oubly

L'oubli est nécessaire pour rendre la mémoire plus performante.
— 

“Forgetting something is necessary for an efficient memory” - Les Neurosciences de L’Education by Pascale Toscani

I was reading this book and found this really important quote. Why is it important ? Because a lot of students (self-taught or not) focus on what they forgot and think they are stupid for forgetting things. Please remember that memory is a very complex process and it needs a lot of repetitions to really assimilate a concept, vocabulary and rules.

Forgetting things does not make you stupid. It makes you human.

Working on a regular basis, on the other hand, will train your brain and make it stronger. Slowly but surely. Create memory, create knowledge.

Cher breizh thé…
Je t'écris à l'instant pour te dire que je m'abandonne peut à peut à ce doux nectar qui n'est pas sans rappeler le tiens…
Sache que je ne t'oublie pas.
Mais c'est quand même vachement bon !

FRENCH MUSIC RECOMMENDATIONS

Note: Some of these artsits are not from France, but are Belgian, Canadaian, even Austrian. What I mean by ‘French music’ is that it is sung in the French language.


THE NATIONAL ANTHEMS OF THE FRANCOPHONE COUNTRIES:

France - La Marseillaise
Belgium -  La Brabançonne
Canada - Oh, Canada!



POP AND JAZZ

It would be fair to start off with one of the most successful and famous French singers - ZAZ. Her genres are jazz and acoustic, some songs you should definitely check out are: Je veux | On ira | Les passants | La vie en rose |  Si jamais j'oublie;
Another obvious one is Lara Fabian. Some of her songs are: Je t’aime | Je suis malade | J’ai besoin de parler | Ma vie dans la tienne | J’y crois encore;
Céline Dion Pour que tu m’aimes encore | Je sais pas | On ne change pas
Parler à mon père | Encore un soir;
Desireless Voyage, voyage;
Indila Dernière danse | S.O.S. | Tourner dans le vide | Feuille d’automne
Amir Haddad (my personal favourite) J’ai cherché | On dirait | Au cœur de moi | Oasis;
Alma Requiem | La chute est lente | Ma peau aime;
Tal Le passé | Le sens de la vie | Rien n’est parfait | Je prends le large
Vianney Je m’en vais | Moi aimer toi | Dumbo | Sans le dire
Zoë Loin d’ici | Mon ange | Adieu | La nuit des merveilles
Le coeur de pirate Comme des enfants | Crier tout bas;
Christophe Maé Il est où le bonheur | La parisienne | On s’atache | Belle demoiselle;
Jean-Jacques Goldman 4 mots sur un piano | J’irai où tu iras | Sarbacane;

RAP AND HIP-HOP

Stromae 

Papaoutai | Alors on danse | Formidable | Tous Les Mêmes | Ta fête | Carmen |  Quand c’est;
Maître Gims J’me tire | Est-ce que tu m'aimes? | Bella |Habibi | Sapés comme jamais | Laissez passer
Columbine Les Prélis | Dom Périgon
Suprême NTM Ma benz | That’s my people | Seine-Saint-Denis Style | Métèque;
Diam’s Jeune demoiselle | Car Tu Portes Mon Nom | Par Amour | Coeur de bombe
Booba Validée | Tombé pour elle | Scarface | Comme une étoile | Ma couleur | Au bout des reves
Nekfeu Mauvaise graine | Tempête | Egérie | On verra | Ma dope;
SCH Allo maman | Fusil | Champs-Élysées | A7;
Lacrim Grand Armée | Colonel Carrillo | Gustava Gaviria | Poutine | Brasse au max;

ROCK - classic, alternative, indie, folk

Kyo Dernière danse | Le chemin | Le Graal | Je cours | Je saigne encore | L’équilibre;
Indochine J’ai demandé à la lune | L’avanturier | Trois nuits par semaine | 3ème sexe;
Noir désir Le vent nous portera | L’homme pressé | Un jour en France | Comme elle vient;  
Izia La vague | Les ennuis;
Images Les démons de minuit | Corps à corps;
Rita Mitsouko C’est comme ça | Marcia Baila;
My diet pill L’air de rien;
Luke La sentinelle | Soledad | La terre ferme | Le reste du monde | Se taire | Stella
Sortilège D’ailleurs | Metaporphose | Rock city;

