soyezal

J a dit que j’étais vraiment agressive aujourd’hui. Pardon. Pardon j’vous jure que je veux pas, c’est plus fort que moi. J’suis en train d’exploser et j’suis désolée que vous soyez celles qui subissent.

Je suis tombé amoureux de la mort, ma chère. Bien que j'aimerais que vous soyez, l'obscurité ne peut pas embrasser la lumière. Mais je peux dire au revoir à un bisou. Parce que je suis désolé de le dire, mais je ferais une belle reine de l'enfer.


// I fell in love with death, my dear. Although I wish it were you, the darkness can not kiss the light. But I can say goodbye with a kiss. Because I’m sorry to say, but I would make a lovely queen from hell //

Je vois pas mal d’entre vous dire que vous comptez certainement voter au premier tour des élections présidentielles, mais probablement pas au second. Que, genre, si on devait choisir entre Fillon et Lepen, vous feriez l’impasse…
En toute amitié, les gens… Soyez sérieux.

Le résultat du premier tour des élections, ça dépend de beaucoup de choses : de la mode, de l’actu, et de qui est en couverture de Voici la semaine précédent le vote, par exemple…
Dans ce bordel statistique, il n’y a effectivement pas vraiment de place pour l’idéologie. C’est un concours de popularité, dans lequel le programme et les idées n’ont que peu d’impact.

EN REVANCHE, dans le second tour, celui où vous devez choisir entre la peste et le choléra, là l’idéologie compte ! Tout simplement parce qu’au second tour, peu importe pour qui vous votez, vous votez aussi CONTRE l’autre candidat. Et ça, ça envoie un message fort à celui qui gagne, au final.

Autrement dit, si Fillon gagne face à Hamon, il aura gagné par le biais de ses propres idées, et ses électeurs seront des pro-manif pour tous, pro-flics, pro-corruption… Et là, Dieu ait pitié de nous !
Mais si Fillon gagne face à LePen, ses électeurs seront des anti-racistes, pro-droit à l’avortement, anti-cumul des mandats… Et ça, ça change tout ! Après ce genre de victoire, s’il veut vivre à peu près sereinement son mandat, ne pas voir tous ses projets de réforme bloqués par le sénat et des manifestations, il sera contraint et forcé de faire quelques concessions, histoire de plaire à cette immense partie de son lectorat qui l’a choisi par dépit, pour éviter le pire.

C’est grâce à ce phénomène qu’on se retrouve avec un connard comme Chirac qui accepte de ne pas envahir des pays étrangers pour leur piquer leur pétrole, malgré la pression exercée par les USA (rappelez vous, à l’époque, la France était en super bon terme avec les pays du Maghreb, malgré un président raciste).
C’est comme ça aussi qu’on peut obtenir des situations de cohabitation…

Donc, autant votre vote au premier tour ne vaut quelque chose que si votre candidat passe (désolé, mais je ne crois pas au vote blanc), autant votre vote du second tour envoie un message capital peu importe le résultat.

(désolé de foutre la merde, mais je m’avance un peu, vu que tout le monde aura ce discours dans trois mois)

En bref, je vous encourage à aller voter au premier tour, mais je vous conjure d’aller voter au second !

Postcard. K 362.

Le langage des fleurs.
Pensée: amour éternel
Gui: vœux de bonheur
Violette: amour discret
Lierre: je meurs où je m'attache
Marguerite: m'aimez-vous.
Œuillet (sic): amitié
Lilas: soyez heureux
Rose: tendre amour
Myosotis: ne m'oubliez pas
Houx: porte-bonheur

Collection: Elly Snowe

100 conseils donnés par un professeur de Harvard avant son départ en retraite

1. Il y a plein de manières possibles de rentrer dans une piscines. Les escaliers n'en font pas partie.

2. Dans aucune circonstance vous ne devez demander à une femme si elle est enceinte.

3. N'abandonnez pas avant d'avoir essayé.

4. Si un artiste de rue vous a fait vous arrêter de marcher, vous lui devez une pièce.

5. Toujours dire “nous” quand vous parlez de votre équipe favorite.

6. Quand on vous dit un secret, gardez-le pour vous.

7. Ne sous estimez jamais la puissance d'un fantôme utilisé au bon moment dans une partie de “Mario Kart”.

8. Ce n'est pas parce que vous pouvez faire quelque chose que vous devez le faire.

9. Ne vous faites pas plus bêtes que vous ne l'êtes.

10. Vous n'avez qu'une seule et unique opportunité de remarquer une nouvelle coupe de cheveux.

11. Si vous restez plus qu'une nuit, déballez vos affaires.

12. Ne jamais se garer devant un bar…

13. Attendez vous à ce que la personne devant vous baisse son siège. Préprez-vous en conséquence.

14. Gardez une photo de votre premier poisson rouge, de votre première voiture, et de votre premier amoureux/amoureuse.

15. Gardez vos héros en très haute estime.

16. Un bronzage ne s'achète pas, il se mérite.

17; Ne mentez jamais à votre médecin.

