renversement

Débattre avec Marine Le Pen, c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon. Peu importe votre niveau, le pigeon va juste renverser toutes les pièces, chier sur le plateau et se pavaner fièrement comme s’il avait gagné.
—  lu sur Facebook

on est tous un peu triste, un peu bancal. on passe tous certaines nuit à pleurer, roulé en boule sous sa couette. on se demande tous un peu trop souvent ce qu'on fout là. on est tous seul alors qu'il y a du monde autour de nous. on traverse tous la route sans vraiment regarder parce qu'on s'en fout de se faire renverser par une voiture. on boit et fume tous parce qu'on est trop lâche pour affronter la vie. on essaye tous de vivre en sachant que rien n'a de sens, qu'on est perdu et qu'on ne va nul part. certains y arrive mieux que d'autres.

Nous avons compris depuis longtemps qu’il n’était plus possible de renverser ce monde, ni de le remodeler, ni d’arrêter sa malheureuse course en avant. Il n’y avait qu’une seule résistance possible : ne pas le prendre au sérieux.
—  Milan Kundera
Nous avons compris depuis longtemps qu’il n’était plus possible de renverser ce monde, ni de le remodeler, ni d’arrêter sa malheureuse course en avant. Il n’y avait qu’une seule résistance possible : ne pas le prendre au sérieux.
—  Milan Kundera, La fête de l'insignifiance.

Parfois je m'imagine perdre le contrôle. Tout envoyer en l'air. Rire plus fort. Tomber à la renverse. Faire ce que je veux. Frissonner et aimer ça. Voir mon sang couler par terre. Envoyer tout le monde se faire foutre.

anonymous asked:

Pourrais-tu m'expliquer ce qu'est le 49-3 et en quoi Valls est problématiqueTM? J'essaie de bien comprendre le dernier quinquennat pour mieux suivre le nouveau, merci 😌

Hey, hey, désolée pour le temps de réponse ! Alors :

Quand on dit 49-3, on parle de l’article 49, alinéa 3 de la Constitution. Cet article pose les bass des relations entre le gouvernement et le parlement, et cette alinéa 3 en particulier donne la possibiloté au gouvernement de faire passer une loi de force, sans consulter l’Assemblée, plus exactement “sur le vote d'un projet de loi de finances ou de financement de la sécurité sociale “ + une fois seulement par session pour un autre type de projets.

Comment ça marche ? D’abord, le Premier ministre doit délibérer au conseil des ministres. Ceci fait, la loi est considérée comme adoptée, sauf si le parlement réussit à faire passer une motion de censure dans les 24h, et qu’elle est votée. Une motion de censure, pour rappel, si elle est votée, renverse le gouvernement.

Alors, tout ça est constitutionnel, le Premier ministre, en l’occurence Valls, avait le droit de le faire, sauf que déjà son propre parti avait critiqué avant d’arriver au pouvoir ce même article, le jugeant anti-démocratique (à juste titre). Il l’a utilisé six fois pour des lois extrêmement contestées, où on voyait de nombreuses manifestations. C’est un aveu de faiblesse, on utilise cet article quand on sait que l’Assemblée va refuser de voter la loi. Comble de l’ironie, Valls, en campagne pour la primaire, avait déclaré vouloir le supprimer !

Au-delà de ça, en ce qui concerne Valls, mon premier reproche, c’est qu’il n’est pas de gauche, pour moi, au mieux, centre, centre-droit, mais bon ça admettons, disons qu’il gère sa carrière politique comme il veut, sauf que du coup ça l’amène à utiliser le 49-3 sur des lois de droite (la loi Travail par exemple). Autre chose, sa vision toute particulière de la sécurité, de l’intégration, de l’islam : on se souvient de “les Roms ont vocation à rester en Roumanie ou à y retourner“, des “soi-disant violences policières”, menaces d’interdiction de manifestations, son… obsession avec le voile, allant jusqu’à proposer de l’interdire dans les universités, laissant son camp traiter Hamon d’islamo-gauchiste , l’état d’urgence et ses débordements (ce site est très bien sur le sujet). Etc, il y a beaucoup de choses, mais je pense que ces quelques articles résument bien le personnage !

