notoire

Sengoku jidai 戦国時代 (1450-1600)

Uesugi Kenshin 上杉謙信 (1530 -1578)    &
Takeda Shingen 武田信玄 (1521-1573).

Uesugi Kenshin, aussi appelé Nagao Kagetora 長尾景虎, Uesugi Masatora 上杉政虎, Uesugi Terutora 上杉輝虎, nommé également le “Dragon d'Echigo 越後の虎”

Uesugi Kenshin par Utagawa Kuniyoshi 歌川国芳 (1797-1861).

Kenshin était daimyō 大名 et dirigeait la province d'Echigo no kuni 越後国. Il était l'un des nombreux puissants seigneurs de cette époque. Il est devenu célèbre pour ses prouesses sur le champ de bataille, son expertise militaire, sa stratégie, ainsi que sa foi dans le dieu de la guerre, Bishamonten 毘沙門天 (Skt : Vaisravana). C'était aussi un alcoolique notoire. 

 La rivalité entre Kenshin et Shingen débute quand Ogasawara Nagatoki 小笠原長時 (1514-1583)  et Murakami Yoshikiyo 村上義清 (1501-1573), deux seigneurs de la province de Shinano no kuni 信濃国 se présentent tous deux devant Kenshin, demandant son aide pour stopper les avancées du puissant seigneur de guerre Takeda Harunobu 武田晴信 ou Takeda Shingen 武田信玄 (1521-1573).

Takeda Shingen par Utagawa Kuniyoshi 歌川国芳 (1797-1861).

Après sa conquête de Shinano, Shingen (qui a pris ce nom en 1551) affronte son nouveau rival : Kenshin Uesugi de Echigo, à peu près au même moment où Kenshin devient seigneur d'Echigo no kuni 越後国.

Shingen remporte des victoires importantes dans la province de Shinano. Les conquêtes du clan Takeda-shi 武田氏 les emmenant dangereusement près des frontières d'Echigo, Kenshin accepte de partir en guerre.

Mikata ga hara no tatakai de Utagawa Yoshitora 歌川芳虎 (? - 1880) - actif  en 1850-1880.

L'inimitié entre eux devient presque légendaire et ils s'affrontent sur le champ de bataille à Mikata ga Hara no tatakai 三方ヶ原の戦い et cinq fois à Kawanakajima no tatakai  川中島の戦い en 1553, 1555, 1557, 1561 et 1564.

Kawanakajima no tatakai  de Utagawa Hiroshige 歌川広重 (1797-1858).

Ce qui s'ensuit est le début d'une rivalité devenue légendaire. Dans le premier conflit qui les oppose, chacun des deux est très précautionneux, ne s'exposant que dans de petites escarmouches non décisives. Au fil des ans, ils s'affronteront cinq fois sur le fameux site de kawanaka-jima 川中島, bien que seule la quatrième rencontre soit une bataille totale entre les deux. 

“Takeda and Uesugi at the Battle of Kawanakajima” de Utagawa Kuniyoshi 歌川国芳 (1797-1861).

Pendant l'année 1561, Kenshin et Shingen s'affrontent dans la plus grande bataille à laquelle ils prennent part, la quatrième des batailles de Kawanakajima.  Kenshin utilise une tactique ingénieuse : une formation spéciale dans laquelle les soldats de la ligne de front échangent leur position avec ceux de derrière au fur et à mesure que ceux de devant sont fatigués ou blessés. Cette méthode se révèle très efficace et il parvient presque à vaincre Shingen. 

Reproduction de l’armure de Uesugi Kenshin.

Reproduction de l’armure de Takeda Shingen.

La légende racontant comment Kenshin galope sur Shingen avec son épée, celui-ci se défendant avec son tessen 鉄扇 (éventail de guerre), se déroule pendant cette bataille. 

Illustration de Takeda Shingen de Tsukioka Yoshitoshi 月岡芳年 (1839-1892).

Cependant, Kenshin ne parvient pas à venir à bout de Shingen. L'armée Uesugi bat en retraite et beaucoup se noient dans la rivière proche pendant que les autres sont tués par les généraux de Takeda. Le résultat de la Quatrième bataille de Kawanakajima reste incertain, et les experts sont divisés sur l'identité du vainqueur. 

