surnoms

Quand je me mets à regarder toutes les photos de mon portable à 3h du matin, avec une des playlists déprimantes de payetoncelibat en fond musical.

  • "Mais ce que tu comprends pas c'est que l'amour c'est pas ça
  • c'est pas dire des trucs mignons
  • tu sais pas ce que c'est d'aimer les gens
  • tout est superficiel
  • les coeurs par message
  • les lettres d'amour
  • les surnoms
  • c'est pas ça l'amour
  • l'amour c'est te donner corps et âme
  • de la faire passer avant tous les autres
  • de juste savoir ce qu'elle pense en la regardant
  • de la protéger plus que tout
  • de tout connaître de lui sans jamais rien lui avoir raconté
  • de en permanence la faire rire et sourire
  • de lui offrir ton coeur
  • de n'avoir qu'elle en tête même quand on te parle
  • de plus croire en elle que croire en un dieu
  • et moi
  • je l'aime
  • à en crever
  • je pourrais sauter d'un pont pour lui"
  • What she says:Je vais bien
  • What she means:Quel est le véritable nom du Visiteur du Futur ? Dans la saison 4, on croit l'apprendre, mais dans "La Meute", on se rend compte que ce n'était qu'un surnom - et cela sonne en effet comme un surnom, de toute façon. Alors quel est son vrai prénom ? Comment ses parents l'appelaient-ils ? Que leur est-il arrivé ? Ont-ils abandonné ce petit renardeau des rues ou sont-ils morts, assassinés par des zombies, peut-être ? Et comment le jeune Renard a-t-il survécu à huit ou neuf ans, tout seul dans un monde post-apo ? Pourquoi lorsque Belette lui a demandé son nom, il n'a pas répondu ? Est-ce qu'il l'avait oublié, par choc traumatique ou amnésie infantile ? Quel est le vrai nom de Renard ?
j'étais dans une conversation groupée sur facebook avec des amis. et y'avait un gars je le connaissais que vite fait de vu comme ça, et lui aussi était dans cette conversation. bref quelques jours passent puis on s'est mit à se dire bonjour. mais comme ça rien, de plus. et en une semaine environ, j'me suis mise à me confier à lui, on parle super souvent par message, il m'a même proposé de m'emmener skier avec lui alors qu'il aurait pu proposer à un de ses meilleurs amis (que je connais) et ça faisait seulement 2 jours qu'on se parlait vraiment.
genre un midi j'étais toute seule (volontairement) et il m'a vu du coup il m'a dit de venir avec lui. on s'est déjà donné des surnoms rigolos.
enfin bref, tout ça pour dire que du jour au lendemain vous pouvez rencontrer une personne trop cool. alors ne décidez pas de stopper votre vie alors qu'une rencontre aurait pu bouleverser votre vie le lendemain. et comme on dit, les rencontres par surprise sont souvent les plus belles.

anonymous asked:

Your fanfic style : absolument fantastique et on est bénis de t'avoir, très chère!

YYYYOOOOOOOO RPZ la France tout ça sisi la famille bien ou bien? :’) Comment reconnaître les francophones: les espaces entre la ponctuation et le texte. Merci beaucoup, j’arrive même plus à former des surnoms cools en français ça me tue T.T T’es de la pure gâche vandéenne AAAAAAHHHHHHH ♥

Quand j'ai passé un week-end d'inté (WEI) de folie (au soleil dans un château en Bourgogne).