Revivez le match Lyon - Besiktas en images

L’Olympique Lyonnais s’est imposé 2 buts à 1 au terme d’un match complètement fou. Passés à côté de leur première mi-temps au terme de laquelle ils étaient menés 1-0, les Lyonnais ont réalisé une excellente seconde période et ont inscrits deux buts en une minute en toute fin de match. La victoire est méritée, mais la qualification est loin d’être acquise. Rendez-vous à Istanbul dans une semaine pour le match retour qui s’annonce bouillant. Revivez ce quart de finale aller de la Ligue Europa en images.

 

Incidents autour du Parc OL

Des incidents ont éclaté entre les supporters turcs et les supporters lyonnais aux alentours du Parc OL vers 19h.
(Photo AFP)

Source: Yahoo Sport

Les affrontements se poursuivent en tribune

Scènes désastreuses dans les tribunes du Parc OL où les supporters turcs continuent de se battre avec les supporters Lyonnais.
(Photo AFP)

Source: Yahoo Sport

La pelouse envahie

Les supporters lyonnais ont envahi la pelouse du stade à cause des turcs qui lançaient des pétards en direction des tribunes lyonnaises. Le coup d’envoi du match va donc être retardé.
(Capture d’écran)

Source: Yahoo Sport

Des scènes surréalistes

Jean-Michel Aulas est allé sur la pelouse pour calmer le jeu et raccompagner les supporters de l’OL en tribunes. Les esprits se sont calmés, plus personne n’est sur la pelouse et le coup d’envoi devrait pouvoir être donné dans quelques minutes.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Le match tout de même menacé

La police est en train de voir avec l’UEFA si le match peut se dérouler dans de bonnes conditions. Si le match aura bien lieu, les joueurs bénéficieront d’un nouvel échauffement de 5 minutes.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Bonne nouvelle

Le match a finalement bien lieu après de longues minutes de réflexion. Comme prévu, les joueurs bénéficient de 5 minutes pour s’échauffer à nouveau avant le match.
(Capture d’écran)

Source: Yahoo Sport

Place au football

Le coup d’envoi est donné par les joueurs du Besiktas Istanbul avec 45 minutes de retard.
(Capture d’écran)

Source: Yahoo Sport

Grosse intensité

Le début de match est très animé. Si Lyon a pris le jeu à son compte dans les premières minutes du match, c’est bien le Besiktas qui s’est procuré la première grosse occasion du match. Marcelo a réalisé un superbe retourné mais Lopes a repoussé sa tentative en corner.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Le Besiktas ouvre le score

But pour Besiktas signé Ryan Babel. Sur un coup-franc rapidement joué la défense lyonnaise n’est pas en place et l’ancien joueur de Liverpool trompe Lopes d’une frappe croisée. 1-0 pour le Besiktas.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Rafael manquera le match retour

Auteur d’un tacle par derrière sur Adriano, Rafael reçoit logiquement un carton jaune et sera suspendu pour le match retour.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Barre transversale de Fekir

Suite a un bon débordement et un bon centre de Tolisso, Fekir réalise un bel enchaînement mais sa frappe heurte la barre. Pas de chance…
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

L’OL peu dangereux

Bien qu’ils arrivent à tenir le ballon dans le camp turc, les Gones peinent à se montrer dangereux. Genesio va devoir procéder à quelques ajustements tactiques s’il veut faire un bon résultat.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Lopes est de sortie

Sur un long ballon dans le dos de la défense lyonnaise, le gardien de l’OL sort à 40 mètres de son but et devance Ozyakup pour mettre le ballon en touche.
(Photo AFP)

Source: Yahoo Sport

C’est la mi-temps

L’arbitre renvoie les 22 joueurs aux vestiaires sur le score de 1-0 pour les turcs. Les supporters lyonnais vont devoir pousser leurs joueurs pour que ces derniers parviennent à obtenir un résultat dans cette rencontre.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Le Besiktas manque le break

Suite à un corner frappé par Ozyakup, Lopes se troue dans les airs et Talisca reprend de la tête au second poteau, mais ça passe juste à côté.
(Photo AFP)

Source: Yahoo Sport

Pas penalty pour l’OL

Bien lancé par Tolisso, Lacazette dribble le gardien et se fait faucher, mais il était hors-jeu… C’était limite.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Valbuena manque le cadre

Petit vélo fixe Marcelo excentré sur la gauche à l’entrée de la surface. Il enroule sa frappe mais le ballon fuit le cadre de peu.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Énorme occasion pour Lacazette

L’attaquant récupère un ballon dans la défense turque et file en face à face, il dribble le gardien mais sa frappe termine dans le petit filet extérieur. Quelle occasion !
(Photo AFP)

Source: Yahoo Sport

Tolisso égalise !

