sujet

french linking words 🌿

Ainsi – Thus, In This/That Manner

  • La fée transforma ses jambes en queue de poisson, et ainsi, la princesse devint une sirène.
    The fairy transformed her legs into a fish tale, and thus, the princess became a mermaid.

C’est Ainsi Que – It’s This Way

  • Elle a travaillé dur pendant dix ans. C’est ainsi qu’elle a gagné la compétition.
    She worked hard for 10 years. She won the competition that way.

Alors – Then, So, Hence

  • Jean Noël ne pouvait pas supporter le bruit dans le club, alors il est sorti.
    JN couldn’t bear the noise in the club, so he went out.

Alors Que – While, Whereas, When

  • Alors que Sophie aime le jazz, Marie déteste ça.
    Whereas Sophie loves jazz, Mary hates it.

Aussitôt Que –As Soon As

Aussitôt que la chatte s’est endormie, les souris se sont montrées.

As soon as the cat fell asleep, the mice showed themselves.

D’autant Plus – All The More

  • Il partageait sa passion de la danse. Elle l’aimait d’autant plus.
    He shared her passion for dance. She loved him all the more.

D’autant Plus Que – Even More So Since

  • Je suis vraiment déçue. D’autant plus que je lui avais dit de venir chez nous.
    I am really disappointed. Even more so since I told him to come to our house.

Bien Que – Even Though (*Followed By The Subjunctive)

  • Elle l’a fait, bien qu’elle n’en ait pas eu envie.
    she did it even though she didn’t feel like it.

Si Bien Que – Hence

  • Ils parlaient à demi-voix si bien qu’elle ne pouvait pas les entendre.
    They spoke softly, hence she couldn’t hear them.

Cependant – Nevertheless, Meanwhile, However

  • Je ne suis pas de son avis. Cependant je le suivrai.
    I don’t share his opinion. Nevertheless I will follow it.

Dès – Since, From

  • Dès ce moment, il a refusé de parler d’elle.
    From that moment, he refused to talk about her.

Dès Que – As Soon As

  • Je te téléphonerai dès qu’elle arrivera.
    I’ll call you as soon as she gets here.

En Tant Que – As (A)

  • En tant qu’ingénieur, elle est très précise.
    As an Engineer, she is very precise.

Lorsque – When

  • Ils ont cueilli les cerises lorsqu’elles étaient mûres.
    They picked the cherries when they were ripe.

Malgré – Despite

  • Malgré son effort, cela n’a pas suffi.
    Despite her efforts, it wasn’t enough.

Même Si – Even If

  • Il ira même si elle n’y va pas.
    He’ll go even if she doesn’t.

À Moins Que – Unless (*Followed By The Subjunctive)

  • Vous ne pourrez pas voir la directrice à moins que vous ayez un rendez-vous.
    You will not be able to see the director unless you have an appointment.

Néanmoins – However, Nevertheless, Nonetheless

  • Elle avait peu d’argent néanmoins elle lui a tout donné.
    She had little money, but she gave all to him nonetheless.

Pendant Que – While, As

  • Marc étudie la chimie pendant qu’il écoute la radio.
    Marc studies chemistry while he is listening to the radio.

Pour Que – So That (*Followed By The Subjunctive)

  • Il a couru pour qu’elle ne l’attende pas trop longtemps.
    He ran so that she wouldn’t wait for him too long.

Pourtant – Although, Still, Nevertheless

  • La femme a plus de quarante ans, mais c’est pourtant une beauté.
    The woman is over forty, but she is nevertheless a beauty.

Puisque – Since, Because, As, Seeing That, For That Reason

  • Puisque sa maman ne voulait pas jouer au Monopoly, le petit garçon est sorti jouer dehors.
    Since his mother didn’t want to play Monopoly, the boy went to play outside.

Quand Même – Even Though, All The Same, Nevertheless

  • Ce n’est pas lui qui chantait le mieux, mais il a gagné la compétition quand même.
    He wasn’t the best singer, but he won the contest all the same.

Quant À – As For

  • Quant à lui, il préfère ne pas discuter de ce sujet dangereux.
    As for him, he’d rather not talk about this dangerous topic.

Quoique – Though, Although (*Followed By The Subjunctive)

  • Quoiqu’elle ne sourie pas beaucoup, en réalité elle est très contente.
    Although she doesn’t smile much, in fact she is really happy.

Quoi Que – Whatever, No Matter What (*Followed By The Subjunctive)

  • Quoi qu’il dise, elle ne le croit pas.
    Whatever he might say, she won’t believe him.

Sinon – Except, If Not, Otherwise, Except That, Unless

  • Ne sors pas sans manteau, sinon tu vas attrapper froid.
    Don’t go out without a jacket, otherwise you’ll catch a cold.

