ramur

La petite nudité
s'ennuie dans son mil bateau roux
Elle s'allonge comme la mer
comme ses cheveux
Elle demande à la pluie et au beau temps
une ramure de scies
et une corde d'évangile
avec de grandes chandelles de maisons
Elle est si jeunesse et si beauté
que la suie grande coquine
s’approche d'elle avec ses mains de cygne
nettoyées par l'alcool et les vents
Mais la pluie sourit au beau temps
qui caresse les poils des montagnes
et tous deux s’entendent pour chasser les vallées
qui vivent de feuilles et de poussière
de pierres et de bâtons
—  Benjamin Péret