sonner

I’m re-reading Harry Potter and the Sorcerer’s Stone and Im in the bit where McGonagall gave the Nimbus 2000 to Harry and how happy he was and I just thought that maybe she thought that was what James would do if he had known that his son became the youngest seeker in over 100 years and goddammit the Potters died so young and even if the broom didn’t came from his father at least he would still have it because she loved that troublemaker and she’d be dammed if she didn’t make Harry happy and this is waht keeps me awake at night guys

Ok je sais pas du tout pourquoi j'écris ça parce qu'au fond je sais que ça va sonner faux, que j'arriverais jamais à rendre compte de ce que je veux vraiment dire et peut-être que tout le monde s'en fout, peut-être que personne lira ça, peut-être que les gens ont raison de s'en foutre au final parce que c'est pas beau ce que je dis, y'a rien de beau c'est juste triste, c'est déprimant ça rend mal c'est inutile et parfois j'ai envie de balancer mon ordi par la fenêtre tellement c'est nul et ridicule, vous savez je rends peut-être un peu l'image de la meuf qui déconne, qu'est bien, qu'est “cool”, même si ici vous avez pas que les bons côtés de moi je sais que y'en a d'entre vous qui pensent ça et ça me fait plaisir que vous pensiez ça parce que ça prouve que y'a véritablement des moments où j'vais bien, un peu, mais vous savez j'suis loin d'être cool j'suis plutôt du genre à faire bien semblant, on me l'a dit pas mal de fois que je faisais bien semblant, que tout ce que je souffrais ça se reflétait pas sur ma façon d'agir, et pourtant qu'est-ce que je suis faible, si je m'effondre pas et que je me confie pas aux gens c'est que j'ai trop de fierté, j'ai l'impression que je vais encore plus m'enfoncer si j'avoue que j'suis à terre, et pourtant je sais que j'ai besoin d'aide souvent, en vérité j'ai l'impression que tout ce que je fais ces derniers temps ça sonne comme un appel à l'aide que personne n'entend, même quand je rigole et que pendant deux secondes je suis heureuse, je retombe toujours sur terre et ça fait mal l'aterrissage, ça fait mal et parfois même souvent j'ai envie de lâcher prise totalement, d'arrêter de me battre, d'arrêter de me lever le matin et de sourire alors que je sais très bien que tout est faux, que mon sourire est faux, que ma présence elle même est fausse, je sais très bien que où que je sois je devrais pas être là, j'essaie de jouer le jeu, de faire avec ce que j'ai et d'essayer de m'en contenter mais j'suis une gamine insatisfaite et démesurément triste et c'est tout, je veux pas me battre je veux que tout vienne à moi tout de suite, je veux pas souffrir et pourtant je provoque toute seule ma propre souffrance, je me torture toute seule avec des choses passées comme si tout était de ma faute, comme si tout ce que j'avais fait durant toute ma courte vie n'était qu'une putain d'erreur, comme si j'étais qu'un monstre et que tout ce que je savais faire c'était survivre parmis des gens qui ne veulent même pas de moi, ça sonne vraiment déprimant ce que je dis mais je suis pas suicidaire vous savez, j'ai pas envie de me tuer mais j'ai pas confiance en moi-même, j'ai pas confiance en la moi triste parce que je connais absolument pas mes limites, j'ai aucune idée du mal que je pourrais me faire, que je pourrais faire aux autres, j'ai pas envie de mourir mais je veux plus être vivante, vous saisissez la différence ? En apparence tout va bien mais dans ma tête c'est tellement flou, et la seule chose de nette c'est que je suis une lâche, une putain de faible. Je sais que je suis pas stupide, que je ne suis pas une abrutie, je le sais très bien mais des fois j'aimerais juste en être une, que tout soit plus simple dans ma tête, que je ne me blesse pas autant juste en pensant. Quand je regarde autour de moi j'ai l'impression de venir d'une autre planète, de ne pas être faite pour ça, de ne pas être capable de supporter ça. J'arrive pas à vivre au milieu des gens, à leur parler, j'arrive pas à être moi-même et quand je le suis j'ai toujours cette peur au fond de moi que quelqu'un me juge, que quelqu'un se moque, que quelqu'un fasse une remarque, j'ai tellement d'insécurités et de plaies pas refermées que tout le monde passe son temps à rouvrir sans s'en rendre compte, j'arrive pas à ignorer toutes ces souffrances qui sont en moi et qui m'empêchent de vivre parce que je les laisse me dévorer toute entière, je laisse toujours ma souffrance me bouffer, je me laisse sombrer jusqu'à ce que je réalise que j'ai pas d'autre choix que me relever. Je fais ça à chaque fois, mais je sais pas en ce moment j'ai l'impression que j'arrêterai jamais de tomber et je veux pas toucher le fond comme ça parce que je sais que même si on est tous forts je me relèverai pas. Et je sais que là maintenant, je suis coincée au milieu de choses dont je ne me relèverai pas. J'en peux plus, moi-même je sais pas depuis combien de temps je souffre autant, je crois que ça a commencé quand j'ai compris que je ne pouvais parler à personne de certaines choses, et je crois qu'à partir de ce moment j'suis tombée, j'ai perdu tout ce qui pouvait me retenir, j'y arrive plus. J'y arrive plus et je sais que demain il y aura des moments où j'y arriverai, où j'aurai l'impression que