samuel cramer

Bon à rien

Je suis un rêveur,
Un bon à rien,
Un écrivain.

Je ballade mon rire d'enfant,
Avec la nonchalance de la naïveté,
Et je chante
Et je danse
Et je ris.

Je suis un rêveur,
Un bon à rien.

La vie, demain, peut-être.
Elle passe et je contemple l'Ailleurs.
J'y plonge mes yeux jusqu'à y être,
Pour saisir mes cerfs-volants
Afin que jamais
Ils ne m'échappent.

Je suis un rêveur.

Nomade insatisfait,
À la recherche d'une maison
Que je ne trouverai pas.
L'Amour et quatre murs ne suffiront pas,
Jamais.
Je suis un sans abri
l'univers est mon toit.

un bon à rien

Dans les rues de la ville,
Sur les plages de mon île,
Macadam ou grains du temps,
Peaux anthracites et corps dénudés
Le monde entier n'est qu'un mot.

Un écrivain

Mon samedi viendra peut-être,
Tantôt ou tard.
La réalité m'emportera peut-être
Comme le temps emporte les cerfs-volants
Qu'importe!
Je ne suis pas d'ici
Je ne suis pas des vôtres
Les miens sont de cette tribu aux rimes crépues
Qui boit le crépuscule
Et redoute l'aube.

J'erre le matin venu,
Encore ivre d'images et de lettres
Prévert polymorphe,
J'ai pris vos contours
Pour me faire oublier
Et rêver.