pa gorg

Douche froide du jour; mon prof de philo démissionne pour faire le tour du monde en nomade avec sa femme. C'est un rêve devenu réalité pour lui, il était mignon lorsqu'il l'a annoncé, le regard avide d'aventure mais un faciès de tristesse ainsi qu'une boule au ventre de peur de nous décevoir.
On restera en contact quoi qu'il arrive, on s'est échangé nos coordonnés et trouvé un moyen de communication, il veut donner accès à ses péripéties à travers sa chaine Youtube et les réseaux sociaux qu'on lui a créé.
Une fête d'adieu sera organisée dans son château avant qu'il ne mette en vende sa propriété, whisky et cigares seront de fête. Je vais en profiter pour lui emprunter quelques comics.
Ça a été un excellent professeur, un des ceux qui inspirent les générations futures et obligent le respect. J'en garderai d'excellents souvenirs.

171207 Tweet : Leeteuk

..Let’s get started once again now..We have rested for a long time right?Let’s clear our throats and we are preparing to scream!!!😱😱😱😱😱😱😱Kkya~~~~~~~~~~~~~~~~~~!!!..

..Soyons prêts à recommencer une fois de plus maintenant..Nous nous sommes reposé longtemps maintenant n’est-ce pas?Éclaircissons nos gorge et nous sommes en train de nous préparer à crier!!!😱😱😱😱😱😱😱Kkya~~~~~~~~~~~~~~~~~~!!!..

Aujourd'hui, je n'ai pas mis de soutien-gorge. Dans le tram, un indélicat me fait savoir que ça transparaît par moments sous mon pull.
-> “C'est normal, j'ai brûlé tous mes soutifs hier soir avec mes copines féministes, là je me rends à l'atelier "Sacrifice humain”, ça te dit de venir ?“
Le tout le plus sérieusement du monde. il a bredouillé un "non, excusez moi” et il est parti \o/
Allo? C’est Moi. J’me doute que tu dors déjà à cette heure-ci. J’suis en soirée, j’ai peut être un peu forcée ce soir, j’arrive pas à dormir, et les autres sont en train de jouer aux cartes. Je fume toute seule dehors, j’ai réussi à m’éloigner. Toute façon, c’est pas le plus important ça. Tu me manques. Je sais, je suis pathétique à revenir comme ça alors qu’en plus, c’est toi qu’est parti. Mais putain, chaque jour j’ai l’impression que je perds mon temps à passer tout ça sous silence, j’ai l’impression que tu penses la même chose que moi mais que les mots restent coincés dans ta gorge. T’es pas habitué à ressentir ce genre de chose hein? Moi non plus. J’ai l’impression d’être une rescapée qui redécouvre ce que c’est de vivre. Parce que c’est ça, je revivais quand t’étais là, j’étais devenue épanouie. J’ai même pris du poids. Puis, t’es parti et j’en ai reperdu. Tu vois, ça fait même pas deux mois qu’on se connait, et je sais pas comment t’as fait pour prendre le centre de ma vie comme ça sans que j’ai envie de partir en courant. T’es le premier depuis l’autre. L’autre dont tu connais pas l’existence. Il est là d’ailleurs ce soir, il arrête pas de me tourner autour, et moi j’men fous parce que c’est avec toi que je veux être. Je t’ai jamais raconté parce que ça fait partie du passé aujourd’hui, mais faut que tu saches tout ça, toute cette partie noire au fond de moi. Il y a tellement de choses que je ne t’ai pas encore dit. La passion, et surtout la destruction. L’anorexie, tu t’en doutes de toute façon, avec cette façon obsessionnelle de parler de mon poids et de ma façon de manger. Faudrait être con ou aveugle pour pas avoir compris que j’ai une relation destructrice avec la bouffe. Bref. Même quand t’étais là, je remangeais putain, je faisais plus gaffe, je me sentais belle quand tu me regardais. Peut être parce que t’es le premier que je crois quand tu me dis « C’est fou ce que t’es belle.. » . Y a des regards qui mentent pas, et pour une fois, j’ai envie d’y croire. Faut que j’tavoue que quand t’es parti..j’ai failli crever. Je sais que c’était débile, mais j’ai eu mal, si mal, j’avais l’impression qu’on m’avait arracher le coeur à main nue. J’y ai pensé tu sais, à me jeter de ma fenêtre. Ca faisait longtemps que j’avais pas eu ce genre de pensée. Je suis devenue une sorte de robot, une sorte d’automate, qui continuait à sourire pour la forme. Et puis, là tu vois, t’es en train de revenir depuis très peu de temps, et ça me fait flipper. Parce que quand t’étais à New York et que t’étais si loin ,tu étais si proche aussi, à toujours m’écrire. J’me suis dis que la distance te donnait des ailes. Mais non, parce que même depuis que t’es rentré, c’est ambiguë. C’est trop ambiguë putain, faut que tu comprennes que moi, je peux plus vivre ce genre de choses parce que ça va me tuer ces conneries. J’ai vécu des choses horribles avant toi, et je m’étais dit qu’enfin j’avais le droit au bonheur, mais non putain, on croirait que j’y ai pas le droit, qu’y a toujours une merde. Voilà. Tu me manques. J’ai envie de me serrer contre toi, dans tes bras. Et.. Désolée. De pleurer là. Mais.. Je suis amoureuse de toi. Parce que, malgré ce que tu penses toi, tu es quelqu’un d’exceptionnel putain. On n’a jamais été aussi gentil avec moi. Et tu vois, c’est ce que tu comprends pas, que t’es pas quelqu’un de mauvais. Faut juste que tu te remettes les bonnes idées en place. Que t’as le droit de faire ce qui te rend heureux. Je t’aime. Je vais raccrocher je pense, désolée d’avoir explosé ta messagerie. On se voit vite de toute façon. Tu me manques.