PS: Mon nouveau surnom dans mon école : Beyoncé (avec le titre de meilleur danseur du WEI)

y'a un mec de ma classe il a mis un snap un peu triste tout a l'heure. ce gars il est vraiment trop cool, toujours joyeux, souriant, heureux. bon, pas le mec le plus sérieux ni le plus silencieux en cours, pourtant avec une moyenne plutôt bonne. c'est l'mec qui fait beaucoup de soirées (alcoolisés), qui sort souvent de chez lui mais qui va très souvent courir aussi.
bref, le gars cool mais pas tellement mon truc niveau soirée…etc
je n'ai jamais vraiment été proche de lui, il arrive qu'on se dise bonjour, on se parle mais vraiment rien de plus.
suite à son snap, je lui ai envoyé un message et on a parlé :
“ - mélancolique mon petit T. ?
- oui Marin… (‘c'est mon surnom Marin hein’)
- tu veux en parler ? j'me doute que je connais pas l'histoire du début mais bon, ça peut toujours faire du bien…pis toi qui est toujours joyeux, c'est pas top de te voir comme ça !
- c'est gentille de proposer vraiment mais j'ai pas tellement envie de m'étaler comme ça par message… mais 1 de ces 4 au bahut je ne dis pas non….
- oui d'accord je comprends. bah écoute ça marche tu me raconteras ce qui ne va pas ! :) et je ferais de mon mieux pour t'aider un minimum”

c'est ridicule, mais j'vois bien que ça lui a fait plaisir, et comme quoi, il n'a pas dis non pour m'en parler. c'est des toutes petites choses toutes simples qui peuvent faire du bien, même si vous n'êtes pas proche avec quelqu'un, proposez lui votre aide si celle ci ne va pas bien !

Je me souviens. Je me souviens de tes longs cheveux blonds qui virevoltaient dans les airs, de tes yeux “vert-jaune - et un peu gris” qui me rendaient folle. Je me souviens de tes dessins sur ton cahier de maths, quand tu t'ennuyais.
Je me souviens de tes posters dans ta chambre, de ton t-shirt préféré, il était blanc, très simple avec un immense dessin d'une libellule noire. Je me souviens de tes frêles poignets recouvert de bracelets. Je me souviens de ton petit corps. De ton trop petit corps. De ton corps trop mince, trop fin.
Je me rappelle de tes surnoms que je te donnais, “petit moineau”, “miette” Pourquoi ? Tout simplement parce que tu mangeais rien. Rien. Rien du tout. Des quantités infimes de nourriture. Tu calculais les calories de chacun de tes aliments. Chaque bouchées te faisaient culpabiliser. Chaque passage devant un miroir te faisait trembler.
Je me souviens, en cours de sport. Tu mettais des collants sous ton jogging pour masquer tes si frêles jambes (et tes cicatrices). Je me souviens, je me souviens.
Je me souviens de la si belle personne blonde et heureuse que tu étais.
Que tu étais avant “ça”, avant les insultes “grosse vache, baleine”, avant le harcèlement, avant les coups.
Je me souviens de ton si joli corps, ton si joli corps doté de formes.
Je me souviens de toi avant. De toi avant Ana.
L'ancienne toi me manques tu sais.
—  sublimedouleur

Je ne penserai plus à elle le matin. Je ne lirai plus son horoscope. Je ne lui demanderai plus si elle va bien, si elle a mangé, si elle a bien dormi. Je ne m'inquiéterai plus pour elle. Je ne la gronderai plus comme un bébé. Je ne m'attarderai pas sur ses photos. Je n'écouterai plus ses musiques. Je ne lui dirai plus bonne nuit, ne pense pas trop, arrête de paniquer. Je ne lui donnerai plus de surnoms ridicules. Je ne la taquinerai plus. Je ne la trouverai plus sublime. Je ne compterai plus les jours qui me séparent d'elle. Je ne lui écrirai plus de lettres. Je ne lui raconterai plus ma vie, mes blessures, mes souvenirs. Je ne dirai plus “nous”. Je ne la ferai plus rire. Je ne me coucherai plus à 3h du matin pour lui parler. Je ne lui dirai plus qu'elle me manque. Qu'elle me manque toujours. Je ne lui dirai plus fais attention, t'es trop bête, je t'aime… A demain. Je ne lui dirai pas à demain, parce qu'il n'y aura plus de demain.

