s.d.m

Dolo Moretti (Baltimore, MD) - "S.D.M" (Still.Doing.Me)

Dolo Moretti (Baltimore, MD) – “S.D.M” (Still.Doing.Me)

External image

Dolo Moretti

Dolo Moretti, out of Baltimore, Maryland has been making music since 19.  His catalog included his current release [The Highs, The Lows], he has two mixtapes (The Rum Diaries; The Highs, The Lows) all available on Datpiff.

New Single “VIP” Hitting Itunes April 1st!

“I like to make cds that have a coherence in the sound and feel so i cant just say i like to make a specific type of…

View On WordPress

Devant Di Maria et Thiago Silva

Ecoeurants ou fascinants, selon les points de vue, les salaires des joueurs des grands clubs peuvent donner le vertige. Surtout s'il l'on regadre vers le haut. Depuis sa renégociation en mai 2014, Lionel Messi, quintuple Ballon d'or, est plus que jamais au pinacle : la star du Barça perçoit ainsi un salaire annuel record de 36 M€ brut, selon nos confrères de « France Football ». Soit le double de Zlatan Ibrahimovic au PSG. Son éternel rival du Real Madrid, le Portugais Cristiano Ronaldo, perçoit 27 M€ brut annuels.

A Paris aussi, on atteint des sommets, bien loin de ce qui se pratique dans le reste de la Ligue 1. Derrière Ibrahimovic, à nouveau leadeur du classement interne, Angel Di Maria serait le dauphin juste devant Thiago Silva, crédité lui d'un salaire de 1,1 M€ brut. Les émoluments de Di Maria n'ont toutefois pas pu être vérifiés. Vient ensuite David Luiz, avec un salaire mensuel brut compris entre 900 000 € et 1 M€. Edinson Cavani complète ce top 5 interne, juste devant un trio de milieu de terrain composé de Matuidi, Thiago Motta et Pastore.

« A l'intérieur du vestiaire, le sujet des salaires n'est pas abordé directement, cela reste un peu tabou, mais chacun est au courant de ce que les autres gagnent », témoigne un familier du PSG. En fait, tout le monde ne pense qu'à ça : les joueurs eux-mêmes, comme leurs agents. Leur obsession commune ? Réajuster chaque année si besoin le salaire en fonction de la progression de la cote sportive et de l'intérêt, réel ou supposé, d'autres clubs.

A Paris, le grand spécialiste s'appelle Marco Verratti. Parti du bas de l'échelle à son arrivée au club en juillet 2012 (80 000 € brut mensuels), l'Italien a été réévalué deux fois à la hausse et négocie depuis plusieurs mois une troisième augmentation. Avec son agent, il souhaite bénéficier d'un traitement salarial équivalent à ceux de Matuidi et Thiago Motta, ses coéquipiers du milieu. Une demande qui n'a pas (…) Lire la suite sur LeParisien.fr

PSG : Zlatan bat un nouveau record… avec son salaire
PSG : Zlatan bat un nouveau record… avec son salaire
Il a charmé les Enfoirés
Scandale fiscal en Italie : Jean-Claude Blanc et Lavezzi cités
Cavani doit faire taire les critiques

PSG-Angers (5-1) : Di Maria, tout simplement génial

FOOTBALL. Ligue 1. L'Argentin est bien le Monsieur Plus du PSG cette saison. Son doublé, frappé du sceau du talent, a fait basculer hier le Parc des Princes dans une douce euphorie.


Messi, son illustre compatriote argentin, ne renierait pas cette douce symphonie. Angel Di Maria a illuminé la fin d'après-midi parisienne de son génie. Le Parc des Princes, des étoiles plein les yeux, lui a offert une standing ovation à sa sortie du terrain (70e). En un peu plus d'une heure, le détonateur du PSG a été impliqué, plus ou moins directement, sur les cinq buts du large succès face à Angers (5-1), synonyme de véritable réveil parisien.

