subversif

anonymous asked:

J'ai l'impression qu'en France l'humour noir est beaucoup plus répandu qu'ailleurs et beaucoup plus désagréable. Les gens ont trop de mal à penser à la place des autres. Avec mon bagage tumblr, ça me dépite quand les gens font des 'blagues' sur les noirs/arabes/asiatiques, les handicapés, les femmes, les SDF, les LGBT+, tout ce monde qui semble être un autre plan de l'existence et à qui la dignité humaine est refusée.

Hm, ne mélangeons pas les poules et les lapins : l’humour noir, c’est une forme de satire qui aborde par le cynisme ou l’amertume, une situation absurde et pousse à la réflexion sur ladite situation. Si “l’humour noir” devient discriminant, ce n’est plus de l’humour, tout simplement. Pas de réflexion, pas d’humour. 

L’humour noir fait effectivement parti de la culture française, en particulier de la culture littéraire avec des ouvrages qui ont marqué et influencé l’histoire, comme les Caractères de La Bruyère, ou remises dans le contexte, les Fables de La Fontaine. Tous deux tournaient en dérision un système en place considéré comme abusif, stupide, illogique voir brutal. Aujourd’hui, on appellerait ça de l’humour noir car le caractère subversif était indéniable. 

C’est d’ailleurs à cause, ou grâce à cette tradition qu’il existe en France une jurisprudence dite des “Fleurs du Mal”, suite au procès intenté à Baudelaire, qu’il gagna au nom de la liberté d’expression au sujet du fameux livre éponyme, jugé contraire aux moeurs de l’époque. En France, même légalement, la création artistique prévaut sur les sensibilités du public ou de l’Etat lui-même. 
Jurisprudence qui d’ailleurs “sauva” Florent Peyre face aux associations féministes et LGBTQ pour son titre transphobe “Travelo”. Clairement, je suis mitigée au sujet de cette jurisprudence, mais le fait est qu’elle existe et est bien vivante car appliquée dans quoi… 95% des cas ?

Après, il faut savoir qui fait les blagues et dans quel but. A titre purement personnel, je pars du principe qu’il est possible de rire de tout, absolument tout, mais pas n’importe comment et surtout, tout le monde n’est pas en position de le faire.
Florent Peyre n’était par exemple pas dans le champ de l’humour pour ce titre “Travelo” (sic), dans lequel il aborde 1. une question qui ne le concerne pas donc sur laquelle il n'a aucune expertise, 2. avec un champ lexical inspiré (et je suis gentille) des insultes transphobes, 3. à destination d’un public qui n’est lui non plus pas concerné. 
Samia Orosemane, femme de confession musulmane et voilée, mariée à un homme noir, tourne en dérision les questions du voile, du métissage, ou d’une manière générale de la mixité sociale, à travers des sketchs d’une précision assez incisive. Elle est pertinente, elle peut rire, je cite, “des arabes, et des noirs”. Elle tient un vrai propos pertinent qui pousse à la réflexion, et qui fait appel à l’amertume d’une situation. 
Tout dépend vraiment de qui, comment, pourquoi. 

Menyerahkan Anak-Anak kepada Dunia

Saat membaca celoteh Mendikbud Muhadjir Effendy soal perlunya anak-anak sekolah seharian, saya teringat kalimat Neil Postman: ’’Jangan kau cabut anakmu dari dunianya, karena kelak kau akan temukan orang dewasa yang kekanak-kanakan.’’

Postman, sarjana dengan ide-ide tentang pendidikan yang provokatif sekaligus subversif, menuliskan kalimat di atas dalam buku The Disappearance of Childhood. Buku yang terbit kali pertama pada 1982 itu menjelaskan anak-anak adalah konsep yang baru muncul di akhir abad pertengahan, seiring berkembangnya mesin cetak (Guttenberg menciptakan mesin cetak pada 1440).

Penjelasannya kira-kira begini:

Sebelum ditemukan mesin cetak, tingkat buta huruf sangat tinggi. Tak hanya mahal, buku juga sulit diakses karena diproduksi/disalin secara manual. Sulitnya akses tidak hanya karena faktor harga, tapi juga soal ’’kerahasiaan pengetahuan’’.

