sous entendu

youtube

“je préfère qu'on fasse ça ici que dans un hôtel”… “explosion buccale”… “ce que je préfère c'est leur taille” “un truc qui va plaire aux amateurs”…

Bon. Il est temps de parler de ce petit concentré de transphobie qui se prépare ces derniers jours, je parle bien sûr du film Si j'étais un homme.

Il semblerait donc :

- que l'intrigue principale soit “oh mon dieu une femme se réveille avec un pénis donc elle a changé de sexe, maintenant c'est un homme” = WTF ?! Ah oui mais c'est vrai que ce qu'on a entre les jambes détermine notre genre, j'avais oublié pardon 

- que Direct matin OSE dire que le réalisateur avait justement fait un film “féministe” avant celui-là (sous entendu, celui-là aussi). Alors que le féminisme aux dépens des personnes trans, ce n'est pas du féminisme…

- la phrase qui me révulse le plus est sans doute la phrase “ce petit détail [son pénis donc] est une mine d'or pour multiplier les gags”. Ce qui me laisse sans voix. Je ne sais même pas quoi dire pour exprimer à quel c'est transphobe et révoltant.


J'aimerais faire quelque chose, ne pas rester sans réagir. Ecrire une lettre, lancer une pétition, je ne sais pas. Est-ce que vous savez si quelque chose existe déjà de ce type là ? Si non, seriez-vous motivé.e.s pour lancer quelque chose de ce type ensemble ?

- Est ce que tu penses que les gens qui nous croise parlent encore de nous ? Est ce qu’il s’en souvienne ?
- Oui. Ils s’étonnent devant notre amitié.
- Amitié ? Y a personne qui croit à cette amitié.
- Et tu sais pourquoi ?
- Parce que ce sera jamais une réelle amitié. Je peux pas te voir comme une amie, j’y arrive pas. Tu es juste…toi. Quand on me demande qui tu es, j’hésite, je ne sais jamais quoi répondre. Je doute, je bute sur les mots. Et je finis par dire ton prénom. Tu crois qu’on est amis toi ?
- Non. Si tu étais devenu un ami, on se serait perdus de vue. On aurait avancé l’un sans l’autre. Regarde, on est presque les seuls à continuer à se parler chaque jour dans notre bande du lycée.
- On a avancé ensemble. C’est tout ce qu’il y a en dire. Je serai toujours là pour toi. Ca changera jamais. Je te regarderai toujours de la même façon, intensément, avec un milliard de sous-entendus. Même si tu es avec l’autre. Je m’en fiche. Je t’attend et je t’attendrai toujours.
- Qu’est ce que tu veux que je te dise ?
- Que tu sais, qu’on se retrouvera. Parce que c’est vrai. Je te jure qu’on se retrouvera.

alright alright alright, voilà le récap de l’itw de Macron dans Têtu, qui était quand même assez complète, donc allons-y (le post est méga long déso) :

- il reprend son idée que le mariage pour tous était nécessaire, qu’il le défendrait mais que ça a créé des gros clivages dans la société, ce qu’il regrette. A son avis, c’est surtout  à cause d’une mauvaise information et du manque d’info qu’avait les gens à propos de la situation lgbt, et sur la loi en elle-même (mouais)

-”Certains n’ont toujours pas compris que l’orientation sexuelle n’est ni un choix, ni un luxe. En même temps, je pense indispensable de savoir entendre les craintes et les convictions fortes de certains qui défendent un modèle auquel ils sont attachés”; il veut surtout créer un dialogue entre les différentes opinions (et notamment avec la Manif pour tous)

- comme chez Quotidien, il souligne les violences quotidienne qu’on subit hors-métropoles

- pour la PMA, il attend l’avis du CCNE pour qu’il y est débat. Si ce débat aboutit favorablement alors il la légalisera, mais il est contre l’autorisation de la GPA en France car il estime que c’est un débat “impossible à trancher”, mais il veut lancer une lutte internationale contre le trafic d’enfants et des femmes qu’ammène la GPA dans certains pays, cependant il faut pour lui “arrêter l’hypocrisie et permettre la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger”

