otp: mon amour

La Chanson des vieux amants

Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d´amour, c´est l´amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l´eau
Et moi celui de la conquête

Mais mon amour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime

Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m´as gardé de pièges en pièges
Je t´ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement, finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

Oh, mon amour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n´est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
On laisse moins faire le hasard
On se méfie du fil de l´eau
Mais c´est toujours la tendre guerre

Oh, mon amour…
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime.

—  Jacques Brel
Eu beijo tua boca imaginando se toda essa doçura vem de outro planeta de nossa gigantesca galáxia. Quando meu corpo encontra o teu, nossas almas se chocam e se unem, impossível para mim é resistir aos detalhes chamativos de teu corpo. A lua nos ilumina como astro central de nosso espetáculo noturno, em nosso quarto apertado e sem teto algum, o céu enegrecido é predominante, as estrelas tão pequenas lá no alto, nos assistem e se alegram, brilham cada vez mais para iluminar-nos, se acreditasse em destino, diria que o universo conspira a nosso favor. Somos fragmentos do universo que se encontraram, amantes estrelados que unidos seguem a trajetória da órbita do amor.
—  Sirius nos uniu

J'ai pardonné des erreurs presque impardonnables, j'ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et oublier des personnes inoubliables. J'ai agi par impulsion, j'ai été déçu par des gens que j'en croyais incapables, mais j'ai déçu des gens aussi. J'ai tenu quelqu'un dans mes bras pour le protéger. J'ai ri quand il ne fallait pas. Je me suis fait des amis éternels. J'ai aimé et l'ai été en retour, mais j'ai aussi été repoussé. J'ai été aimé et je n'ai pas su aimer. J'ai crié et sauté de tant de joies, j'ai vécu d'amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois! J'ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos. J'ai téléphoné juste pour entendre une voix, je suis déjà tombé amoureux d'un sourire. J'ai déjà cru mourir par tant de nostalgie et… J'ai eu peur de perdre quelqu'un de très spécial (que j'ai fini par perdre)… Mais j'ai survécu! Et je vis encore ! Et la vie, je ne m'en passe pas… Et toi non plus tu ne devrais pas t'en passer. Vis! Ce qui est vraiment bon, c'est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant, parce que le monde appartient à celui qui ose et la vie c'est beaucoup trop pour être insignifiant!

Notre petite maison au milieu des constellations

Se cada ser que morre torna-se uma estrela, quero morrer contigo mon amour e nossos filhos. Juntos formaremos uma constelação tão brilhante quanto nossos olhos em cada beijo dado com amor. Vamos construir nosso pequeno lar, teremos um porto, devaneios, café da manhã, um jardim com estrelas, as crianças flutuando pelo salão, bichinhos orbitando conosco, na busca por um só propósito:encontrar a felicidade no cosmo de nossas vidas. 

Meu caro, a vida é assim, uma panela vazia. Pelejamos para preenchê-la. Necessitamos da sensação de sermos completos. Necessitamos de algo que funda-se conosco. Mas o que? Eis a questão. Uma amizade? Amigos sempre transformam nossa vida por meio dos momentos, enchem-na, porém, chegam outros, outros e mais outros, modificando convívios e assim, continua-se no ciclo de entrar e sair. Um amor? Amores são passageiros e o “para sempre” ainda não me convenceu. Pessoas vêm e vão o tempo todo. Somos uma parada repentina no meio de seus caminhos, logo partem. Essa tal panela deve ser preenchida até a tampa. Deve ser fervida e transbordada por tudo aquilo que lhe cabe. Esperemos por algo que nos complete, ou passamos a preencher a nós mesmos? Nunca soube ao certo que caminho seguir. O fato é que todos precisamos de algo que nos faça crer que somos algo além de um espaço nulo. De algo que nos desperte a vida e que nos faça sentir
—  Um Ser Feito de Barro em companhia de And Gauldí.