nuire

- Nous allons nous faire du mal : c'est vous qui l'avez dit.
- Est-ce que j'ai l'air de vouloir vous nuire ?
- On ne sait jamais…
- C'est toi qui me feras du mal. Mais qu'est-ce que ça peut faire ? Puisqu'il faut souffrir, autant que ce soit par toi.
—  Sartre
French Quotes about life

These are basically some of the quotes on life that I’ve read and loved!

1. Je pense, donc je suis- I think, therfore I am. This is the French version of the Latin phrase Cogito ergo sum.

2. Le temps est un grand maître, dit-on. Le malheur est qui’il tue ses éléves- We say that time is a great teacher. Too bad it kills all its students.

3. L’enfer, c’est les autres- Hell is other people.

4. Qui vivra verra- He/she who lives, shall see. I think this the French version of Time will tell.

5. Et d’abord, ne pas nuire- First, do no harm.

6. Quand on a pas ce que l’on aime, il faut aimer ce que l’on a- When one doesn’t have what he/she loves, he/she must love what they do have.

7. La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre a danser sous la pluie- Probably the most cliched line on the list, it means- Life isn’t about waiting for the storms to pass, it’s about learning how to dance in the rain.

8. Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu- Happiness is sometimes hidden in the unknown.

9. Vouloir, c’est pouvoir- Wishing is power. The French version of where there is a will, there is a way.

10. Savoir, penser, rêver. Tout est là- To know, to think, to dream. That is everything.


Part 2

Part 3

Quotes about love.

THIS IS A LOT OF INFO, NO ONE EXPECTS YOU TO LEARN IT ALL AT ONCE. There are heaps of other irregular verbs, but this isn’t a bad list. Remember this is a Master Post so don’t get freaked out by the quantity of information. This is more for reference as you are learning.
WHAT YOU SHOULD KNOW/TAKE AWAY FROM THIS:

-Learn the regular conjugations of -ER (e, es, e, ons, ez, ent), -IR (is, is, it, issons, issez, issent) and -RE verbs (s, s, nothing, ons, ez, ent)

-Learn these common irregular verbs by heart in the present tense: aller, avoir, dire, être, faire, pouvoir, savoir, vouloir, voir, prendre, mettre, tenir, venir, manger, appeler etc. 

NOTE: I know that not all of these irregular verbs are listed, but I will eventually add them when I have regained the will to live

WHO?

YOU!

WHAT?

You know what.

——————————————————————————————-

WHEN?/WHERE? aka USES of the present tense

- For things that you are currently doing/feeling:

Je marche dans la rue - I walk/am walking down (in) the street

Je suis fatigué(e) - I am tired

- For things that you usually do:

Je vais au parc tous les samedis - I go to the park every Saturday

Words associated with frequency of actions:

souvent (often)/chaque (every)/tous les + day of the week (every…)/toujours (always)/parfois (sometimes)/quelquefois (sometimes)/d’habitude (usually)

- For things that will happen in the immediate future

Il arrive ! - He’s coming

-For absolute/undeniable truths

La terre est ronde - the Earth is round

-To use during an analysis

Dans Le Père Goriot, Balzac peint un amour paternel passionné. (From Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

-For si clauses

Si je peux, je viendrai

-For descriptions

Les fenêtres donnent sur la rive de la Seine (the windows look out to the banks of the Seine)

HOW?

Aka how to conjugate verbs in the present tense:

——————————————————————————————-

-ER Verbs - FUN FACT(S)! 

-They are the largest category of French verbs - over 80% of French verbs end in ER, but many everyday verbs are irregular

-15% of ER verbs have spelling changes

CONJUGATING REGULAR -ER VERBS: model verb- parler (to speak)

Je parle 

Tu parles

Il/Elle/On parle

Nous parlons

Vous parlez

Ils/Elles parlent (BEWARE!!!! The -ent is silent, it is pronounced like parle)

Overview: regular er verb endings - e/es/e/ons/ez/ent

CONJUGATING IRREGULAR -ER VERBS: 

Aller (very irregular but very important *tears* - there’s no rhyme or reason, you just have to learn it)