ça ira à nouveau mais là maintenant j'y arrive plus. Je veux juste couler, qu'on me laisse couler, que le monde entier voie que je coule et qu'ils me crachent dessus en face, tous, tous ces gens qui l'ont toujours fait dans mon dos je veux qu'ils voient à quel point ils m'ont tous détruit, un par un, à quel point ils ont commis des dommages irréparables et vous savez quoi ? Au fond de moi j'ai toujours ce petit espoir qu'ils comprennent. Que ce gars au collège comprenne que ce qu'il faisait n'était pas humain. Que L comprenne que j'avais peur, que je tenais à lui mais que j'avais peur et que même si je hurle qu'il a tort je sais qu'au fond la seule fautive c'est moi et ma putain de lâcheté. Je veux que les gars qui ont prétendu m'aimer ou s'intéresser à moi comprennent ce que j'ai fait. Je les ai tous découragé, tous, d'une façon ou d'une autre je les ai tous fait fuir parce que c'est moi qui fuyait. J'avais besoin d'eux, et ça me faisait peur, j'y arrivais pas. Alors je les ai tous fait dégager, et y'en a aucun qui s'est accroché. Je voulais que quelqu'un me comprenne, que quelqu'un reste, que quelqu'un s'accroche à la petite conne que je suis mais personne l'a fait. Personne a été assez fou pour le faire, et je devrais même pas leur reprocher, j'aurais fait pareil. Et pourtant, j'avais, j'ai tellement besoin que quelqu'un s'accroche, que quelqu'un reste. Que quelqu'un soit assez fort pour me supporter. Pour supporter le fait que je pleure quand on me dit je t'aime. Pour supporter le fait que j'ai tellement de haine et de peine en moi que ça arrive même pas à déborder dans mes yeux parfois. Pour supporter le fait aussi que souvent, je regarde les gens en leur souriant et je leur mens impunément. Parce que ça fait moins mal de mentir que d'assumer que je suis juste détruite. Que depuis un moment je fais comme si j'allais me reconstruire mais que chaque jour je casse ce que j'avais construit la veille. Si j'avais pas cette chose qui me bouffe et dont je peux même pas parler je crois que j'arriverais à aller mieux. Mais là, c'est peine perdue et il faut juste que j'attende. J'ai toujours détesté attendre, mais je peux rien faire d'autre. J'ai l'impression qu'il y'a des murs tout autour de moi avec des portes mais qu'il y a trop de portes et que j'arrive pas à savoir laquelle je veux prendre et que les murs se resserrent et que bientôt il n'y aura plus du tout de porte et que moi je serai écrasée. Je sais pas trop si c'est un appel à l'aide ça, parce que c'est pas trop possible de m'aider, tout ce que je sais c'est que dans la plupart de mes actions y'a des appels à l'aide, mais personne les voit. Dans mes textes même si je les pense pas toujours ils sont souvent très très tristes et je crois que j'essaie d'évacuer un peu de ma propre tristesse dans des situations vécues par d'autres. Vous voyez, j'écris comme si c'était pour les autres mais c'est aussi pour moi. Moi. Moi. Moi. J'me dégoûte des fois. Je suis une grosse égoïste, je m'intéresse aux autres des fois mais au fond je m'en fiche, tout ce que je suis c'est une gamine qui manque d'attention, je veux que vous le réalisiez parce que y'a des gens qui m'idéalisent ici et je trouve ça dingue, j'ai envie de leur hurler qu'ils sont fous bordel de merde mais ça me fait du bien à l'égo souvent du coup je dis rien. J'essaie d'apprécier un compliment même si je sais qu'il est faux, parce que j'ai rien d'autre que ça. J'existe tellement pas fort que parfois j'ai l'impression que c'est l'attention des autres qui me fait exister, ça fait peur je sais. C'est bizarre que j'écrive ça parce que ça me sert à rien, je vide pas mon coeur là, ça me fait rien, je partage juste tout ça avec des gens que ça n'intéresse peut-être même pas et je sais pas pourquoi je le fais, j'essaie pas de vous rendre tristes je comprends pas pourquoi je fais ça. Mais je le fais apparemment. Bref, j'ai encore plein de choses à dire mais j'ai peur de ce que je suis en train de dire et de ce que j'ai déjà dit donc je vais arrêter bientôt. J'espère que vous irez bien si ça va pas là maintenant. J'espère que je ne vous ai pas trop déprimé. J'espère qu'un jour je relirai ce texte et que je pourrai dire franchement que je suis passée au-dessus tout ça. J'espère que je saurais garder un sourire sincère sur mon visage plus que quelques minutes. J'espère que j'aurai quelqu'un qui pourra me prendre dans ses bras si jamais ça va pas. Parce que c'est triste d'avoir personne quand on en a besoin. J'espère que j'aurai ce que je veux, parce que même si je ne le mérite peut-être pas, je le mérite plus que certaines personnes qui l'ont. J'espère que je ne deviendrai pas l'une de ces personnes qui suivent tout, tout le temps, les règles ou le chemin tracé. J'espère que j'aurai ma propre opinion. J'espère que je ne serai pas non plus parmis ces gens qui se revendiquent hors-systèmes et qui provoquent parfois sans s'en rendre compte la ruine de tout le monde. J'espère que je serai aveugle à tout ce qui va mal sur Terre, comme la plupart des hommes, comme ça ça ne m'atteindra pas. Ou alors si ça m'atteint, j'espère que j'aurai la possibilité de changer deux trois trucs. En fait je crois que j'espère surtout que j'aurai arrêté de parler de moi sans arrêt parce que je sais, c'est chiant.