Pengetahuan sering kali dianggap berstatus kudus karena menyibak berbagai rahasia alam semesta, juga soal-soal ilahiah. Tidak sembarang orang dapat mempelajari pengetahuan, mesti dibimbing orang yang punya kredensial. Dalam kasus Eropa, misalnya, doa-doa dalam ajaran Kristen, juga isi kitab suci, semuanya dalam bahasa Latin –bahasa suci yang hanya dikuasai sedikit orang saja.

Itulah mengapa lahir Protestan. Terjemahan Injil dari Latin ke dalam Jerman oleh Luther adalah upaya subversif membuka ’’pengetahuan rahasia’’ kepada awam. Secara politik, ini membuat elitisme gereja menjadi goyah. Sebab, orang Jerman mana pun (selama dapat membaca, walau tak punya pengetahuan teologi) dapat membacakan isi kitab suci kepada awam sebanyak-banyaknya.

Tak dibutuhkan lagi para padri untuk mengakses kitab suci. Segalanya menjadi sulit dibendung karena terjemahan Luther juga sangat cepat tersebar berkat –apalagi jika bukan– penemuan mesin cetak yang membuat produksi buku dapat dilakukan secara masal sehingga lebih murah.

Keep reading

Afi dan Perempuan yang Bersuara

Di Indonesia, menjadi perempuan dan bersuara lantang untuk mengemukakan pendapat adalah sebuah hal yang tak mudah dilakukan, lihat saja isu belakangan ini perihal para bagaimana dibungkamnya perempuan-perempuan muda yang menuangkan isi kepalanya. Sebenarnya sudah tak heran lagi jika ada yang ingin membungkam siapapun perempuan yang berani bersuara. Apalagi di lingkungan kita, reaksi terhadap perempuan-perempuan progresif semacam Afi, Mita, atau siapapun itu begitu keras. Tidak pernah sama kerasnya kepada laki-laki yang sekiranya punya sudut pandang dan pikiran yang sama.

Bebeberapa waktu lalu, saya sempat membaca sebuah tulisan seseorang yang dia tujukan kepada Afi. Ya, tentu saja dengan maksud untuk mengkritik balik bagaimana afi mempunyai pendapat. Dan yang lebih membuat saya semakin tertarik adalah bagaimana dia menambahkan foto afi di bawah tulisannya yang telah diedit dengan memberikan warna hitam pada mulutnya, seolah-olah dalam foto itu Afi dibungkam. yang memberi like dan share pun menurut saya banyak yang tak paham sama isinya. Yang penting kontra dengan tulisan-tulisan Afi. Yang menyedihkan lagi adalah ia ingin membuat tulisan perbandingan yang apple to apple, tetapi malah terkesan lebih menggurui apalagi menyebut dan memanggil afi dengan kata “dik” pada tulisannya.

Di sisi lain, saya selalu jengah ketika membaca tulisan-tulisan siapapun yang bertujuan untuk menanggapi ataupun mengkritik tulisan Afi tetapi maksud sebenarnya adalah untuk menjatuhkannya, menggiring opini dan merasa paling tua dan paling bijak. Merasa Afi hanyalah seorang bocah dan lagi-lagi dia perempuan, tak pantas untuk bersuara.

Semakin kesini, saya semakin mempunyai keresahan terhadap hal-hal tersebut. Pembungkaman terhadap mereka yang “dianggap” liberal, subversif dan tidak tunduk pada nilai-nilai patriarki yang subur di Indonesia dengan menggunakan dalil agama sebagai dasar untuk melakukan persekusi, terutama untuk mereka yang dianggap lemah yaitu perempuan.

Oh, apakah barangkali ada yang begitu ketakutan ketika perempuan mulai berpendidikan? mulai bergerak dan tidak hanya mengurusi urusan dapur dan ranjang?

Padahal jika mau memahami isi kepala Afi, maknanya begitu sederhana, apalagi untuk kepasitas orang-orang yang lebih tua dibandingkan dengan umurnya. Supaya semua orang menghargai kepercayaan masing-masing, tak perlu mengusik apa yang dianggap benar oleh orang lain. Pesan ini sepertinya tak pernah sampai ke hati mereka. Bagi saya, Afi, Mita dan perempuan lain yang bersuara, mereka berbicara dari sudut pandang yang universal, hingga kemudian datang orang-orang yang menanggapinya dengan satu sudut pandang dan keyakinan saja. Isinya pun kebanyakan hanya menggiring opini.