Pejë | Kosovo | Juin 2017

Nous arrivons à Pejë : la cité se déploie à deux pas des gorges de Rugovës. Nous avons 2 heures de temps libre devant nous avant notre transfert dans les hauteurs de Rekë e Allagës. Nous apprenons que la ville fut en majorité détruite pendant la guerre. Se côtoient ainsi de vieilles bâtisses, à bout de souffle et un centre-ville dans l'esprit “galerie marchande” aux enseignes flambant neuves. C'est un lieu perturbant, digne d'une scène de western à mon sens. Les rues sont en grande partie désertes, rien n'est réellement haut. Le ciel s'offre à nous sans limite, seules les silhouettes des montagnes imposent un contour à son bleu limpide, ajoutant ainsi la touche finale  à ce tableau hybride.

T'as la voix qui tremble au fond de la gorge. T'as pas été capable d'avaler les paillettes correctement. Toi, t'as préféré les trou noirs. Les atomes vides et les étoiles mortes.
c'est pas que j'me sens mal.

c'est plus.
à moins que,
c'est non.

c'est pas que j'me sens mal. c'est plus fin que ça. se sentir mal, c'est devenu bien trop banal.
ça m'prend. c'est là. à l'intérieur. ou là. je n'sais pas. ça monte jusque dans ma tête. ça m'prend les tripes, le coeur, le corps, les lèvres. laissant derrière un goût indéterminable, indéfinissable. un mélange d'eau d'mer, d'encre, d'haine, puis d'mots et de larmes ravalés.
j'ai, j'ai un certain goût de mort coincé là dans la gorge.

c'est pas que j'me sens mal.
c'est moins,
ou plus,
plus ou moins, quoi.
je n'sais pas.

j'me sens comme un genre de marin sur son bateau affrontant la brume et le vent. ralenti, quelques fois par certains haut-le-coeurs ou coups de lame. il est ce rien perdu dans les eaux. un point. rien.
moi c'est ça, je patauge entre la vie et la mort. j'avance dans l'flou, j'divague. j'coule. la tête sous l'eau, j'essaye de remonter, en appuyant d'ssus pour m'en empêcher.
je me noie à l'intérieur de moi-même.

c'est pas que j'me sens mal,
je me sens rien.
rien voilà,
c'est ça.

enfin pas complètement, je me sens rien et tout en même temps.

Tout à l'heure je me baladais tranquillement, la chevelure de licorne violette volant au vent, le téton pointant fièrement sous un pudique tee shirt ample et un grand sourire scotché au visage sous ce magnifique soleil brestois.
Vint un malheureux coup de vent qui plaqua mon tee-shirt sur mon torse, dévoilant par mégarde aux yeux de tous que je ne portais pas de soutien-gorge.
Et bah ça n'a pas loupé !
Relou : Hey mademoiselle, le soutien gorge c'est pas une option !
Moi : Hey trouduc, tout comme mon soutif, être relou ça devrait en être une d'option !
Et je suis repartie comme une déesse, les tétons en avant.
Pour ma santé, mon confort, et un peu par revendication, je ne porte pas de soutien gorge. Aujourd'hui je suis habillée en tenue légère quoique tout à fait acceptable sociétalement parlant.
Je fais la queue dans une supérette comme tout le monde, et une personne derrière moi me tapote l'épaule. Je me retourne gentiment et, sur un ton de confidence elle me dit quelque comme :
- “Excusez moi, je sais pas si vous l'avez remarqué mais hum… ça pointe.. ”
Je plisse un peu les yeux, je regarde sa bouche d'un air examinateur, et j'attends un peu son air perplexe qui ne tarde par à venir :
- Merci c'est gentil et hum.. je sais pas si vous l'avez remarqué mais, vous avez un bout de salade coincé là, là. oui là.“
La caissière m'a interpellée presque à ce moment là, c'était mon tour.
Conseils en vrac