- concernant le changement d’état civil pour les personnes trans, il estime que la loi à répondu à la question en allégeant la procédure. Quand on lui demande pourquoi la France ne va pas jusqu’au bout en supprimant le passage devant un juge, il parle pendant longtemps pour dire que “la fonction d’un président n’est pas de prendre parti personnellement sur ces sujets mais d’accompagner le dépassement de certains clivages et de favoriser le dialogue” (donc en gros il a pas répondu)

- il reconnait qu’il n’y a pas “une” idée de la famille en se basant aussi sur la sienne, atypique (d’ailleurs on apprend qu’il a sept petits-enfants the more you know)

- il ne réintroduira pas l’ABCD de l’égalité à cause de la polémique qu’il y a eu, et selon lui la déconstruction des stéréotypes ne passent pas par les bouquins etc mais par des interventions d’asso en temps scolaire, par exemple

- sur le genre neutre/ la nécessité d’avoir mention du sexe sur les papiers t”il n’y a pas de genre neutre, mais une orientation personnelle de ce quoi on est fait” (, (pour lui) il faut reconnaitre les différences & une reconnaissance de l’indetermination ne résoud pas le problème

- sur la question de communauté, et ici l’idée de “communauté LGBT”: il reconnait qu’il y a des communautés religiseuses, géographiques ou d’orientation, mais il n’a pas envie de les traiter comme telles. “L’entre-soi rend bête’‘, la diversité est primordiale et il rappelle “La France est une République diverse et indivisbile”

- il a participté à des pride avant de devenir ministre, il reçoit toutes les opinions pour des entretiens, mais la seule chose qu’il n’acceptera pas sont les discours de haine et d’exclusion

- “quand je me déplace dans un ville, j’informe tous les élus, à l’excpetio du Front national” #dragthem

- il soutient à fond les associations, et pour lui le statut associatif est vital

- sur les rumeurs de sa relation avec Mathieu Gallet: il le connait à peine et pour lui, le sous entendu qu’il n’est pas possible qu’un homme vivant avec une femme 24 ans plus âgée ne soit pas gay ou un gigolo, c’est misogyne et homophobe. “Si j’avais été homosexuel, je le dirais et je le vivrais”

-  “C’est très appauvrissant de ne pas être féministe. Pour changer la politique, il faut être féministe, c’est une obligation morale. Ce n’est pas parqe qu’on met trois femmes au gouvernement que les choses changeront.”


Voilà en gros les points principaux de l’itw, bon perso il ne m’a pas hyper convaincu.e, il dit des trucs cools et d’autres trucs moins cools, au final il parle beaucoup pour ne pas dire grand chose et il continue de vouloir absolument faire plaisir à tout le monde, mais sur des points comme ça il faut être plus clair (à mon humble avis anyway)

Encore deso pour le longass post (et les fautes et autres possibles incompréhensions, je me suis pas relu oops), j’espère que ça a pu être utile ! @onestenrepublique je taggue au cas où ;)

anonymous asked:

Je suis tombée sur un documentaire sur Youtube qui parlait de l'immigration maghrébine en France sur les problèmes d'intégration, tout ça tout ça, et j'ai pensé à toi, je pense qu'il pourrait te plaire. youtube com/watch?v=ZPg4utNzL1U

J’ai regardé et effectivement il est bien, pour son contenu et pour la lecture qu’on peut faire du discours tenu par les intervenants.

Le contenu en soi remet bien les choses en perspective, notamment pour ceux qui ne connaissent pas la chronologie du sujet, notamment dans les années 80-90.

Après, pour l’angle du documentaire et le discours tenu, ce qui est intéressant c’est que celui-ci est quasi exclusivement masculin, ce qui est d’ailleurs le cas depuis 30 ans. On parle des “Jeunes” (sous-entendu jeunes hommes) et jamais des jeunes femmes, ou si peu. Le peu d’intervenantes femmes prennent d’ailleurs la parole pour défendre les jeunes hommes. C’est quelque chose qui m’a toujours frappée quand on traite de ce sujet. 