Jika kamu tak sependapat dengan suara seseorang, bantahlah dengan cara yang elegan, tak perlu kamu membungkamnya. Oh ya, untuk siapapun yang membuat tulisan dalam rangka menjatuhkan Afi atau perempuan-perempuan lain dengan menyertakan foto yang telah diedit sedemikian rupa. Bro, first of all please speak to hear in private, not calling out like that.

Il paraît que tu ne vas pas très bien.
Tu ne t'entends pas au mieux avec la Raison, ta proche lointaine. Elle s'absente quand tu fais des bêtises, elle surgit quand les bêtises sont faites. Tu te demandes à quoi elle sert. Quand elle te raisonne, il est trop tard. Ta raison ne veut ni ton bonheur ni ton malheur, sache-le. Son souci, c'est de domestiquer tes excès. Mais comme c'est une petite raison, elle y renonce très vite. C'est trop de fatigue pour elle, si fragile. Et puis, soyons clairs : tes excès, tu ne les aimes pas domestiqués. Je comprends ta méfiance envers ta raison.

Des raisons, il y en a de toutes sortes. Il en est d'utiles, d'efficaces. Il en est aussi de suspectes. J'en connais même qui participent ou participèrent à des entreprises totalitaires. Il existe une raison froidement criminelle, l'histoire récente nous en fournit la preuve. Enfin, dans ce monde hypermatérialiste, dominé par l'argent, la raison a perdu son âme. Elle est devenue une mécanique, une machine sophistiquée, experte en mercantilisme, en exploits de vénalité. Elle marchandise tout ce qu'elle touche, elle transforme tout en chose, même la vie, même les corps. Elle ne sait plus que rationaliser, rationaliser à outrance, mobilisée par le profit ou le pouvoir. Le but de la rationalisation, ce n'est jamais l'épanouissement de l'être, mais le triomphe de l'avoir.

Il faut chercher longtemps, de nos jours, pour localiser dans la raison sa vertu émancipatrice et libératrice des origines. Les Lumières, c'est fini, bien fini. Tes excès, tes violences sont peut-être une forme de révolte inconsciente, désespérée, contre l'emprise grandissante des techniques, dont la rationalisation est le moteur, le moteur de la déshumanisation en cours. Mais il n'est pas sûr que cette révolte en soit une. Il te faudrait un bon irrationnel pour qu'elle le soit. Un irrationnel exempt de crédulité et d'idolâtrie, un guerrier qui t'ouvrirait les yeux sur ta vérité de corps, sur son potentiel de créativité. Pour l'instant, tu es un corps qui s'abandonne aux mensonges et aux conditionnements du monde extérieur. Tu es convulsif sans être réellement subversif. Il te manque, pour ça, une plus grande conscience de ce que tu es, de ce que tu vaux. Ce n'est pas de raison que tu as besoin, mais de conscience. Une conscience aiguë, implacable. Cela se conquiert, cela s'obtient, cela s'étend et s'approfondit, crois-moi. Quand tu auras gagné cette conscience - et tu la gagneras, je n'en doute pas - alors commencera ta libération, ce qui signifie que de plus en plus tu te sentiras en accord avec toi-même, avec ton gisement identitaire. Jusqu'ici, quoi que tu dises, tu as surtout été un corps prisonnier, prisonnier de son impuissance à créer de la pensée, là où la raison n'y arrive pas. Une pensée qui dépasse ses fonctions de corps.