Avec @sciencesansconscience on a trouvé un article qui explique que si je suis bi c’est parce que je veux tout tester sans limite, que je suis libertine et qu’en résumé mon surnom peut être “Open Bar”. Ah. Et que les lesbiennes sont lesbiennes car elles ont subi une mauvaise expérience avec un homme. C’est tout. 

Venez découvrir ça ici: http://t.umblr.com/redirect?z=http%3A%2F%2Fwww.araigneedudesert.fr%2Flhomosexualite-expliquee-a-un-ado-de-11-17-ans%2F&t=YmZmNTAwNTZhNzUzOTQ3M2Q5MjE5MTJmYzgyM2Y0NDAwNDlhN2RmMSxFUGp0ODRKUw%3D%3D et si vous voulez participer à la réécriture des réponses vous pouvez contacter @keyko-zen !

Je suis Lilith les seins blancs. Irrésistible est mon charme car mes cheveux sont noirs et longs, et de miel sont mes yeux. La légende raconte que je fus créée de la terre pour être la première femme d'Adam, mais je ne me suis pas soumise.

Je suis la femme festin et les invités au festin. Sorcière ailée de la nuit est mon surnom, et déesse de la tentation et du désir. On m'a appelée patronne du plaisir gratuit et de la masturbation, et délivrée de la condition de mère pour que je sois le destin immortel.
—  Joumana Haddad - Le retour de Lilith
First MCL headcanons

Salut à mes abonnés (si j'en ai).
Je vois de plus en plus de ce qu'ils appellent des “headcanons”, très difficile à décrire, sur les pages de Tumblr et je vais essayer d'en faire moi aussi sur les personnages d'Amour Sucré, et quitte à les faire, je les partage, peut être qu'ils seront appréciés ?

Si les garçons d'Amour Sucré donnaient des surnoms affectueux à Sucrette :

- Lysandre : Amour

- Castiel : ma puce (ou bébé ?)

- Kentin: Mon Ange

- Nathaniel : Mon coeur

- Armin: Princesse


Et inversement si Sucrette devait nommer son copain:

- Lysandre : Mon chéri
- Castiel : Mon chat (pour l'embêter puisque Debrah l'appelait “chaton” 😉)
- Kentin : Ken (mais seulement entre eux)
- Nathaniel : Mon amour
- Armin : Poussin ou mon Poussin (ce qui fait référence à Harley Quinn 😊)

Je suis consciente que c'est pas très élaboré, et que c'est subjectif… mais j'ai envie de rentrer dans ce fandom sympa, alors si vous êtes d'accord, pas d'accord avec ces propositions, je suis toute ouïe ! 😊


*************


Hello my followers (if I had fews).
Currently I see more and more “headcanons” on Tumblr and I would try to write it too about My Candy Love characters, and while I’ll do it, I’ll share it, maybe it would appreciated ?
I’m sorry if my English is not that good, I’m a French native speaker…

If the boys would give a nickname to Candy:

- Lysander : Love

- Castiel : Babe

- Kentin : Angel

- Nathaniel : Sweetheart

- Armin : Princess

And if Candy would named her boyfriend:

- Lysandre : Darling (is “Deary” used for boys ?)

- Castiel : Kitten (I don’t know what name had chosen Debrah in the English version)

- Kentin : Ken (but only if they’re the two of them 😉)

- Nathaniel : Honey (or Honey bun)

- Armin : Puddin (reference to Harley Quinn)

I’m not sure it’s good, and I know it’s subjective and I miss some information about the game in its English version, but I would be happy to enter in this nice fandom, so if you agree or disagree with this phrases, or if you have other ones, I’m listening to you 😊

mon pote

J’ai rencontré Alain, il y a 30 ans, à Megève, (nous étions tous deux animateurs colo), comme on prend un train…dans la gueule. Un physique d’Apollon, une vraie gueule d’ange, bronzé toute l’année (moniteur de ski et surveillant de baignade selon les saisons). presque une caricature…Sa ressemblance à Thorgal héros de BD lui valut ce surnom. C’est encore ainsi que je l’appelle.

