passages

“J'ai éclaté en sanglots. J'ai un faible pour cette expression. On n'éclate jamais de faim ou de froid. En revanche, on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu'on vole en éclats.”

(Auteur : Albert Espinosa
Livre : “Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'étions pas toi et moi”)

One of my favorite parts of The Raven Cycle is when Ronan wrote ‘REMEMBERED’ on the windshield of Noah’s Mustang where Noah wrote ‘MURDERED’ all over it when they were in Cabeswater in The Raven Boys. Above is the part of the book that I’m talking about. If you had read the book, surely you can recall this…. 

Va, espère, est que ta vie soit un poème aussi beau que ceux qu’a rêvés ton intelligence. Un jour tu le reliras avec les saintes joies de l’orgueil ; Tu verras peut-être derrière toi bien des débris. Mais tu seras debout et sans tache au milieu des trahisons, des bassesses et des turpitudes d’autrui.  - George Sand.
—  Alfred de Musset/George Sand, “Ô mon George, ma belle maîtresse…”
C’était étrange comment des sentiments totalement opposés pouvaient se mélanger pour devenir un sentiment tout nouveau. L’amour et la haine devenaient de l’indifférence. La soif de vengeance et le pardon devenaient de la détermination. La tendresse et l’amertume devenaient du chagrin, si grand qu’il pouvait briser un homme.
—  Camilla Läckberg, La princesse des glaces.

“Souvent, je suis triste. Le monde n'est pas très gai. Et moi, je me désole de moi-même. Alors, je trompe mon monde en riant. La gaieté est la forme de ma mélancolie.”

(Auteur : Jean d'Ormesson
Livre : “Un jour, je m'en irai sans avoir tout dit”)

C’est un instinct commun à tous les êtres sensibles et souffrants de se réfugier dans les lieux les plus sauvages et les plus déserts ; comme si des rochers étaient des remparts contre l’infortune, et comme si le calme de la nature pouvait apaiser les troubles malheureux de l’âme.
—  Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie 

“Nous avons des peurs. Nous avons tous des peurs. Mais ce qu'il y a de bien dans cette vie, c'est que presque personne ne nous demande lesquelles.”

(Auteur : Albert Espinosa
Livre : “Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'étions pas toi et moi”)

J’ai respiré l’odeur du blouson, cette présence d’homme. C’était violent. J’aurais pu nouer mes bras autour de lui, rester collée à son dos, lui donner ma peau comme réponse possible à toutes ses interrogations.
Je n’étais pas une réponse possible.
Je me suis détachée doucement.
J’ai retiré ma main du cuir.
—  Claudie Gallay, Les Déferlantes.