Je vais

Tu vas

Il/Elle/On va

Nous allons (regular ending <3)

Vous allez (regular ending <3)

Ils/Elles vont


CONJUGATING -GER VERBS: model verb- manger

There is a spelling change in -GER verbs to maintain the sound of the verb

other -GER verbs: bouger, changer, charger, diriger, interroger, loger, mélanger, nager, obliger, partager, protéger, ranger etc. (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

Je mange

Tu manges

Il/Elle/On mange

Nous mangeons - the e is added to keep the ‘zh’ sound that the ‘g’ makes

Vous mangez

Ils/Elles mangent


CONJUGATING -CER VERBS: model verb- commencer 

other -CER verbs: avancer, annoncer, forcer, lancer, placer, renoncer etc. (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

Je commence

Tu commences

Il/Elle/On commence

Nous commençons - the cedilla is added to keep the c soft

Vous commencez

Ils/Elles commencent


CONJUGATING -ELER and -ETER verbs: model verb- appeler and jeter

other -ELER and -ETER verbs: épeler, étinceler, ruisseler, renouveler etc.//feuilleter, cacheter etc. (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

J’appelle

Tu appelles

Il/Elle/On appelle

Nous appelons (regular ending <3)

Vous appelez (regular ending <3)

Ils/Elles appellent 


Je jette

Tu jettes

Il/Elle/On jette

Nous jetons (regular ending <3)

Vous jetez (regular ending <3)

Ils/Elles jettent

SPECIAL CASES FOR PREVIOUS VERBS: model verb- acheter

other verbs like this: geler, haleter, peler etc. (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

The consonant isn’t doubled, rather an accent grave (è) is put on the e

J’achète

Tu achètes 

Il/Elle/On achète

Nous achetons

Vous achetez

Ils/Elles achètent


CONJUGATING -OYER, -UYER AND -AYER VERBS: model verb- envoyer

Other -OYER, -UYER AND -AYER verbs: employer, noyer, tutoyer etc.

appuyer, ennuyer, essuyer etc.

balayer, effrayer, essayer, payer etc. NOTE: -AYER verbs can use both -aie and -aye conjugations e.g. je paie AND je paye

(list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

J’envoie

Tu envoies

Il/Elle/On envoie

Nous envoyons

Vous envoyez

Ils/Elles envoient

——————————————————————————————-

CONJUGATING REGULAR -IR VERBS: model verb- finir

Je finis

Tu finis

Il/Elle/On finit

Nous finissons

Vous finissez

Ils/Elles finissent

OVERVIEW: regular -IR verbs end with: is, is, it, issons, issez, issent

CONJUGATING IRREGULAR -IR VERBS: model verbs: VOULOIR, SAVOIR, MOURIR, FALLOIR, acquérir, apercevoir and s’asseoir

other verbs like vouloir: pouvoir, valoir

Je veux

Tu veux

Il/Elle/On veut

Nous voulons

Vous voulez

Ils/Elles veulent


Je sais

Tu sais

Il/Elle/On sait

Nous savons

Vous

Ils/Elles


Je meurs

Tu meurs

Il/Elle/On meurt

Nous mourons

Vous mourez

Ils/Elles meurent


Il faut - this is an important verb, it means one must/you need to

other verbs like acquérir: conquérir, requérir, s’enquérir (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

J’acquiers 

Tu acquiers

Il/Elle/On acquiert

Nous acquérons 

Vous acquérez 

Ils/Elles acquièrent 


other verbs like apercevoir: concevoir, décevoir, percevoir, recevoir (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)

J’aperçois

Tu aperçois

Il/Elle/On aperçoit

Nous apercevons 

Vous apercevez

Ils/Elles aperçoivent


Je m’assieds/m’assois

Tu t’assieds/t’assois

Il/Elle/On s’assied/s’assoit

Nous nous asseyons/assoyons

Vous vous asseyez/assoyez

Ils/Elles s’asseyent/s’assoient

NOTE: I think you can use whichever form you like. I prefer the second, however to a guest or a student I would say assieds-toi (sit down)/asseyez-vous (sit down [formal]). 