« Angel a des qualités incroyables, salue le milieu Thiago Motta. Ici, au PSG, le collectif est important. Lui, il peut faire la différence. A nous de l'aider le plus possible. Ensuite, il lui appartient de mettre les buts et de donner des passes décisives. Il élève le niveau et la qualité de l'équipe. » Déjà, en première mi-temps, dans un PSG encore ronronnant, l'attaquant avait allumé quelques étincelles, avant l'incendie de la seconde période. Un délicat extérieur du pied gauche pour envoyer Van der Wiel en face-à-face avec le gardien adverse, d'abord (24 e). Puis un autre décalage pour le latéral néerlandais, d'une talonnade parfaitement dosée (40e), au départ de l'action du deuxième but. Le meilleur restait à venir.

Un ballon piqué plein de toucher

L'ancien du Real et de Manchester United a participé au sensationnel 3e but (voir ci-dessous). Mais il a surtout réalisé deux gestes exceptionnels sur les quatrième et cinquième réalisations du PSG. Sur sa première réalisation, sa préférée, il a repris un ballon en retrait de Lucas de volée, sans un regard pour le gardien, cloué par la trajectoire lobée parfaite. « Je n'avais pas beaucoup de temps, le gardien était avancé… Il est très joli ! » sourit Di Maria.

Le suivant n'est pas mal non plus : un ballon piqué plein de toucher, en pleine (…) Lire la suite sur LeParisien.fr

Ligue 1 : le PSG brille à nouveau face à Angers (5-1)
VIDEOS. La sublime action collective «aérienne» du PSG contre Angers
Ligue 1 : revivez PSG-Angers minute par minute (5-1)
EN IMAGES. Le PSG en démonstration contre Angers
Blanc change la hiérarchie en attaque

Jérôme Rothen : «Certains spectateurs du PSG ne connaissent rien au foot»

 


Il a connu le Parc des Princes bouillant et bruyant. En tant que joueur bien sûr (2004-2010) mais aussi lorsqu'il était enfant, comme supporteur. Si l'ancien milieu parisien regrette aujourd'hui le manque de ferveur, il s'en prend surtout à ces fans qui sifflent.

Comprenez-vous qu'une partie du public du Parc des Princes puisse huer son équipe ?
JÉRÔME ROTHEN. Non, pas du tout ! Mardi, contre Toulouse, il y avait des sifflets dès la 20e minute. C'est inadmissible. J'ai du mal à accepter qu'une telle équipe puisse se faire huer. Cela arrive, même aux meilleurs, d'être en difficulté. Les supporteurs sont quand même gâtés depuis plusieurs années.

Comment expliquez-vous ces comportements ?
Aujourd'hui, le public vient au Parc consommer du spectacle. Ce sont des spectateurs qui viennent voir les stars jouer. Ils s'identifient moins au PSG. C'est aussi ce que vivent des clubs comme le Real ou Barcelone. Mais ça me fait mal au coeur. Moi, j'ai connu des ambiances de folie. A l'époque, il y avait des groupes de supporteurs qui préparaient les matchs bien en amont et qui vivaient pour le PSG. Il était évidemment nécessaire de faire le ménage. Mais depuis, les fans se sont embourgeoisés.

A votre époque aussi, il y avait des sifflets…
Bien sûr ! Mais avec le recul, je dirais presque qu'on les méritait. Et personne ne nous sifflait au bout de dix minutes ! Là, contre Toulouse, Cavani s'est fait huer parce qu'il faisait une passe en retrait. Or, il n'avait pas d'autre solution ! En plus de ne pas soutenir leur équipe, certains ne connaissent rien au foot ! Les spectateurs sont en droit de réclamer du spectacle ou d'être déçus si Ibra ne joue pas. Ils payent pour cela. Mais il y a un minimum de respect et de compréhension à avoir.

Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

PSG-Angers : le public du Parc des Princes est-il trop exigeant ?
Coupe de France, PSG-Toulouse. Blanc : «Tout le mois de janvier sera difficile»
EN DIRECT. Ligue 1. Le PSG reçoit Angers à 17h
Ligue 1 : le PSG brille à nouveau face à Angers (5-1)
VIDEOS. La sublime action collective «aérienne» du PSG contre Angers