rencontre

Rencontre improbable...

C’était une fille au premier regard banal. Chevelure châtain claire, photo portrait commun. C’était une fille pas très grande physiquement, qui s’est avéré grande d’esprit. Je l’avais déjà vu, plusieurs fois, tantôt pas remarqué, tantôt regardé. Parfois même intrigué. Son visage à rencontré mon curseur alors tremblant de curiosité. J’ai songé lui parler, d’abord par envie de combler mon ennui. Je ne sais par quel enchantement, je lui ai demandé son retour. Le croirez-vous, une semaine après, tout juste, j’avais son message. D’une simple salutation, elle avait ravie ma soirée. D’une simple pensée, elle m’avait offert un tout nouveau sourire. Un sourire presque euphorique. Nous avons parlé, longuement parlé. De mots en mots, d’idées en idées, de connaissances en connaissances. J’en savais plus sur elle comme elle en savais plus sur moi. Mes désirs, ses craintes, mes passions, ses occupations. Nos paroles s’entremêlaient pour ne former que conversations et intérêts artistiques. Elle s’est avéré cacher une âme intéressante, une profonde âme artistique, douce et attentionnée. Une voix profondément talentueuse. Elle semblait tantôt se confier, tantôt prendre peur. D’une sensibilité rarissime, d’un mystère briquet de mon cœur. Chaque jour un peu plus allumant ma curiosité, chaque nuit un peu plus frottant son âme contre la mienne. Je ne sais que penser, je ne sais que dire, je l’attends juste patiemment. J’attends qu’elle daigne me parler, qu’elle ose ce message, qu’elle pense ne serait-ce qu’un temps à moi. Lis-bien ce que je t’ai prêté. J’y tiens.

Je rêve de venir te voir, je rêve de pouvoir sentir ton cœur battre et tes jambes trembler sous mon influence. J’ai longtemps pensé à te voir, j’ai longtemps pensé à t’offrir cette belle rose remplie de significations. J’ai longtemps paniqué aussi, paniqué de te décevoir, paniqué de te sembler un brin maladroit, paniqué de me laisser voler à la peur. J’ai rarement tant voulu voir une personne que j’avais rencontré quelque part, entre ici et là, dans les méandres poétiques de l’internet de l’amoureux. Je te ferai une belle promesse, la promesse que chacune des roses que je t’offrirai auront perdu leurs dangereuses épines. Regarde les étoiles, regarde mon sourire, regarde toi. Mon cœur s’emballe quand mon âme se l’interdit.

Thomas

Tes lèvres
Ta peau
Je t’ai connu pour l’homme que tu es
J’écris ton nom car je le connais
Car à présent on se connaît

Je l’écris car ça s’est écrit
Quelque part
Car dans l’insomnie je t’ai voyagé
Et qu’à ton contact je t’ai aimé

Des larmes de l’enfant perdu
Au sourire mélancolique de l’aventure
J’ai arpenté les lignes de ta peau
J’ai rêvé les lignes du temps
Convergence dans la joie

Je t’ai rêvé à la lumière de la nuit
J’ai trop rêvé, je sais, c’est ainsi
Des instant partagés avec ta peña cinématographique
Qui un jour m’appellerait pour me faire tien

Rencontre.

Je réalisait mon stage, j’y allait à reculons, enfin je me disais “rien de plus qu’un stage avec des gens plus vieux que moi, vais-je y arriver ?”, il était 7h00 du matin, j’aperçois un jeune homme, à peine plus âgé que moi.Je le laisse entrer avec les collègues et je me décide à mon tour d’entrer dans le magasin, il était l’heure. Arrivée au bout du rayon, je le voit marchant, l’envie de tousser me prends, le son sort de ma bouche et là : Il se retourne me fixant, il s’arrête et attende que j’arrive près de lui et me fait la bise se présentant “A********” me dit-il je dis mon prénom en retour et nous partons nous changer. La matinée passe, je fais ce que j’ai à faire, passant dans l’allée centrale je le voit, alors je le fixe, il est de dos j’en profite, il ne me voit pas, je tourne la tête une demi seconde et mes yeux viennent se reposer sur lui, et là … il me fixait lui aussi, il me sourit, j’étais la plus heureuse, alors je sourit en retour, déboussolée et très surprise je continue mon bout de chemin. Plus tard dans la matinée, je le vois seul, dans le rayon du fond, le voyant un peu à la ramasse et un peu en train de galérer je m’arrête et le regarde, prête à continuer mon chemin j’écoute mon cœur et fait demi tour me redirigeant vers lui. Je lui adresse alors la parole lui demandant si il a besoin d’aide, et affirmatif. L’ayant aidé toute la matinée, on part manger chacun de notre côté, et la semaine passe, on s’est rapprochés, on est toujours ensemble. Le week-end arrive, j’ai mes jours de repos. Je ment à ma mère pour le retrouver, la connaissant elle n’aurait pas voulut que je sorte avec un garçon que je connaissait à peine. Alors je lui dit que je pars retrouver des amis du lycée. Je mange avec ce garçon, il me paye pizza, j’étais gênée, on se promène en bord de Seine, c’est agréable. Il me décide à aller chez lui et nous regardons un film, je reste un peu à l’écart de son corps, “je ne suis qu’une collègue me dis-je.” la fin du film arrive. Il commence à me caresser les cheveux, je pose ma tête sur ses genoux, je ferme les yeux. Le rêve commence : nos tête côte à côte, il m’embrasse d’abord les joue, il sourit, timidement, je suris en retour le laissant faire car il m’attire. Il m’embrasse le coin de la lèvre, doucement, j’ai compris sa technique, c’est mignon. Il finit par m’embrasser. Depuis nous sommes ensembles, cela fait 5 mois et je suis la plus heureuse avec ce garçon merveilleux. Je l’aime de toute mon âme et j’espère aller loin avec lui.