CONJUGATING IRREGULAR -ILLIR VERBS: model verb- cueillir

other -ILLIR verbs: recueilir, accueillir etc.

Je cueille

Tu cueilles

Il/Elle/On cueille

Nous cueillons

Vous cueillez

Ils/Elles cueillent

——————————————————————————————-

CONJUGATING REGULAR -RE VERBS: model verb- attendre (to wait [for])

(Regular -RE verbs are a very small group)

J’attends

Tu attends

Il/Elle/On attend

Nous attendons

Vous attendez

Ils/Elles attendent

OVERVIEW: regular -RE verbs end in: s, s, nothing, ons, ez, ent


CONJUGATING IRREGULAR -RE VERBS: model verbs: FAIRE

Je fais

Tu fais

Il/Elle/On fait

Nous faisons

Vous faîtes

Ils/Elles font


CONJUGATION IRREGULAR VERB ÊTRE (TO BE) ********** vvvvvvvv important

Je suis

Tu es

Il/Elle/On est

Nous sommes

Vous êtes

Ils/Elles sont


CONJUGATING IRREGULAR -PRENDRE VERBS: model verb- prendre

other -PRENDRE verbs: appendre, comprendre, entreprendre, s’éprendre, se méprendre, surprendre etc. (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Teyssier)


Je prends

Tu prends

Il/Elle/On prend

Nous prenons

Vous prenez

Ils/Elles prennent


CONJUGATION IRREGULAR -URE VERBS: model verb- conclure

other -URE verbs: exclure, inclure etc.

Je conclus

Tu conclus

Il/Elle/On conclut

Nous concluons

Vous concluez

Ils/Elles concluent


CONJUGATING IRREGULAR -UIRE VERBS: model verb- conduire

other -UIRE verbs: construire, cuire, déduire, détruire, enduire, induire, instruire, introduire, produire, réduire, séduire, traduire, luire, nuire etc. (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Tessier)

Je conduis

Tu conduis

Il/Elle/On conduit

Nous conduisons

Vous conduisez

Ils/Elles conduisez


CONJUGATING IRREGULAR -AINDRE VERBS: model verb- craindre

Other -AINDRE verbs: plaindre, contraindre

Je crains

Tu crains

Il/Elle/On craint

Nous craignons

Vous craignez

Ils/Elles craignent 


CONJUGATING IRREGULAR -EINDRE VERBS: model verb- peindre

other -EINDRE verbs: atteindre, ceindre, enfreindre, éteindre, étreindre, restreindre, teindre (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Tessier)

Je peins

Tu peins

Il/Elle/On peint

Nous peignons

Vous peignez

Ils/Elles peignent


CONJUGATING IRREGULAR -RIRE VERBS: model verb- écrire

other -RIRE verbs: décrire, inscrire, prescrire, transcrire (list from Nouvelle Grammaire du Français by Y. Delatour, D. Jennepin, M. Léon-Dufour, B. Tessier)

J’écris

Tu écris

Il/Elle/On écrit

Nous écrivons

Vous écrivez

Ils/Elles écrivent

Il fallait avancer. Il fallait vraiment, absolument, arrêter de penser à Diane. Comment cette fille avait-elle pu nuire à ma vie à ce point là ? C’était presque surnaturel. Par sa faute, par le simple fait qu’elle existe et qu’elle m’ait repoussé, je devenais un mec poussif. Je maudissais le jour où je lui avais parlé pour la première fois. Sauf que, pendant que je me disais ça, mon cœur, lui, ne cessait de m’envoyer un autre signal, répétitif et obsédant. Elle me manquait. A en crever.
—  Fabien Prade
L'engorgement des passions sexuelles et émotionnelles conduit au désordre social ; leur satisfaction totale garantit l'ordre et la sécurité. L'individu qui se concentre à organiser et satisfaire ses passions personnelles n'a ni le temps ni l'envie de nuire.
—  Charles Fourier - Théorie des quatre mouvements

Défendez vos frères innocents quand d’autres frères les attaquent, et cela dans l’intérêt des uns et des autres : mais dans cette défense même qui doit aller au besoin jusqu’à verser le sang de l’injuste agresseur, ne manquez pas de douceur : tâchez d’empêcher l’injuste agresseur de nuire sans le tuer… au besoin allez jusqu’à tuer votre frère injuste pour défendre votre frère innocent, vous le devez, je vous l’ordonne, mais autant que possible n’en venez pas jusque-là, et souvenez-vous toujours que tous deux sont vos frères, bien que votre devoir soit de défendre l’un au prix de votre sang et en versant au besoin celui de l’autre.