Non, non, ne pleure pas je t'en supplie. On va s'en sortir, ensemble. Je t'emmènerai le plus loin possible si ça peut t'aider, je te ferai découvrir de nouveaux endroits, de nouveaux paysages. On s'baladera en bateau dans Venise, j'te payerai un billet d'avion pour l'Amérique. On visitera chaque ville de chaque pays, promis on mangera des tapas en Espagne. Arrête de pleurer, j'te promets on ira sonner chez des gens le soir pour se barrer en courant par la suite, on ira danser sur les toits de Paris, on ira photographier les kangourous d'Australie. Eh, pourquoi tu pleures encore ? Viens dans mes bras, promis j'ferais tout pour qu'on se sente vivant avant d'être mort.
—  lespiquresaines
I am not good for you. (Part 3)

Type: mini-serie.

Pairing: Jace Herondale/Wayland/Lightwood X Reader.

A/N: there is Clary too but this is a Jace x Reader, sorry for who ship Clace. I ship Clace also 💕but this imagine is based on a dream i made a few nights ago. And also i’m sorry for any mistakes, English isn’t my first language and i wanted to share this with someone.

I should be happy, today is the day i will meet my future husbund. For what i have seen and heard he is the perfect Shadowhunters, just as it should be: strong and confident, with a natural talent for fighting and obviously loyal and in love with the Clave…well, let’s just say that i do not wonder why everyone and Maryse adore him. He is not good as much as Jace, he is important just because his family are prestigious like the Lightwood.
After i told Alec and Izzy about my arranged marriage they called Magnus and they explained to him the situation. I can swear that i had never seen him so angry. He was so close to going to strangle Maryse and even without the use of his magic, i would add. Since he and Alec got together, we became very good friends and i am really glad. Fortuanatelly after a cocktail or two and the attempts of Alec to calm him down, he calms. I hope i can have what they have, they seems so happy and in love with each other that they are capable of illuminating the entire room just by staying close. I am happy for Alec, he more than anyone deserves love.
Now we are all in the center room with the other Shadowhunters. Maryse has called a meeting and i want to disappear, literally, i asked Magnus to open a portal but he hugged me and told me to keep walking whit my chin up. I can see Jace and Clary at the other side of the room, Jace is looking around the room in search of something, as soon as he sees us he nods toward Clary and they start coming to us.
“Do you guys know the reason beind this?” he asks crossing his arms.
“Maybe.” i whisper and Jace frown, he was about to reply when Maryse cut him off.
“Thank everyone for coming here, i have an important annuncemement. But before, Y/N can you join me?” she asks me, i head towards her while Jace and Clary look at me perplexed. She keeps talking when i reach her. “Today James Blackwine will be here at the Institute. I am proud to announce the union in marriage of two families, the Blackwine and the Lightwood-Y/L/N. He is coming here because we have the honour to organize his wedding with our Y/N.” as soon as she finishes talking the whole room bursts in applause and congratulations. I can not do anything but blush and then look at the ground. After a few minutes Maryse ends the meeting and everyone walks away to do their work. Izzy, Alec and Magnus are watching with soft and sympathetic eyes. Clary is looking at me with her mouth wide open and eyes out, i do not dare to look at Jace.
“Are you going to marry? I did not know…” she comments shocked.
“Yeah, me too. I am happy that i wasn’t the only one who wasn’t told.” Jace being harshly. I look at him for a second only to find his eyes already in mine. His eyes. Damn, i missed him, he is more beautiful than i remembered if it is possible. He is here in front of me but he looks at me shocked and disgusted, i look away. I feel guilty, frightened and embarassed under his eyes.
“Why do not you tell me?” he caters only to me, i can feel his eyes burning against me. “A marriage? Where all this come from? Are you crazy or what? Look at me.” he adds grabbing my arm and i gasp squeezing my eyes.
Alec pushes away Jace and stands between us. “That’s enough, Jace! Stay calm, look you’re hurting her and let her breathe.”
“No, i do not have enough Alec! I want to know what’s going on and what’s all this about the wedding! Why nobody told me?”
“Jace…” Izzy tries to speak.
“I’m not talking to you Isabelle. I want to talk alone with Y/N, you go away” ordes Jace. I raise my eyes on him again and he is livid, is face is red and his jaw tightened so much that his lips are trembling a little.
The others look worried at me and i nod “It is ok, go.” i say watching them one by one. “I will be fine.” i add and after a second Jace drags me down the hall to his room since no one did the gesture to go away. He opens the door and pushes me inside, he comes in and close the door. He turns to me and takes a deep breath trying to calm down and i can feel by body tense, i cross my arms on my chest trying to hide that i am shaking. I was so sicure about my choice, i am convinced that it is right but then he comes and breaks every certainty that i had.