Je n’ai pas peur du tonnerre qui bruit,
Mais j’ai peur de l’homme,
Je n’ai pas peur de la nuit,
Mais j’ai peur des jours sombres,

Je n’ai pas peur de la mort
Mais j’ai peur de vivre pour rien
Je n’ai pas de mon corps
Mais j’ai peur de ses reactions

Je n’ai pas peur des voyages,
Mais j’ai peur des aller simples,
Je n’ai pas peur du voisinage,
Mais j’ai peur des commérages,

Je n’ai pas peur du temps qui passe,
Mais j’ai peur du temps perdu,
Je n’ai pas peur de celui qui me déteste,
Mais j’ai peur des sous entendus.
Je n’ai pas peur du travail,
Mais j’ai peur de celui qui m’exploite,
Je n’ai pas peur de celle qui me veille,
Mais j’ai peur de l’amour qui perfore,

Refrain X 1
Ayimario lala dunia Koné sirana bimogo
Gna, Moni sen fila
An bimogo magni
Moni bolo fila bimogo ma siraniiii
Ne serina Samara nitigui gna S
irana bimogo gna

Je n’ai pas peur de la route,
Mais j’ai peur de celui qui part,
Je n’ai pas peur de la colère,
Mais j’ai peur de celle qui ne s’exprime pas,
Je n’ai pas peur de la douleur,
Mais j’ai peur de la douleur muette,
Je n’ai pas peur de la grandeur,
Mais j’ai peur de ce qu’elle entraine,
Je n’ai pas peur de la haine,
Mais j’ai peur de l’amour qui emprisonne,
Je n’ai pas peur des larmes qui coulent,
Mais j’ai peur de celles qui consument,
Je n’ai pas peur des amitiés,
Mais j’ai peur de celles qui finissent,
Je n’ai pas peur des guerres commencées,
Mais j’ai peur de celles qui durent,
Je n’ai pas peur de l’Afrique,
Mais j’ai peur des ses dirigeants,
Je n’ai pas peur de ce qui, demain, arrive,
Mais j’ai peur que ne s’arrête le temps.

Sorio……Na an sama djimbé lé Ann Dunia,
e sirana an-bimogo ya gnè
N’ Sirana.Simarani tigui gna,
Nsiana bimogogna, ne siranaaa- an,
N Siranadjanfa Djougougnè, Ahi marioooooooooooooooooo
Ahimario o Sirana, bimogo ya, Zinogo ya, Bimogoya.

-

I’m not afraid of thunder sound,
But I’m afraid of man,
I’m not afraid of the night,
But I’m afraid of the dark days

I am not afraid of death
But I’m afraid to live for nothing
I do not have my body
But I’m afraid of his reactions

I have no fear of traveling,
But I’m afraid of going simple,
I’m not afraid of the neighborhood,
But I’m afraid of gossip,

I have no fear of time passing,
But I’m afraid of lost time,
I’m not afraid of him who hates me,
But I’m afraid of innuendos.

I’m not afraid of work,
But I’m afraid of those who exploit me,
I’m not afraid of that which ensures me
But I’m afraid of love that perforates

Ayimario lala dunia Koné Sirana bimogo
Gna, Moni sen fila
An bimogo magni
Moni bolo fila bimogo my siraniiii
Do serina Samara nitigui gna
Sirana bimogo gna

I’m not afraid of the road,
But I fear the one who leaves,
I’m not afraid of anger,
But I fear that which can not be expressed,

I’m not afraid of pain,
But I’m afraid of silent grief,
I’m not afraid of greatness
But I fear it causes,

I’m not afraid of hate,
But I’m afraid of love that imprisons
I’m not afraid of tears flowing,
But I’m afraid of those that consume,

I’m not afraid of friendships,
But I’m afraid of those who end,
I’m not afraid of war started,
But I’m afraid those last,

I’m not afraid of Africa,
But I’m afraid of its officers,
I’m not afraid of what tomorrow comes,
But I fear that stops time.