Bienheureux Charles de Foucauld, Crier l’Évangile.

9

Vous trouver pas que les bunny dans les animes, leur design se ressemble beaucoup ( les parasite qui disent “ voleur d’arts, plagiat, et tout ces conneries ridicule ”) Même les artistes célèbres font de la copie, cessez de nuire les gens avec ça.

You do not find that the bunny in the animes, their design looks very similar (The parasites that say “art thief, plagiarism, and all that ridiculous bullshit”) Even the famous artists make of the copy, stopped harming of people with that

Défendez vos frères innocents quand d’autres frères les attaquent, et cela dans l’intérêt des uns et des autres : mais dans cette défense même qui doit aller au besoin jusqu’à verser le sang de l’injuste agresseur, ne manquez pas de douceur : tâchez d’empêcher l’injuste agresseur de nuire sans le tuer… au besoin allez jusqu’à tuer votre frère injuste pour défendre votre frère innocent, vous le devez, je vous l’ordonne, mais autant que possible n’en venez pas jusque-là, et souvenez-vous toujours que tous deux sont vos frères, bien que votre devoir soit de défendre l’un au prix de votre sang et en versant au besoin celui de l’autre.
—  Bienheureux Charles de Foucauld, Crier l’Évangile

SingingSongbyrd:

💜: y’know, i never actually bothered to ask, but-

💜: how are other charas like? the only ones i even really remember personality-wise are Adel and…Nuire, but..

💜: i never got a chance to meet any other ones and actually become relatively aqcuainted with them.

💜: from what it seems, a more…defining trait is ‘protectivity’, but is that the same in all of them? or is it different????

French notes

pas grande chose - not much (a good response to “what have you been up to?”)

“Or.. je pense..” = “Now… I think” (better in written language than spoken, can sound a bit pompous) ça me gêne pas - it doesn’t bother me provenir - to come from you can use the construction “comment + infinitive” for rhetorical questions. P.E: Comment le faire? = how [does one] do it? nuire is a verb that is only used with the pronouns “il/elle” and “ils/elles” ils font mal à … they harm… les voyages émettent (pronounced “ehm-et”) le voyage émet (pronounced “ehm-eh”) to give off (as in, to give off gas or to give off a smell): dégager, déverser, émettre. militant = activist répandu = widespread maillons = links in a chain vergers = orchards des vols à prix réduits/bon marché = cheap flights une frileuse = someone who is often cold (f) les factures = bills les dégâts = damages coup de soleil = sun burn transi = really cold (slang) quelconque means “or other” - as in “some place or other” and never changes to agree with masc/fem/plural ils se lassent de - they are fed up with ils ont marre de - they have had enough of eux-mêmes - themselves non plus - either (“they don’t run either”) baisser - to turn down (heating ect) revenir - to “come to” (the “devenir” for money!) ça revient cher! - It gets expensive!
huffingtonpost.fr
Sfar, c'est arabe?
Lorsque mon chauffeur est sympathique et ouvert, j'ose raconter que je suis juif. Je précise naturellement que je suis un juif moitié berbère moitié ukrainien, né en France. Car je sais que la conversation va finir par tomber sur Israël et je suis d'ordinaire, courageux mais pas téméraire.

Il y a très peu de Sfar de religion juive. La plupart des gens qui portent mon patronyme sont musulmans et viennent de Tunisie. Pour cette raison sans doute, et aussi par la forme de mon visage (olivâtre, pas franc, nez busqué, bouche lippue), mes chauffeurs de taxi croient presque systématiquement que je suis musulman. Depuis vingt ans.

Parfois, lâchement, je laisse croire que je suis musulman, ou je ne précise pas.