Tandis Que – Whereas, While

  • Il préfère aller à la plage pour les vacances, tandis qu’elle préfère aller à la montagne.
    He likes to go to the beach for vacations, whereas she prefers the mountains.
BEING MEAN in French

balancer une vanne - to have a dig/level a cutting remark

bousculer - to push s.o around (figuratively not physically)

brimer qqn - to torment/bully s.o

brutaliser qqn - to bully s.o (physically)

embêter - to pick on s.o (children)

s’en prendre à - to bully s.o (physically)/to pick on s.o

engueuler qqn - to give s.o shit

une entourloupette - a trick/ruse (un mauvais tour joué à qqn)

un esprit malsain - a twisted person/depraved individual/sick individual/have a sick or depraved mind

être malfaisant - to be wicked

être méchant - to be mean

être un sale type - to be a bad egg

être un sujet de plaisanterie - to be the subject/butt of jokes

harceler - to harass/bully s.o

intimider - to intimidate/bully s.o

malmener/maltraiter qqn - to bully/order s.o around

une mauvaise plaisanterie - a sick joke

mesquin - mean-spirited

se moquer de qqn - to make fun of s.o/laugh at someone’s expense/laugh at

une plaisanterie d’un goût douteux - a tasteless joke

pourri jusqu’à l’os/la moelle - rotten to the core (person)

railler - to mock/to jibe

une raillerie - a jibe

un sale tour - a dirty trick

tyranniser - to bully s.o (faire peur à qqn)

Affaire Thomas “Fleur--Lunaire”

J’ai dû écrire ce billet une bonne centaine de fois dans ma tête sans jamais trouver les mots justes pour qu’on me comprenne. Cette nuit, je ne suis pas en état de l’écrire, car je crois qu’il faut témoigner d’une force d’esprit assez singulière, et je ne suis pas capable de la posséder aujourd’hui. Pourtant, j’ai promis. J’ai promis d’écrire tout cela, car j’ai promis de me charger de cette histoire qui sévit depuis trop longtemps ici. Ne m’en voulez pas des fautes, des incohérences, des maladresses… c’est une femme blessée et exsangue qui vous écrit.

Il y a quelques mois, plus précisément en mai dernier, un individu est venu me parler. Il s’appelle Thomas, plus connu sous le nom de romantique-lunatique, rebaptisé aujourd’hui fleur–lunaire. Nous nous étions parlés il y a de cela plus d’un an. A l’époque, j’étais en couple et tout allait mal avec mon compagnon – que j’ai quitté depuis. Thomas essayait de me persuader que cet homme était mauvais pour moi et qu’il fallait que j’arrête de me bercer d’illusions. Pour le coup, peut-être la seule fois dans sa vie, Thomas avait raison, mais ce n’est pas grâce à ses paroles que j’ai mis fin à ma relation. Je ne sais pourquoi nous avons cessé de parler ; toutefois, un an et quelques mois plus tard, Thomas est revenu. Ce jour-là, je me souviens, il a commencé à me parler de choses insensées qui me rendaient mal à l’aise. J’ai mis très vite fin à la conversation. Pour sûr, cet homme l’a mal pris, car après tout, c’est un homme qui se sent agressé dès qu’on ose se montrer honnête avec lui. Sûrement ai-je été trop brutale avec lui ; toujours est-il qu’il m’a bloquée et que, quelques heures plus tard, il est revenu pour me laisser un message bien spécifique. Je vous invite à lire ce billet.

Je me suis battue, vous savez. S’il y a une chose que je déteste par-dessus tout, c’est l’injustice. A l’époque, avec deux autres personnes que je ne citerai pas, nous avons eu dans l’idée de créer un blog qui regrouperait toutes les plaintes contre Thomas. Entre temps, une jeune femme venait me confier que, habitant près de chez lui, et suite à une affaire avec lui, elle avait déposé plainte contre lui, car il la harcelait. Au final, nous avons regroupé plus de 25 plaintes et cette histoire a été partagée bon nombre de fois. De nombreux individus, hommes comme femmes, avaient eu affaire à cet homme que j’ose, devant vous tous, qualifier de pervers narcissique.

L’une des personnes qui administrait le blog avec moi a décidé de s’en aller, car c’en était trop pour elle, et je la comprends. Cette histoire prend un tournant effrayant et il faut manifester de beaucoup de force mentale pour tenir. L’autre personne a tenté de raisonner ceux qui venaient prendre la défense de Thomas, mais c’en était assez. J’ai décidé de supprimer le blog, car je venais de vivre une histoire similaire dans mon université, et je ne pouvais le supporter. Au contraire de ce que Thomas clame haut et fort, ce n’est pas Tumblr qui s’est chargé de la suppression de ce blog, ni d’autres qui se moquaient de lui. Ce n’était pas un acte de faiblesse, nous étions seulement fatigués de l’ampleur de l’histoire et cet homme nous ruinait le moral. Nous avons abandonné et je vous demande pardon.