FOLK/ CHANSON FRANÇAISE

Jacques Brel Ne me quitte pas | Quand on n’a que l’aimour | La chanson des vieux amants;
Renaud Toujours debout | J’ai embrassé un flic | Mistral gagnat;
Bénabar Le diner | L’effer papillon | A la campagne | Politiquement correct | Dis lui oui
Fréro Delavega Ton visage | Le coeur éléphant | Mon petit pays |Autour de moi;
LouanAvenir | Jour 1 | Jeune (j’ai envie) | Nos secrets | Rester seule;
Edith Piaf Non, je ne regrette rien | La vie en rose | La foule | La boheme;
Claudio Capéo Un homme debout | Ca va ça va | Riche;
Kendji Girac Andalouse | Cool | Conmigo | Elle m’a aimé | No Me Mirès Màs | Les yeux de la mama;
Léo Ferré Avec le temps | C’est extra | La solitude | La mémoire et la mer;
Mes Aïeux Dégénérations | La différence | Ça va mal | Train de vie

EDM/ ELECTRONIC 

WoraklsToi | Salzburg | Bleu;
N’to Trauma | Time | Minuit Caféine | Sur les berges | Flash;


INDIE POP/ INDIE ELECTRONIC

Le couleur L’amour le jour | Jukebox | Voyage amoureux;
Bagarre Mourir du club | Le gouffre | Claque-le | Ris pas;
Les Pirouettes L’escalier | Je nous vois | Dernier métro
Poom Les voiles | Toi et moi | Qui es-tu?;
Aline Je bois et puis je danse | Elle m’oubliera | La vie électrique;
Fishbach Un autre que moi | Béton mouillé | Y crois-tu;
Lescop La forêt | La nuit américaine | Le vent | Le mal mon ange;
Juniore Panique | A la plage | La fin du monde;
Frànçois & The Atlas Mountains La Fille Aux Cheveux de Soie | La vérité Grand Dérèglement;

J'ai perdu un ami comme on peut perdre ses clés. J'avais la tête ailleurs et puis le cœur distrait. On se parlait de tout mais soudain de plus rien. Il était temps je crois, qu'on sépare nos chemins. J'ai perdu un ami comme on perd le moral. C'était le plus précieux, sûrement le plus vital. Je voulais le garder jusqu'au jour de ma mort. Mais le glas a sonné, du temps restant encore…
J'ai perdu un ami comme on perd la mémoire. De tout ce qui faisait le ciel de notre histoire. Des souvenirs si beaux qu'il oublie bien trop vite. D'un simple coup d'éponge pour passer à la suite.
J'ai perdu un ami comme on perd son sang-froid, comme on perd l'illusion, la raison et sa foi. Une amitié sincère qui n'était finalement pour lui qu'une parenthèse, limite un contre temps…
J'ai perdu un ami comme on peut perdre ses clés. Mais pour ce genre de drame, y'a pas de serrurier. J'ai arrêté d'attendre sur le pas de la porte. Et j'ai le cœur bien lourd que ça finisse de la sorte.
—  Inconnu????
Les tumblrs lolitiques français, version gifs

@theblackwook (because cuteness)

@mariuspontbambi (because swag Montebourg)

@temporiservire because euh…

@prisunicetpainsauchocolat because… bon assez évident là.

@salutmapoulecestmanu … well.

@doucefrancecherpaysdemonenfance parce que Bernadette Chirac.

@asofterelysee because aesthetic cool (et ce gif est mon aesthetic goal et il me fait beaucoup rire). 

@darkarald because cuteness overload.

@ambrena parce que badass, et parce que ce super gif de Taubira sur ton blog !

@skyjad because Duflot judging you is the best gif ever.

@kingsizebouquet parce que cette présidentielle part en live.