Sportif, bienveillant, drôle, beau, il n’avait pas grand chose à faire pour glisser une par une les animatrices du site jusqu’à son lit. Juste un regard de ses yeux verts. Sauf que j’y ai vu de la peur et de la détresse derrière ce vert là, et qu’il a été confronté pour la première fois à un “non, merci, je ne suis pas intéressée”.

Alors on a passé notre premier jour de congé ensemble, à skier comme des fous sur toutes les pistes du domaine, jusqu’en Italie même…Et puis grisés par l’altitude, l’adrénaline, la fatigue physique…on s’est installés à un refuge en fin d’après midi et on est restés sans rien se dire, à ne pas savoir que faire de cette relation qui semblait pointer derrière le silence.

Et on s’est tout dit, même pas presque. Je me perds encore dans ses vrais/faux sœurs/frères, demi/entier/de coeur,, dans cette famille éclatée où il n’a jamais appelé sa mère, maman, mais sa grande tante éloignée qui l’a élevé. je l’ai accompagné ce soir là dans les rues de son enfance et de son adolescence…un an entier de errance à vivre seul à 15 ans, à la cloche…Et puis sa force, de caractère, son courage pour s’en sortir.

Il n’a pas lu Prévert ni Baudelaire, encore moins Céline ou Victor Hugo, mon Thorgal, l’écrit ce n’est pas son fort, l’informatique, sa bête noire…..Ma rebellion d’adolescente ressemble plus à un caprice de petite bourgeoise mal comprise à côté de ses galères. Mais il les a entendus avec moi, et il m’a appris à regarder ce qui m’entoure différemment. Ce que je retrouve à chaque fois que je le vois.

Une balade en forêt avec lui est une leçon de science de la vie, il connaît chaque insecte, chaque arbre, chaque plante, chaque animal…et sa grosse paluche est plus délicate qu’une plume lorsqu’il les saisit pour te les montrer et t’expliquer leur importance dans notre système.

Mon “homme des bois” comme je le nomme parfois, il est fait pour vivre loin des villes et du bitume. Il s’y est enterré vivant par amour. Et depuis quelques temps, il était doucement en train de crever…Alors, il est revenu dans ses terres, par chance pour moi qui ne le voyait plus beaucoup, son fief est par chez moi, en Bretagne. Son amour suivra. c’est mon amie depuis 26 ans elle aussi.

Ce lien, il perdure sans qu’on se prenne la tête, jamais, de 5 ans mon cadet, je suis pourtant, sa puce, sa petite sœur, comme si il n’en n’avait pas déjà assez…Le genre de personne à qui on dit j’arrive ou viens, à la première intonation de la voix au téléphone, sans se poser de questions, et en laissant tout en plan, même le feu sous la marmite.

Il est enveloppant et rassurant, et fragile comme un gosse, il ne ferait pas mal à une mouche mais je n’aimerais pas être celui à qui il décollerait une mandale si par malheur, on touchait à sa tribu. Toute la violence qu’il a reçue il l’a transformée en bienveillance, tendresse et compréhension. Mais il en reste encore, on ne se débarrasse pas du passé comme ça. Mais c’est vers lui qu’il la dirige et ça c’est plus difficile à lui faire entendre.C’est là, où ma folie et ma sagesse reprennent leurs droits d’aînesse. 

Il a pris cher mon Thorgal ces dernières années, educ spé, dans un centre pour adolescents en errance, comme pour donner ce qu’il n’a pas eu, mais ça l’a dévoré à petit feu…le corps qui ne suit plus, l’épaule en vrac, le bidon de la quarantaine passée, la calvitie naissante, les yeux verts n’ont plus vraiment peur, mais ils sont fatigués.

Alors, quand il dit, tu fais quoi ce soir, j’ai plus d’envies, je ne sais pas où je vais, je dis viens, on va boire un verre ou deux, ou trois, on va causer et on va se prendre dans les bras.

