recour

▬J’m’en fous, j’ai pas besoin de toi, pas besoin de tes bras, ton image reflète ce que j’aime pas. Quelques soient les recours, les appels au secours, surtout ne te retourne pas. Cours cours loin, le chemin est long, avant qu’une autre te prenne la main. 

l’ultime recours l’ultime provocation
sera la poésie sera
parler poème là où règne la langue basse
du petit troc des pensées sèches
des évidences remâchées
des émotions de halls de gare
or mes amis vite c’est urgent
haussons le ton
haussons la langue
à l’intensité du poème
à toute heure en tout lieu
jetons le poème à la face du monde
dans les théâtres dans les écoles dans les rues
dans nos chambres muettes
comme dans l’agora de plein vent
osons pour tous le poème tourmenteur
rebelle indélicat incommode
rebelle au bon sens
indélicat comme un coup d’épaule au dormeur
incommode car toute fièvre est incommode
formulons l’impossible dans le poème
dans l’impossible poème
qu’il pèse dans la poitrine
qu’il pèse dans la bouche
que la pensée même pèse son poids de poème
pour que chacun enfin éprouve en soi
sa pesanteur d’être
et que de cette épreuve en chacun se fonde
une parole rare et légitime
osons la poésie mais
la poésie entière sans compromis
vive et sévère
é lan et chute
stridence et murmure
chant et bégaiement
difficile revêche et tendre
claire ou violente
comme la succession des songes dans la nuit
qu’elle exerce chacun
au doute
à l’obscur
à l’incertain
à la frayeur
à l’étrange
à la fureur
au déni
comme au désir
et à la faim vorace du baiser
qu’elle exerce en chacun
le muscle de la douleur
et l’art vorace du baiser
qui est l’art d’étreindre éperdument l’inconnu
il y a urgence
objectons
—  Jean-Pierre Siméon -  objection du poème, extrait
marianne.net
Saint-Etienne-du-Rouvray : le terroriste A.K., en liberté conditionnelle, a agi pendant sa permission de sortie
Selon les informations obtenues par "Marianne", l'un des deux terroristes qui ont frappé ce mardi matin une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen en Normandie, est un jeune homme de 19 ans dont les initiales sont "A.K.". Radicalisé depuis les attentats de janvier 2015, A.K. avait été "fiché S" alors qu'il tentait de se rendre en Syrie, puis incarcéré avant d'être placé en liberté conditionnelle le 22 mars dernier.

A.K. bénéficie le 22 mars dernier d'une mesure de liberté conditionnelle. Le parquet aura beau faire appel, le recours n'aboutit pas : le jeune homme est libéré avec permission de sortie chaque matin entre 8h30 et 12h30. C'est donc pendant sa permission de sortie qu'il aura commis, ce mardi matin, l'innommable sans que son bracelet électronique ne donne l'alarme.

jeanyvesnau.com
Cigarette électronique : le gouvernement accusé d’attenter à la liberté et à la santé publique
Bonjour « Nous ne lâcherons pas sur la e-cig ! » tonne le Dr William Lowenstein, figure charismatique de la médecine française des addictions. Nous sommes le 21 juillet 2016. C’est une nouve…

« Nous ne lâcherons pas sur la e-cig ! » tonne le Dr William Lowenstein, figure charismatique de la médecine française des addictions. Nous sommes le 21 juillet 2016. C’est une nouvelle et spectaculaire étape dans la « Révolution des volutes », un combat qui oppose le gouvernement aux responsables associatifs au service d’une véritable politique de réduction des risques. Un combat sanitaire paradoxal qui restera comme celui qui aura marqué notre décennie et douloureusement  entaché le ministère sanitaire de Marisol Touraine.

Cinq associations d’importance, respectables, ayant pignon sur rue 1, viennent d’engager  un recours auprès du Conseil d’État. Objectif : « faire annuler les interdictions de propagande et publicité, directe ou indirecte, sur le vapotage ». Selon les responsables de ces associations ces interdictions « remettent gravement en cause la liberté d’expression ». Explications :

« Dans sa volonté de réglementer le vapotage et d’appliquer la directive européenne sur les produits du tabac, le gouvernement a pris des dispositions qui menacent la liberté d’expression des vapoteurs et des associations de réduction des risques. Ces dispositions empêchent d’agir sur le terrain de la prévention sanitaire en apportant aux fumeurs une information objective sur une alternative au fléau qu’est la cigarette. Elles ne permettent plus aux vapoteurs d’échanger sur les moyens d’éviter les risques, et limite la capacité à se tenir informé des produits de meilleure qualité et de plus en plus sécurisés. […]

(suite et source)

Mon tableau préféré, parmi ceux qui recourent le plafond de la salle d'accouchement

18 juillet: Journée de stage avec les sages femmes les moins sympas, on ne peut pas faire grand chose. On part un peu plus tôt du stage pour se rendre à l'Université qui est excentré et mal indiquée… ca nous permet de faire une visite en taxi du campus avant de trouver le bon bâtiment. Le doyen est en vacances, il faudra revenir la semaine prochaine pour qu'il nous présente sa faculté, ouverte il y a 5-6ans. Puis on est invité à boire le thé chez un ami sénégalais mais sur la route Justine s'ouvre le pied avec une barre de fer qui trainait dans le sable. On hésite à suturer mais finalement on opte pour les strips, et la dose de bétadine! Repas sympa dans un resto vraiment pas cher ;) 19 juillet: Je ne suis pas en forme aujourd'hui, surement une petite indigestion. Le stage se passe bien, je participe à un accouchement et je fais ma première délivrance, avec un haut le coeur quand le placenta sort et que je dois le prendre pour le jeter! On finit à 16h, toujours sans avoir mangé le midi, alors on teste la “meilleure pâtisserie” selon le routard: déception, mes madeleines sont sèches ! Sieste puis personne n'a le courage d'aller au resto alors on mange des sandwich jambon fromage sur la terrasse, ca fait du bien un peu de nourriture plus française :)
lemonde.fr
La France sévèrement condamnée pour la rétention d’enfants d’étrangers
Le Cour européenne des droits de l’homme sanctionne la France pour mauvais traitements dans cinq affaires différentes. François Hollande avait promis en 2012 de mettre fin au placement d’enfants dans des centres de rétention.

Journée noire pour la France. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a annoncé mardi 12 juillet sa condamnation dans sept dossiers différents. Cinq d’entre eux concernent le placement d’enfants dans des centres de rétention administrative (CRA) pour étrangers en situation irrégulière en instance d’expulsion. La France est ainsi cinq fois sanctionnée pour avoir violé l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme selon lequel « nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants ».

Les magistrats de Strasbourg ne condamnent pas en tant que tel le recours à des mesures de placement de mineurs, accompagnés de leurs parents ou non, en centre de rétention. Ils ont examiné ces dossiers en se préoccupant de « la conjonction de trois facteurs : le bas âge des enfants, la durée de leur rétention et le caractère inadapté des locaux concernés à la présence d’enfants ». Ils en ont conclu que ces enfants avaient fait l’objet de mauvais traitements.