—-

JE N’AI PAS PEUR (I AM NOT AFRAID)

KALYRE SLAM

—-

Graphic - Jean-Léon Gérôme

Parfois j'aimerais tous recommencer. Tu sais, repartir de zéro. Te rencontrer à nouveau, replonger dans tes yeux pour la première fois, revoir ce sourire qui a sus me faire trembler dés le premier jour. Retrouver cette timidité, ces petits sourires en coin pleins de sous-entendus. Apprendre à te connaître, toi et toutes ces petites choses qui font que tu es toi. Nos premiers fou rires, nos premiers rêves. Et puis je me souviens que ce qu'on aimerais, ça n'arrive jamais. Alors j'essaye d'oublier qu'un jour, tout ça a existé.
—  centmotssanstoi

juste, comment s'en sortir avec une jeunesse lobotomisée, inconsciente et formatée?

le pire c'est ceux qui pensent savoir de quoi ils parlent question politique, mais leurs arguments ressemblent étrangement à ceux sous entendus par les médias.
la mascarade électorale, cette stratégie capable d'endormir n'importe quel abruti. des millions de votants c'est bien ce que ça prouve : le monde est peuplé de cons.

et même toi, qui n'en penses pas moins mais qui continues de bosser, dépenser, consommer sans rien faire, t'es un putain d'attardé maso. tu te fais exploiter, tu le sais, mais tu fais rien pour l'arrêter. t'es qu'un esclave moderne et j'ai envie de te cracher dessus.
tu dis qu'il n'y a plus rien à faire? renseigne toi, rejoins des collectifs, vis autrement. si tout le monde faisait ça à commencer par toi, on ne serait pas devant nos écrans à nous lamenter, mais dans la rue à se battre pour l'humanité.

le pen ou macron? ni l'un ni l'autre, ni vous, moutons de merde.

#générationingouvernable

Je suis allee diner avec mon meilleur ami/jumeau maléfique, il ne boit pas d'alcool. On était dans une crêperie donc j'étais OBLIGÉE de boire du cidre. Mais il n'y avait pas de choix entre bolée et bouteille alors j'ai pris la bouteille .
Le moment de payer a été comique (et aussi emprunt de solitude) quand le serveur a dit a mon pote “mais il y a une bouteille!” (sous entendu “vous ne partagez pas le prix?”) et que je l'ai regardé en mode “bah oui et alors?!”

Les gens se rendent pas compte que les petites phrases, les sous-entendus, les regards, les “pics”, appelle sa comme tu veux mais en somme ce sont des mots tout simplement. Tu les vois tous ceux la ? Ouais eux! Bah ils font mal, ils te brisent intérieurement, ils te dévorent, ils te trahissent, ils te déçoivent d'être humain

L'associé présente une proposition d'abonnement avec un forfait de 6 heures d'intervention par mois à un client. 

Le client demande :“ok mais pour les extras comment cela marche ?” (sous-entendu les heures de travail qui dépassent le forfait")

Réponse de mon boss: “pour les extras, il y a Marie” tout en se tournant vers moi qui devient rouge pivoine.

Le client hyper embarrassé de me voir si gênée dit “ah oui mais moi pour ce genre d'extras, je préfère les hommes” en plantant son regard dans celui de mon boss qui a failli s'étouffer, a balbutié quelques mots incompréhensibles, écourté le rdv et fais la tronche tout le chemin du retour. 

Déjà Facebook fait une boulette. Ensuite je fait un statut pour le pointer du doigt en soulignant qu'on viendra me faire chier. Ça ne manque pas, un petit plaisantin vient faire du troll. Je me fais presque traiter d’hystérique. Et enfin on m'enlève le droit d'être en colère en parlant de mes hormones (presque mes règles, c'est un peu sous entendu). La misogynie ordinaire quoi.

(désolée de t’embêter si ça va pas dans ta ligne éditoriale, mais fallait que je le montre à quelqu'un qui comprend)

Vu Aujourd’hui : “Nos ancêtres les Gaulois”

Alors, oui, c’est la réaction que j’ai failli avoir en entendant cette phrase sortir de la bouche de notre cher ancien président, qui a encore une fois manqué une occasion de se taire.

M. Sarkozy a en effet, entre deux interrogatoires, fait un discours de campagne durant lequel il promettait de remettre les origines de la France et l’histoire de notre pays au centre du programme d’histoire, parce que avant non.

Ah ? Autant pour moi, je savais pas que la Révolution française avait eu lieu autre part qu’en France :v. My bad.