Et moi bah…

On oublie pas les choses. On les enterre. On pense qu'elles sont parties, mais elles ne sont pas parties. Elles reviennent. Elle reviennent toujours.
Je t'oublie pas, je t'oublierais jamais. T'as été tout, et maintenant, t'es rien. Mais je t'oublie pas. Non, parce qu'on oublie pas son premier amour, tout comme on oublie pas la première personne qui nous a brisé le cœur.
T'as pas besoin de moi. Fin je veux dire d'une fille comme moi. T'as besoin d'une fille qui rigole toujours ou alors qui rigole plus qu'elle pleure. Une fille qui te comprend. Une fille qu'à toujours envie de faire l'amour avec toi. Une fille qui n'est pas repoussante. Une fille qui ne fait pas toujours la gueule. Une fille qui a des rêves plein la tête. Une fille qui a la même philosophie de vie que toi. Une fille qui n'a pas peur de se casser la gueule. Une fille qui prend soin d'elle. Une fille qui est sociable et qui n'a pas de mal avec les gens. Une fille qui te donne envie. Une fille que t'as envie de montrer à tout le monde. Une fille, une fille, une fille mais pas une fille comme moi. Ça n'iras jamais. Je te barres le chemin avec mes problèmes. Je suis un putain de boulet à tes pieds. Je ne vois pas plus loin que le bout de mon nez. Je ne suis pas faite pour toi. Tu ne feras rien avec moi. Rien parce que je ne suis rien d'autre qu'une âme errante, je suis le fantôme de ma vie. Mais j'aimerai être cette fille. J'aimerai être cette fille si belle. Cette fille qui assume qui elle est, qui est belle et bien dans son corps. Cette fille qu'on voit dans un coin d'rue et qu'on n'en oublie pas le regard. Cette fille qui a un sourire magique. Cette fille qui sait ce qu'elle veut. Qui est déterminé. Cette fille qui a envie de conquérir le monde. Cette fille qui dit bonjour aux gens sans avoir cette peur qui prend à la gorge d'être la risée du monde, d'être celle qu'on met à part ou celle qu'on garde à nos côtés parce qu'elle nous fait d'la peine. Cette fille qui regarde les étoiles avec des rêves plein la tête pas celle qui les regardent en s'demandant quand elle ira les rejoindre. Cette fille qui est une bouffée d'air frais, qui a cette joie de vivre qui nous saute à la gueule et qui fait tellement de bien. Cette fille qui a pas peur à chaque pas qu'elle fait, qui n'a pas peur même quand elle ne bouge pas. Cette fille qui s'en fiche du regard des autres. Cette fille qui prend soin d'elle. Cette fille qui est sexy et qui aime plaire. Cette fille qui n'a pas l'air fatiguée le matin parce qu'elle ne fait pas de cauchemar toute la nuit. Cette fille qui a de la conversation. Cette fille qui se prend pas la tête pour des choses futiles. Cette fille qui donne tout pour y arriver. Cette fille qu'on aime. Cette fille qu'on déteste. Peu importe. J'ai besoin d'être cette fille. Mais. Il y a toujours un mais avec moi. Mais je ne peux pas, je n'y arrive pas. Je n'ai plus la force, plus le courage. J'en deviens exténuée de vouloir être quelqu'un que je ne suis pas mais tellement exténuée d'être celle que je suis.

Quand mon copain part en garde.

Et tu sais y'a des filles comme ça qui se prennent la tête sur tout, qui réfléchissent beaucoup trop et qui ont peur des choses qui paraissent les plus simples ou évidentes. Y'a ces filles complètement paumées, et trop connes et trop naïves, qui sont juste terrassées par le manque qui se trouve au fond d'elles. Tu vois ces filles qui rentre dans la vie des gens et qui font en sorte de laisser des traces, oui laisser des traces parce qu'elles finiront par se barrer. Elle vont se réveiller un matin avec l'impression que leur tête va exploser d'avoir trop penser et sur une impulsion débile elles vont décider de tout arrêter. Pas parce qu'elles ne ressentent plus rien, ou parce qu'elles en ont marre, juste parce qu'il y a un petit truc qui a tout déréglé, et qui les a fait fuir. Elles sont craintives, et elles sont destructrices, elles font du mal, et elle en sont conscientes, et le pire, c'est que ça les déchire encore plus que si elles étaient restées.