Quelques minutes après avoir trouvé le poteau sur un corner, Tolisso s’illustre cette fois-ci suite a un coup-franc mal dégagé par la defense du Besiktas et bat le gardien à bout portant. 1-1, et c’est mérité.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

But de Morel !

Incroyable ! Une minute après l’égalisation, Lyon inscrit un second but. Jérémy Morel récupère un ballon dans les pieds du gardien du Besiktas et n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. Quelle erreur ! 2-1 pour l’OL.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

Le Parc OL en fusion

Suite à ce renversement de situation en quelques secondes à moins de 10 minutes de la fin de la rencontre, l’ambiance dans le stade est exceptionnelle.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

L’OL simpose 2-1

L’arbitre siffle la fin de la recontre et Lyon s’impose au terme d’un match au scénario renversant. Une victoire à l’arrachée, mais victoire quand même pour les rhodaniens qui ont réalisé une belle seconde période. Rendez-vous dans une semaine à Istanbul pour le match retour.
(Photo Reuters)

Source: Yahoo Sport

J'attends désespérément un message de ta part,
j'attends de pouvoir me mutiler,
j'attends qu'une voiture me renverse,
j'attends que la mort vienne me chercher,
car je n'ai pas le courage de mettre fin à mes jours,
et que je n'ai plus la force de vivre.

Je cherche
à ce que les yeux se renversent
et sous leurs deux pierres
que de beaux aveux
comme des crabes argentés
s'en retournent vers l'océan
Celui de nos baisers
et de nos larmes douces
—  jacques dor
j'me sens absente à moi-même. et au monde entier. j'me sens à côté de la plaque. à la ramasse. à la renverse. j'suis littéralement au bord du vide. j'ai perdu toute notion du temps. j'ai l'impression de pas exister. de subir. c'est comme si j'étais ivre constamment. comme si j'contrôlais rien et que j'voyais les choses se dérouler en arrière plan sans plus avoir la capacité d'agir. j'me sens ailleurs. le corps sur terre. la tête partie. jsais même pas où. mais bien loin d'ici. morte. morte. morte. j'suis complètement à fleur de peau. un rien me boulverse. un rien me détruit. un rien m'achève. j'me sens seule. seule dans mon propre vide. parce que j'supporte pas d'en parler. de parler de moi. de tout ça. de toutes les merdes qui m'écrasent sous mon propre poids. j'fais en sorte de dégager tout ceux qui tiennent à moi. et ceux à qui j'tiens trop pour ça. j'les garde à des kilomètres de moi. pour les protéger. de mon explosion qui n'saurait tarder. y'a plus rien qui m'soulage. plus rien qui m'fasse du bien. j'en peux tellement plus. j'me sens lasse. épuisée. émotionnellement. physiquement. j'me sens complètement éteinte. brisée. détruite. j'me sens plus capable de ressentir quoi qu'ce soit. j'ai envie d'crever. crever. crever. crever. j'ai envie d'chialer tant j'ai l'mal de vivre. mais j'y arrive pas. j'arrive à rien. et j'ai envie d'me barrer. d'en finir avec tout ça. ça rime à rien. j'ai plus envie de parler à qui qu'ce soit. plus envie de parler d'moi. parce que c'est pas moi. plus envie d'avancer. plus envie d'faire semblant. j'suis à bout d'forces. j'sais plus quoi faire. j'suis tellement fatiguée. physiquement. et mentalement. j'dors plus la nuit. j'arrive plus à étouffer les voix dans ma tête qui crient qu'la seule issue c'est crever. crever. crever. et j'fuis. j'fuis constamment. j'essaye de trouver une autre solution. mais tout m'ramène à ça. crever. crever. crever. j'ai tellement besoin d'crever. crever putain. d'plus être là. j'en peux plus. j'tiens plus. j'trouve même pas les mots. j'sais pas quoi dire. à par que j'arrive plus à tenir debout. que j'me sens au bord du vide. prête à sauter. prête à m'laisser emporter au moindre coup d'vent. mourir. mourir. mourir. j'veux juste en finir. en finir avec moi.
—  uneâmedévastée
Via ; unebruneidiote (Instagram)