Disclaimer: ces conseils sont valables pour tout le monde, juste en tant que dépressive chronique borderline j'ai un peu de mal à gérer les trucs dits “d'adultes” du coup je me suis dit que ce que j'avais appris pouvait servir à d'autres gens. N'hésite pas à rajouter / modifier des conseils, je rebligguerai ou éditerai - A la pharmacie demande les médicaments génériques c'est moins cher et c'est la même chose. Même efficacité
- De temps en temps demande à ton médecin de te re prescrire les médocs type spasfon, paracetamol (pour les bobos de tous les jours) avec l'assurance maladie tu seras au moins remboursé une partie (avec la mutuelle entièrement)
- Les légumes à Dia sont souvent moins chers et de bonnes qualités (souvent des producteurs alentours si noté origine France)
- La farine, le sucre n'ont pas besoin d'être de marque, quand t'es dans la dèche les prix gagnants et Cie font le job parfaitement
- Achète le riz en vrac ça revient moins cher (la plupart des grandes surfaces ont un rayon vrac maintenant)
- Si tu y as le droit n'hésite pas à aller au restau du coeur ou à la banque alimentaire
- Fais un planning de tes factures. Tu peux demander des dates précises de prélèvements. Perso je concentre tout après ma date de paye (/pole emploi) Au moins après l'argent restant n'est dédié qu'à la bouffe/trucs pour moi
-Les budgets c'est chiant mais pratique
-Parfois y'a des trucs de sous marque meilleurs que les trucs de marque (filez vos bons plans en message) genre je préfère les Petits Sacripan de Leader Price aux Petits Écoliers
- Ne pas mettre de liquide vaisselle dans le lave vaisselle
- Passe ta vaisselle à l'eau avant de la mettre dans le lave vaisselle
- Vérifiez les poches avant de mettre à la machine évite bien des regrets
- Si t'as des soutiens gorges investis dans un filet à soutien gorge, c'est pas très cher et ça évitera à tes sg de s'abîmer trop vite
- Des fois la vie ça craint et même si on se dit que la roue tourne ça empêche pas que ça craint. Ce sentiment est légitime
-Démaquille toi avant d'aller te coucher ta peau te remerciera et à force tu te sentiras vraiment mieux
- L'homéoplasmine ça répare les lèvres gercées en un rien de temps
- En vrai les gens ne retiennent pas tous tes faits et gestes et le truc qui tourne dans ta tête en fin de journée tout le monde l'a déjà oublié
- On merde tous dans la vie à un moment où un autre. C'est fait c'est fait, mieux vaut passer à autre chose tu feras forcément mieux la prochaine fois
- Dans une situation compliquée (couple,famille) donne toi une date butoir. A cette date la situation devra être réglée. Genre ça va mal avec ton/ta partenaire ça te rend malheureusE tu n'es pas en mesure de prendre une décision/vous avez parlé donne toi une date à laquelle la situation aura dû s'améliorer, où tu devras prendre une décision
- Investir dans des vêtements, chaussures de qualité c'est mieux si ça t'es possible
- Craquer sur des trucs inutiles non vitaux même si ça fout la merde niveau argent ça permet parfois de ne pas devenir dingue
- T'as le droit de te récompenser d'avoir fait des trucs qui te paraissent difficiles
-Tous les 5 ans t'as le droit à un bilan de santé gratuit par l'assurance maladie profites en

(n'hésitez pas si vous avez d'autres conseils)

10

Great Muppet Couples (besides the Frog and the Pig)

George the Janitor and Mildred Huxtetter
Grungetta and Oscar the Grouch
Gonzo and Camilla
Wayne and Wanda
Fran Sinclair and Earl Sinclair
Janice and Floyd Pepper
Ma Gorg and Pa Gorg
Count von Count and Countess von Backwards
Mae and Louie
Raquel Welch and Fozzie Bear

Lorsque je l'ai aperçu, lui que j'ai tant aimé, mon être ne s'est pas figé, mon sourire ne s'est pas envolé, ma gorge ne s'est pas serrée. Lorsque je l'ai aperçu, j'ai souri, non pas de l'avoir perdu, mais de l'avoir un jour connu, même si je n'ai jamais été celle qu'il a aimé, j'espère avoir marqué son cœur, rien qu'un peu.