Mais voilà, ces filles elles suivent leur instinct, et on sait à quel point il est mauvais parfois, tout le temps. Il fait faire les mauvais choix, en fait ces filles sont des mauvais choix. Au départ on les croit douces et caractérielles à le fois, puis plus on creuse son chemin dans leur petite âme, moins on comprend ce qu'il se passe. Et le pire c'est qu'on voudrait les aider, mais c'est impossible, pas vrai ? Souvent on tente tout, on se donne complètement, mais elles montrent rien, aucun signe qu'on sert à quelque chose dans leur putain de tristesse maladive, alors on lâche prise, on abandonne, et ça soulage, mais ça crève à la fois. Et pourtant, on sert, rien que quand on leur parle, on les fais rire, on entame timidement des conversation sur leur problèmes, quand on parle de sois un peu, on les aide, elles montrent rien pourtant, elles sont toujours là, à se plaindre, et ça nous démunit. On se sent impuissant, inutile. Et pourtant.

Puis elle s'attache ces filles, elle s'attache vraiment, quand elles aime, crois moi c'est pour de vrai, et elle sont capables de faire croire le contraire au moment de leur départ croyant que ça te fera moins mal. Elles vont te dire qu'elles pensaient t'aimer, mais qu'elles se sont tromper, elles vont te dire qu'elles avaient besoin d'affection et qu'elles se sont rabattus sur la seule personne capables de leur en donner. Et malheureusement le plus souvent une des personnes les plus chères à leurs yeux. Elles vont te faire avaler ces mensonges, pour que tu les détestes, pour que tu les oublis plus vite, elles croit avoir la solution ces filles, mais elles sont le problème. Pourtant je le sais qu'elles s'attachent, et qu'elles aiment, oui elles aiment maladroitement, et de travers, mais elles aiment.

Le truc, c'est que ces filles, elles supportent pas qu'on puisse s'attacher à elles, elles supportent pas mais en plus de ça elles comprennent pas. Bah oui, elle se déteste, alors comment quelqu'un pourrait faire pour les apprécier rien qu'un peu. Alors elles ont pas confiance, et ça les embrouille, et ça leur fait peur, et elle se disent que c'est pas vrai, ou alors elles se disent que c'est vrai mais que tu te rendras compte bien trop tard qu'on ne peut pas aimer ce genre de fille. Alors, ces filles, elles vont partir, au moindre signe d'affection elles vont prendre peur, et elles finiront par partir si elles sont trop sûre.

Je crois que ces filles elles ont besoin du doute, elles ont besoin de ne pas être sur, elles ont besoin de quelqu'un qui se méfie d'elles, autant qu'elles se méfient de tout et surtout d'elles-mêmes.

Putain mais ces filles elles sont bien trop connes.

Elles vont te laisser tranquille pendant quelque temps, mais elles t'oublieront pas, elles n'oublieront jamais ce qu'elles t'ont fait. Et le jour où elle supporteront plus, elles reviendront avec un long texte maladroit et désordonné, qui doit probablement rien vouloir dire, mais juste remplis de vérité. Parce qu'elles voudront forcément qu'à un moment donné, tu saches tout. Elles attendront, peut être deux jours, peut être trois mois, ou peut être dix ans, mais tu sauras la vérité.

Et elles vont se rabaisser, et se mettre en victime, alors que se sont elles qui font des victimes.

Alors à ce moment là, ces filles, elles voudront pas forcément que tu les pardonnes, ni même que tu acceptes ce qu'elles ont fait, elle ne t'obligeront pas à répondre, mais ce qu'elles aimeraient, c'est juste que tu comprennes, que tu les comprennes.

Elles voudraient que tu comprennes qu'elles savent ce qu'elles ont fait, et qu'elles savent ce qu'elles sont, et qu'elles sont désolées.

Puis aussi, ces filles, elles auraient voulus que tu les crois quand elles te disaient qu'elles étaient bancales, et instables, et ces filles, quand elles ont décider de partir, fallait juste les rassurer et leur dire que ça allait aller, leur laisser un peu d'espace, mais de pas les laisser.

Ces filles là, elles te répéteront jamais assez qu'elles sont désolées.