Lorsque mon chauffeur est sympathique et ouvert, j'ose raconter que je suis juif. Je précise naturellement que je suis un juif moitié berbère moitié ukrainien, né en France. Car je sais que la conversation va finir par tomber sur Israël et je suis d'ordinaire, courageux mais pas téméraire. Puis si on parle d'Israël je dis invariablement que j'ai de la famille là-bas, et que j'ai peur pour eux, mais que mes compétences ne me permettent pas de trop discuter politique.

Ce qui est certain, c'est que depuis vingt ans, lorsque le chauffeur arbore les signes extérieurs de l'embrigadement religieux, je n'insiste pas sur mes origines. Pardon, je le redis en langage intelligible : quand mon chauffeur est sympa et souriant et vêtu comme moi, c'est à dire blouson ou veste et barbe pas trop longue, je m'autorise à dire que je suis juif. Mais lorsqu'il s'agit d'un chauffeur avec longue barbe, sourcils froncés, calot blanc et stigmates bleus sur le front, je préfère passer pour un musulman comme les autres. Pour voyager sans polémique inutile. Sauf hier.

Et hier je me suis aperçu que j'ai eu tort, pendant vingt ans, de fermer ma gueule.

Hier le chauffeur avait toute la panoplie du religieux : un vêtement blanc, une très longue barbe, et une dégaine vraiment pas commode. Et au bout de deux minutes il m'a expliqué que l'attaque du commissariat du 18e était un coup du Mossad. Et avant que je déglutisse il me racontait également que le Bataclan avait été fomenté par Manuel Valls qui est téléguidé par Israël. Parce que le gouvernement français est gangréné par Israël. Et que c'est un stratagème pour créer un état fort afin de…

-Afin de quoi ?

Merde. Là, il s'est demandé si j'étais un bon Sfar ou pas. J'ai pensé à mon ami Nouri Jarjir qui me dit qu'il ne faut jamais laisser passer une connerie. Nouri et moi sommes de la même obédience : celle qui n'a jamais su faire la différence entre un juif et un arabe. Celle qui pense qu'on a le droit de défendre la Palestine même quand on est juif. Celle qui pense que ça n'est pas parce qu'on est musulman qu'on doit cautionner des meurtres au couteau. Nouri me dit qu'il entend des conneries nuit et jour, dans les deux camps, dans TOUS les camps, provenant de personnes mal informées ou embrigadées. Et Nouri me dit qu'étant donnée la situation, lui, il ne laisse jamais rien passer. Alors dans un œcuménisme digne des films les plus larmoyants de mon (autre) ami Alexandre Arcady, je me dis que si Nouri prend des risques, je dois en prendre aussi.

Je fais un grand sourire, et je demande à mon chauffeur si vraiment il croit un mot de ce qu'il vient de dire. Et là il se produit une chose extraordinaire. Au lieu de développer, il saute du coq à l'âne dans un phénoménal salto de côté façon Nadia Comanecci. Il me dit “Monsieur bien sûr je comprends pas les fous qui font le Jihad, mais parfois, quand je vois certains films, les israéliens, j'ai envie de prendre les armes et de tous les tuer”.

-Quels films ?
-Plein.
-Je ne les ai pas vus.
-Plein. Sur l'ordinateur. Hier encore. Vous avez pas vu ? Il y a un palestinien, il est déjà blessé, il est attaché dans une pièce, et les juifs, pardon, les israéliens, ils rentrent à six dans une pièce avec des rangers et ils commencent à lui taper sur la tête avec leurs rangers. Sur la tête vous comprenez. Et ils arrêtent pas de taper tant que le type il est pas mort.
-Monsieur.
-Quoi ?
-Votre film, d'où vous savez qu'il est vrai ?
-Je sais pas.
- Monsieur, je ne m'y connais pas plus que vous. Je suis juif mais je n'ai pas d'informations particulières sur Israël. Mais j'y ai des amis, de la famille. Je vois à peu près qui on envoie à l'armée en Israël. Il y a de tout. Il y a des braves gens et aussi des sales cons, comme dans toutes les armées. Il y a aussi des militaires très jeunes, et qui peuvent faire des choses parfois inexcusables. Mais je ne crois pas que le film dont vous parlez soit vrai. Et je ne crois pas non plus à un gouvernement français qui ferait intentionnellement abattre 130 jeunes français pour instaurer un état militaire afin de… je ne sais pas quoi ? Afin de vider la Syrie de ses réfugiés, de les installer ici ? de créer un grand Israël dans un Proche Orient vitrifié. Vous croyez ce que vous dites ?
-Je sais pas. Moi je sais pas. Je répète juste ce que m'a dit un ami et lui il connaît.
-Il connaît d'où ?
-Il connaît des gens.
-Vous vexez pas, mais j'y crois pas. Monsieur. Pour de vrai, vous y croyez aux conneries que vous venez de me dire ? (je dis tout ça avec un grand sourire et sous le ton de la blague)