Moi, j’ai préféré laisser tomber, mais je n’ai pas oublié. Je n’ai pas pu oublier. De temps à autre, Thomas venait, en anonyme – bien sûr –, pour me dire des choses affreuses. Je vous invite à les lire ici, ici et encore  (vous en douterez, bien évidemment, et vous invite à lire ces deux billets de Thomas : ici et   – pas très futé, le Thomas). Je l’avoue, j'ai répondu. J’étais en colère. Je te méprise, Thomas. Oui, Thomas, je m’adresse bien à toi. Toi, caché derrière ton écran d’ordinateur ou de téléphone. Toi qui ne sors jamais. Toi que je n’ai jamais oublié, parce que les « êtres » tels que toi n’ont pas lieu d’être. Oui. J’ai du mépris pour toi, Thomas. Tu as fait tellement de mal à toutes ces femmes ; et oui, je parle pour elles, car j’ai leur confiance et je veux leur rendre justice. Que tu m’insultes, que tu parles de moi dans mon dos, que tu balances des rumeurs à mon sujet, que tu me harcèles anonymement, je m’en contrefous. Si j’étais la seule victime dans tout ton bordel, je l’accepterais. Pourtant, cela ne t’a pas suffi. Tu as préféré harceler des jeunes filles qui n’ont même pas la majorité, tu as préféré demander des photos intimes à des jeunes filles de 14 ou de 16 ans, tu as préféré dire à des suicidaires de finir leurs jours, tu as préféré manipuler des femmes en leur faisant sentir qu’elles étaient en tort, alors que c’est toi, toi, oui, toi seul, qui es en tort dans toute cette histoire.

Ce sera la dernière fois que je m’adresse à toi pour toutes ces femmes, mais je n’arrêterai jamais. Non, je ne cesserai PAS. Comme disait Zola, j’accuse ! J’accuse les hommes qui profitent de l’innocence des jeunes filles ! J’accuse ces monstres qui, comme toi, osent se prétendre « hommes » ! Vous n’êtes pas des hommes ! Vous n’êtes rien ! Vous n’êtes même pas humains ! J’accuse les pervers narcissiques, car c’est ce que tu es, misérable ! et les pervers narcissiques, je ne les connais que trop bien. J’ai le souvenir du lendemain de mon message qui te dénonçait suite à tes insultes, j’avais parlé de mon vécu (en l’occurrence, ici, de mes viols) et tu avais osé dire que tu n’y croyais pas. Qui es-tu pour émettre un jugement sur mon passé ? Qui es-tu pour juger ma vie ? Personne. Tu n’es personne, et tu ne seras jamais quelqu’un en restant caché dans l’ombre, en refusant de voir la vérité qui te fait violence.

J’ai été violée par deux pervers narcissiques. Si vous souhaitez en savoir plus, sachez que je détaille tout dans ce billet, suite aux mots touchants d’une jeune fille qui me les a adressés, et qui a subi les foudres de Thomas par la suite. Alors, oui, Thomas, les pervers narcissiques, je les connais très bien, et tu en fais bel et bien partie.

Bien sûr, tu nieras. Tu ne sais faire que cela, et je ne t’en veux pas. Quand on n’a pas de vie, il faut bien s’inventer une histoire et la propager sur le net ; ce que tu fais, en te faisant passer pour un homme amoureux des femmes, un homme malheureux, un homme torturé, un homme hypersensible, comme tu aimes tant te définir. Pour toi, les femmes sont des monstres, mais ne t’es-tu jamais demandé si c’était toi le monstre ? Cette question est rhétorique. Je sais très bien la réponse.

Oh, oui, tu m’écriras. Tu enverras tes sbires pour qu’ils me disent que je suis en tort, pour me dire que je suis une idiote. Mais je vais te dire une chose, Thomas : tout ce que tu pourras me dire, en essayant de me rabaisser, en essayant de me faire du mal, cela ne marchera pas, et tu sais pourquoi ? parce que toutes les choses que tu peux me dire, je me les dis tous les jours. J’ai tellement de colère envers toi. Je ne comprends pas comment on peut se montrer odieux. Tu répondras sûrement que j’ai manipulé toutes ces femmes ! Bien sûr que je sais manipuler, mais je ne suis pas comme toi ! Mes défauts, j’essaie de les travailler et je ne les utilise pas à mon avantage. Tu ne me connais pas, mais moi, je te connais ; et si je m’écoutais, je viendrais te dire que les pisse-froid comme toi, je les écrase comme des insectes sous mon talon. Cependant, je ne laisserai pas ma colère prendre le dessus, cela n’en vaut pas la peine, et ce ne serait pas donner justice à ces pauvres femmes qui essaient de se remettre de toute l’horreur que tu leur as fait subir.