18. Toutes les armes à feu sont chargées.

19. Quand une personne a des coups de soleil , n'y faites pas allusion. Croyez-moi, elle est au courant.

20. Le meilleur moyen de dire merci quand on vous offre un vêtement/ bijou, c'est de le porter. Même si ce n'est que pour une seule fois.

21. Prenez congé de votre téléphone, internet et TV au moins une fois par an.

22. Ne vous bourrez pas de pain au restaurant, même s'il est très bon.

23. Une poignée de main vaut mille autographes.

24. N'encombrez pas le pas de la porte.

25. Si vous décidez de vous habiller du sexe opposé pour une soirée, faites-le à 100%.

26. Si vous voulez savoir ce qui vous rend vraiment unique, allez voir un caricaturiste et demandez-lui de faire votre portrait.

27. N'allez pas chez le coiffeur le même jour qu'un évènement spécial.

28. Faites attention aux objets qui sont entre vous et le sol. Achetez toujours des bonnes chaussures, des bons pneus, et des bons draps.

29. Ne mangez jamais votre repas à votre bureau, si vous pouvez l'éviter.

30. Quand vous êtes avec des nouveaux amis, ne parlez pas uniquement de vos amis de longue date.

31. Asseyez vous pour manger avec les nouveaux.

32. Quand vous voyagez, gardez l'esprit alerte et soyez prompts à réagir. Ou que vous soyez.

33. Il n'est jamais trop tard pour s'excuser.

34. Ne posez pas avec de l'alcool. Ça vous donne juste l'air d'être un beauf.

35. Si vous avez la priorité sur la route, prenez la.

36. On ne choisit pas son propre surnom.

37. Quand vous vous mariez à quelqu'un, souvenez-vous que vous vous mariez aussi avec leur famille entière.

38. Ne poussez jamais quelqu'un d'un ponton.

39. On n'annule pas un dîner par texto.

40. Être fier de ses ancêtres, c'est bien. Vivre en leur faisant honneur, c'est mieux.

41. Ne faites pas d'esclandre pour rien.

42. Si vous devez donner un discours de remerciement, il vaut mieux faire court et agréable.

43. Apprenez à ignorer l'objectif

44.  Ne vous réjouissez jamais du malheur des autres.

45. Investissez dans un sac à dos/ valise de qualité.

46. Consacrez du temps à votre mère pour son anniversaire. C'est une journée spéciale, pour elle aussi.

47. Au moment d'ouvrir les cadeaux, il n'y a rien de pire que de deviner correctement ce qui se trouve à l'intérieur.

48. La compassion est une béquille. Ne faites jamais semblant d'avoir une entorse.

49. Donnez du mérite. Prenez le blâme.

50. Serrez les dents de temps en temps.

51. Ne soyez jamais le dernier dans la piscine

52. Il est malpoli de fixer les gens du regard

53. Soyez respectueux envers les personnes qui portent des armes à feu professionellement.

54. Rebiffez vous contre ceux qui vous emmerdent. Vous n'avez à le faire qu'une seule fois.

55. Si vous avez expliqué votre point de vue, arrêtez de parler.

56. Admettez-le quand vous avez tort.

57. Si vous offrez votre aide, continuez jusqu'à ce que le travail soit fini.

58. Regardez les gens dans les yeux quand vous vous adressez à eux.

59. Remerciez le chauffeur du bus.

60. Ne répondez jamais au téléphone à table.

61. Pardonnez vous à vous même pour vos erreurs.

62. Ayez à votre répertoire au moins une bonne blague.

63. Ne huez pas. La personne qui est en face de vous est aussi le fils de quelqu'un.

64. Sachez cuisiner au moins un bon plat.

65. Apprenez à utiliser un cran de sûreté.

66. Soyez sympa avec les plus jeunes. Une réputation se construit sur une vie entière.

67. Il n'y a rien de mal à aller au cinéma tout seul.

68. Dansez avec votre mère/père.

69. Ne perdez jamais votre calme. Encore moins au travail.

70. Remerciez toujours votre hôte.

71. Si vous ne comprenez pas, demandez qu'on vous explique avant qu'il ne soit trop tard. Mieux vaut paraître idiot pendant une minute en demandant que de le rester en se taisant.

72. Connaissez la taille des vêtements de votre amoureux/amoureuse

73. Un T-shirt de couleur unie est tout à fait acceptable.

74. Soyez à l'écoute. N'attendez pas juste votre tour pour parler.

75. Tenez vos promesses.

76. Asseyez vous dans les premiers rangs si vous faites des études. VOus ressortirez du lot, vous écouterez mieux, et cela fera la différence au moment de l'examen.