Et là un miracle se produit, mon chauffeur se met à rire. Je vous jure que c'est le plus joli rire que j'ai jamais entendu, c'est le rire de quand on se sent con. Et là il me dit une chose très juste.

-Monsieur, y a des morts partout, je me demande juste c'est qui les méchants et ce qu'il faut faire.

Et moi, face à un semblable qui se marre et qui doute, je me sens redevenir humain, et soudain je suis inspiré par une sorte d'espoir christique, je me dis que puisqu'on est tous aussi cons, on va peut être devenir amis, alors je lui réponds ce qu'il est possible de répondre dans ces cas là :

-Monsieur, imaginez que les israéliens veuillent massacrer au fusil TOUS les palestiniens. Imaginez que DEMAIN, TOUS les israéliens prennent un fusil et décident de faire un massacre, y aura combien de morts à votre avis ?
Il se marre mais il ne comprend pas où je veux en venir, à vrai dire moi non plus à ce moment, mais bon, je suis ému.

-Monsieur, ça fait quelle taille Israël ?
-Le Grand Israël ?
-Non, celui là existe juste dans la tête d'Alain Soral et de Donald Trump. Le vrai pays du vrai monde, dominé par des juifs et qui s'appelle Israël a la taille des Alpes Maritimes. Et il est par endroit moins large que douze kilomètres. Alors même si ce pays était plein de connards sanguinaires qui fument du crack et décidaient de commettre un bain de sang, ça ne serait jamais le lieu où l'on tue le plus de musulmans sur la planète.
-Je ne comprends pas.
-Je veux vous dire que ni les israéliens ni les palestiniens n'ont le pouvoir de changer seuls leur destin. Qu'on le veuille ou non, les arabes et les juifs de là bas se sont trouvés livrés à eux mêmes à la fin de l'empire ottoman, puis à la fin du mandat anglais. Et ils démontrent depuis soixante ans leur incapacité à vivre ensemble, avec les conséquences tragiques que l'on sait. Et sans qu'aucun des pays voisin n'ait le moindre désir que ça change. Car cette situation ne changera que lorsque la région entière le souhaitera. Monsieur, mon sentiment c'est que depuis soixante ans, on a vu des pays arabes dirigés par des dictatures qui ont adoré dire que tous les problèmes du monde étaient soit de la faute d'Israël, soit du Mossad. Vous vous rappelez, il y a trois ans, quand un journal égyptien a raconté que le Mossad téléguidait des requins pour aller manger des égyptiens ?

Là, il se marre.