j’ai décidé d’écrire, d’écrire ce mal constant qui m’habite depuis maintenant un an. Depuis ce jour ou nos chemins se sont séparés. Tu sais, je n’ai jamais vraiment été très douée pour dire ce que je ressens, pour exprimer mes sentiments. Je t’ai laissé partir, sans même te retenir. Alors cette citation été réelle, c’est lorsqu’on perd une personne qu’on se rend compte a quel point on tenait a elle. Parce que oui, même si je ne te l’ai jamais montré, je tenais à toi, je me laissais charmer pour chaque détail qui composait ta personne. Sans même que je ne puisse le contrôler, cet attachement ne cessait de s’amplifier un peu plus à chaque moment que je passais près de toi. Tu as été ce garçon qui sans même le savoir a eu la capacité de bouleversé mon univers, de renverser mon être tout entier. Ces sentiments ont eu sur moi, l’effet d’un électrochoc, j’ai eu peur, peur que tu m’abandonnes, peur que tu me brises le cœur à ton tour. Je ne voulais pas revivre cela, je ne voulais pas qu’une autre personne soit capable de m’anéantir, de briser mon quotidien. J’étais terrorisée, chacun de tes sourires me faisaient perdre pieds, le timbre de ta voix, la sonorité de ton rire laissait cette dépendance grandir un peu plus en moi. Je ne voulais pas dépendre de toi, je ne voulais pas que tu fasses renaître chez moi cette petite fille fragile que j’étais autrefois. Tu me rendais faible, le mur que j’avais dressé depuis tant d’années finissait par s’effondrer. Pierre par pierre, tu m’apportais un peu plus de lumière. Je ne voulais pas que tu partes loin de moi, mais à mes yeux cette solution était la meilleure. Je devais me préserver pour ne pas sombrer à nouveau. Je suis désolée, désolée d’avoir fait ce choix parce que finalement c’est loin de toi que rien ne va, c’est loin de ton sourire que les ténèbres refont surface et que cet étincelle de bonheur que je côtoyais commences a s’estomper. S’il te plaît, reviens-moi. Je ne recommencerai plus cette fois, je serai la près de toi pour te dire à quel point tu es unique, pour te dire a quel point tu es beau, que le monde serait a tes pieds pour ton sourire. Tu sais, je ne supporte plus cette situation, je ne supporte plus de t’observer de loin, sans pouvoir te dire que j’ai besoin de toi, sans même que tes prunelles ne se pose sur moi. Il manque une pièce au puzzle de ma vie, une pièce qui apportait cette touche de couleur, dans cette monotonie. Je donnerai tout, tout ce que j’ai de plus précieux pour que tu sois là, de nouveau. Pour pouvoir sentir ton parfum enivrer mes sens. Je ne veux plus te dire au revoir, je ne veux plus te voir partir au fur et a mesure que le temps passe. Je ne veux pas qu’il soit trop tard, trop tard pour vivre cette histoire que j’ai laissé me glisser entre les doigts. Réponds moi s’il te plait, dis-moi si dans le fond j’ai compté pour toi, dis-moi si toi aussi tu as ce pincement au cœur a chaque fois que tu me revois, dis-moi si je te manque, si cette disparition a créée en toi ce même vide, qu’au fond de moi. Encore une fois, s’il te plaît pardonne moi, ne t’en va pas.

Je dis à tout le monde que je m'en fou maintenant, que le mal est fait et que je ne t'aime plus du tout, que c'est terminé, que tu ne me manqueras plus jamais. Mais le soir, en tête à tête avec les souvenirs et des chansons familières, j'ai l'âme qui part à la renverse. Ca aurait pu être tellement magnifique, tellement sincère, et il a fallu que tu te foutes de ma gueule, que tu m'uses plus que ce que je n'étais déjà. Je ne comprends toujours pas. Je ne comprendrai jamais. Comment t'as pu faire ça. Comment t'as pu me faire ça. Parce que moi, j'y croyais.
*mec dans le train à son collègue *
“Une fille qui couche après un viol c'est qu'elle s'en est remise tu vois.”
*renverse son café trop chaud sur l'entrejambe du mec en question*
“MAIS T'ES TARÉE CONNASSE?”
“T'inquiète. Quand tu reboiras du café le matin, c'est que tu t'en seras remis, tu vois.”
youtube

Espoir… Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié.

