prise de vue

Ce mois-ci, nous avons le plaisir de vous présenter le Tumblr de la photographe et artiste Chloé Bordils, dans lequel elle présente ses plus beaux clichés noir et blanc. Elle a accepté de se prêter au jeu des questions et réponses avec notre équipe et de nous immiscer dans son univers artistique à la fois énigmatique et inspiré. Pendant que vous y êtes, jetez aussi un œil à ses peintures. Vous verrez, elles valent le détour. 

Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Chloé – J’habite à la campagne, j’adore les choses simples et belles. J'ai toujours aimé “les images”, je suis graphiste, j'adore dessiner et peindre. J'ai commencé à faire de la photo avec mon premier appareil à 8 ans, et je suis venue d’Espagne à 19 ans pour devenir photographe.

T – D'où vient votre passion pour la photographie ?

C – J'aime faire de la photo de façon aléatoire, sans trop m'attarder sur les réglages ou la mise au point. La devise de Lomography me parle : “Don’t Think, Just Shoot”. Si je fais parfois mes propres tirages, c’est aussi pour cette magie de leur apparition progressive, et puis ce côté irrévocable de l’image qui, une fois fixée, ne pourra plus être changée. J'ai vu mon père passer des heures dans son labo photo pour développer et faire les tirages papier de ses prises de vue, et ces souvenirs m’ont beaucoup influencée.

T – Parlez-nous de votre blog. Qu'est-ce qui vous inspire ?

C – Sur mon blog photo, je ne mets que des photos en noir et blanc, celles faites directement avec mon téléphone portable ou les tirages argentiques scannés. Tout peut m'inspirer, une lumière, un arbre, un sol, un animal… Les personnes sont plutôt dans mes peintures - pour lesquelles j’ai créé un second Tumblr. Ce que je recherche, c’est le mouvement, le lien qui parfois apparaît entre les choses qui m’entourent, des paysages, des objets, des détails du quotidien. Et j’ai choisi le noir et blanc parce qu’il fait ressortir certains éléments et souligne justement ce lien, ce chemin au cœur de l’image. Quand je vois ce lien, je prends la photo, parce que ça fonctionne.

T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

C – J’ai d’abord commencé par utiliser Instagram, mais rapidement j’ai été séduite par la qualité des images postées par les gens sur Tumblr. En plus, Tumblr est simple d’utilisation. Il me permet de publier facilement sur mon téléphone et sur mon ordinateur. Enfin, grâce à Tumblr, j’ai pu créer un site perso, avec des pages statiques et une page qui évolue en permanence. Aujourd’hui je recommande souvent Tumblr aux gens qui veulent créer un site simple, dans son design et dans sa gestion.

T – Quels sont vos trois Tumblrs préférés et pourquoi ?

C – J’adore les photos en noir et blanc de Juri(jiji), car elles sont toujours très contrastées et pleines de poésie. Et puis, la sélection d'art contemporain du blog Yes, car son goût est très proche du mien. J’apprécie aussi beaucoup les photos en noir et blanc de Mijnheer, car elles sont contrastées, parfois floues… et souvent avec une main.

T – Merci beaucoup, Chloé, et bonne continuation.

“Ce qu'il y a de plus beau en photo, c'est le moment de la prise de vue. Au moment où je fais un portrait ou un paysage, Boubat n'existe plus. [..] Dans ce moment très court nous faisons partie d'un tout, nous ne sommes plus séparés du paysage, de la personne devant nous.”

Edouard Boubat 

*

Juliette Binoche 

Puisque l’instant sublime de la prise de vue ne ressemble à rien d’autre, laissons le vivre : l’appareil n’est pas une cage.
L’oiseau pris en photo continue son vol.
Édouard Boubat

*

Nu, Paris 1974 (E.Boubat)

A Tuồng actress doing make-up, Chợ Lớn, Sài Gòn, Vietnam, 1961. Photo by Jack Garofalo/Paris Match via Getty Images

Saigon et son faubourg, Cholon, 1961. Le théâtre chinois est le plus vieux du monde. Issus du peuple chinois, les comédiens jouent avec les mêmes maquillages et costumes que leurs ancêtres. Une jeune fille, vêtue d'un chemisier imprimé bleu, se maquille à l'aide d'une spatule, les sourcils accentués par les traits au pinceau noir, un dégradé de rouge au rose allant des paupières aux joues sur un fond blanc appliqué à son visage. Ses cheveux sont en cours de préparation, maintenus par des papillotes en papier aluminium; prise de vue dans une loge au décor dépouillé: un miroir, deux bougeoirs et un bouddha. 

Permettez-nous de vous présenter Morgan, photographe parisien très doué et auteur du blog M.BAP. Il s’est gentiment prêté au jeu des questions-réponses avec notre équipe. Découvrez dans les lignes ci-dessous l’artiste qui se cache derrière ce superbe blog photo.

Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Morgan – Mon nom est Morgan, j’ai 29 ans et vis en région parisienne avec ma copine. Je travaille dans une petite agence de publicité à Paris.

T – D’où vient votre passion pour la photographie ?

M – Elle vient de nulle part. J’ai acheté mon premier appareil il y a moins d’un an, un petit compact expert pour pouvoir prendre des photos lors d’un séjour programmé à Dubaï. Avant de partir, j’ai lu pendant une semaine le mode d’emploi en large et en travers pour pouvoir exposer comme je veux mes prises de vue. Internet m’a beaucoup aidé pour apprendre les bases et ensuite, c’est devenu quelque chose d’un peu obsessionnel, prendre des photos partout et tout le temps. 

T – Parlez-nous de votre démarche artistique, de ce qui vous inspire.

M – Je n’utilise que le RAW comme format ce qui me permet de faire des retouches à ma façon. J’essaie de donner à mes photos un certain style, même si je suis encore très loin d’en avoir trouvé un. Au début, je ne faisais que du noir et blanc, mais maintenant, je m’essaie un peu à la couleur. J’aime beaucoup la photographie de rue, tout ce qui touche à l’urbain, à l’humain, capter la lumière, trouver des spots intéressants…

T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

M – J’ai un ami qui avait déjà un blog sur Tumblr et je trouvais le concept particulièrement intéressant : une vitrine gratuite, connectée, personnalisable à l’infini. Tumblr est une plateforme très populaire et c’est pour moi une source d’inspiration inépuisable. Je peux rester des heures à regarder les publications des autres.

T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

Sous les dropics : le blog de mon meilleur ami, celui qui m’a fait connaitre Tumblr et avec qui je discute beaucoup photographie. Il a un œil très artistique et a toujours plein de projets en tête. On n’est pas souvent d’accord, mais c’est ce qui rend nos échanges intéressants.

Denn-Ice : j’aime beaucoup sa vision de New-York, son style très personnel avec des prises de vues très larges.

13th witness : il joue beaucoup sur les lumières avec un style très urbain et parfois très agressif.

T – Merci beaucoup, Morgan ! Bonne continuation.

Photo : M.BAP

2

Monet at Vétheuil (73)
The second trip to Normandy
Walking from Fécamp in the direction of Yport, Monet stopped halfway at Grainval, a small village on the cliffs. He painted the cliffs in the opposite direction from his previous paintings, with Fécamp and Cape Gagnet in the background. 

Claude Monet, A Grainval, près de Fécamp (Cliff at Grainval, near Fécamp), 1881. Oil on canvas, 61 x 80 cm. 
Claude Monet, Vue prise de Grainval (View taken from Grainval), 1881. Oil on canvas, 61 x 81 cm. Private collection

Permettez-nous de vous présenter Pierre-Lin Renié, artiste très doué et auteur du blog D’autres jours, un almanach rétrospectif photographique. Sa passion pour le temps, les rites de passage et l’homme est tangible dans l’ensemble de son travail. Il a généreusement accepté de se prêter au jeu des questions-réponses avec notre équipe et de nous dévoiler des morceaux de son univers artistique.

Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Pierre-Lin – J’ai 48 ans, je suis artiste, et j’enseigne à l’École des beaux-arts de Bordeaux.

T – Parlez-nous de votre blog. Quelle est votre démarche artistique ?

P – Après une interruption d’une quinzaine d’années, je me suis remis à faire des photographies en 2004, à l’occasion d’un séjour à New York. Je retrouvais un plaisir à photographier, sans idées préconçues ni sujet privilégié, avec juste le désir d’être attentif à ce qui se passait autour de moi, et en jouant librement avec les grands genres de l’histoire de la photographie. Le travail s’est construit au fur et à mesure, tout en gardant cette liberté initiale. Aujourd’hui, j’ai accumulé une collection de plus de 3 200 images, qui augmente toujours. C’est le matériau de mes projets : expositions, livres d’artistes, et… blog ! En effet, ce blog fait absolument partie de mon travail, au même titre que toute autre réalisation. Très vite, est apparue la nécessité d’indiquer la date de prise de vue sous chaque image, en lui donnant l’importance d’une légende. C’est un repère simple, partageable par tous, qui permet de les ancrer dans une expérience commune. Pour autant, mon travail n’a rien du journal intime, car les images ne sont jamais présentées dans l’ordre chronologique – et d’ailleurs, je ne photographie que dans des espaces publics. C’est plutôt la question de la temporalité qui m’intéresse : le rythme des saisons, des années, marquées par des repères collectifs (les grandes fêtes, les vacances…) ou individuels (les anniversaires, tous nos petits calendriers personnels). Pour une exposition en 2010, j’avais produit des ensembles intitulés Saisons, qui fonctionnaient sur un principe d’agencement par date de prise de vue, sans tenir compte de l’année. D’autres jours reprend ce principe, en le systématisant. C’est un peu comme la rubrique « Almanach » des quotidiens régionaux, où vous apprenez que ce même jour, un certain nombre d’années auparavant, a eu lieu tel ou tel événement, que ce soit la naissance d’un génie ou la mort d’un saint, une déclaration de guerre ou une invention. D’autres jours est bien un almanach rétrospectif, mais qui s’intéresse plus aux microévénements qu’à la grande histoire, même si on la perçoit parfois.