“Why?” he aks with a hoarse voice, when a few minutes ago he was about to explode at any moment, now he seems hurt and empty. His voice are strong as always but is tremling a little. That’s what hurts me the most, i prefer to see the strong and sure of himself Jace, rather than the vulnerable Jace in front of me now. I am in love with everything about him but this hurts me, i have never seen this side of Jace and the fact that i am the cause make me feel heartbroken, but i can not give up.
“It seems obvious, there is nothing to explain” i declare finding a bit of strenght and control.
“You have to explain a lot of things instead. First of all why did you avoided me for the whole week? Did i do somthing wrong? And by the Angel why you will marry that guy? Since when? You do not even know him and certainly you do not love him! I do not recognize you anymore!” he says and i can fell that he is heating up, word after word, frustated from my answer.
“I do not have to explain anything to you. You do not care about me, there is no reason why i should explain my choices to you. You only care about yourself and Clary, for you everything revolves around her now! I no longer exist, Alec and Izzy do not exist anymore for you. I am going to marry James Blackwine, it is the right choice. I do not love him now, it is true, but i could do one day. And among all the people you can not talk about feeling to me, where the story that feelings are nothing?” i say irritated pressing my lips together avoiding to say more.
“Do not you dare!” pointing his finger at me. “I care about you, a lot, more than i expected and more than anyone else. I thought about you every day, but you were and you are acting like a child! I spend my time with Clary because for her it is all new and i want to help her, that’s all. What you did is unacceptable! You really want to marry a stranger? You are supposed to kiss him, to love and make love with him, to make babies with him! It is not a game! You went out of your mind, i thought you were smarter than this.” he yells taken by anger, now his hands are narrow on his hips, his breath are slow and fast and his eyes are locked on mine. His words make me explode.
“See! I can not do this anymore, i am tired Jace. I am tired of arguing with you. We are only hurting each other since Clary arrived and i am very tired of pretending that everything is fine! We are not the same as before and i miss the old Jace and Y/N. I am tired of losing people i care and if i keep you away from me i can not give you the power to hurt me. I just want to forget everything and move on, if this is the only way i will do it. I can not deal with the fact that if i will not do it i will help destroy a family, the family that welcomed and loved me.” my voice broke and i realize i am crying so i wipe the tears. During my speech Jace remained unmoved but i can see that he has tears in his eyes too. We are both exhausted, emotionally and physically. I close my eyes massaging my temple because i feel my head spinning, i take a deep long breath and i open my eyes.
“I do not want to fight with you. It if means that we must stop talking for me it is fine. You will be happy with Clary and i will find my happiness with James.” i add.
“I’d rather argue with you that to be with other girls or Clary. You’ve never understood it, right?” he shake his head laughing softly. “You are not the only one that lost his own family, maybe i am the one who understands you the most. We are similar more than you think and maybe this is one of the reasons because you are so important to me. You are right…for me emotions are nothing, they can control us and they have the power to hurt us” he sighs he runs is hands through his hair “Love destroys us. You destroys me every day and i will let you if you want. Do not marry him.” he says with queit voice looking at me deeply. He breaks away from the door where he was leaning from the beginning and he comes slowly towards me but i stop him raising my arms between us.
“Don’t.” i bite my lips fighting the urge to cry or laugh in despair, i do not know. I am unable to move, i remain in silence searching for the right words to say. Just the Angel know how long have i waited for him to say these words, i can not believe it. He is here, in front of me and he just said he has feelings for me. I should burst with happiness but i feel terrible. What i have done?
We are interrupt by the knock on the door.
“Y/N you are in there? James Blackwine has arrived, come to meet him. We will wait for you in my office.” i hear Maryse from the order side of the door.
“Ok.” i say and she walked away.
I look at Jace and he shaking his head at me. “No.”
“I waited years to hear this from you, but now i can not turn back Jace. I always had feelings to you, but you never noticed. It is too late and that’s fine, i am not good to you. You are you, hansome and perfect.” waving my hands toward him. “And i am…a mess.” i smile sadly dropping my arms. I start to go to the door when he takes my arm and makes me turn until we are face to face.
“You do not know want you do to me every day, you are the reason i wake up every morning and that gives me the strength to give my best. You are more than good enough. I should have told you sonner, we could have avoided all this…Are you really sure about this?” he try to look in my eyes but i am having truble to look at him.
“Yes.” i lie, i escape from his grasp and quickly get out of his room before he can grab me again. I run to my room where i try to calm down and give me a settled before meeting my future. I wash my face, fix my hair, i put a fake smile on and i get out of my room.