Originally posted by procrastinationismyfriend

Bon, déjà, ça c’est fait. “Mais pourquoi s’arrêter là ?!” a-t-il dû se dire en rédigeant son discours entre deux séances de garde à vue. Bah oui, pourquoi ? Alors du coup, il a décidé de rappeler que les Français ont pour origine les Gaulois, et a sous-entendu que si on ne reconnaissait pas les Gaulois comme ses ancêtres, on n’est pas vraiment français.

Oh mais mon p’tit Sarko, si j’avais pu mieux me relater aux Gaulois, je serais devenu un hérétique bien plus tôt, crois-moi. Bon, après avoir failli m’étouffer avec mon soda en entendant cette phrase, j’ai commencé à faire une liste des raisons pour lesquelles cette insinuation est stupide.

Déjà, les Gaulois ne sont PAS nos ancêtres

Originally posted by sonysakura

Déjà, ce qu’il faut bien retenir, c’est que le terme “Gaulois” a été inventé par Jules César dans ses mémoires La Guerre des Gaules, afin de désigner les peuples habitant la Gaule cisalpine (qui correspond à une grande plaine au nord de l’Italie) et la Gaule transalpine, qui recouvre non seulement la France, mais également les territoire des actuels Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Suisse et même un peu du nord de l’Allemagne.

Cela voudrait donc dire que nous, Français, partageons des origines avec les Flamands, les Wallons, les Allemands etc. Donc eux aussi sont Français en fait ? Eh beh, on en append tous les jours.

En réalité, le terme “Gaulois” est la preuve de l’ignorance de César pour ce peuple qu’il voulait à tout prix envahir (parce que le laurier ça fait sentir bon les cheveux quand t’en mets une couronne sur la tête <3). En réalité, il n’y a pas un seul peuple gaulois. En fait, à l’époque, la Gaule transalpine était peuplée de plusieurs peuples différents, de culture celte. Pour ceux qui auraient du mal à visualiser, c’est UN PEU semblable à la Grèce antique, qui fut longtemps divisée en plusieurs cité-états qui partageaient néanmoins la même langue, la même religion (à quelques nuances près), en bref la même culture.

Sauf que en fait, ces populations gauloises sont au final assez proches des autres populations celtes, qui s’étendaient depuis le nord de l’actuelle Espagne jusque vers les Balkans (tout ce qui est Croatie, Serbie etc.). Du coup, nous serions cousins avec les Espagnols, les Serbes, les Croates, les Hongrois etc.

Remarque, ça arrangerait sûrement M. Sarkozy de dire que les Hongrois sont très proches des Français, ça pourrait lui donner beaucoup de légitimité.

Néanmoins, les Français sont aussi Celtes que les Américains blancs sont Amérindiens. En réalité, “l’identité française” (si toutefois il n’y en a qu’une) est issue de plusieurs événements liés à des mélanges et de mouvements de populations au cours des siècles : il y a eut l’invasion romaine et la romanisation des populations de Gaule transalpine ; puis les invasions germaniques, notamment celles des Francs. Donc au final, les Français sont issus de populations celtes qui furent romanisées (et qui furent assimilés finalement à la population romaine après des métissages etc.) puis envahies par d’autres populations, de culture germanique.

Les Francs seraient donc nos ancêtres. Peut-être. Plus que les “Gaulois” comme semble l’affirmer M. Sarkozy.

En fait, je pense que l’identité française est née assez récemment

En un sens, je peux comprendre pourquoi le FN a choisi Jeanne D’Arc comme référence quasi-systématique. Car selon moi, c’est vraiment à la fin de la Guerre de Cent Ans que la notion de “peuple français” s’ancre dans l’inconscient collectif. Jusque là, le Royaume de France était divisé, aussi bien politiquement (avec divers duchés aux allégeances vacillantes) que culturellement (avec une division Nord/Sud, visible notamment avec la distinction entre langues d’oïl et langues d’oc), sans parler de l’indépendance de la Bourgogne et d’autres territoires aujourd’hui appartenant à la France.