77. Aidez votre mère a porter ses sacs. Après tout, elle vous a porté dans son ventre pendant 9 mois.

78. Soyez patients avec le service de sécurité des aéroports. Il ne font que faire leur travail.

79. Ne soyez pas le type casse-couilles qui parle pendant le film.

80. Le sexe opposé aime les gens qui prennent la douche.

81. Vous êtes ce que vous faites. Pas ce que vous dites.

82. Apprenez à changer une roue.

83. Soyez gentils. Chaque personne mène un dur combat avec la vie.

84. Une heure passée avec vos grands parents est une heure qui vaut de l'or ! Demandez-leur conseil tant que vous le pouvez encore.

85. Ne jettez pas vos déchets dans la nature.

86. Si vous avez une soeur, rencontrez son petit ami. Votre opinion compte.

87. Vous ne serez pas toujours le plus fort ou le plus rapide. Mais vous pouvez être le plus endurant.

88. N’ appelez jamais quelqu'un avant 9 heures du matin ou après  9 heures du soir.

89. Achetez les propriétés orange au Monopoly.

90. Donnez de l'importance aux petites choses.

91. Portez toujours un soutien-gorge au travail.

92. Il y a une ligne très fine entre avoir l'air sensuelle et avoir l'air d'une prostituée. Trouvez la.

93. On n'est jamais trop vieux pour avoir besoin de sa maman.

94. Mesdemoiselles, si vous prenez la décision de porter des talons hauts pour un rendez-vous, gardez les jusqu'au bout et évitez de vous plaindre à propos de vos pieds qui vous font mal. Vous savez ce qui vous attend.

95. Si vous n'avez pas de débouche-évier chez vous, achetez-en un

96. Vos pas de danse ne sont peut être pas les meilleurs du monde, mais je vous promet qu'il est bien plus drôle de passer pour un idiot qui ne sait pas danser que de rester assis tout seul.

97. Souriez aux inconnus…

98. Etablissez-vous des objectifs dans votre vie.

99. Votre âge ne définit pas l'heure à laquelle vous devez vous coucher.

100. Si vous DEVEZ vous battre, en dernier recours, frappez le premier et cognez fort.

Nous sommes tous à la recherche de cette personne spéciale, “la bonne personne”.
Mais si vous êtes passé par de nombreux échecs en relations amoureuses, vous commencerez à penser qu'il n'y a pas de bonne personne, juste différentes saveurs de mal. Pourquoi en serait-il ainsi ? Parce que vous avez vous-même vos torts d'une certaine façon, et vous chercher des partenaires qui ont tort d'une manière complémentaire. Mais il faut avoir obtenu pas mal de vécu pour tirer les leçons de vos propres erreurs. Et ceux jusqu'à ce que finalement vous vous heurtez à vos démons les plus profonds, vos problèmes insolubles - qui fait de vous qui vous êtes réellement - que vous soyez prêts à trouver un compagnon de vie. Mais pas n'importe quelle mauvaise personne : il doit être la bonne mauvaise personne - quelqu'un que vous regarder avec amour et avec qui vous penserez “C'est le problème que je veux obtenir.” Je trouverai cette personne spéciale qui a tort pour moi de la bonne façon.
—  Andrew Boyd
✚ BESOIN DE VOUS  ✚

Bonjour, bonsoir,

Nous avons besoin de vous afin que cessent les agissements néfastes (harcèlement, insultes, manipulations) de Thomas, ça ne sera pas long. Si vous voulez savoir pourquoi existe et pourquoi nous vous demandons cela, les raisons sont expliquées et les témoignages de ce billet parleront d’eux-mêmes.


1) Si vous avez un témoignage, des preuves (capture d’écran de discussion etc.) de toute sorte attestant des nuisances dont Thomas est à l’origine, veuillez s’il vous plaît nous en faire part. Anonymat garanti si vous le souhaitez. Nous remercions au passage toutes les personnes ayant déjà participé et leur souhaitons bien du courage et de se remettre.

2) Veuillez s’il vous plaît signaler le compte de Thomas, c’est vite fait et vous pouvez améliorer la qualité et l’ambiance de la plateforme.

Pour le signaler, allez sur son blog :

http://fleur–lunaire.tumblr.com

Anciennement http://romantique-lunatique.tumblr.com.

Ensuite après avoir cliqué/appuyé sur l’icône/avatar allez là :

S’il vous plaît faites-le : au plus vite et au plus on signale ses agissements, au plus vite l’@equipe se rendra compte qu’il y a un problème conséquent.

3) Partagez ce message s’il vous plaît, il faut que les gens sachent ce qu’il se passe.