➡The next part will be the last I think.
Moi aussi j'ai peur
J'ai peur de pas trouver les mots justes 
J'ai peur de mal faire
De sonner faux quand tout est vrai
De pas réussir à m'exprimer comme il faut
—  Fauve ≠

anonymous asked:

Pour l'éducation, c'est complexe car il y a beaucoup plus de matières, d'élèves, et le nombre d'heure ne peut pas être étiré. De plus, je ne sais pas si c'est votre cas, mais chez moi, on voyait aussi l'histoire de la région voire du département (j'habite dans un coin où les dragons de Louis 14 ont dû venir calmer des bonnets rouges et les populations, passage qui a notamment vu les clocher se faire détruire pour empêcher le tocsin de sonner, ce qui a eu des conséquences sur les coiffes) (pt1)

(désolée pour le délai)

Alors, déjà moi j’ai jamais vu l’histoire de ma région en cours, ça aurait été cool d’ailleurs ! Mais non. Dommage :/

J’ai appris l’existence de la Commune de Paris en prépa je crois, et d’ailleurs, au-delà de ça, même les périodes dont on parle sont extrêmement simplifiées jusqu’à en devenir mensongères (*tousse tousse* La Révolution française ù tousse tousse*) je sais pas si c’est encore le cas aujourd’hui, remarquez.

Et les profs… oui.  

aqlan-sannor: (the question was too long , sorry I had to submit)
in you’re theory about chara not absorbing a boss monster soul you mention how Chara couldn’t absorb the six souls either cause they’re humans ones , and humans can’t absorb other humans souls , but is Chara really a human ?, flowey acknowledge that the soul they have is a stolen one and does not belong to them and if he can absorb monster souls , why can’t Chara absorb humans ones ?.

(undertale spoilers)

While it is unclear what a human-brought-back-from-the-dead-without-a-soul should be called, Chara inhabits the body of a human. Whether or not Chara can absorb or contain souls depends on the vessel itself. 

