p'tit gars

C'est ta tête, je sais pas, elle a quelque chose. Un truc quoi. Ca me fait rire. Mais non, je me fous pas de toi, c'est juste que j'aime bien. Ouais voilà, c'est ça, elle me rend bien ta tête, elle me rend le sourire. Me pose pas tant de questions, j'pourrais pas te répondre. Tu sais j'ai beaucoup de blessures, j'ai un cœur troué, percé comme un gruyère. Faut pas croire p'tit mec, parfois j'ai peur, tu sais mon visage, c'est un masque. Et là dessous, j'me cache. Ça t'étonne, hein ! J'sais bien ce que vous pensez, vous vous dites comment est-ce possible ? Comment je peux avoir mal, si mal, alors que chaque jour je vous envoie ma putain de joie de vivre en pleine gueule ? Alors que chaque seconde j'explose de rire, à en verser des larmes. C'est qu'une façade inhérente de ma petite personne. Faut pas se leurrer, je suis fragile, je me casse comme du verre, alors oui je vais peut-être avoir besoin de toi. Je dis peut-être mais au fond j'en suis sûre. Fais attention mon p'tit gars, fais attention à moi. J'ai des ratures derrière moi, des éclaboussures qui déchirent la peau et laissent des cicatrices imparfaites. Fais attention à moi, j'suis une vraie garce quand j'suis malade, malade de toi. Tu pourrais t'en mordre les doigts. Mais c'est ta tête p'tit mec, elle me fait quelque chose. Non je me fous pas de toi, j'l'aime bien ta tête. Je voudrais même qu'elle soit face à moi, un peu plus souvent, un peu plus près. Mais si tu le veux bien, retiens moi. Ta main elle a qu'à prendre la mienne. Qui sait, peut-être qu'on ira loin. Comme ça. Toi et moi. T'es beau à ta manière, c'est peut-être con, ça me tue mais j'aime ça.
—  Skins

Ma mère avait perdu un petit garçon avant ma sœur aînée, elle ne voulait plus d'enfant. Et puis, elle se trouve enceinte… Alors elle va voir un mec - à l'époque c'était extrêmement prohibé et dangereux - dans un quartier glauque, Pigalle ou Barbès. Elle entre et voit une cuvette en émail, rouillée, cerclée de mauve, une cuvette à l'ancienne. Elle a eu peur, elle est partie. Ensuite, le toubib entend battre deux cœurs et lui dit “Vous avez des jumeaux”. Elle se dit “Chic, je vais avoir deux p'tits gars”. Le premier à sortir, c'est ma sœur. Alors elle s'est mise à pleurer en se disant “Je vais avoir deux filles” et qui arrive ? Lulu ! (rires)… Alors là, évidemment, j'étais le chouchou de ma maman…

Serge Gainsbourg.

Dans ton for intérieur
Y a un enfant qui pleure
Toi tu t'sens plus, lui y se sent mal
Tu l'a séquestré, bâillonné, ligoté
Tu r'connais le p'tit gars qu'est en toi
Le p'tiot, la p'tiote
Qui chiale dans l'fond c'est toi
[…]
C'est toi là-haut ?
Dans la cour des grands
Tu fais semblant
Le coq, le fanfaron, la putain
Qui tourne en rond
Tu crois gérer
Mais t'es mal digéré
Il est où le p'tiot qu’t'étais ?
Il est mort le p'tiot qu’t'étais.
—  Stupeflip - Stupeflip vite 
Tu connais la phrase de Mandela : c'est notre lumière, pas notre ombre, qui nous effraie le plus. Ce qui te fait peur, p'tit gars, ce ne sont pas tes faiblesses, ce sont tes qualités. C'est flippant, n'est-ce pas, de se dire que l'on a beaucoup d'atouts dans sa manche ? C'est tellement plus rassurant de baigner dans sa médiocrité en maudissant la terre entière…
- Qu'est-ce que vous cherchez à me dire ?
- Je cherche à te donner un conseil : mets tes peurs entre parenthèses et prends le risque d'être heureux  »
—  Guillaume musso