quelquundefrancais

Parle moi de l'été, de ces longues absences
Parle moi de ce rien qui fait que tout est rance
De tes doigts exercés effleurant mon enfance
Quand en moi tout vacille et que plus rien ne danse

Parle moi de nos vices que cachent les jolies choses
Des solstices d'été et puis du poids des roses
De l'opéra Garnier gavé à l'overdose
De ton pervers anglais déchirant toutes tes poses

Mais parle moi
Dis moi tout bas
Qu'en fait tu n'y crois pas
Redis moi qu'on en est pas là

Parle moi des cadantes 
Des longueurs de tes nuits
Parle moi de tes peurs
De tes films interdits
De cette pluie battante qui délave Paris
De cet heureux connard qui conduit ton taxi

Parle moi de conneries 
Décris moi tes couloirs
De nos soupes d'orties
Quand nos lunes se font noires
Parle moi comme jamais
Comme le dernier triquard
Comme cet anxieux pédé
Éduqué au placard

Mais parle moi
Dis moi tout bas
Qu'en fait tu n'y crois pas
Redis moi qu'on en est pas là

Parle moi de ces vols
Direction Barcelone
Parle moi comme un chien 
Qu'on frappe et abandonne
De ta haine tenace 
Quand moi je te pardonne
Du Glenn Close que tu aimes 
Et dont je me tamponne

Parle moi de tes bras 
Long comme des oriflammes
Nos bannières du Poitou
Sur ton dégout de femme
Nos milliers de frissons
Au réveil des sablons 
Les cafés écoulés
Dans tes tasses maison

Mais parle moi
Dis moi tout bas
Qu'en fait tu n'y crois pas
Redis moi qu'on en est pas là

Parle moi de tes rogues
Allumés en galère
De tes robes d'un soir
Qui ont le poids de pierres
Parle moi des soirée
Bal du diable jaloux
Trier les invités 
De facebok owozwouh

Parle moi des problèmes 
D'un grand appartement
Du linceul et du deuil
Dans ton camp de gitan
Parle moi sans faiblir
D