qui-est-cette-fille

Elle est ce genre de fille, vous voyez, cette fille à qui on parle quand on s'ennuie, cette fille qui se sent de trop, la bonne “copine” à qui se confier, cette fille qu'on ne choisit jamais en première. Elle est aussi cette fille banale, qui se rattache à de simples détails sans intérêt, mais qui pourront la blesser. Dans son cœur, il n'y a pas si beaucoup de place que ça, elle limite les entrées, parce que après tout, on part tous un jour. Quand elle vous aime, cette fille, c'est pour de vrai, même si elle a du mal à aligner les mots pour l'exprimer. Mais elle vous le fera ressentir. Par contre, cette fille, elle est effrayée par ce que peuvent ressentir les gens, elle n'arrive pas à croire que quelqu'un puisse réellement l'aimer, ou même, tenir a elle, alors elle ferme son cœur. J'ai oublié de parler de son manque de confiance en soi, elle préfère garder toutes ses émotions pour elle. Elle pleure souvent. Pleurer quand ça va pas, pleurer quand elle est touchée.
Est-ce qu'elle est faible ou alors blessée?
Blessée par les gens, blessée par les sentiments, blessée par le manque, blessée par les faux espoirs, blessée par les “promesses”, blessée par le manque d'attention que peuvent avoir les gens autour d'elle.
Ouais, j'crois qu'elle est blessée, parce qu'elle attend tellement de choses qui n'arriveront jamais, que les déceptions ne font que s'enchaîner et la consumer.
Alors elle dit qu'elle va changer, qu'elle va arrêter de donner toujours autant. Mais ce n'est pas si facile de lâcher prise et d'abandonner. Elle aimerait que l'éternel sois vrai, tout comme les mots qui lui sont adressés. Elle voudrait trouver quelqu'un en qui elle peut croire en chaque paroles, en chaque promesses. Parfois, elle aimerait être différente, ouais, être LE quelqu'un d'une personne. On lui dit d'attendre, qu'elle arrivera. Je préfère vous parler sous le nom de “cette fille”, elle est dur à déchiffrer, elle est compliquée. Elle aime sa vie. Elle n'aime pas qu'on la déteste cette fille là,vous savez pourquoi?
Parce qu'elle se déteste déjà assez elle même.
Elle a juste besoin de se sentir importante pour quelqu'un.
C'est dur de se faire cerner par les autres, alors je vous présente “cette fille”:
moi.
—  noirceur étouffante ( via noirceur-etouffante )
La fille de fin de soirée.

Cette fille là, c’pas une « 3 heures du matin » (désolée pour l'expression). No’ non.  C’est une fille cool avec qui tu t’entends bien. Juste assez pour qu’elle se sente importante, mais pas assez pour qu’elle puisse t’imposer de quoi. Cette fille là, c’est celle qui te fait passer le temps. Tu lui écris le matin, l’après-midi et le soir aussi, si t’es pas avec des amis. C’est la fille à qui tu t’intéresses, mais pas vraiment. Juste assez, mais pas assez, en fait.

C’est celle qui t’écoute quand ça va bien et quand ça va moins bien. Surtout quand ça va moins bien; parce que quand ça va bien, t’as des amis pour leur en parler. C’est celle que tu trouves belle à un point où tu te demandes ce qu’elle te trouve. Mais elle est là, fait que tu te poses pas trop de questions. Cette fille là, elle est un peu comme un cadre. Une belle image que t’aimes regarder, toucher, une fois de temps en temps, mais que tu laisses dans ton salon quand t’as mieux à faire. C’est celle qui se ramasse avec tes restants de temps. 

C’est celle que tu montres fièrement à tes amis (en photo), l’air de dire « Ouais, ça, c’est la fille que je vois ». Pis t’es fier pour vrai. Pis c’est correct, t’sais. C’est vrai qu’elle est belle. Mais c’est drôle quand tu sais que tu la leur présenteras probablement jamais. 

C’est celle qui fait ton affaire, parce qu’elle se mêle pas des tiennes, en plus de pas te demander de te mêler aux siennes.

Cette fille là, c’est celle à qui tu dis « J’ai envie de toi », « Ton corps me manque », « J’te prendrais dans mon hall d’entrée », mais jamais « J’ai hâte de te voir » ou « J’aimerais qu’on passe du temps ensemble ».

Elle réussit pas trop à savoir ce que tu veux, y’a beaucoup de zones grises. Et quand on dit beaucoup, c’est beaucoup. Tu deviens jaloux si un gars l’approche, mais de ton côté, tu penses encore à ton ex, à ta collègue de travail ou encore à ton ancien crush. Bref, à toutes les filles qui se câlice de toi. Tu veux la voir, t’aimes être avec. Mais y’a de quoi. C’pas elle, c’est toi. Et c’est vrai que c’est vraiment toi, cette fois là. Tu veux pas être égoïste, mais c’est plus fort que toi. Tu veux pas la laisser partir. Alors tu te dis que tu la retiens pas et que c’est elle qui fait le choix de rester. Tu le sais que tu ralles de la marde, mais c’est une marde qui te fais feeler mieux par en-dedans, alors tu continues.

C’pas une fille épaisse. Elle voit ce qui se passe. Elle te demande à quelques reprises si tu préfères qu’elle cesse de t’écrire, de te voir. Tu pourrais dire oui, mais tu dis non. Alors elle reste.

Elle continue à te répondre, même s’il est minuit. Elle continue d’être gentille, douce. Elle sourit encore. Je sais même pas si c’est car elle s’imagine que ça pourrait fonctionner, ou si elle est juste comme ça. Mais un beau jour, cette personne se tanne. Comme n’importe qui et comme n’importe quoi. Les fins heureuses sont souvent ben rares dans ces histoires là. C’est tellement banal que c’est presque triste. Le classique du gars qui réalise trop tard. Ou qui le réalise la journée où il la voit heureuse avec une autre personne. C’est fou à quel point on semble réaliser une montagne de trucs quand l’autre n’est soudainement plus disponible.

C’pour toi que je l’écris, ce texte là, et un peu pour lui aussi. Toi, qui est tellement plus qu’une fille de fins de soirées et qui l’oublie parfois (souvent). Toi, qui a le cœur gros comme la terre et qui se le fait picosser, consciemment ou non. Toi et toutes ces filles, qui attendent trop longtemps un message qui ne vient jamais, une journée qui ne vient jamais, un déjeuner en amoureux qui ne viendra jamais. Des filles qui se demandent pourquoi et pourquoi pas en même temps (ça te fuck un cerveau ça). Des filles qui sont peut-être trop belles, et je parle pas de l’extérieur. Des filles qui finissent par se demander si elles sont faibles, alors que la seule raison du pourquoi, c’est qu’elles ont trop d’honnêteté pour jouer à « ça ». Ça leur tente juste pas, de jouer à « ça ». Fait que, si jamais le dude en question passe par ici, j’espère que ça va lui parler. Pas pour que vous sortiez ensemble, mais juste pour qu’il cesse de te traiter comme si t’étais une simple fille de fin de soirée. 

(Et je dis ça, mais aucune fille ne mérite ça.)

((Et je dis les filles, mais y’a clairement des gars qui vivent ça aussi.))

(((Cessez de faire attendre les autres simplement car vous savez qu'ils le feront.)))