Tu as des problèmes aussi avec tes émotions. Les meilleures, tu t'en méfies. En général, tu les vis comme des intruses, des gêneuses. Tu penses qu'elles ne te ressemblent pas, que ce sont des accidents. Tu essaies de les oublier. Ce n'est pas pour toi, les effusions, les élans du cour, ils nuisent à ton image de « dur ». Tu as tort, pourtant, de ne pas donner parfois leur chance à tes émotions. Elles veulent te dire quelque chose, en rapport non avec ton image, mais avec, derrière cette image que tu t'es fabriquée, un des visages de ton authenticité. Certes, elles ne sont pas toutes intéressantes, tes émotions. Certaines sont trompeuses, d'autres moins, ou pas du tout, qui méritent ne fût-ce qu'une interrogation. C'est aller un peu vite en besogne que de les tenir pour négligeables : un flou intempestif, un moment de faiblesse dans ton univers moteur, prompt à la bagarre. Tu n'est pas un bloc, tu l'as démontré. Je crois que tu devrais aimer davantage tes fissures, elles ont leur importance dans la connaissance de soi, j'en sais quelque chose. Elles ont des secrets à te livrer sur ta complexité de corps, sur l'ampleur obscure de son registre. Tu es un corps qui aspire, à ton insu, à vivre son abondance et sa diversité. Tu sembles vouloir ne pas t'en rendre compte. Tu t'appauvris à ne pas prendre la mesure du foisonnement de tous tes possibles. Il n'est pas trop tard pour que tu acquières ce savoir-là, qui fait partie des plus forts savoirs. Tu es un corps qui se ferme à l'aventure de l'être, au lieu de s'y ouvrir, sans répit. Tu devrais t'infliger quelques secousses salutaires, de celles qui te donneraient le goût de l'inconnu, de l'imprévisible. Réduit à sa seule violence, le corps n'est pas une aventure ni pour lui-même, ni pour l'esprit. Il n'a que des habitudes, il n'a pas d'imagination.

Restent tes instincts. J'aimerais pouvoir dire : « heureusement restent tes instincts ». Ils prennent une grande place dans ta vie, ils dominent ta raison, tes émotions, parfois à les en écraser. Ils sont puissants. Parce qu'ils le sont, ils te fascinent. Tu voudrais bien ne croire qu'en eux, qu'en leur violence, les suivre jusqu'au bout, entre autres quand ils te mettent en situation d'exploser. Tu n'as pas idée d'où ils viennent, ni où ils t'emmènent, mais peu importe, te dis-tu, puisque « j'en tire un sentiment de force ». Ce sentiment a beau se révéler éphémère, artificiel, « à la mode », tu préfères ignorer qu'il dévoile ta fragilité. Lorsque tu ne fais qu'obéir à ces instincts, tu penses être dans le vrai. C'est une illusion de penser ça : tu obéis aveuglément à des instincts aveugles. Et tu en souffres plus que tu n'en jouis. En les laissant t'exciter, te surexciter, par exemple dans la colère ou la révolte, tu en espères un soulagement, un assouvissement, une « libération ».
C'est tout le contraire qui se passe. Tes instincts te poussent dans une impasse. Ils se déchaînent pour rien, ou pour peu de chose. Les instincts aveugles sont des mal-déchaînés, des mal-désenchaînants, aussi longtemps que tu ne sais pas les charger d'un sens , d'une visibilité. Ils s'inscrivent dans ta non-aventure. Tu joues avec des forces qui te demeurent obstinément inconnues, que tu t'obstines à manipuler comme telles, alors que tu as les moyens et l'intelligence de les connaître, pour peu que tu en prennes la peine. Même tes instincts les plus destructeurs, ce sont des énergies vitales qu'il est dans tes cordes de sortir de leur cécité, de leur « analphabétisme ». Je sais de quoi je parle.

Je suis un corps instinctif qui, à ton âge, avait les mêmes instincts que ton corps. Il lui ressemblait. Aujourd'hui, je suis un corps toujours instinctif qui s'adresse au tien dans la langue des instincts éclairés. Toute ma vie a basculé dès l'instant où mes instincts se sont mis à parler, à prendre la parole. Voilà comment c'est arrivé. Ils sont allés au-devant des livres, et les livres leur ont appris à lire, leur ont communiqué le goût de lire, puis, plus tard, la nécessité, pour eux, de prendre la parole, de parler plus fort que la petite raison ou que les émotions fluctuantes. L'un de mes instincts, du moins, a rencontré non pas Dieu, mais la toute-puissance charnelle et révélatrice du langage. La puissance du langage est entrée dans ma chair, dans mes instincts, non pour les apprivoiser, les domestiquer, mais pour les nommer, les éclairer, les affecter d'un sens, en projetant leurs folles énergies dans la conscience, pour en faire des instincts avisés, et déjà créateurs. Les mots m'ont fait quitter, progressivement, l'empire de ténèbres et de chaos, qui me constituait comme corps aveuglément instinctif, tournant en rond dans son opacité.