Les personnes désirant simplement parler, ayant besoin de renseignements, peuvent s’adresser à nous, @mr-schadenfreude et @pramodavana.

Son blog :

http://fleur–lunaire.tumblr.com


Voici des témoignages et captures d’écran de ce que Thomas a déjà fait ici. Des extraits des règles communautaires sont fournis afin que vous puissiez par vous-mêmes juger de la gravité de la situation. Encore une fois, nous insistons sur le fait que nous préférerions des actions et réactions pacifiques s’il vous plaît. Ce n’est pas un appel à la haine. Ne jouez pas son jeu, ne vous rabaissez pas à son niveau. Ce qui compte, c’est que les gens sachent qu’il y a un problème et qu’on le gère le plus rapidement. Nous avons conscience que vous pouvez être énervés, blessés, directement ou indirectement concernés, comme nous. Mais nous espérons que vous puissiez réagir de manière mature, efficace et adaptée.


  • Harcèlement. Ne vous livrez pas à des activités de harcèlement ciblé ou des activités qui peuvent y mener. Si quelqu'un vous envoie des messages indésirables ou reblogue vos billets de façon abusive, nous vous encourageons à prendre les devants en bloquant cette personne. Et si quelqu'un vous bloque, n'essayez pas de contourner la fonction de blocage ou de trouver une autre façon de communiquer avec la personne. Laissez tomber, tout simplement. 
  • Propos malveillants. N'incitez pas à la violence ou à la haine. Ne faites pas de menaces ou de déclarations qui incitent à la violence (cela inclue la promotion ou les menaces d'actes terroristes). Sont particulièrement concernés les contenus entourant les origines ou les convictions religieuses, les handicaps physiques ou mentaux, ainsi que l'âge ou les orientations sexuelles. Si vous tombez sur des propos négatifs qui ne sont ni violents ni menaçants, nous vous encourageons à y répondre plutôt que d'utiliser la censure. Nous croyons en effet que le dialogue est la meilleure réponse face à ce type de discours. Cela étant dit, n'hésitez surtout pas à nous signaler tout contenu abusif ou haineux.Signaler des propos malveillants
  • Atteinte aux mineurs. Soyez extrêmement prudents lorsque vous publiez des contenus qui impliquent des mineurs. Ne publiez pas de contenus violents ou à caractère pornographique qui impliquent des mineurs. N’intimidez pas les mineurs, même si vous en êtes un. La vie d’un adolescent est suffisamment compliquée comme ça pour ajouter la peur, l’angoisse, et l’isolation causées par l'intimidation.Signaler une atteinte aux mineurs

[02/20/2017]

Here is a motivational quote for everyone of you that is feeling sad, bad, anything but happy. You all deserve happiness, alors soyez heureux les amis !

+ The address of Sherlock and the one of Harry because why not?

Best friends - Pittsburgh Penguins (PT Diaries, Episode 8)

Requested by anon: Could you write a PT Diaries chapter that includes Kris Letang’s adorable little boy? Maybe he has his first crush on the PT or the team tries to use his cuteness to get something from her. I’m really open to any ideas you may have to incorporate that adorable kid. Really enjoying this story!!

A/N: I’m not really sure about this, but I hope you like it.

Word count: 1201

Warnings: none.

Episode 1  Episode 2  Episode 3  Episode 4  Episode 5  Episode 6  Episode 7

Master list

Originally posted by bennyandthestars


I lock the door of my office, heading to the rink to keep an eye on the injured players who are skating today. The Penguins are having no luck with injuries this year, having up to six players on the injury report. I’m looking down at my schedule, trying to figure out how I am going to treat everyone when someone runs into my legs. Someone really small.

“Alex, soyez prudent! (Alex, be careful!)” I look down to see a child gripping at my legs, followed by an out of breath Bang-Bang Letang. “S’excuser auprès de (y/n) (Apologize to (y/n)). In English.”

I haven’t understood a word of what he has said, but I can easily tell that the blue eyed kid that is stuck to my leg is Alexander Letang, Kris’ son. I hold the kid by his shoulders and push him away from me slightly so I can kneel in front of him.

“Hello, buddy.” I say, extending my hand to him to shake it. The kid looks at me for a little longer before grabbing my right hand with his left one and squeezing a little.

“Salut (Hello).” He answers me, not letting my hand go.

“Alex, English.” Kris warns him again and I smile, encouraging the little kid to speak in English.

“Hi.” He says shyly and my heart melts.

“ALEEEEEEEX.” I hear from the other side of the hallway and I look up to see small girl running to us.

I look at Kris and he just shakes his head, stopping the little girl before she crushes into me as well.

“Estelle, say hi to (y/n).” Kris instructs and the girl looks at me from head to toes, evaluating me.

