poule au pot

Ce qu’il restera de toi.

Je commence à réaliser ce que la mort de ma grand-mère signifie, tout ce qui a disparu avec elle.
Avant, je me rendais pas compte de tout ça, peut-être parce qu’à cause de la maladie elle ne les faisait déjà plus, ces choses.

Pour toujours m’en souvenir, j’ai envie de faire un petit post de toutes ces choses qui faisaient l’identité de ma grand-mère et que je n’aurai plus jamais. Je pense que je le complèterai à chaque fois que ce sera nécessaire. Si ça t’intéresse pas, c’est pas grave.


Mamie, c’était toi :

- La table mise avec soin dans la cuisine quand on venait manger, et dans la salle à manger aux grandes occasions. Avec une déco assortie à l’événement.

- Les photos souvenirs avec ton doigt dessus.

- La poule au pot en quantités astronomiques, de quoi faire au moins 3 repas.

- Quand je disais “allô” au téléphone, tu répondais “à l’huile”.

- Les soirées télé devant la série policière interdite aux moins de 10 ans, alors que j’avais 8 ans et que maman t’avait explicitement dit que j’avais pas le droit de regarder.

- Tu m’emmenais à la piscine, mais toi tu restais sur le banc avec ton sac à main et tes jolies chaussures. Et après tu m’achetais un goûter.

- La buche au chocolat roulée à Noël avec des petits champignons en plastique dessus.

- Les après-midi shopping où on repartait avec 50 balles de fringues chacune, plus un goûter, évidemment.

- A chaque fois qu’on allait quelque part, on croisait au moins 3 personnes que tu connaissais, et qui disaient “Oooooh, c’est votre petite fille ?”

- T’accompagner chez la coiffeuse pour ton brushing hebdomadaire.

- T’accompagner chez ton esthéticienne ivrogne qui bossait (mal) au black mais chez qui tu allais quand même parce que “la pauvre, elle a besoin d’argent”.

- T’accompagner chez le boucher pour acheter les steaks énormes que tu allais me faire manger à midi (avec des pâtes au gruyère fondu)

- Devoir reprendre de tout, parce que j’étais “toute maigre”.

- Quand je te racontais que j’étais allée à un mariage, tu me demandais toujours ce qu’il y avait à manger.

- Quand je voulais un truc et que mes parents voulaient pas, je te demandais, tu disais oui, et après tu te faisais disputer par mes parents, et tu leur répondais “rooooh, faut lui faire plaisir