Alors, bien sûr, je suis persuadée que certaines ont des torts et que tu as les tiens, mais cela ne t’excuse pas. Tu n’avais pas le droit de les manipuler, de leur dire de telles atrocités, de les faire passer pour des bourreaux, alors que c’est toi, l’abject « humain » que je dénonce. Qui peut se permettre de dire à quelqu’un de mourir ? Qui peut se permettre de dire à quelqu’un qu’il est idiot d’aimer ? Tu n’as pas le droit. Tu n’es personne pour te permettre de juger les autres, mais nous sommes nombreux à te juger, car on juge autrui par ses actions et non par ses jolis mots. Alors, arrête tes phrases toutes faites, arrête ta sensiblerie, arrête ton romantisme, arrête ta fausseté. Aujourd’hui, dans la nuit sombre, éclairée par le clair de lune, les gens savent, ou sauront.

Peut-être que mon billet aura des répercutions, autant positives que négatives, mais encore une fois, cela m’est égal. Tout ce que je sais, c’est qu’en France, ce que tu fais, est punissable par la loi.

Certains douteront de mon message, j’en suis certaine, et voici ce que je leur réponds, grâce à la coopération d’une demoiselle de 14 ans (oui, 14 ans !) :

Je tiens à préciser qu’il connaissait à peine cette jeune fille et qu’il lui a dit qu’il l’aimait. Peu de temps après, celle-ci a découvert le pot aux roses, nous avons parlé. Elle a voulu prendre ma défense et prendre la défense de toutes ces femmes également. Elle voulait parler pour elles, je trouve cela d’ailleurs très courageux.

Aujourd’hui, voici ce qu’elle a reçu de lui :

Allez-vous fermer les yeux longtemps concernant Thomas ? Moi pas. J’ai cessé de lui trouver des excuses et de l’excuser. C’est trop facile.

Suppléments de reblogs : ici, ici, ici, ici, ici et encore ici.

Je ne force personne à prendre mon parti. Je ne suis pas venue ici pour qu’on me dise : « Tu as tellement raison ! » ou qu’on me lèche le cul, parlons franchement. Je suis ici pour répandre une vérité, la seule vérité, qui sera forcément niée par les plus idiots. Si vous n’êtes pas capables de voir la vérité en face, ce n’est pas grave, vous pouvez continuer à parler à ce pervers narcissique autant que vous le souhaitez ; mais s’il vous arrive quelque chose, vous êtes à présent prévenu(e)s. Je ne force personne à me croire sur parole, mais je demande à quiconque lira ce billet de ne pas remettre en question le témoignage de ces pauvres femmes qui souffrent encore à l’heure d’aujourd’hui. Vous savez, cela leur a demandé beaucoup de courage de venir me parler et d’avouer qu’elles avaient été abusées par cet homme. On a trop souvent diabolisé les femmes, on a trop souvent diabolisé les hommes, mais en cinq ans sur Tumblr, je n’avais jamais rencontré un être aussi vil que Thomas.

Pour aider toutes ces femmes, je vous prie de bien vouloir vous rendre sur le blog de Thomas et de signaler son blog.

Je mettrai en ligne très bientôt un blog qui regroupe toutes les plaintes contre lui, anciennes comme récentes. Encore une fois, je n’incite pas à la haine, mais je vous demande de saisir l’ampleur de mes mots et de réfléchir.

Combien de temps allez-vous fermer les yeux ? Il y a, dehors, des monstres inqualifiables qui ne seront jamais dénoncés, parce que des femmes comme des hommes ont peur de les dénoncer. Et pourquoi ont-ils peur ? parce qu’on prend très rarement les plaintes au sérieux. 

Pour aider Tumblr, et pour aider la plateforme à retrouver une certaine sérénité, je vous en prie, signalez-le, et faites attention à vous. N’hésitez pas à venir me parler si vous en ressentez le besoin, et, s’il vous plaît, partagez ce billet.

Quand, tard le soir, je commence à envisager mon sujet de thèse sous une nouvelle perspective...

… et que j'en viens à avoir envie de lire les livres qu'elle a lus, voir les films qu'elle a vus, et écouter la même musique qu'elle.

Quand je lis dans son journal un passage où elle bitche sur les relations homosexuelles de certains écrivains de sa connaissance.

Et quand je me rends compte que je suis quand même tombée très bas.