“Hi.” She says with a big smile after she decided I am trustworthy.

“Hello, sweetheart.” I say, giving her a smile back.

Estelle is Marc Andre’s oldest daughter and his dad never stops talking about her and her little sister.

“Flower and I brought these two to practice so the wives could get things done today.” Kris explains me and I nod, looking at the children. “We are having a little skate after practice.”

“Do you want me to take care of them until you are done?” I ask.

I’ve always loved children. I had my first niece when I was fifteen, so I guess that I am more than okay with taking care of children.

“You have no idea of what you are getting into.” Kris warns me. “They are worse than Sid and Geno together.”

I laugh, extending my hands to the kids. They take my hand without even thinking about it.

“I think we will be fine.” I say and the two kids nod.

“Se comporter. (Behave)” Kris says in French and the kids nod again.

Kris turns around and walks on his skates back to the rink, leaving me with Alex and Estelle.

“Do you want to go watch daddy play hockey?” I ask them, kneeling so I am on the same height as them.

“Oui!” Alex says, but he realizes his mistake soon. “Yes!”

“Should we get snacks before we go?” I wonder and they both nod frenetically.

The kitchen is the best place of the whole ice rink if you ask me. When you spend hours and hours here working it is nice to have a place packed with snacks and drinks. Because of the Penguins policy, everything on the kitchen is healthy-ish, so I know that Kris and Marc Andre won’t kill me for giving their kids junk food.

“What should we grab, guys?” I ask, opening the fridge for them to see what there is.

The three of us decide that smoothies, grapes and air popped popcorn is good enough to watch the team skate and we venture out to the rink, sitting on the stands. Having kids there is the worst thing ever for Mike Sullivan, who has to scream at least half a dozen times to get the attention of his players, who are too busy waving and pumping against the glass in front of the kids.

“If you don’t do this drill right Estelle and Alex have more chances to be at tomorrow’s game than you two.” He warns Sidney and Conor, who have spent five minutes begging the kids for a handful of popcorn.

I am taking notes on everyone’s performance when Alex and Estelle start screaming next to me, so I pick my head up to see Evgeni walking towards us, supporting himself on crutches. I have to stop grab the kids by their waist so they don’t run him over.

“Hi kids.” He says, sitting on the seat next to mine and putting the metal crutches on the floor. “Zdravstvujte ljubov’ (Hello love).” He says to me, even though I only understand the first word he says.

“Zdravstvujte Geno (Hello Geno).” I answer him.

“I want grape.” He says to Alex, who is holding the zipblock bag with grapes in it.

Both kids get on their feet and walk to Geno, who sits both Alex and Estelle on his healthy lap, giving me a look telling me that he was fine.

“Geno, is she your girlfriend?” I hear Estelle whisper to the big teddy bear Geno is.

“Net (No).” Geno says in Russian, making the kids giggle. “She help recover.”

“She is a doctor?” Alex is the one asking this time, making me smile while I watch Murray’s movements, writing a few notes on my pad.

“Net (No).” Geno says again. “She is therapist.” He looks at me for help and I giggle a little.

“Well, I know a lot of games.” I explain, putting my notepad down. “Games that help them,” I point at Geno and the guys on the ice, “get better when they are injured.”

The kids seem really amazed by my job, but Geno looks at me with a look that screams ‘liar, liar, pants on fire’.

“Right now I am thinking of games to play with each one of them.” I keep talking and Estelle and Alex nod for a second before turning their attention to their snack, giving Geno food when he asks for it.

I concentrate on the practice going on, keeping my eyes on the injured guys but also taking a few notes about how we could improve the performance on the ice of some of the other guys.

“(y/n), (y/n), help.” Alex yells, tugging my shirt.

I look away from the ice and back to the kids and Geno. They are all standing and looking at me.

“Skates. Tie.” Alex says again, not letting my sleeve go.

I stand up, putting my notepad on the seat and following them to the bench, where their skate bags are. Geno sits on the bench and Estelle sits besides him, putting her feet on his lap. I do the same, taking Alex’ shoes off and changing them for a pair of skates.

“Good?” I say, tying up his skates.

“Oui.” He answers and I put him on the floor and holding his hands, helping him to the ice and then doing the exact same thing with Estelle, watching them both skate to their fathers.

“Kris said that they are worse than Sid and you.” I tell Geno, sitting next to him on the bench and looking at the children skate around the players.

“They are best friends too.” He replies.