This is why a flower, something not human or monster, was chosen to be the vessel for the monster souls. Flowey is not a monster or human – he is a soulless flower brought to life thanks to determination. However, as part of Frisk, Chara should not be able to absorb human souls.

Pronoms et non-binarité

Les différents pronoms qui existent à ce jour (à ma connaisance) sont résumés sur l’infographie ci-dessus ;) il y a donc : elle, il, im, em, ul, ol, iel, yel, ille, el et sans doute encore d’autres que je ne connais pas !

Pour résumer les principales caractéristiques de ces pronoms :

- il et elle sont les plus courants puisqu’utilisés par les personnes cis. Il s’agit donc de pronoms utilisés par des personnes “binaires”, mais il est tout à fait légitime qu’une personne non-binaire les utilise, même si c’est le pronom qui correspond à son genre assigné !

- iel est le pronom “non-binaire” le plus courant, il est utilisé par certaines personnes NB et également pour parler d’une personne dont on ne connaît pas le genre. Il ne convient cependant pas à tout le monde, notamment les personnes s’identifiant en dehors du spectre masculin-féminin, qui lui reproche d’être un “mélange” de il et elle. Il existe aussi une orthographe alternative, yel, prononcée de la même façon

- ul et ol sont souvent préférés par les personnes dont le genre est totalement extérieur aux notions de féminin et de masculin/ de femme et homme. Bien sûr ce n’est qu’une remarque, et si vous êtes demigirl mais que vous préférez utiliser ol, aucun problème !

- im et em ont l’avantage d’être “à moitié” proches des pronoms il et elle et peuvent convenir particulièrement bien aux personnes ayant un genre proche du masculin ou du féminin, ou ayant plusieurs genres dont homme ou femme. Ille et el ont aussi cet avantage, en plus de sonner comme les pronoms il et elle à l’oreille !

Tous ces éléments constituent des pistes de réflexions si vous souhaitez choisir quel pronom utiliser, mais nullement des règles ! Utilisez le pronom avec lequel vous êtes le plus à l’aise, et ne laissez personne vous dire que vous n’êtes pas légitime dans votre choix de pronom !

En ce qui concerne les accords, de même il n’y a pas de règle du type “avec iel il faut utiliser le neutre”, c’est à chacun de décider. Je vous renvoie vers mes autres posts sur le neutre en français pour voir les accords possibles :

- le neutre à l’oral

- le neutre à l’écrit

N’hésitez pas à enrichir ce post dans vos reblogs :)

A l'instant quelqu'un sonne à ma porte. Mon mari va ouvrir la fenêtre pour voir qui c'est.
Là, une femme qu'il ne connait pas lui explique qu'une voiture s'était arrêté pour lui parler et qu'elle est donc venu sonner pour s'en débarrasser.
Il lui a répondu tout de suite qu'elle avait bien fait et elle a continué son chemin sereine.
Donc voilà, on s'est fait la réflexion que c'était pas bête comme technique et du coup, je mets ça ici en me disant que ça peut inspirer/aider.

Je sais que j’ai bu et je sais que c’est pas très clair et puis ça va peut-être sonner bizarre tout ça mais je crois qu’il faut qu’on s’embrasse, je crois qu’il faut qu’on s’aime si on veut pas passer à côté de quelque chose de beau.