Mais là encore, on ne peut pas dire que le “peuple français” est resté statique. Des divisions culturelles sont restées apparentes, avec la distinction encore fréquente des Bretons, des Corses, et des Ch’tis. Il faut également se poser la question de la colonisation. La France a envahit plusieurs territoires et garanti au autochtones de ces régions la citoyenneté française (d’abord en Louisiane française et aux Antilles, puis en Afrique du Nord et en Indochine)(et eux non plus ils descendent pas des Gaulois), et c’est ce qui a causé tant de soucis durant notamment la Guerre d’Algérie avec les pieds-noirs : eux qui étaient jusqu’à présent Français mais vivant en Algérie, ils étaient vus comme des étrangers sur leur terre natale comme en métropole.

C’est à mon avis à partir de la décolonisation que la France a connu une crise identitaire, qui continue voire empire de nos jours.

“Le Français descend du Gaulois”, un témoin du racisme ordinaire ?

Originally posted by thepatwa

Maintenant, je pense que ce problème qu’ont beaucoup de Français (bonjour Nadine Morano, membres et représentants du FN etc.) à penser à la France avant tout comme un pays de Blancs, de “culture judéo-chrétienne” (darling, il va vraiment falloir que tu expliques ce que tu comprends comme étant une “culture judéo-chrétienne”, ça m’intrigue) etc. est dû à un plus gros problème.

Une mauvaise éducation de ce qu’est l’identité française. La France, c’est depuis le début une histoire de mouvements de populations, de métissages, et autres modification de la géographie humaine. La France, c’est une métropole, mais également ses territoires d’outre-mer, qui ne sont que très peu habités par des Caucasiens. La France, c’est un pays qui a connu de multiples religions, et qui s’est étendu sur d’autres territoires, longtemps considérés comme partie intégrante de ce même pays. Dès le moment où la France a envahit l’Afrique, l’Indochine et l’Amérique, elle a fait que des Noirs, des Arabes, des Asiatiques etc. sont devenus Français. Les Français, en plus de ne pas descendre du Gaulois, n’ont pas des origines uniques.

Je terminerais en rappelant à ceux qui dénoncent une “invasion arabe” que c’est nous qui sommes le plus venus les faire chier. Certes c’est un peu eux qui ont commencé avec les incursions musulmanes en Ibérie, mais ce n’est rien comparé aux colonisations successives (croisades, empires coloniaux) dont ils ont été victimes. En fait, si les Français n’avaient pas tant voulu régner sur le plus grand territoire possible, vous vous seriez peut-être retrouvé avec un pays ressemblant un minimum à ce que vous souhaiteriez qu’il soit.

Cependant ce n’est pas le cas, et mes compatriotes aux origines plus diverses les unes que les autres ont autant le droit de revendiquer leur nature française que vous, voire plus, vu que vous n’êtes même pas foutus de vous rappeler au quotidien que la France, ce n’est pas qu’un hexagone au bord de l’Europe.

Je vous fais quand même des bisous parce que le tout c’est de comprendre les erreurs, et je fais un gros big up à mes compatriotes non-Caucasiens et/ou non-chrétiens etc. parce que bordel, vous avez vraiment besoin d’amour dans ce monde de brutes.

Originally posted by sandra-san

A la prochaine tout le monde :D

youtube

You mean sex, right?

anonymous asked:

Elle vient d'où en fait la haine de Copé envers Sarko?

I’M GLAD YOU ASKED ANON, ARE YOU READY FOR SOME BACKSTORY ? (this is fanfiction material)

Plus sérieusement, ça fait trèèèès longtemps que c’est compliqué entre Jeff et Nico, donc installez-vous bien, et faites vous un thé. Au passage, certes Jeff déteste Sarkozy, mais c’est complètement réciproque, il me semble. Aussi, je me base en partie sur cet article, plus des documentaires et d'autres. Leur première rencontre, avant 1995 ne s’était… pas trop mal passée, I guess ? Ils ont toujours nourri la même ambition, finir président, mais bon Jeff, à l’époque, il est rien du tout, il est ni maire, ni député, il sort à peine de l’ENA donc Sarko, étoile montante de la droite, devait pas être trop inquiet, à la limite bienveillant et amusé.