En cette journée nationale sur les femmes, je dis à mes concitoyennes: travaillez, ne travaillez pas, épilez-vous, ne vous épilez pas, mangez des graines, mangez des frites, soyez grosse, soyez maigre, mariez-vous pour la vie ou collectionnez des histoires de cul, choisissez d'être mère ou choisissez de ne pas l'être, soyez féline, cérébrale, gouine, queer, catholique, musulmane, érotomane, défiez le temps qui passe avec des petites ruses hyaluronique ou arborez fièrement vos rides comme des faits d'armes, écrivez, cuisinez, portez cuissardes, des Stan Smith, des Ugg, des Scholl ( non pas ça, des Scholl, c'est proscrit!!!), mais quoi qu'il arrive, n'oubliez jamais de vous battre pour qu'un jour, il n'y ait plus de débat.
—  Camille cottin
Sondage

Bonjour à vous !
Je suis un élève de terminale, et j’aimerais présenter la communauté MOGAI/LGBT+ à ma classe, avant la fin de l’année. Pour cela, j’ai créé un sondage, pour les personnes francophones, pour leur montrer quelques statistiques sur les membres de la communauté.

Je vous demande donc, si vous en avez envie, de répondre à ce sondage le plus sérieusement possible.
(Il faut cependant que vous soyez dans la communauté LGBT+, car c’est la cible du sondage.)

Si vous avez des questions, demandez-moi et si vous avez envie de répondre, c’est ici

Je vous remercie par avance pour vos réponses ! :D

A Lire attentivement

Des gens mal dans leurs peaux, j’en ai croisés pleins, des personnes qui rentre chez eux et qui pleurent, qui ne trouvent plus de sens à leurs vie. J’en ai vu des personnes construire une grosse carapace juste pour éviter la population d’aujourd’hui, pour être tranquille au moins une fois dans leur vie. Oui j’en ai vu des parents inquiets pour leurs enfants.
Aujourd’hui si j’écris ce texte, ce n’est pas pour vous expliquer ce que j’ai vu dans ma vie. Aujourd’hui si je vous écris c’est pour vous dire à quel point vous êtes fort, et courageux d’endurer tous ce que vous avez tous les jours sans broncher.  Vous avez les plus belles âmes que tous ces moutons que vous pouvez voir au lycée, ou au collège, ou même autre part. N’essayez pas de changer, que vous soyez, grand, petit, plus gros, plus mince, que vous ayez un problème de santé ou non, que vous ayez un passé difficile ou non, ne changer pas s’il vous plait, rester vous-même et ce sera votre plus belle récompense, et vous pourrez être fiers de vous.  
La vie n’est pas un long fleuve tranquille je vous l’accorde, mais forcément un jour la roue tournera, et vous serrez enfin tranquille, enfin vous-même, sans larme, avec un beau sourire sur vos visages, parce que oui, ce qui rend belle une personne, ce n’est pas que son âme, c’est aussi le sourire et le rire qu’elle affiche pleinement. Un jour vous ferrez la rencontre de cette personne qui changera votre vie, qui vous tendra la main et qui vous aidera comme si sa vie en dépendait. Et je suis sûre que cette personne-là vous fera vivre un rêve éveillé. Je vous le promets.

Soyez fort, souriez, et surtout soyez heureux et fiers d’être ce que vous êtes.

The Subjunctive

Bonjour!

I know I haven’t covered the Subjunctive on this blog yet, but for some of you this is review. I hope I can make this as clear as I can (because anyone who studies French knows how murky the water can be).

The Subjunctive uses:

  • To express doubt
  • To express an attitude
  • To express and opinion
  • To imply a hypothesis

How to Conjugate the verbs:

  1. Conjugate your verb for the 3rd person noun (Ils/Elles). For Nous and Vous, use their “Imparfait” endings
  2. Take off the ending -ENT and add the following endings
    • Regular -ER verbs
      • Je parle
      • Tu parles
      • Il/Elle/On parle
      • Nous parlions
      • Vous parliez
      • Ils/Elles parlent
    • Regular -IR verbs
      • Je finisse
      • Tu finisses
      • Il/Elle/On finisse
      • Nous finissions
      • Vous finissiez
      • Ils/Elles finissent
    • Regular -RE verbs
      • J’attende
      • Tu attendes
      • Il/Elle/On attende
      • Nous attendions
      • Vous attendiez
      • Ils/Elles attendent

    3. Enjoy the easiest part of the Subjunctive because it’s about to get real.

    4. Cry because of all of the irregular verbs

    • Aller -> aille, ailles, aille, allions, alliez, aillent
    • Avoir -> aie, aies, ait, ayons, ayez, aient
    • Être -> sois, sois, soit, soyons, soyez, soient
    • Faire -> fasse, fasses, fasse, fassions, fassiez, fassent
    • Pouvoir -> puisse, puisses, puisse, puissions, puissiez, puissent
    • Savoir -> sache, saches, sache, sachions, sachiez, sachent
    • Vouloir -> veuille, veuilles, veuille, voulions, vouliez, veuillent

Now that we know how to conjugate the tense plus we know the irregular verbs, it’s time to make the uses clearer:

The Subjunctive follows by expressions. Here are some expressions to know:

  • Ce n’est pas le peine que… -> It’s not worth the effort…
  • Il est bon que… -> It’s good that…
  • Il est dommage que… -> It’s a shame that…
  • Il est essentiel que… -> It’s essential that….
  • Il est étonnant… -> It’s surprise that…
  • Il faut que … -> It’s necessary that… (THIS IS VERY IMPORTANT)

That’s a very, very brief list. Now, let’s put it all together!