©letempsnaimerajamais

Triste société

Aujourd’hui, on ne s’engage plus. C’est inutile. Comme ils disent : « 1 de perdu, 10 de retrouvés. » Et ça n’a jamais été plus vrai ! Aujourd’hui, c’est aussi facile de se commander un être humain sur Tinder , Facebook que d’la bouffe au resto chinois.
Notre intimité est devenue une série d’émoticône. On considère qu’un petit texto veut tout dire, plus de jeu, plus de séduction. Le romantisme est mort. On devrait peut-être le réinventer. Lâcher notre portable une demi-seconde, histoire de pouvoir se regarder dans les yeux. Ah non, notification.
On a trop de choix, on passe trop de temps à évaluer les options. On est prêt à ignorer un filet mignon de peur de rater le caviar. On croit que c’est bien d’avoir le choix. En réalité, on ne sait même plus ce que ça fait d’être satisfait. L’amour est devenu un produit de consommation qu’on utilise et qu’on jette, toujours à la recherche de quelque chose de mieux.
On voudrait tout faire, tout voir, tout vivre. On peut voyager en quelques clics, faire le tour de la terre en quelques images. On peut regarder et envier la vie des autres. Voir où l’on n’ira pas, et regarder vivre ces gens que l’on ne connaitra jamais. Et puis on déprime, et on s’en veut de déprimer.
Malgré tout on rentre dans la danse. Alors, on sort nos plus beaux sourires pour la photo de profil Facebook et nos plus beaux délires de vacances sur Snapchat. On se tagg sur les images de soirée, on veut montrer qu’on est beau, qu’on est libre et puis surtout qu’on est HEUREUX, alors qu’en vérité on se sent enchainé à notre routine tout au fond notre lit ou caler dans cette chaise d’ordinateur!
On a peur du temps qui passe, et on fait tout pour le retenir. En vrai, on se rend bien compte qu’il nous file entre les doigts. Et ça fait mal. On sort nos portables pour enregistrer ce concert qu’on oublie d’écouter en live. On repasse avec nostalgie des musiques car l’on voudrait revivre ces fragments de nos souvenirs.
L’amour devient affection qui devient amitié. On ne s’attache même plus, on créer des relations à durée limitée, des « sex-friends ». Alors qu’en vrai, on n’est même plus des amis. Puis on se sépare, bien entendu. Car notre couple n’est pas assez bien, et notre vie pas assez parfaite. On se dit qu’il y a probablement mieux ailleurs.
Et on recommence. Match. Un message « Salut ». Sourire. Conversation banale. « Tu fais quoi dans la vie ». Café. Cinéma. Intimité. Et c’est reparti pour un tour.
Sauf qu’à un moment on en a marre. Marre de faire semblant. Marre de faire croire que tout va bien pour des gens qu’on ne connait même pas et qu’on n’a jamais vraiment appréciés. Alors on accepte de souffrir et même de pleurer. Finalement ces larmes ne font pas si mal et nous ne sommes pas si faibles.
Alors on décide de réapprendre à aimer et à être aimer. On aime les petits défauts qui rendent les autres sincères. On se redécouvre. On accepte la critique car elle est bienveillante. L’autre n’est plus un concurrent mais devient notre allié. On se serre les coudes, et on dessert les poings. On décide tous ensemble d’arrêter de faire semblant.
Nous vivons dans une génération ou nous devons toujours porter nos masques, nous devons tous bien jouer notre rôle comme le font les acteurs de théâtre.
Si nous voulons nous en sortir dans ce champs de bataille qu'est l'amour, soyons nous même n'ayons pas peur de nos sentiments, ressentis ou même du regard d'autrui, apprenons a aimer véritablement pour ne pas regretter un jour de ne pas avoir “essayé”…
Avoir peur n'est pas une mauvaise choses mais s'empêcher de vivre a cause d'un égo qui nous répète sans cesse “attention” ne servira seulement a obtenir peine, solitude et perte de confiance en soi…
Les héros font de leur égo un serviteur de leurs âmes, les faibles font de leur égo un refuge, une fuite, un paravent de la vie, un champ d'interdit.