T'as tellement pas confiance en toi que quand on te complimente, tu sais pas quoi dire, puis tu reponds merci parce que tu penses que c'est pas sincère, et tu changes de sujet

anonymous asked:

Bonjour, après avoir vu plusieurs posts circuler sur le sujet et comme ce blog a l'air d'être une ref' en matière de politique fr (continuez les edits, ils sont géniaux \o/), est-ce que vous sauriez me dire s'il y a un safe post avec des numéros prévention suicide, ou simplement d'aide qui circulent ? Comme ça c'était pas mal fait avec Trump... :/

J’en ai pas vu passer, mais c’est une bonne idée :

Prévention suicide :

SOS Amitié :  01 42 96 26 26

Suicide Ecoute :  01 45 39 40 00 

SOS Suicide Phénix :  0 825 12 03 64 (ligne nationale)  01 40 44 46 45  (ligne d’Ile de France)

Aide

Fil Santé jeunes :  32 24 ou 01 44 93 30 74 (depuis un portable)

Ligne AZUR (LGBT) :  0810 20 30 40

SOS Homophobie01.48.06.42.41

SOS Racisme :  01 40 35 36 55

Numéro d’urgence pour personnes sourdes et malentendantes : 114

Je dois en oublier beaucoup, mais c’est une base je pense ? N’hésitez pas à m’en donner d’autres, je les tag #urgence.

I’M SMUG and ARROGANT in FRENCH

arrogant - arrogant

e.g. ce type là est très arrogant - il raconte à tout le monde qu’il décrochera ce boulot !

autosatisfait(e) - self-satisfied

e.g. Marie est autosatisfaite maintenant qu’elle a un mari qui gagne beaucoup de fric.

bêcher - to look down on s.o

e.g. Jean-Luc a bêché son ex-copine pendant toute la soirée.

chanter ses propres louanges - to blow your own trumpet

e.g. J’en ai marre de Louise, pendant son séjour chez nous, elle n’a fait que chanter ses propres louanges.

s’envoyer des fleurs - to pat yourself on the back/blow your own horn

e.g. nous sommes des parlementaires, nous ne nous contentons pas de nous envoyer des fleurs, mais nous prenons au sérieux notre rôle de parlementaires (linguee.fr)

être content(e) de soi - to be smug

e.g.Il m’a humilié devant le chef, j’imagine qu’il soit très content de soi (or lui? native speakers help!)

faire une grimace de mépris à qqn - to sneer at s.o

e.g. Marc a fait une grimace de mépris à Anne-Louise.

la jubilation/exultation malveillante - gloating/smug attitude

e.g. Il exprimait une jubilation malveillante après avoir obtenu la meilleure note de la classe en philo.

jubiler - to gloat

e.g. Il jubilait dans la présence du perdant.

se moquer de - to sneer at s.o

e.g. Tu te moques de moi ?

prendre la grosse tête - to be/feel smug

e.g. on l’a accepté à la Sorbonne et maintenant il prend la grosse tête.

regarder de haut - to sneer at sb

e.g. Il me regarde de haut quand il voit que je ne porte pas des vêtements de marque.

ricaner - to snigger

e.g. Louis ricana quand je passai devant lui. (I’ve only seen ricaner in novels, so I put it in the passé simple (the literary past tense also known as the past historic)

un sourire narquois - a smirk

e.g. il avait un sourire narquois chaque fois que nous posions des questions très sérieuses au sujet de la criminalité. (linguee.fr)

sourire d’un air suffisant - to smirk

se la raconter - to boast (familiar)

e.g. Ce n'est pas le genre à se la raconter". (linguee.fr)

se targuer de faire (qch) - to boast about doing sth (an arrogant claim)

e.g. Il est certain que, dans mon pays, c'est un des domaines dans lequel l'Union européenne peut se targuer de faire la différence, et l'on reconnaît que les fonds structurels… (linguee.fr)

se vanter d’avoir fait qch - to boast of having done sth

Il se vantait d’avoir battu le suspect.

3

Booonjour bonjour! 

Cette petite BD a vu le jour après la polémique contre NYANSAPO, festival afroféministe dont tout le monde a subitement semblé se soucier après que certaines assos pseudo-antiracistes et, entre autres, le FN, aient eu la bonne idée de faire circuler n’importe quoi à son sujet. 
Là où on propose des ateliers réservés aux femmes noires car… ils abordent des problématiques rencontrées uniquement par les femmes noires, et que celles-ci n’ont pour ainsi dire pas vraiment la priorité dans l’espace public, cette joyeuse bande anti-afrofem a clamé que ces ateliers étaient “interdits aux blancs”. 
C’était complètement faux, et pour ce qui est de la non-mixité, il était temps de remettre les pendules à l’heure! 
J’espère que la lecture de cette BD vous aura appris des choses, et que vous contribuerez, vous aussi, à étouffer ces polémiques racistes grâce à tout ce savoir ^_^

expressions #2

expressions #1 


lovely, lovely France :

- “nice like a prison’s door” (: nasty) : aimable comme une porte de prison

- “combed like an underarm” (: crazy hair) : coiffé-e comme un dessous-de-bras (normally it’s aisselle : improper french, don’t say that otherwise!)