  • Il est essentiel que je sois le meilleur. -> It’s essential that I am the best.
  • Je doute que tu aies beaucoup de argent. -> I doubt that you have a lot of money.
  • *Note* Espérer does NOT trigger the subjunctive: J’espère que le nouveau prof n’est pas trop strict. -> I hope the new prof isn’t too strict.
  • Il faut que nous sachions ton âge. -> It’s necessary that we know your age.
  • Vous souhaitez que j’apprenne plus de langue. -> You want me to learn more languages.

Practice! Conjugate these sentences with the verbs in parentheses!

  1. Je pense que tu _____ (être) mignon!
  2. Il faut qu’ils _____ (recevoir) la journal.
  3. Vous doutez qu’il vous ____ (connaître).
  4. J’espère que vous m’ _____ (aimer).

Answers!

  1. Je pense que tu es mignon! (This is not the subjunctive so don’t conjugate as such. Sorry for the trick question!)
  2. Il faut qu’ils reçoivent la journal.
  3. Vous doutez qu’il vous connaisse. (Make sure you pay attention and you conjugate the verb for the subject and not the direct object!)
  4. J’espère que vous m’aimez. (Not the subjunctive so don’t conjugate as such!)

I hope this was a big help!

À bientôt!

Je dirais aux jeunes générations que la vie d'aujourd'hui est vachement difficile parce que j'ai le sentiment que déjà quand j'ai eu 20ans on nous disait que : “ c'est la période du chômage, c'est la crise ; vous allez avoir du mal à trouver du boulot”. J'ai vraiment pas que le sentiment, j'ai la certitude que c'est beaucoup plus dure aujourd'hui. Et donc on a tendance dans ces moments là à limiter ses ambitions et à se dire, je vais juste essayer d'avoir tel chose parce que c'est déjà beaucoup dans la société, juste faire ma place parce que c'est compliqué. Et moi je leur dirais : euh NON, ayez de l'ambition, sortez de votre zone de confort, allez y, prenez des risques. Il y a ou l'eau tiède ou l'eau froide ou l'eau chaude. Ne soyez pas tiède soyez froid ou chaud. Distinguez-vous. Ne vous fondez pas dans la masse. Je sais que la tentation est grande parce que les risques sont grands aujourd'hui dans la société mais on ne voit que les gens qui se distinguent. Voilà, prenez des risques, sortez de votre zone de confort. De toute façon vous ne le ferrez pas forcément après même si on peut toujours le faire après mais ne vous laissez surtout pas couper vos ailes, restreindre vos ambitions, vos envie, vos rêves. Faites-le. Sortez. Allez y. Et puis si vous ratez ce n'est pas grave parce qu'on ne se souvient pas forcément de ses échecs, on se souvient de se qu'on a réussi puis vous allez réussir après de toute façon. Faut surtout pas se laisser impressionner par cette société qui en ce moment est en train de réduire les champs
—  Élise Lucet - Thinkerview interview
Beau, soyez libre

LeFou whimpers as Gaston stomps away from the small boy. He called LeFou childish and went off to play with the older children. All LeFou has said, is that he would love to play hide-and-seek. Is that not a normal game to play for a nine-year-old boy? According to Gaston it’s not, but LeFou doesn’t want to go after the older boy to apologise for being childish, even though, maybe he should.

“What’s wrong?” LeFou looks up from where he’s sitting on the ground, to see a child, maybe two years younger than himself, standing in front of him. LeFou shuffles his feet, looking back down and not daring to look the girl in the eye. “What do you want?” He mumbles, frustrated. Surely, she’ll mock him too. “My maman said I should try and make friends with people who seem nice. You seem nice.” She flops down onto the grass next to LeFou. “I don’t play with girls.” LeFou mumbles, remembering how Gaston had laughed at him for playing chase with a girl the week prior. “I’m not a girl!” The small boy(?) said indignant. LeFou flinches. “Sorry! I didn’t mean – Why are you wearing a dress?” The boy shuffles his feet nervously. “Because it makes me feel pretty.” The boy starts looking more and more miserable every question LeFou asks him. 