- C'était qu'un prétexte (j'ai baissé les yeux). Et si je lui demandais, je crois qu'il dirait que oui, il bafouillerait une excuse ou un truc comme ça. Sauf que c'est même pas une question, je le sais, il aurait même pas besoin de se justifier. C'était qu'un prétexte.
- Pourquoi tu dis ça ?
- Parce que, si vraiment ça n'en était pas un, après tout ce temps, après cette année, il aurait pris un moment, un message, une lettre, un café, un resto, une heure, une après-midi, une soirée.
- Mais pris un moment pour quoi ? 
- Pour m'expliquer la vraie raison (je me suis assise sur le trottoir). J'ai eu droit au silence, ça veut tout dire.
- Tu crois qu'il a eu besoin d'un prétexte pour te quitter après plus d'un an ?
- Ouais. 
- C'est complètement idiot.
- Comment t'explique que j'ai jamais eu droit à d'autres explications que celles qu'il a bien voulu me donner ?
- Peut-être parce que c'était ses seules explications ? Tu sais, les vraies (il s'est tourné pour chercher mon regard).
- Non. T'es en train de me dire qu'un mec se serait battu pour moi pendant des mois et qu'au premier obstacle un peu trop casse-gueule, il en a eu marre et s'est cassé ?
- Peut-être.
- Il en a surmonté des biens pires pour me récupérer. 
- Et donc ?
- Et donc s'il est parti c'était pas pour cette histoire de merde. Après les conversations qu'on a eu a 6h du mat, après tout ce qu'on a traversé, une histoire merdique comme celle là ne pouvait pas être synonyme de fin. Et je crois que ça, il le sait. Voilà pourquoi j'ai eu droit à son silence. 
- Hm.
- J'ai eu droit à son silence et à ses insultes. Tu sais pourquoi j'ai eu droit aux insultes ? Parce qu'il savait très bien qu'il fallait m'assassiner la gueule, me dire un truc qui me touche tellement que je puisse plus rien faire. J'ai eu droit à un monologue horrible, et c'était dans le seul but de me briser en milles morceaux.
- Pourquoi il aurait fait ça ?
- Parce que c'était la seule façon pour que je parte. 
(silence)
- Je suis pas d'accord, y'en avait d'autres!
- Non, et il le savait très bien. Il le savait très bien parce que la dernière fois que quelqu'un m'a fait un coup comme ça, c'est lui qui m'a récupérée à la petite cuillère tellement j'étais mal et désemparée. Alors il sait que je suis têtue, il sait que j'aurai jamais lâché, surtout face à des accusations que moi, je savais fausses. Parce qu'à partir du moment où je suis en faute, je me bats plus, parce que c'est hypocrite. Et là, il savait que j'avais raison mais il voulait pas que je le lui prouve.
- Mais pourquoi tu penses ça ?
(je me suis relevée et j'ai haussé les épaules)
- Parce que c'est plus facile de prendre la fuite que de se battre pour rester au près de moi.
- J'aime pas quand tu dis ça.
- Je sais, pourtant c'est la vérité. Je crois qu'il en est conscient. Enfin, je pense qu'il est persuadé d'avoir raison, qu'il croit en cette histoire merdique, parce que c'est son prétexte, mais qu'il a des doutes. Parce qu'après toutes les conversations qu'on a pu avoir lui et moi, après le point qu'on a fait à propos de nous quand on s'est pas vus pendant longtemps, c'est pas possible de se dire que j'étais capable du pire.
(silence)
(j'ai allumé une clope).
- Alors il doit peut être se demander chaque jour si c'était la bonne décision. Certains jours, il pense que oui, parce que sa vie d'aujourd'hui est sûrement plus facile que celle qu'on aurait vécu tous les deux s'il était resté, c'est sûr même. D'autres fois, il pense qu'il aurait du m'écouter, me croire, parce que les moments qu'on a pu passer ensemble sont ceux qui définissent l'ampleur des sentiments qu'on avait l'un pour l'autre et qu'il savait que j'étais pas capable de lui faire ça après tout ce que j'avais fait pour qu'il revienne dans ma vie.
- Je sais pas quoi te dire..
- Y'a rien à dire. Cette histoire pourrie n'était qu'un prétexte.
- T'as fini en dépression pendant des mois pour un prétexte, et t'es là à parler de tout ça dans le plus grand des calmes au lieu d'aller sonner à sa porte pour qu'il porte enfin ses couilles ? 
- Il avait le choix entre une vie avec moi, un futur incertain et compliqué parce qu'il aurait été rempli de sentiments bien trop intenses  ; et une vie sans moi, beaucoup plus facile, plus stable et moins prise de tête. Mais tu sais, on a pas tous les mêmes envies, encore moins la même peur face à un saut dans le vide, je peux pas lui en vouloir pour ça.
—  jemetais

anonymous asked:

I would love it if you could write a really fluffy scenario where Ciel is trying to tell his s/o that he loves them but he gets nervous and messes up. Btw I love your blog!

That’s so cute! (´▽`ʃƪ)


Small bouquet of colourful carnations trembled in Ciel’s hand when he was desperately trying to adjust the collar of his elegant dress shirt, now clenching around his neck like some mischievous snake willing to destroy one of the most important moments in said boy’s life by suffocating and embarrassing him. Or, at least, making him look like a complete fool.

There was still a lot of time until your planned meeting, it was just him wanting to make sure that he won’t be late, nevertheless this idea didn’t seem as good as before, since he was currently dealing with unpleasant and disturbing thoughts about what could possibly go wrong. Did he forget the address of the restaurant you were going to attend to? No, it was right around the corner. How was he going to greet you? Kindly but not too vigorously to not appear nervous. Were the flowers looking good? Was his bow perfectly tied? Was he surely wearing pants? How much time was it left for you to come? All those questions were floating through Ciel’s mind causing him to stay still like a string with pale face and a sweating palms.