-Ce que j'essaie de vous dire, c'est qu'on parle d'un petit pays, où c'est vraiment la merde, par manque de confiance et par manque d'espoir, et sans doute par lâcheté politique dans les deux camps, et par haine aussi. Mais la situation israélienne suffit à vous rendre aveugle au fait que les plus grands bourreaux des musulmans aujourd'hui sont des musulmans ? Vous voyez où on est, avec les chiites et les sunnites ?
-Oui mais attendez, Daech, c'est les Américains !
-Que voulez-vous dire ?
-Daech, c'est pas l'Islam. Ils ont été mis là par les Américains pour…
-C'est encore une info de votre copain ?
-Ha ! ha ! je sais pas mais tout le monde le dit.
-Alors je vais vous dire. Je suis un peu d'accord avec vous. Mais pas comme vous le dites. Si vous me dites qu'il y a un complot américain pour instaurer un califat, je sors de ce taxi tellement c'est con. En revanche oui, l'intervention en Iraq a été de la merde. Et les Américains ont tout cassé là bas et ont laissé les cadres de l'armée de Saddam Hussein dans la nature. Alors oui, si vous laissez ces types là libres de nuire avec des armes et des restes d'autorité, ils vont jamais rendre les armes, et ils vont chercher n'importe quoi pour reprendre du pouvoir. Je suis d'accord avec vous, les créateurs de DAECH n'étaient probablement pas de grands religieux à la base, ça devait être des enfants mutants du baassisme cherchant à se refaire dans une nouvelle idéologie à la mode. Oui, si vous me dites que les interventions occidentales ont précipité le merdier, je suis d'accord.
-Ah, vous voyez, on est d'accord.
-Monsieur, on ne peut pas être d'accord puisque ni vous ni moi on ne sait rien. Je suis juste un couillon dans un taxi et, ne vous vexez pas, mais vous êtes juste le couillon qui conduit le taxi.
-Ha ! Ha ! Ha ! Alors on fait quoi ?
-Mais qu'est ce que vous voulez qu'on fasse ? On est ici, en France, et on n'a pas davantage d'informations que les autres. Simplement, je crois pas que vous mettre en colère derrière internet, ça va amener la paix.
-Je vous jure monsieur, une fois j'en ai eu des israéliens dans mon taxi, c'était des crèmes, monsieur ! Ils étaient gentils, ils parlaient arabe, ils m'ont dit “nous on veut une Palestine libre et des juifs qui sont copains”.
-Je peux pas vous dire. Je suis pas Israélien. Je connais quelques israéliens. Beaucoup même. Il y en a des géniaux. Et il y a aussi de vrais gros cons. Comme partout quoi. Je ne cherche pas à vous convaincre de quoi que ce soit de politique, je dis juste que vous n'imaginez pas à quel point, dans chaque coin du monde, les citoyens sont faibles et ne peuvent pas grand chose pour infléchir la politique de leur pays. Et vraiment, face à ces deux populations en Israël et en Palestine qui se haïssent parfois si fort, ou qui se craignent; bien malin celui qui sait comment faire baisser les tensions.
-Nous, on n'a pas ces problèmes, monsieur. La vraie merde, c'est qu'avec ces attentats de merde on a plus de clients.
-Je suis désolé pour vous. Car je suis auteur de bandes dessinées. Et si les chauffeurs de taxi n'ont plus d'argent, ils vont plus pouvoir acheter des bandes dessinées à leurs enfants, et moi je vais mourir de faim.
-Ha ! Ha ! Ha ! C'est la faute aux fils de pute de Uber.
-On en parlera une autre fois car je roule aussi parfois en Uber.

Et là il était explosé… de rire. Et j'ai regretté, depuis vingt ans, de n'avoir pas discuté ouvertement avec tous mes chauffeurs de taxi.

Il y a des moments où les êtres mettent un zèle prodigieux à se nuire ; hypnotisés par leur douleur, ils s’engouffrent dans l’erreur.
—  Alexandre Jardin, Mademoiselle Liberté
Il y a des gens quand tu les déçois la seule chose qu'ils veulent faire ces foutres le bordel dans ta vie, à nuire ta réputation, vous me donnez envie de vous vomir dessus
—  ©anorexiquedetesmots

En dépit du soulagement que cela peut représenter de les savoir hors d'état de nuire, ne nous réjouissons pas de la mort de ces hommes, ils méritaient d'être jugés et de répondre de leurs actes.

Une histoire de cicatrisation et d'amour, putain de merde.

À chaud, à froid, à tiède, je sais pas trop où j'en suis sur l'échelle des températures concernant ma réaction émotionnelle, mais difficile de se taire après avoir suivi un tel calvaire pendant trois jours.

Trois jours de haine, de violence, de peur, d'appréhension. Trois jours de soutien, de solidarité, d'amour, d'union, de rassemblements, d'espoir aussi. 