Tout ça change en 1995 : Sarkozy est team Balladur, et trahit Chirac, tandis que Jeff reste fidèle à Chirac. On a le droit à une campagne assez malsaine en interne, selon les témoignages de chiraquiens, avec des balladuriens qui les menacent de fin brutale de carrière politique s’ils ne soutiennent pas Balladur. En gros : ça pue. Baroin dit que Sarkozy lui a dit texto : “François, pour toi, la route est longue. Elle peut s’arrêter maintenant”. (Sur ce sujet, je vous conseille Les fauves, un très bon documentaire sur Sarkozy-Villepin, qui revient entre autres choses sur l’élection de 1995). Copé dit de Sarkozy à cette époque qu’il est son ennemi, et, je cite “Nous sommes tous les deux malpolis, mais moi au moins je suis fidèle.” L’AMOUR DEJA, LA PUNCHLINE.

MAIS MAIS MAIS c’est Chirac qui gagne, les balladuriens, Sarkozy en tête, sont exclus du gouvernement de Juppé, c’est la bérézina. Deux ans après, apparemment, alors que Copé perd son mandat de député (plus jeune député de France à l’époque d’ailleurs), suite à la dissolution, Sarkozy lui envoie des fleurs. Réconciliation ? Vaguement, mais ahahah, l’ambition, c’est chaud quand même, et la campagne de 2004 pour les régionales, où Sarkozy soutient Copé en sachant pertinement qu’il va perdre (et en espérant un peu s’en débarrasser) se passe mal. Jeff perd.

Sarkozy prépare 2007, en face de lui Dominique de Villepin. Apparemment, Copé croyait en Villepin, plutôt qu’en Sarkozy, et quand ce dernier gagne, il ne lui donne aucune poste au gouvernement, mais genre nada, et selon Jeff, c’est vraiment pas par oubli, c’est volontaire. Jeff se retrouve président du groupe UMP à l’Assemblée, une fonction dont il n’a initialement rien à faire, mais because of spite (sa principale motivation) il décide de transformer son poste en arme contre Sarkozy. Il parle de “coproduction législative”, fait passer des lois que le gouvernement réprouve (la loi sur la burqua typiquement), pour faire… iech Sarko, soyons honnêtes. Copé en 2007 : wtf is that, Copé en 2012, beauuuucoup plus connu, et indirectement grâce à Sarko, ptdr. Evidemment, il soutient Sarkozy en 2012 (même si, si j’ai bon souvenir, on dit qu’il aurait mis un bulletin Bayrou dans l’enveloppe concernant son propre vote…).

Sarkozy perd, vous le savez tous. Copé se présente à la tête de l’UMP en face de Fillon : l’histoire, vous la connaissez, ça part en live. Sarkozy soutenait Copé (indirectement, sans vraiment le dire et plus pour emmerder Fillon que par conviction), mais est très en colère face à la situation, et apparemment, c’est engueulade sur engueulade au téléphone. Je cite : “Copé est nul, il ne sait même pas tricher correctement !”. Copé a lui-même défendu le bilan de Sarkozy tout le long de sa campagne, juste pour grapiller des voix sarkozystes. 

Gros saut dans le temps, on arrive à l’affaire Bygmalion, le noeud de leur rancune actuelle. Copé, quand il se fait démissionner par ses collègues en mai 2014, est moyennement défendu par les sarkozystes, moins qu’il ne le pensait. Sarkozy ne l’appelle pas, il le laisse tomber. Quand il fait son grand retour, Sarkozy enterre régulièrement Copé et Fillon dans ses meetings, en parlant de l’élection de 2012. Mais surtout, surtout, quand Sarko passe devant les juges pour Bygmalion, il accuse, en sous-entendus, Jeff. Impardonnable, pour ce dernier. Depuis, Jeff n’a pas été mis en examen, contrairement à Sarko, et il en profite, n’ayant littéralement plus rien à sauver de sa relation avec Sarkozy, et il mitraille régulièrement ce dernier. Il l’a même accusé de vouloir être élu seulement pour échapper à la justice, et il est persuadé que la campagne de 2007 a bien été financée par de l’argent de la Libye. De son côté, Sarko ne le supporte plus, et il aurait refusé de lui serrer la main au 2ème débat. Voilà, voilà.