- “having an oyster’s IQ” : avoir un QI d’huître

- “curling the ridiculous” (: being nearly stupid) : friser le ridicule (no Juliet you’re not stabbing yourself bc of some guy you met yesterday, ça frise le ridicule!)

- “not having invented warm water / the butterwire” (: be dumb) : ne pas avoir inventé l’eau chaude / le fil à couper le beurre

- “not having light at every floor” (: ie be mentally slow) : ne pas avoir la lumière à tous les étages

- “going on the throne” (: at the loo) : aller sur le trône

- “better having them in picture than at the table” (: when someone eats too much) : il vaut mieux l’/les avoir en photo qu’à table

- “it’s smelling like fir trees” (: cf coffin wood, cf age/death) : ça sent le sapin

- “make-uped like a stolen car” (: wearing too much make up) : maquillé-e comme une voiture volée

- cut the bullshit : arrête tes conneries

- “not being worth drips” : ne pas valoir tripette

- “having an awry fart” (: in a bad mood/sick) : avoir un pet de travers

- “have I asked you for the time?” : (est-ce que) je t’ai demandé l’heure?

- “getting called Arthur” (: getting yelled at) : tu vas te faire appeler Arthur si tu continues à faire du bruit alors que j’essaie de travailler!

- “do you want my picture ?” (when someone is starring) : tu veux ma photo?

- “the rubber band is flexed (: slapping awaits) : l’élastique est tendu (+ you put your hand next to your head)

- “it moves one without touching the other” : (I couldn’t care less) : ça m’en touche une sans faire bouger l’autre (those one and other being balls)


food related :

- supple like a bretzel (: not being supple) : souple comme un bretzel

- “discussing the fat’s bit” (: having a chat) : tailler le bout de gras

- “putting the cutlery back” (: going for round 2) : remettre le couvert

- leek (: penis) : poireau (fam, rather gross)

- “yogurt-singing” (: in a language you don’t know) : chanter en yaourt

- “it’s starting to run on my bean” (kinda) (: I’m getting pissed) : ça commence à me courir sur le haricot

- “the mustard is getting higher” (: I’m getting pissed, bc it burns your nose yk) : la moutarde est en train de monter

- “having the peach” (: being in a good mood) : avoir la pêche

- “being soaked as a soup” : être trempé-e comme une soupe

- “taking a peach” (: a punch) : se prendre une pêche

- “bring your strawberry” (: get here) : ramène ta fraise

- “hairy as an egg” (: not) : poilu-e comme un oeuf

- a turnip (: bad movie) : un navet

- “bag of wine” (: drunk) : sac à vin (way to call someone)

- “having the ass trimmed with noddles” (: being very lucky) : avoir le cul bordé de nouilles

- “having the banana” (: being smiley) : avoir la banane

- “turning out a cake” (: having a poo) : démouler un cake

- “mind your onions” : occupe-toi de tes oignons

- “getting toasted” (: taken in the act) : se faire griller

- “having eaten a cemetary” (: bad breath) : avoir bouffé (fam) un cimetière


body related :

- “lying as a tooth puller” : mentir comme un arracheur de dents

- the world’s butthole (: small village) : le trou du cul du monde 

- “having cauliflower ears” (: like rugbymen) : avoir les oreilles en chou-fleur

- “having a Punchinello in the drawer” (: being pregnant) : avoir un Polichinelle dans le tiroir (old)

- “throwing an eye” (: taking a look at) : jeter un oeil

- “the hand in the bag!” (: getting caught) : la main dans le sac

- the English have landed” (: period metaphor) : les Anglais ont débarqué

- “that doesn’t break 3 paws to a duck” (: it’s not amazing/innovating) : ça ne casse pas trois pattes à un canard

- “seeing red” (: v v pissed) : voir rouge

- “that’s walking” (: works for me) : ça marche

- “it’s going to shit square-shaped bubbles” (: there’s going to be a big argument) : ça va chier des bulles carrées

- “best peeing in a violin to stop it for rustying” (: doing stg that’s not going to help) : autant pisser dans un violon pour l’empêcher de rouiller

- “round as a shovel’s tail” (: v drunk) : rond comme une queue de pelle

- “having bathing back’s teeth” (: being drunk) : avoir les dents du fond qui baignent

- “not being out of the brambles/sand/inn” (: being stuck in a situation) : ne pas être sorti-e des ronces (f)/du sable/de l’auberge (f)

- “hurrying one’s ass” : se magner (fam) le cul (fam)

- “having shit in one’s eyes” (: not seeing stg) : avoir de la merde dans les yeux