En 1564, Shingen parvient à rallier à sa cause le clan Asahina-shi  朝比奈氏 de la province de Mutsu no kuni 陸奥国, voisine de l’Echigo. Kenshin décide alors de lancer son armée encore une fois vers Kawanakajima pour contrer Shingen. 

“Kenshin’s mythical riding into battle”, 1883, de Tsukioka Yoshitoshi 月岡芳年 (1839-1892).

Takeda Shingen ne répond pas présent et Kenshin s’impatiente. Il décide alors de prendre l’offensive. Au début du mois d’Octobre, Shingen décide d’intervenir et son armée arrive par l’ouest. Encore une fois, le sens tactique développé des deux généraux débouche sur un match nul : la position de Kenshin est bien défendue mais Shingen l’empêche de mener toute action dangereuse. Kenshin renonce et bat en retraite laissant définitivement la région de Kawanakajima aux mains de Takeda Shingen.

La frontière entre les clans Takeda et Uesugi est maintenant établie au nord du Shinano et elle n’en bougera plus. La rivalité entre Shingen et Kenshin continuera et ils s’affronteront encore sur d’autres champs de bataille….

Il était tout ce qu'il y a de plus intrigant, à en devenir agaçant. Et pourtant, moi, il me fascinait. J'avais envie de creuser plus loin, de croire en une once d'amour bien cachée. Il me repoussait, m'ignorait, me rabaissait, et pourtant, c'est ce qui le rendait si attirant. Beaucoup trop d'ailleurs, beaucoup trop dangereusement. J'avais plus qu'une envie, qu'il daigne, par un quelconque miracle, s'intéresser à moi. Et c'est ce qu'il a fait le connard, sournoisement, sans jamais oublier la fin de l'histoire qu'il avait lui même choisi. De toute façon, il l'a reproduisait sans cesse. Il vient trouver ce qu'il cherche, puis il disparaît dans un silence de plomb. Il était doué à ce jeu, soufflant alternativement mépris et attention, ignorance et caresse. À s'en tordre le cœur. Et le plus fou, c'est que ça a fonctionné, il s'était rendu indispensable, comme une drogue notoire. J'en étais devenue accro.

Alors non, je vous conseille pas d'être des salauds, mais sachez que ça marche, ça marche toujours. Je vous conseille pas de torturer les femmes. Même si je crois qu'on est déjà timbré de préférer les connards à ceux qui seraient capables de nous décrocher le ciel. J'espère juste que vous trouverez un autre moyen pour gagner un aller simple vers leur cœur, ou un autre moyen pour chasser vos démons.

—  vagalame
Quand un nouveau débarque avec un avatar de connard notoire, un prénom dérivé d’une divinité maléfique quelconque et un nom de famille typique de la mafia

“Bonjour, j’ai trop hâte de vous faire découvrir mon perso Hades Capone, est-ce que Ed Harris est libre?”

“Pardon de vous dire ça les mecs.
Mais vous êtes co-responsables de ce qui arrive à Logan Alexandre Nisin et à ses copains.
Par vos appels au meurtre virtuels sur facebook, par vos grands discours sur la Reconquista, par vos commentaires de cyber-guerriers “Le jour ou sa va péter, jvai sortir mes flingues !!”, par votre acceptation du discours étatique anti-terroriste, par votre héroïsation de Breivik, agent du système (franc-maçon et sioniste notoire, anti-fasciste déclaré) qui a tué sur commande, par vos “La police avec nous” et autres “Je suis tonfa”.
Ce pauvre gamin est victime autant des manipulations policières (comme l'a été Merah et bien d'autres, que cela vous plaise ou non) que du bourrage de crâne des réseaux sociaux.
Victime aussi d'une absence totale de repère militant, qui ne laisse plus la place qu'à des actions fantasmées et totalement stupides (coup d'état, prise de pouvoir par les armes).
Victime, enfin, d'une justice à double (voire triple) vitesse qui laisse courir les assassins et embastille ceux qui bougent un petit doigt (fusse dans une mauvaise direction).
Je vous rappelle, en guise de conclusion, que vous avez applaudi les flics qui ont arrêté les “sales gauchistes” de Tarnac ou assassiné “le putain de crasseux” de la ZAD de Sivens.
Chacun son tour, comme on dit. “