Tu es un corps qui désire aimer, être aimé, être libre, créer, produire du savoir, faire voir la vie autrement à ton esprit, doter ton esprit d'un regard différent, intense, curieux en même temps que novateur, sur les choses de cette vie, sur les hommes, les femmes qui t'entourent, seraient-ils ceux dont tu penses, avec hargne, qu'ils ne te comprennent pas, qu'ils t'empêchent de vivre.

Jusqu'à présent, le corps que tu es s'est conduit comme une mécanique se soumettant à la machine sociale, ta violence est une mécanique, elle est liberticide, à l'instar de la machine sociale, calibrée pour transformer le vivant en objet de consommation.

Tu es un corps dont les désirs sont presque uniquement des mécaniques s'ajustant aux désirs ou aux tentations de consommer qu'excite dans les masses et dans les individus la machine à broyer tout désir de souveraineté, l'instinct de ce désir. Tu devrais casser cette partie-là de ta mécanique, ou la tordre, lui rendre sa souplesse, son mouvement charnel, en quête de sa créativité naturelle , de ses dispositions à fonder une culture dans le corps, avec la matière organique du corps, une culture de la libération de ce corps. Mais rien de cet ordre ne se peut faire sans la puissance du langage.
Tu devrais au moins essayer d'attirer en toi les mots les plus puissants de cette puissance, ou te porter vers eux. Ils existent. Il faudrait que tu te mettes dans la tête qu'ils n'existent que pour toi, qu'ils t'attendent, ou que tu les attends. Ils possèdent un formidable secret de mieux-être, de mieux-vivre. Si un jour tu te les incorpores, telles des incarnations dans ta chair, alors tu pourras être fier de ta violence, ce ne sera plus une fureur stérile, carcérale, elle fructifiera en oeuvres importantes, qui étonneront ton esprit, et l'esprit de ceux dont le corps n'est qu'une mécanique, et non une culture, voire une civilisation, dépassant cette mécanique.

—  Moreau Marcel

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente.  (…) . Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.       

Gunther Anders

Collection d’astuces pour s’exprimer sans genrer

I. Formules dites « androgynes »                

1. Additionner la forme masculine et la forme féminine de l’adjectif, du nom, etc.

-          Créatifive, heureuseux

2. Délimiter la forme masculine et la forme féminine de l’adjectif, du nom, du participe passé, etc.

-          Acteur/ice, est allé.e

3. Amalgamer la forme masculine et la forme féminine de l’adjectif, du nom, etc.

-          Chanceuxe, copaine

Avantage : Proximité avec la langue française telle qu’on la connaît déjà.

Désavantages : Rien de révolutionnaire. Fait appel à des options binaires. Pas réellement « neutre ».


II. Recours à « la personne »

1. Placer « la personne » avant chaque adjectif ou participe passé.

-          La personne est belle. La personne est allée.

2. Possibilité de combiner à des accords dits androgynes.

-          La personne est belleau. La personne est allé.e.

Avantages : Facile à intégrer dans la manière de s’exprimer. Formule neutre renversant la règle sexiste du « masculin l’emportant sur le féminin ». Subversif, puisque la plupart des gens ne réalisent pas que cette formule est employée. Humanise la personne dont il est question.

Désavantages : Possibilité d’alourdir le texte. Potentiel de blesser les gens souhaitant se distancer des accords féminins. (Dans ce cas, remplacer par « l’individu ».)


III. Recours à des mots épicènes

Remplacer l’adjectif ou le titre par un synonyme se terminant par « e ».

-          Habile (pour doué.e, talentueuseux). Universitaire (pour étudiant.e).

Avantages : Ces mots font déjà partie de la langue française. Absence d’accent sur le genre.

Désavantages : Requiert de la pratique. Peut être plus difficile à l’oral.