Ce qu’on a fait, on a ri, beaucoup, bu aussi, on a refait le monde un peu, on a parlé de lui, de moi, sans tabous, sans secrets, ça restera entre nous, on a fait des projets, évoqué des souvenirs (sur 30 ans ça en fait),…

Je ne l’ai pas laissé partir, on a fini la discussion au petit déjeuner, je ne sais pas si il allait mieux, mais je suis certaine qu’il allait bien. La prochaine fois, c’est moi qui débarque, un jeudi après midi, sans les gosses, et ce sera à son tour de m’apprendre la vie et de me laisser repartir en allant bien,.

.

“Le surnom ‘Cocles’ signifie ‘borgne’.

- Ca veut dire quoi ?

- Qu’il lui manque un oeil, comme Jean-Marie Le Pen, par exemple

- Ouais, ben lui, il lui manque pas qu’un oeil..”

La cagoule

La Cagoule est le surnom donné par la presse à l'Organisation secrète d'action révolutionnaire nationale (O.S.A.R.N. ou O.S.A.R.), crée en juillet 1936. L'O.S.A.R. devient, à la suite d'une faute figurant dans un rapport d'informateur, le Comité secret d'action révolutionnaire (C.S.A.R.)[1].

L'O.S.A.R.N. est constituée, par Eugène Deloncle, comme une force d'autodéfense visant à répliquer aux risques d'un coup d'état communiste. Les événements allant du 9 février 1934 aux débuts du Front Populaire font craindre aux milieux non marxistes, une révolution comme celle d'en URSS, des spartakistes en Allemagne, de Bela Kun en Hongrie ou les assassinats d'opposants l'Espagne d'avant le soulèvement nationaliste. Le but du C.S.A.R. est aussi de renverser la Gueuse par l'action souterraine et une franc-maçonnerie retournée au bénéfice de la nation[2].

L'O.S.A.R.N. a des ramifications dans l'armée et les services de renseignements. La Cagoule est d'ailleurs organisée comme une véritable armée de 40.000 membres, aura pour but d'anéantir la République. Au niveau international, la Cagoule soutient les franquistes et a le soutien de l'Italie fasciste. Venus principalement des milieux patriotes, nationalistes et royalistes, farouchement germanophobes, l'organisation n'a aucun lien avec les officines de propagande nazie.

Philippe Bourdrel, auteur de Les Cagoulards dans la guerre écrit :

   Plus d'un demi-siècle après les événements, alors que les passions partisanes se sont apaisées, il est enfin possible de poser sur la Cagoule un regard d'historien et d'introduire, au-delà des fantasmes, les nuances qu'exige l'analyse de ce complot fascisant qui va hanter trois Républiques[3].

Cette organisation secrète de libération nationale est active en France à la fin des années 1930. Elle est fondée majoritairement par un groupe de l'Action française dissident sous la direction de Eugène Deloncle. Ils estiment que la seule façon de mettre fin à la Troisième République, qu'ils jugent décadente, est l'action directe. Ce qui est condamné par des personnalités comme Charles Maurras et Maurice Pujo.

Elle a réalise un certain nombre d'actons terroristes contre des communistes, des francs-maçons et d'autres personnalités antifascistes. Le directeur de la Banque commerciale pour l'Europe du Nord, Dimitri Navachine, agent soviétique très actif est exécuté par eux. Pendant cette croisade, Carlo et Nello Rosselli, en rien communistes sont exécutés.

Les cagoulards exportent des armes à travers la frontière et la Méditerranée pour aides Franco au cours del Alzamiento Nacional. Un certain Jean Filliol exécute les deux frères Carlo et Nello Rosselli, à Bagnoles-de-l'Orne, pour le compte de Mussolini. Fortement impliquée ou pas le CSAR à établit de bonnes relations avec une partie du gouvernement italien.