ruisseaux

L'homme et la femme sont éternelle attente l'un de l'autre
   Tous les ruisseaux le disent
—  Jean-Pierre Rosnay
Voie lactée {1}

Voie lactée ô soeur lumineuse
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts suivrons nous d'ahan
Ton cours vers d'autres nébuleuses
Regret des yeux de la putain
Et belle comme une panthère
Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins
Ses regards laissaient une traîne
D'étoiles dans les soirs tremblants
Dans ses yeux nageaient les sirènes
Et nos baisers mordus sanglants
Faisaient pleurer nos fées marraines

Guillaume Apollinaire

ALCOOLS
Pouvoir souffrir seul est un grand avantage. Qu'arriverait-il si le visage humain exprimait fidèlement toute la souffrance du dedans, si tout le silence intérieur passait dans l'expression ? Pourrions-nous encore converser ? Pourrions-nous encore échanger des paroles autrement qu'en nous cachant le visage dans les mains ? La vie serait décidément impossible si l'intensité de nos sentiments pouvait se lire sur nos traits. Plus personne n'oserait alors se regarder dans une glace, car une image à la fois grotesque et tragique mêlerait aux contours de la physionomie des taches de sang, des plaies toujours béantes et des ruisseaux de larmes irrépressibles.
—  Emil Cioran, Sur les cimes du désespoir
Le vocabulaire, c'est la base. Aimer son pays, c'est d'abord aimer la langue, souffles de ses vents, sifflotements de ses ruisseaux et bocages.
—  Roger Nimier. Le hussard bleu.