Difficile de ne pas tomber dans le pathos et de sortir les violons à la fin (?) de cette épreuve. J'ai le coeur dans la gorge, les yeux qui n'en finissent plus de se remplir de larmes et je n'ai jamais vécu un tel mélange d'émotions négatives et positives en même temps.

Mais malgré la rage et la colère, malgré la douleur, c'est quand même l'amour qui l'emporte. Parce que ce que j'ai vu le plus, ces derniers jours, c'est une succession de preuves d'amour et d'humanité venant de tous les bords, de tous les côtés, de tous les pays, de toutes les castes, de tous les foyers. À travers la violence, nous avons su percer par la force de notre amour. Dès la première seconde nous avons refusé de flancher, de nous laisser abattre et dominer, de les laisser gagner. Nous avons refusé d'abandonner tout espoir et de pointer le voisin du doigt pour abattre notre rancoeur sur sa gueule.

Alors oui, il y a eu, et il y aura encore, des débordements. Oui, il y a des propos haineux et nauséabonds, pétris d'ignorance et de mépris. Mais pour la première fois, ils se sont faits piétiner par une vague triomphante de bienveillance.

Nous avons tous tendu nos mains et nous sommes tous allés à la rencontre les uns des autres plutôt que de céder à la tentation du repli et de la peur. 

Et je voudrais qu'on se souvienne de ça. Que ça devienne notre norme. Qu'on continue sur cette lancée et qu'on ne la laisse pas n'être qu'épisodique, n'être que le symptôme d'une attaque envers nos libertés. Qu'on ne se laisse plus jamais dire que de toute façon, les gens ne s'unissent que quand on les y force. Que toute cette histoire nous serve, à défaut de nous détruire et de nous séparer. Qu'on puisse y puiser plus de force encore, plus d'amour, plus de tolérance, et qu'on écrase la haine par notre envie d'aimer, d'être aimés, et de voir la haine faiblir sous nos cris et nos rires.

Je voudrais qu'on cesse aussi de me répondre que “C'est déjà trop tard” et que “Pff, au train où vont les choses, ça m'étonnerait”, parce qu'il n'est jamais, jamais, jamais trop tard. Et que s'avouer vaincus ne fera que rendre les choses plus faciles pour ceux qui souhaitent nous nuire. Qu'on cesse deux minutes de faire preuve de ce cynisme à chier qui se prétend lucide et réaliste. Être réaliste, c'est s'avouer qu'on a tous une part de responsabilité dans cette histoire, qu'on peut tous agir, et qu'on peut toujours changer les choses. Alors non, c'est pas en faisant une ronde autour de la fontaine de la République un dimanche qu'on va guérir le monde et amener la paix dans tous les coeurs. Mais ça vous dirait pas de commencer quelque part ?

De commencer en se rassemblant, en cessant de se diviser pour un oui ou pour un non, en mettant nos querelles d'égo merdiques de côté ? En agissant aussi, quand on est témoin d'un acte ou d'une parole déplacée, faisant comprendre à ceux qui n'en sont pas encore là qu'il y a un souci dans leur comportement, que c'est grave, et que la vie est vachement plus cool de notre côté ? 

Continuons à exprimer nos désaccords, nos divergences de points de vue, nos opinions diverses. Continuons à parler, à échanger, à tenter de se comprendre les uns les autres, qu'on soit voisins d'esprits ou totalement opposés. Mais putain, qu'on arrête de se taper sur la gueule dès qu'on se comprend pas ou qu'on prend la mouche. Qu'on cesse d'accuser une masse d'être responsable des faits et gestes d'une poignée de monstres qui s'abritent sous un prétexte qui a perdu tout son sens. 

Et aimez-vous, bordel de merde, c'est quand même pas compliqué. Me dites pas que ça vous a pas touchés et soulagés, que ça vous a pas fait un bien fou de vous unir les uns aux autres pour faire face à la terreur. Parce qu'on a besoin d'être ensemble. 

Retenez donc cette leçon, histoire qu'on arrête de passer pour des cons. Donnons tort à tous ceux qui disent “Que d'la gueule !”.