- “singing like a pan” : chanter comme une casserole

- “flat as a lemon sole / a breadplank” (: no tits no butt) : plate comme une limande / planche à pain

- pussy : chatte (yup, v popular)

- “mind your ass” : occupe-toi de ton cul

- “throwing oneself on sthg like misery on the poors” (: rushing to do sthg) : se jeter sur (quelque chose) comme la misère sur le pauvre monde

- “having horns” (: being cheated on) : avoir des cornes


animal related :

- “you’re done like a rat” (: surrounded, about to get arrested) : tu es fait-e comme un rat (in gangster movies basically)

- “dirty dog” (: nasty, dishonest person) : sale chien-ne

- “yelling as a polecat” : gueuler (fam) comme un putois

- a chicken (: a cop) : un poulet

- “having sea urchins in the pockets/wallet” (: being miserly) : avoir des oursins dans les poches/le portefeuille

- “being a cow’s skin” (: a nasty/annoying person) : être une peau de vache

- gay as a seal : pédé (: fag, not good) comme un phoque

- “being taken for a pigeon” (: being used) : être pris-e pour un-e pigeon-ne

- “having the flea at the ear” (: guessing) : avoir la puce à l’oreille

- “when hens will have teeth” (: never) : quand les poules auront des dents

- “having worms” (: stamping, wriggling) : avoir des vers

- “having fleas” (: when scratching oneself intensely) : avoir des puces

- “going from the rooster to the donkey” (: going from one topic to a completely different one without any reason) : aller du coq à l’âne

- “being a donkey” (: stubborn) : être un âne / une bourrique

- “made like a horse” (: penis metaphor) : monté comme un cheval/étalon

- shark week (: period metaphor) : //

- “being the joke’s turkey” (: being fooled) : être le dindon de la farce


daily life :

- “lightning up someone’s lamp“ (: explain stg) : éclairer la lanterne de quelqu’un

- being a sissy : être une chochotte (ep)

- under the eyes (: in front of) : sous les yeux, ex : j’ai le papier sous les yeux

- under the shower (: in the shower) : sous la douche, ex : va répondre à la porte stp, je suis sous la douche

- “having a white night” (: insomnia) : passer une nuit blanche

- “in the car, Simone” (let’s go) : en voiture, Simone!

- “let’s go Alonzo” : allons-y Alonzo

- “giving a hand’s blow” (: helping, giving a hand) : donner un coup de main

- “wearing the knickers” (: being the one who makes decisions in a couple) : porter la culotte 

- “excuse the few” (: sarcasm, when someone has a lot and still complains) : excuse(z)-moi du peu (oh yes indeed you have three houses and two cars but you do NOT have a boat excusez-moi du peu)

- “I take” (I’d take it, count me in) : je prends, ex : si quelqu’un sait où je peux trouver une carte mémoire de PlayStation 1 pas trop chère, je prends

- “wanting the butter and the cost of the butter” (: wanting everything) : vouloir le beurre et l’argent du beurre (sometimes we also add “et le cul de la crémière” aka and the dairywoman’s ass)

- “taking a jacket/a rake” (: getting rejected) : prendre une veste/un râteau 

- “in fourth speed” (: v v quick) : en quatrième vitesse

- “turning over one’s jacket” (: switching opinion/camp) : retourner sa veste

- “getting in the subject’s brisk” (: adressing the elephant in the room) : entrer dans le vif (normally an adj) du sujet / “not passing by four paths” : ne pas passer par quatre chemins 

- “every road leads to Roma” (: who cares if we get lost) : tous les chemins mènent à Rome

- “going fishing for infos” (: trying to discover what people are gossiping about) : aller à la pêche aux infos

- “at the laddle” (: about, around) : à la louche (also : à peu près / en gros), ex : à la louche je dirais qu’il fait à peu près 1m85 (I’d say he is about 6 feet tall)

- “don’t look for midday at 2pm” (: don’t make things complicated) ne cherche(z) pas midi à quatorze heures

- “there’s no fire” (: no need to hurry) : il n’y a pas le feu 

- “passing a soap” / “getting X’s braces (the clothes) up again” (: tell someone off) : passer un savon / remonter les bretelles à/de

- “at Saint-Glinglin’s day” (: never) : à la Saint Glinglin

- “the four thursday’s week” (: never) : la semaine des quatre jeudi

- “we’re not at nan’s” (: you’re getting too comfy) : on n’est pas chez mémé

Phrases utiles à l'examen oral

Comment Organiser un exposé:

a) Annoncer le sujet de l’exposé:

- Telle est la question que je voudrais aborder / traiter avec vous maintenant ; Telle est la question à laquelle je voudrais répondre maintenant.

b) Présenter le plan de l’exposé:

- Je traiterai un seul point / plusieurs points / questions… ; J’aborderai / considérerai / examinerai les questions suivantes : … ; Je commencerai par aborder le… ; Le premier point portera sur… ; Ensuite / Par la suite / En second lieu / En second point j’aborderai… Enfin / Pour terminer / Pour conclure je dirai quelques mots au sujet de… ; Je conclurai sur / par… ; Le dernier point abordé / examiné / présenté sera…

c) Présenter chaque partie de l’exposé. Enumérations, alternatives, conclusion:

- Signalons / Disons tout d’abord que… ; Ils ont d’autre part / aussi… ; Cette situation pose d’ailleurs le problème de… ; On notera de même… ; En gros / En somme / Somme toute / En bref / En peu de mots / Enfin bref / Pour conclure… ; Ce qu’il faut retenir de tout cela c’est que… ; Nous pouvons maintenant passer/ Venons-en maintenant à notre dernier point, celui… ; Cela nous amène tout naturellement au dernier point de notre exposé, celui… ; La conclusion de tout cela est… ; Au terme de cette analyse / de cet exposé j’ai tâché de vous exposer…

d) Développer un sujet:

- En faisant des énumérations / En classant: appartient à / fait partie de / entre dans la classe / la catégorie / le groupe de… ; est un type de… ; c’est du même genre de… En comparant: rappelle / c’est comme / fait penser à… ; de même que… ; peut être comparé / assimilé à… ; peut se rapprocher de / être rapproché de… ; est du même type / ordre / de la même nature que… ; présente un rapport / une affinité / un lien / une analogie / une parenté avec… En décrivant / En racontant

e) Mettre en relief un point:

- Soulignons / Signalons / Remarquons (le fait) que… ; On remarquera que… ; J’attire votre attention sur le fait que… ; J’insiste sur le fait que…

f) Faire une transition:

- Pour en revenir / Revenons / Je reviens / J’en reviens à notre propos, je dirais donc que… ; Cette remarque faite, voyons donc maintenant / examinons alors… ; Cela dit, venons-en à présent à notre sujet ; Après avoir examiné / considéré… abordons (maintenant)… ; Il convient / Il y a lieu maintenant / aussi de soulever la question de… ; Le point / la question suivant(e) c’est… ; Cela nous amène / conduit à… ; Je ferme la parenthèse / Fermons la parenthèse ; Reprenons.

g) Proposer un nouveau sujet:

- Pour passer à autre chose ; Pour changer de sujet… ; Et si tu nous parlais de… ? ; Et puis, à part ça,… ? ; Alors, qu’est-ce que vous avez comme remarque à faire là-dessus ?

h) Rejeter un sujet, changer de sujet:

- Ça n’a rien à voir ; Parlons plutôt d’autre chose ; Quel rapport ? ; Quel intérêt ? ; Ce n’est pas le moment ; Changeons de sujet (voulez-vous ?) ; Ce n’est pas le problème ; la question est que…

i) Donner un exemple:

- Tiens, un pamplemousse c’est un agrumes ; Je prendrai l’exemple suivant : … ; Le fait que … a valeur d’exemple ; …illustre bien cette situation / est un bon exemple ; Je vous en donne un exemple. / En voici un exemple ; … entre autres ; Prenons l’exemple de… ; Tenez, si vous le voulez bien : imaginons / imaginez… ; Ainsi dans… on ne compte que… ; Ça me rappelle une histoire… ; Tel est le cas de…

j) Citer:

- Je cite : « … » ; … Fin de citation ; …a dit textuellement (deux points, j’ouvre les guillemets) ; Comme dirait X « … »

k) Concéder, objecter (argumentation en deux temps):

- C’est sûr / certain / exact / vrai que… pourtant / cependant / toutefois / seulement… ; Je vous accorde que… n’empêche que… ; Je ne nie pas que… ; cela dit, il reste que… ; J’admets que… ça n’empêche pas du tout que… ; S’il est certain que… il n’en reste pas moins que…

l) Résumer, récapituler:

- Je résume en un mot / en quelques mots / rapidement… ; Pour tout dire… ; En un mot… ; En deux mots… ; Enfin / Somme toute / Tout compte fait / Enfin de compte / Bref… ; En fait / En réalité / La réalité est que… / De fait…

m) Se corriger:

- …, non,… /…, pardon,… /…, non (pardon), pas…mais… /…je voulais dire… ou plutôt……ou pour être plus précis / ou plus exactement / ou plus précisément…

salutmapoulecestmanu  asked:

J'aime bien les gens qui prônent le communisme et critiquent le capitalisme ici. Sur Tumblr. Sur leurs ordis/portables. C'est pas DU TOUT paradoxal.

Non, non, non, ce qui est paradoxal c’est d’être issue d’un milieu ouvrier et de voter Macron.