“I – I should go.” The boy gets up and LeFou scrambles on his feet as well. “Wait! Don’t go, I’m sorry.” LeFou sounds desperate. “I never – I never talk to kids my own age.” LeFou explains. “I don’t know how.” The other boy nods in understanding. “There are no kids for me to play with where I live, either.” LeFou steps forward. “I really do like your dress. It does make you look really pretty.” The boy brightens immediately, twirling in a circle. “You really think so? My maman made it for me!” The boy looks at LeFou, so honest and vulnerable and open and LeFou etches the sight in his memory, hoping that one day, someone will look at him like this again. It makes LeFou feel important, like he matters and he finally knows the right things to say, something that rarely happens.

“Pink suits you really well.” The boy stops twirling. “Pink? This is peach!” “I-I’m sorry!” LeFou stammers. He really is a fool. The boy’s face softens. “I couldn’t tell many of the colours apart at first either.” He assures LeFou. “Until maman teached me. Do you want to play hide-and-seek with me?” LeFou perks up. “I’d love to!”

*

“Stanleeeeeeyy.” LeFou singsongs as he enters their cottage, expecting an answer but receiving none. When he walks to their dining table he sees a small piece of parchment with a quick sketch of a castle on it. Due to LeFou’s illiteracy, Stanley and LeFou figured out a way to tell where they can be found without using letters, simply by drawing a little sketch of the place they would be at.

LeFou picks up his satchel from the floor, before mounting Pote and taking off towards the castle.

Ever since the curse has been broken, Stanley has spent a lot of time at the castle, trying to spend as much time with his lost family as he possibly can. Madame de Garderobe and maestro Cadenza were thrilled when their Stanley ended up on their doorstep, but they were a lot less thrilled he showed up as a part of an angry mob to kill their master.

“Bonjour Monsieur LeFou.” Lumière greets as LeFou enters the castle. He is seated at the fireplace with Plumette, for it’s a rather chilly day in December. “Good afternoon, Lumière, Plumette.” “He is in Madame’s room.” LeFou nods, walking up the stairs and down the hall in the east wing. He can hear excited chatter. Maestro Cadenza walked out of the chamber, a happy smile on his face. “Ah, LeFou, salut!” “Bonjour Maestro.” LeFou smiles, the maestro talks so loud, he’s surprised the whole castle can’t hear him speaking. “Let’s go ask Mrs. Potts for a cup of tea, shall we? Stanley will surely join us in a moment.”

*

LeFou laughs loudly at Mrs. Potts’ detailed story of how Stanley used to play pranks on all of the staff within the castle. Her face softens. “He used to be such a lonely child. He was a child of us all and we wanted him to make friends so badly, but the master never allowed the boy to leave the grounds.” She seems sad now, and Cadenza sighs. “He ran away one day. He was 17, if I’m not mistaken.” LeFou turns to Cadenza, not used to the maestro looking so serious. “It was the day the curse was cast upon the castle. The master had yelled at him for being a- for being different.” He couldn’t get the word over his lips, but LeFou heard it anyways. Sodomite.

Adam had judged Stanley for his interest in males.

“Stanley ran away from the grounds and forgot about it the same day. Forgot about us.” There are tears in Cadenza’s eyes. LeFou is speechless. He never knew why Stanley was in the village during the day the castle was cursed, Stanley refuses to talk about it. It all makes sense now.

The door the kitchen opens, revealing Madame de Garderobe, Stanley trailing behind her. LeFou’s eyes widen as he stands up from his chair, not taking his eyes off Stanley. Stanley shuffles his feet nervously, not daring to look LeFou in the eyes. “I-” His fingers pluck at the fabric of the dress he’s wearing.

LeFou slowly steps closer, taking in the sight in front of him. Stanley’s body was wrapped in delicate fabrics and his eyes were underlined with coal, his lips made a darker shade of pink.

“Stanley, you-” Madame de Garderobe steps forward slightly, looking protective over her boy.

LeFou places his hand on Stanley’s cheek, forcing the man to look at him. “You look gorgeous, mon amour.” Stanley perks up at that, not dropping his guard completely, not yet. “You really think so?” He asks carefully. “Yes!” “They make me feel pretty.” Stanley bites his lip, still looking unconvinced. “You look beautiful, Stanley. They do make you look pretty.” Stanley looks up, looking so honest and vulnerable and open and memories come rushing back at LeFou.

The boy he met when he was young, he recognises him now, in an older version, perhaps, but he never changed his love for dresses. “The pink – Peach, suits you.” Stanley looks at him with unbelieving eyes. “You remember that?” LeFou steps forward. “How could I forget that look of pure joy?” Stanley leans down, capturing LeFou’s lips with his own, before freezing and backing up, nervously looking over his shoulder to his maman.

She looks fondly at the pair. Love, that’s all she’s ever wanted for her boy and she knows that LeFou will take good care of him. Beautiful, be free.