pw~

The New Abstracts #71
Spain, Nobody has to Know
(Lyrics)
Basile Pesso-my BCN © December 2 014-First broadcast September 2 015 here in link (stunning because it’s the Abstract #70 on Blip-maybe not interesting but I love this).
My Blip / My web magazine : Yes We Are (links)

…and thanks a lot to JlWerpin for the reblog of Atomic VIII (link) !
…and to my now 2 400 followers.

Before it’s PWS - Selfie Sunday tomorrow, it’s MAD’ness again with the

PWS - Members Appreciation Day

Like every month, we at PWS want to say thank you to our members, who put an incredible amount of time into this project and spend endless hours “scanning” Tumblr for “photos worth seeing” and so showcase other photographers’ work.
One day per month one PWS member presents the work of their fellow PWS members.

But MAD is not only a thank you to our members. Our own work wouldn’t have been possible without the huge inspiration and the awesome support we all get by you out there. So this is also a thank you to all of the followers of this blog, photographers or no!

Thank you for all the support, thank you for the inspiration, thank you for making this community amazing!

And now, let’s start the MAD’ness!

This month it’s my pleasure to host this special. Lean back and enjoy!

PWS - Pete

The Slight Light in Our Jails

Pearl Jam, Alive
Basile Pesso-my BCN © August 2 015-First broadcast then here in link
My Blip / My web magazine : Yes We Are (links)

…and thanks a lot to Avocodo for Life, Cool Bebert, Lassen Mischterben, Yiannis Krikis at The Photographers’ Society, Silvia 8 x 3, Mud 76, Anna Maria Bitchy, Fields of View Too, Metro Kopucs Boy and Laura Grace Marchi (Technikolour) for the reblog of a post (image +poem) that I love : Une Pluie d’Or Perforait la Nuit (link) !

A Senhora no Banco

Cristina Branco, Vida Triste, live
(Lyrics)
Basile Pesso-Porto © September 2 014-First broadcast December 2 014 here in link-texte 13 février 2 016
My Blip / My web magazine : Yes We Are (links)

                             2 Millions de Grosses Pines Juteuses


Christine avait attendu André pendant 15 ans, puis, avait décidé de l’oublier. Pour ce faire, elle se rendait sur un banc, toujours le même, devant le terrain de sport. Elle visualisait des éphèbes souvent fort bronzés et dotés de membres tout à fait engageants. Elle faisait cela trois fois par semaine à heure fixe comme le lui avait conseillé son thérapeute Ursule Ours. Elle n’osait pas lui révéler que de ces éphèbes, elle n’avait strictement, mais alors strictement rien à carrer elle qu’elle donnerait deux millions de grosses pines juteuses et prêtes à envoyer du foutre à foison contre la simple présence de son André, son humour de roturier élégant, sa grâce infinie qui faisait que même ses pets les plus ignobles avaient le charme de l’homme à qui tout réussit, même le pire.
Elle l’aimait, comme avant, elle l’aimerait toujours, et dans quelques années, avant de mourir, enfin, elle n’aurait qu’une pensée : celle de l’homme de sa vie, son sourire merveilleux, et ses yeux si doux qu’elle voudrait les emporter avec elle dans l’au-delà tout en souhaitant qu’ils puissent continuer à voir le monde et à lui en envoyer des nouvelles régulières et lumineuses.