shawinigan

theglobeandmail.com
Quebec party leader says all mosques should be investigated before opening

Beside just how fucking horrible of an idea this is, the claim that it’s motivated by a concern for “religious accomodation” requests and framework to handle them is ABSOLUTE BULLSHIT. Religious accommodation requests have to do with the reqest for special treatment (such as the wearing of turbans in the RCMP or the use of religious law to settle certain property disputes) outside of normal legal circumstances. The building of a mosques is a fundamentally protected right to freedom of worship, it is in no way an “accommodation” request. I’m fairly certain Legault knows this, too, and is grandstanding for the sake of whipping up bigotry and votes for himself.

tl;dr: this has absolutely nothing to do with “religious accommodation” it’s Islamophobia pure and simple

The leader of Coalition for Quebec’s Future said Tuesday all mosques should be investigated prior to being allowed to open in the province.

Francois Legault, head of the third-most popular party in Quebec’s legislature, said a public body should be created to investigate people who potentially disagree with so-called Quebec values.

Legault said the body would be able to find out if “applicants (for mosques) have consistently denigrated Quebec values.”

He said municipal authorities could use information collected by investigators in order to deny permits to people wanting to open mosques in the province.

Legault’s comments were in reaction to news that a Quebec town north of Montreal bowed to citizen pressure and denied a zoning change that would have allowed people to build a mosque.

Due to the absence of provincial regulation on reasonable religious accommodation, Legault said the mayor of Shawinigan, Que., was simply responding to concerns from citizens and doesn’t deserve to be criticized.

“I am not ready to blame a mayor who was faced with the concerns of his citizens and a lack of regulations,” he said. “He took the decision to say: The answer is no.”

Legault has joined with the Opposition Parti Quebecois in calling on the government to create clear rules governing how elected officials should respond to religious accommodation requests in Quebec. […]

Au maire de Shawinigan

« C’est clairement abusif. Ce n’est pas le rôle du personnel scolaire de faire une fouille à nu, on n’est pas à Guantánamo quand même. »
- Pascal Bérubé, député PQ

Monsieur le Maire,

Ces temps-ci, on ne voit jamais la démocratie marcher aussi bien que lorsqu'elle limite les droits fondamentaux des musulmans. Le 10 février dernier, vous avez refusé au Centre culturel musulman de Shawinigan une demande de changement de zonage qui devait rendre possible l'établissement d'une mosquée dans un parc industriel. Vous avez expliqué que ce refus résultait entièrement de la peur infondée des citoyens de votre ville et du Québec. Or, au lieu de confronter l’ignorance et les préjugés de la population, vous avez choisi de donner raison non seulement à l’hystérie collective qu’alimentent les médias, mais aussi au sentiment de supériorité qui porte une partie de cette population à croire qu’elle détient un pouvoir vis-à-vis des musulmans. 

(Ce sentiment de supériorité a plusieurs noms: je vous laisse les deviner.)

Les journalistes et les politiciens ont fait des musulmans un problème à régler, une population à contrôler. Ainsi, au Québec, les musulmans ne jouissent de droits que si la «majorité» veut bien leur accorder. En cédant à la pression de celles et ceux qui vous ont appelés pour vous communiquer leur « peur », vous n’avez fait que renforcer cette inégalité profonde.

S'il est de bon ton, depuis un certain temps, de bafouer les droits fondamentaux des musulmans et musulmanes, les journalistes, pompiers pyromanes qu’ils sont, vous auraient certainement posé quelques questions supplémentaires. Or, les propos du ministre Bolduc sur les fouilles à nu dans les écoles ont rapidement accaparé leur attention. 

Le monde entier a sourcillé lorsque le ministre a déclaré que les fouilles à nu étaient acceptables lorsqu’elles étaient « très respectueuses ». Un député de la CAQ, Jean-François Roberge, lui a posé la question qui était sur toutes les lèvres : « Comment le ministre peut-il penser qu’une fouille à nu peut être respectueuse ? »

Les propos du ministre Bolduc et les vôtres se situent tous deux, d'une certaine manière, dans le sillage du débat sur la Charte des valeurs. Il s’agit dans chaque cas de tentatives de nous faire croire qu'il est possible de faire coexister l’humiliation, la violation des droits, et le « respect ».

Devant Amnistie internationale, devant la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, devant nombre d’individus, chercheuses, chercheurs et organismes qualifiés, des députés, ministres, et journalistes ont prétendu que la Charte n’était pas discriminatoire. Non seulement les défenseurs de la Charte ont-ils remis en question le droit à l’égalité des minorités religieuses, mais en plus, ils ont prétendu que ce « débat » intrinsèquement raciste se faisait dans le « respect ». C'est ici qu'ils rejoignent les propos incongrus du ministre Bolduc. C'est ici que l'on constate comment se perd la mesure du « respect ». Le cœur du débat sur la Charte ne portait-il pas sur un désir profond chez l’État de déshabiller en partie les femmes qui portent le hijab ? Ne reposait-il pas sur la conviction qu’il était possible de les dévoiler « respectueusement » ?

Et voilà que le plus respectueusement du monde, vous avez cédé aux préjugés d’une majorité blanche (voyez comment on maquille ses préjugés pour en faire des « peurs », des « malaises ») et avez refusé qu’une communauté musulmane établisse un lieu de culte.

Sous leurs formes les plus violentes et spectaculaires, le racisme et la discrimination se croient, le plus souvent, tout à fait légitimes et même respectueux. 

Le « respect » disparaît éventuellement. Lorsque Pascal Bérubé répond au ministre que les fouilles à nu sont abusives parce qu’« on n’est pas à Guantánamo », il laisse paraître malgré lui quels sont les corps qui, selon lui, ne méritent pas la protection du droit.
 
Je me demande si vous n’avez pas vous-même été effrayé de voir que votre décision – discriminatoire de votre propre aveu – n’a occasionné que le silence et le respect. D'ailleurs, votre homologue à Terrebonne vient de prendre une décision semblable. Dans le « respect », bien entendu.


Octavia Pierre