Le blog en est à sa deuxième année, alors que je pensais l’arrêter au bout d’un an. Depuis janvier dernier, j’ai introduit dans chaque billet un lien vers celui publié le même jour en 2014. J’aime que l’on puisse percevoir ces épaisseurs de temps, que cela se complexifie au fur et à mesure, et que les images rebondissent les unes sur les autres.

T – D'où vient votre passion pour la photographie ?

P – Comme beaucoup, j’ai été initié à la photographie très tôt, dans le cadre familial. Un de mes oncles était un bon photographe amateur, très passionné ; il a vu que cela m’intéressait, et m’a appris beaucoup de choses. À neuf ans, j’ai acheté un premier appareil photo, un Instamatic. Mon oncle l’a trouvé insuffisant, et m’en a offert un de meilleure qualité peu après. Nous nous retrouvions chaque été, et nous parlions longuement, en regardant des photos et les revues qu’il achetait. Cela a énormément compté pour moi. Cette culture de la photographie amateur est toujours très présente dans mon travail. Certaines des choses que je photographie en sont directement issues : les couchers de soleil, les fleurs, les animaux… Il n’y a pas de sujet interdit, et tout peut faire image. La photographie est l’outil idéal pour décrire le monde, et c’est cela qui m’intéresse. Mon travail est à la croisée de genres et traditions établis de l’histoire de la photographie (cette culture amateur et le « style documentaire » de Walker Evans, entre autres), et de l’héritage des artistes conceptuels des années 1970, qui ont beaucoup utilisé la photographie. Leurs œuvres m’ont amené à structurer le travail indépendamment du seul sujet des photographies, et elles ont aussi contribué à mon intérêt pour le livre d’artiste.

T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

P – Je voulais systématiser le principe des Saisons, en trouvant un moyen de publier une image correspondant à chaque jour. Le format du blog s’est vite imposé, comme un véritable almanach, publié en temps réel. Aussi, cela ne demande aucune mise de fond (contrairement à la production de tirages d’exposition ou de livres), et reste accessible gratuitement à toute personne équipée d’une connexion internet. Tumblr m’est apparu comme la plateforme la plus appropriée, avec des possibilités de mise en page très simples et efficaces, permettant de publier des images suffisamment grandes. La dimension de réseau social m’intéressait aussi, car c’était une manière de créer un public au delà du petit noyau des amateurs d’art contemporain. Par ailleurs, j’ai un blog secondaire, Open Stacks, qui est plus un espace où je stocke et partage des choses qui m’intéressent, et où je diffuse aussi les actualités de mon travail.

T – Quels sont vos trois blogs Tumblr préférés et pourquoi ?

P – Museums, l’un des blogs d’Olivier Bardin, un autre artiste qui utilise les réseaux sociaux comme lieux d’apparition de son travail (c’est d’ailleurs lui qui m’a fait connaître Tumblr). Museums est un vertigineux montage d’images, toutes réduites au format carré et passées en noir et blanc, et qui tient de la libre association. Il y a aussi les blogs d’Éric Watier, dont j’apprécie beaucoup le travail, porté par une réflexion précise sur la diffusion et la circulation des images aujourd’hui. Finalement, le blog Sea of Empties de la photographe américaine Missy Prince, dont j’ai découvert le travail par Tumblr. Selektor Magazine, également présent sur Tumblr, va lui consacrer son troisième numéro.

T – Merci beaucoup, Pierre-Lin ! Bonne continuation. :)

Photo :  Pierre-Lin Renié, Filet #2, Bordeaux, 3 octobre 2010.

Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre et des amis. Paris, Années 1920.  Photographe: Sartre, il pratique le tir photographique.

Simone de Beauvoir aussi a pratiqué le tir photographique.

Apparu dans les années 1920, le tir photographique permet aux amateurs de tir à la carabine d'emporter chez eux en guise de trophée une photo les montrant en pleine action : quand la balle touche le centre de la cible, elle déclenche automatiquement une prise de vue. Cette attraction très populaire, mais peu documentée, a disparu du paysage dans les années 1970.