It was going to be a complete failure. Maybe those were the last seconds when he had a chance to escape before he will destroy your positive opinion of him but just when he was about to seriously consider coming back home and sending you an apologizing letter, your frame appeared on the street.

At that moment, Ciel could swear that he felt the blood rushing to his cheeks and colouring them with bright red, not even an attempt of pretending to wipe something off of the forehead managed to distract him from this obvious proof of his own embarrassment. Approaching him sonner than he thought, the earl jumped slightly when he suddenly saw your eager expression and visible anticipation while peeking at the flowers he was holding, your pretty appearance affecting him in a way he almost forgot how to breathe.

“O-oh, good afternoon,” Ciel immediately cursed at himself mentally, ashmed that he didn’t manage to say even the first sentence without stuttering. “For you.”

He handled you the bouquet rather roughly, as if it was something he wanted to get rid off as soon as possible but you didn’t mind, seeing how flustered the boy already was. Thanking for the humble present, you smelled the flowers and therefore gave some time for Ciel to adjust his bow (for the hundreth time this day) and hair, noticing that he was clearly unable to stop looking at how gorgeously you looked in the dress you were currently wearing. Its colour, your favourite one, he recalled, was a perfect accent to your smooth skin and eyes glimmering with happiness caused by this meeting. Those few hours when his work wouldn’t disturb you and your sweet time together at the dinner.

“Shall we go?” Ciel asked and offered you his arm to catch onto before heading to the restaurant.

“With pleasure,” you answered smiling encouragingly and let him lead you.

For the whole road to the arranged place you couldn’t help but look at his serious expression, gaze focused on something in front of you and most likely being completely lost in the train of thoughts. Hoping that it will pass when you will get more comfortable by the table, you longed for the moment when the real conversation will start and thus there will be an opportunity to see his usual, not too tensed self. Your hopes, however, faded as quickly as appeared, seeing that even after the whole meal Ciel didn’t manage to say a word, staring blankly at his plate and asking you only about your well being from time to time.

Maybe you were too eager for this all and imagined too much.

“Well,” Ciel cleared the throat and finally looked at you, hands clenching in a fists under the table. “There is something I want to tell you and it is truly important so I would want you to listen carefully.”

Was it a snort of laugh from one of the nearest tables? Quickly you looked around but didn’t recognize anybody so your full attention was turned to the young earl once again.

“What is it?” you wondered.

“I…” Ciel hanged the head down and you almost believed that he has a scenario of possible sentences noted somewhere but when he bravely handled your asking stare, you had no doubts any longer that he was trying his best. “I… It is hard for me to admit that to someone so special like you, the unique-special way, but I can not wait any longer and I deeply hope that you share the same feeling as I do,” he ws talking faster and faster until stopped before the most important part to take a breath.

“I just wanted to say that I…” he messily continued. “I really, really like y-this dessert!”

You sat in silence, staring at him as if he was a ghost, observing how nervous he was, not daring to say a word to interrupt this odd monologue.

“Magnificent, isn’t it?!” Ciel almost squeaked before violently taking a spoon of deliciously looking cake and stuffing it into his mouth.

He seemed devastated even, chewing the bite slowly, reluctantly, the last meal before the death of your comment about this failed confession. He was ready for that, prepared that it was your last dinner together not only because he acted like a complete idiot in front of you but because he brought you shame in front of all those people. Oh, only if he could disappear now and forever…

Your hand placed on his caused him to look up, tiny piece of cake in the corner of his still full mouth. Surprizingly, the look you gave him wasn’t scolding in the slighest, with a quiet gasp he realized it could be understood as an amused and when you smiled warmly to him, he felt his heart melt in a second.

“Do not worry, I really, really like you, too, Ciel. And you are right, this cake is delicious.”

anonymous asked:

have you ever posted videos of you drawing, or done livestreams? i find the way you render and texture your art so fascinating and i'd love to watch it come to live!

Nope, I’ve posted this step-by-step two days ago and it’s the most recent process “recording” and probably the most detailed one I’ve ever made XD

I have been thinking about doing livestream tho, just can’t get myself to start…:| But it looks like fun, so i’ll probably try it sonner or later :] 

And thanks, Anon <3