posoning

Villains’ Reactions to Finding Out You’re Dating Ivy

Anonymous requested:  Im the anon who asked about preferences so i apologize if this isnt right. Could i ask for a preference of the gotham gang (ed, oswald, jerome, jervis, barbara) when they find out that the reader who isnt a villain, and poson ivy are dating? thanks😁

Edward Nygma

“Ivy Pepper, a dirty thief and criminal, and Y/N Y/L/N, somewhat of a hero… in love?” He laughed. “Oh, it’s going to be fun to watch this crash and burn.”

Oswald Cobblepot

“Ugh, you’ve got to be kidding me,” Oswald said with a roll of his eyes. “Why can’t sane people fall in love with sane people, and insane people fall in love with insane people? Why do good people and villains keep getting together?! First Ed with Kringle… now this…”

Jerome Valeska

Jerome found out you were dating right after he tried hitting on you. “Oh, you two are…” He did some obscene, sexual gestures with his hands, before a smile slid onto his face. “Well,” he continued. “You kids have fun.”

Jervis Tetch

“Oooh, a plot twist!” Jervis said with a somewhat mad smile on his face. “The good girl falls for the bad girl… well, not just a bad girl, a villain, but what’s really the difference?”

Barbara Kean

“Are you kidding me, Ivy?!” Barbara said. “This girl is gonna drag you down, take you away from everything you’ve worked so hard for.” 

malzeick  asked:

Pour rebondir sur le ask par rapport aux menaces de mort de la part des méluchistes: LES GARS VOUS VOUS TROMPEZ DE CIBLE QUOI, c'est pas sur les potos qui ont un avis un poil différent de nous qu'il faut taper!! Au lieu de rager sur les 7%, posons nous plutôt la question pourquoi 21% vote pour l'extrême droite, et 23% ne se souviennent plus de la loi El Kohmri. Je rage comme vous que JLM ne soit pas passé, mais ne partez pas en guerre interne pour autant le gens, restons unis et resistons

2

for @feysandbooks

Falling For You: A Feyre + Rhysand Playlist

i. james bay - if you ever want to be in love | ii. the civil wars - poson and wine | iii. gabrielle aplin - savlation | iv. hozier - like real people do | v. the 1975 - robbers | vi. halsey - is there somewhere | vii. the 1975 - fallingforyou | viii. banners - gold dust | ix. aaron krause - jade | x. sleeping at last - every little thing she does is magic

Listen Here

i recommend listening to gold dust ;)

to request an acomaf edit or fanfic idea, send me an ask.

Pourquoi je ne peux pas ? » Eternelle question. On passe sa vie à se mesurer aux règles, en essayant de repousser les limites, de trouver une faille. On résiste sans cesse pour ne pas se laisser enfermer, pour garder notre liberté. On se pose la question : « Pourquoi je ne peux pas ? »… Et quand la réponse arrive, on déteste ce qu'on entend.
Les conséquences. Quand nous posons la question : « Pourquoi je ne peux pas ? »… La réponse est là, sous nos yeux. Mais on ne veut pas la voir.
—  Being erica

Il y a plusieurs façons de regarder :

– L’une d’elles est le regard “matériel”. Ce regard ne voit en l’autre que ce qu’il a de valeur matérielle. “Si je lui dérobe ses lunettes, je pourrai en obtenir telle somme”. “Il a tel âge, il est très vieux, très jeune” “Il a les cheveux teints, sales, longs, courts, mal peignés”. “Ses mains sont grandes, petites, fines, calleuses” “Elle a des seins comme ci, des seins comme ça. Des fesses comme ceci, cela”. “Elle est bien habillée, mal habillée”… Nous ne voyons les gens que sous leur aspect physique, nous les identifions par leur race, leur forme. C’est le regard du commerçant, qui est tout le temps en train de se dire : “Cette personne-là vaut tant”. Un regard qui au fond évalue la somme d’argent que l’autre représente… Le regard magique ne critique pas avec mépris, il se contente de constater avec amour.