L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous ne ressentons pas assez et nous pensons beaucoup trop. Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité.

Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu.

Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes.

En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes, d’enfants désespérés, victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents.

Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’habilité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que des hommes mourront pour elle, la liberté ne pourra pas périr. Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit tout ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, se sert de vous comme chair à canons et qui vous traite comme du bétail.

Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes machines avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.

Vous n’êtes pas des machines.

Vous n’êtes pas des esclaves.

Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur.

Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour.

Soldats ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté.

Il est écrit dans l’Evangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l’être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, mais en vous, en vous le peuple qui avez le pouvoir, le pouvoir decréer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, vous avez le pouvoir, le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.

Alors au nom même de la Démocratie, utilisons ce pouvoir. Il faut tous nous unir, il faut tous nous battre pour un monde nouveau, un monde humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité.

Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple.

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité, avec la haine et l’intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur. Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous tous !

Ça n'allait pas

Ma mère qui me répétait “ c'est pas parce que ton grand père est mort que tu dois pleurer en fumant des paquets de cigarettes”, sûrement parce que j'avais entamé plus de la moitié de mon deuxième paquet de la journée, je n'avais jamais autant fumer, et ça m'a dégouté.
Je pleurais toute seul, trop mal, sans savoir pourquoi. J'avais envie de partir, de courir, de me faire renverser par une bagnole, ou de continuer jusqu'au pont et sauté de 30 mètre de haut pour m'ecraser violemment dans 5 mètres d'eaux, sur les rochers de la Dordogne. Je voulais courir dans les bois à m'en bruler les poumons, me prendre des branches en pleine gueule, tomber sur un type pas net qui aurait fait le sale boulot à ma place, ou trébucher et tombé dans un fossé, le crâne contre la pierre. J'aurais voulu courir des kilomètres et des kilomètres, plus d'un marathon, jusqu'à Bergerac, où je me serais foutu en l'air de toutes les manière possible, où aurait couché avec le premier venu juste pour me défouler, dans un élans d'égoïsme. J'aurais voulu appelé AB pour lui dire que c'était fini, définitivement fini, que je ne voulais plus jamais le revoir, alors que j'en crève d'envie, mais je lui aurais juste craché ma colère contre moi même à la gueule. J'étais folle de rage contre moi même folle de rage et désespérée à l'idée de replonger encore plus bas que terre à nouveau. L'espace de quelques instant je voulais que par miracle quelqu'un m'appelle comme si il savait que ça allait pas. J'ai hésité à appeler ange ou NG. J'ai même hésité à appeler Y. Mais j'étais en colère, je me trouvais ridicule. L ou Clémi, j'avais besoin de parler je le savais mais j'osais pas. J'ai composé le numéro d'SOS suicide, j'ai d'abord cru que personne ne répondrai et je suis tombée sur un type. Il m'a demandé pourquoi je pleurais et j'étais incapable de parler, j'ai raccroché. J'etais encore plus en colère et encore plus ridicule. Je voulais pas parler à quelqu'un que je connaissais et pourtant j'ai appelé LouLou, et quand j'ai compris qu'il était en soirée, toute la culpabilité m'a forcé à raccrocher, la solitude me tenant compagnie. Il m'a rappelé, m'a parler, m'a fait rire, puis à réussi à me faire parlé. Il a mis le haut parleur, et j'ai parlé à tous le monde. Je crois qu'il y avait des gens que je ne connaissais pas à cette soirée chez GIU, mais c'est pas grave. Ça m'a fait un bien fou. On a rit, et prévu des soirées à venir pour juillet. Puis petit à petit, après avoir vomi de dégout de mes clopes et de moi même j'ai eu faim, il ils m'ont dit de me foutre de mon putain de régime, d'aller taper dans le chocolat, de voir ce putain de fond de jus d'orange, de me taper une bière si j'en avait envie, mais de pas me priver. J'ai pas vu de bière, mais manger et boire m'a fait du bien. Il m'ont convaincu de regarder dr house tout en m'endormant, que ça me bercerait et c'est ce que je m'apprête à faire…