romain guerret

youtube

ALINE – Regarde Le Ciel

EN DÉBUT D'ANNÉE, je signais dans Rock & Folk la chronique du premier album d'Aline. En fin d'année, pour le même magazine, j'ai hésité à faire de Regarde Le Ciel mon disque de 2013 – j'ai finalement opté pour Minks (nous n'avons qu'un choix par rubrique), et choisi Aline comme mon concert favori (c'était à Thiers, en juillet dernier). Voici ces quelques lignes. Et je n'en change aucune, onze mois plus tard.

[PS. je citais ici Les Désaxés, bien avant de savoir que le groupe les reprenait sur scène – promis, juré]

Derrière un prénom féminin, quatre garçons (cinq pour la scène) dans le Mistral. Imaginé et dirigé de main de maître par l’aguerri Romain Guerret – Dondolo, c’était lui –, le groupe a en quelques mois changé d’identité (adieu Young Michelin, nom qui déplaisait à la marque de pneumatiques auvergnate), pas mal bourlingué (de Marseille à New York) et fait beaucoup parler de lui. 

Il faut dire qu’Aline a des allures de fantasme pour tout mélomane amouraché de la pop version british et de la langue de Molière – ce mariage si rarement réussi. Au rang des grandes absentes de la compilation Education Française, la formation de la Cannebière a bien retenu les leçons de l’école de la ligne claire, qu’elle soit dessinée, à l’image de ses pochettes qui n’auraient pas dépareillé chez les Disques Du Crépuscule, ou musicale, à l’instar des arpèges carillonnants de Elle Et Moi – jadis entendues chez certains maîtres du genre, Felt ou le Monochrome Set en tête.

Sur fond d’amours adolescentes – comme des scènes échappées d’un film de Rohmer –, Aline drague le Robert Smith jouvenceau (l’hymne instrumental Les Copains, écho du Another Journey By Train de 1980), fait du gringue aux Smiths (l’intro de Elle M’Oubliera, réminiscence de Some Girls Are Bigger Than Others), et signe avec Je Bois Et Puis Je Danse un hit lascif aux motifs de guitare funky et Chic pour se déhancher avec élégance.

Alors, en fils (il)légitime des Désaxés et de Gamine (le disque référence d’une certaine idée de la pop en VF, Voilà Les Anges, 1988) et neveu des Freluquets, le groupe Regarde Le Ciel et peut définitivement se prendre à rêver : dès son premier album, il tutoie déjà ses étoiles.