– Il y a un regard “exclusivement sexuel”. Ce regard fait de toute personne un objet de désir ou de répulsion. “Je trouve celui-ci, celle-là, sympathique, antipathique”. Il fait de l’autre un étranger, une chose, car il est incapable de percevoir l’être qui habite ce corps. Pour nous libérer de ce regard qui anéantit la magie, il faut que nous nous demandions à chaque instant : “De quelle manière est-ce que je regarde ? D’où part mon regard ? Quel âge a mon regard : mes yeux en ce moment sont-ils les miens ou ceux de l’enfant que j’ai été ? Est-ce que je n’imite pas le regard d’un autre ? De qui ? Le moteur de mes regards est-il mon intérêt matériel, mon intérêt sexuel ? Mes regards ont-ils du cœur ?

– Regarder avec amour est difficile, parce qu’en tout amour il y a aussi de la haine. Chaque chose, chaque sentiment, chaque lumière a une ombre. Si je lance un regard d’amour possessif, il porte avec lui la rancœur de n’être pas capable de posséder entièrement l’être aimé. Le posséder entièrement signifierait pouvoir lui donner la mort. Nous devrions regarder non pas avec un amour humain, mais avec un amour divin, c’est-à-dire d’un regard que nous ne posons pas nous-mêmes, mais qui s’ouvre un chemin à travers nous et qui procède de la conscience créatrice du cosmos…

– Le regard intellectuel est lui aussi anti-magique, parce qu’il consiste en un jugement mental de l’autre, jugement négatif par essence. L’intellect veut être la totalité, et tout ce qui n’est pas lui ou comme lui, lui paraît susceptible d’être condamné.

-Le regard magique doit unir ces quatre ponts : mental, émotionnel, sexuel et matériel, à la force universelle qui donne vie à toute chose. Le regard, devenu impersonnel, est ainsi relié à la conscience divine. Ce n’est qu’à travers l’impersonnel que nous parvenons à voir avec la force de l’amour qui bâtit tout. On dit que les moines illuminés (bodhisattvas) bénissent tout ce qu’ils voient… Tu peux faire cet exercice : pendant toute une journée, bénis tout ce que tu vois, les êtres vivants ou les choses inanimées. C’est lorsque l’on parvient à transformer le regard en une bénédiction constante que l’on atteint le regard magique. Ce regard dit : “En te regardant, je ne te possède pas, je ne te critique pas, je ne te juge pas, je ne vais rien te demander ni rien te donner, je ne fais que communiquer avec toi. Tu as besoin de moi ? Ce n’est pas moi qui suis là, mais l’Être essentiel, lui, est bien là !” Il n’y a rien de personnel dans ce regard. Celui qui regarde et celui qui est regardé communiquent d’âme à âme.

Si tu regardes de cette manière les gens que tu connais ou ceux avec qui tu es amené à entrer en contact, ta vie changera. Rentre chez toi et regarde tous les objets avec lesquels tu partages ton existence, regarde tous les souvenirs qu’ils renferment, regarde tous tes proches, et par dessus tout, regarde leur regard, et constate jusqu’à quel point leurs yeux voient ou non, quelles sont leurs limites… Mets-toi à leur place, essaie de les comprendre et accepte qu’ils souffrent. S’il n’est pas magique, tout regard, quel qu’il soit, nous plonge dans la souffrance… Ne t’inquiète pas si tu découvres des sentiments agressifs dans leurs regards. Si tu t’es libéré de l’ego artificiel, tu sauras transformer les agressions en manifestations d’amour.

Certains regards sont des murs qui enferment les esprits dans des cachots. Quand ton regard s’ouvre, il offre aux prisonniers un rayon de liberté.

— 

- Alejandro JODOROWSKY - “Le regard Magique”

7

Nous sommes désormais à Tentena, une ville au centre de l’ile, au bord du grand lac Poso. Nous prévoyons d’y rester 4 jours, afin de couper les 22h de bus qui nous séparent d’Ampana, notre prochaine destination.

Nous commençons par louer un scooter et nous nous rendons sur les berges du lac où nous posons nos serviettes sur les transats d'une plage déserte. Le moment est idéal pour siroter des jus de citrons fraichement pressés !

Après une longue sieste, nous nous dirigeons vers les cascades Saluopa de Tentena. Le paysage est magnifique, la rivière coule au milieu de la jungle, des vasques se déversent sur des rochers en contrebas, l’eau mousse continuellement. Nous tentons de remonter le plus possible afin de trouver un endroit sans trop de courant pour se baigner. Le paysage est sublime !