IV. Reformulations

1. Remplacer l’adjectif par « verbe + nom commun le plus près »

-          J’éprouve du bonheur (plutôt que « je suis content.e » ou « je suis heureuseux »).

-          Tu présentes une certaine naïveté (plutôt que « tu es naïfive »).

2. Transformer la phrase.

-          Lorsque j’étais en bas âge ou à l’enfance (plutôt que « lorsque j’étais petit.e »).

-          J’ai une certaine force (plutôt que « je suis fort.e »).

Avantage : Absence d’accent sur le genre.

Désavantages : Requiert de la pratique. Peut être plus difficile à l’oral.



V. À l’oral : jongler les participes passés

Remplacer un participe passé dont la forme masculine se terminerait par une consonne… à un participe passé se terminant par une voyelle.

-          A vaincu.e, a gagné.e (plutôt que « est victorieuseux »).

Avantage : Il y a énormément de participes passés se terminant en « é.e » !

Désavantages : Requiert de la pratique. Peut freiner la conversation.



VI. Créer des mots :’)

Révolution langagière. Un jour.


********

En savoir plus sur le langage non genré: voir ma compilation de titres neutres dans le genre.

Je me suis souvent demandée ce que c’était  que de saisir la joie peu de temps après une période si porteuse de trauma qu’a été la colonisation en Afrique et particulièrement en Afrique noire. 

Qu’est ce que ça voulait dire être joyeux après 1960? Lorsque par la force des individus, on choisit que la liberté passerait par la capacité de se mouvoir dans l’espace. Par la capacité de penser ce qu’on dit. De faire corps avec les musique et les idées nouvelles de l’époque. L’arrivée du jazz, de la rumba de la soul et les début de la highlife signe ce plaisir que prend le corps a s’exprimer. Faire corps avec la vie.

L’amour s’affiche. Le couple s’impose. Les poitrines parfois se dénudent en studio et à l’époque ce n’est pas encore subversif. 

Le corps de la femme bouge. Elle prend une place. On lit là, sur les visages, les sourires qui revendiquent cette liberté d’être soi. Cette liberté du plaisir de jouir de la vie et pour certaines jusqu’à la pointe du bout des seins.

Malick Sidibé nous a donner a voir en image plus que la joie, la gaieté du corps africain, malgré tout. La gaieté d’esprit, une forme d’intelligence émotionnelle, visuelle et kinesthésique qui ne laisse pas indifférent.

J’essaie de m’imaginer Malick Sidibé cherchant avec son objectif la joie en l'autre comme on cherche une précieuse essence. Une essence esthétique. Une façon de prendre du recul peut être.

Une façon d’être joyeux soi même.

Une façon d’être.

Je déteste mon passé et celui des autres. Je déteste la résignation, la patience, l'héroïsme professionnelle et tous les beaux sentiments obligatoires. Je déteste aussi les arts décoratifs, le folklore, la publicité, les voix des speakers, l'aérodynamisme, les boy-scouts, l'odeur du naphte, l'actualité et les gens saouls.
J'aime l'humour subversif, les tâches de rousseur, les genoux, les longs cheveux de femme, le rêve des jeunes enfants en liberté, une jeune fille courant dans la rue.
Je souhaite l'amour vivant, l'impossible et le chimérique.
Je redoute de connaître exactement mes limites.
—  Magritte

« (…) je considère qu'un objet culturel ne peut pas tout faire, et que pour exercer un certain pouvoir subversif il n'a pas (en fait, peut-être ne doit-il pas) à se faire le véhicule d'une thèse parfaitement lisse. Un objet culturel n'a pas à tout dire, il n'a pas à représenter tout le monde, et le lui reprocher peut être perçu comme un refus du potentiel subversif qui est le sien tel qu'il est. » - Martine Delvaux, Les filles en série, p.181.

C'est pourquoi on peut être critique de ce qu'on apprécie, être consciente de ses limites tout en soulignant le positif apporté par une production culturelle.

C'est pourquoi on peut trouver du subversif dans Adventure Time, La vie d'Adèle, Unité 9, Orange is the New Black et peut-être même un peu dans Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?.

Je lis des trucs et je me parle toute seule sur Tumblr.