une seule minute de plus.》

6

Best and most suspenseful scene in Tinker Tailor Soldier Spy (2011).

It’s almost Hitchcock-like. Benedict Cumberbatch is sublime in this scene, you can almost smell his cold sweat and hear his heart beat. He plays a man who plays a role most of the movie, and so his acting has to be multilayerd the whole time, and in this scene Cumberbatch manages to bring together all the layers: the womanizer, the latent gay, the cool spy, the nervous wreck, the loyal ally… expressed solely through some glances and his body language, because the (spare) dialogue is just superficial jabbering.

It’s just fantastic.