port bara

En contrepoint du vacarme de la mer

roulant ses algues et ses sables

j’entends le cri de l’alouette

dans son espace bleu

Tout comme le poète de la petite Jeanne de France

sous le fracas de Vimy

au beau milieu de la mitraille

s’arrêtait pour l’écouter chanter

moi aussi je m’arrête

et je n’entends plus qu’elle

en son chant cristallin

Sur la plage de la Roche Sèche.                                                                                                              Photo:  Le ciel au-dessus de Port Bara (Quiberon)  (Photo ex-libris.over-blog.com, Pentecôte 2014)