not capitalisme

Le Gouvernement

la politique - politics

le parti - the political party

l’élection (f.) - the election

la démocratie - democracy

la république - the republic (democratic state w/o a monarch)

la monarchie - monarchy

l’anarchie - anarchy

la dictature - dictatorship

le fascisme - fascism

le communisme - communism

le socialisme - socialism

le capitalisme - capitalism

voter - to vote

le scrutin / le vote - the ballot

la législation - lawmaking / legislation

la loi - the law

la cour / le tribunal - the court (of law)

la constitution - the constitution

la gauche - left-wing

la droite - right-wing

la politique étrangère / extérieure - foreign policy

Le réalisateur Tancrède Ramonet a imaginé une ambitieuse fresque documentaire sur le mouvement anarchiste à travers le monde, diffusée mardi 11 avril sur Arte.

« Il existait bien des histoires mondiales du fascisme, du communisme, du féminisme. Mais rien sur l’anarchisme », s’étonne encore Tancrède Ramonet. Un manque qu’en 2010 le réalisateur et producteur – qui ne cache pas une sensibilité certaine à la cause libertaire – va s’évertuer à combler. Il s’attelle donc à un projet ambitieux : raconter ce courant de pensée aux multiples facettes qui, depuis le XIXe siècle, échoue et renaît de ses cendres au gré des péripéties de l’Histoire.
Il lui faudra cinq ans de lectures, d’interviews d’historiens, de plongée dans les archives, pour construire « une » histoire de l’anarchisme. Peut-on pour autant rassembler sous une même bannière les écrits de Proudhon (1840), la révolution mexicaine (1910), les braquages de la bande à Bonnot (1912), ou l’affaire Sacco et Vanzetti, du nom de ce scandale judiciaire qui agita les années 1920 et vit deux anarchistes italiens exécutés aux Etats-Unis ?

De Proudhon aux émeutes anti-G8
« C’était une vraie difficulté. L’anarchisme n’est pas un parti, avec une carte, une hiérarchie, un fonctionnement propre. Il se manifeste dans les actions. Tous les épisodes répondent à ce même élan : lutter contre toute forme de domination, explique le réalisateur. Je souhaitais montrer qu’au-delà de sa diversité, de ses contradictions et errements le mouvement garde une cohérence et revêt un caractère international. » Le projet initial, fresque documentaire en trois parties, visait à couvrir une large période : de 1840 – date de la publication de Qu’est-ce que la propriété ?, l’écrit fondateur de Proudhon – à 2001, où, selon Ramonet, les émeutes contre le G8 de Gênes ont marqué chez les jeunes générations la réémergence d’un mouvement anti-autoritaire.
Arte ne diffuse cette semaine que les deux premiers épisodes (1840-1945). Pour des raisons officiellement budgétaires, le troisième opus reste pour l’heure sur le banc de montage. Mais l’histoire foisonnante de l’anarchisme ne s’arrête pas brutalement à la Seconde Guerre mondiale. Dans ce dernier volet, plus contemporain, Tancrède Ramonet pensait raconter la façon dont le mouvement a ressurgi en Mai 68, puis dans la guérilla urbaine des années 1970-1980, incarnée en France par Action directe.
“Dès qu’il y a domination, sous quelque forme qu’elle soit, les gens se révoltent et s’y opposent.” Tancrède Ramonet

Que reste-t-il de ce mouvement composite ? Qui en sont les héritiers et les promoteurs ? Tancrède Ramonet a son idée : « Dans l’histoire récente, ceux qu’on a appelés les anarchistes de droite ont dénaturé le mouvement. Alors, depuis les années 1990, on voit émerger des groupuscules qui cherchent à se défaire de l’étiquette anarchiste et avancent masqués. » Et de citer le sous-commandant Marcos, leader cagoulé des zapatistes mexicains ; les mystérieux membres du Comité invisible, auteurs en 2007 de l’ouvrage L’Insurrection qui vient ; ou encore le collectif d’internautes hackers Anonymous. Il a aussi choisi d’ouvrir son film sur des images des black blocs, ces silhouettes tout de noir vêtues et masquées qui, hostiles aux institutions, cassent des vitrines de banque en fin de manifestation.
On pourrait penser la cause anarchiste réduite à ces mouvances violentes, insurrectionnelles, ultra minoritaires. Le réalisateur défend une autre lecture, qui voit un souffle libertaire imprégner tous les mouvements de contestation des années 2000 : « Il n’est pas question de dire que le mouvement des Indignés, Occupy Wall Street, le Printemps arabe ou Nuit debout sont des manifestations anarchistes. Mais les principes à l’œuvre sont ceux de l’anarchisme. Dès qu’il y a domination, sous quelque forme qu’elle soit, les gens se révoltent et s’y opposent. Et l’on est alors devant une critique du capitalisme et de la verticalité du pouvoir. »

Je vois des commentaires ultra agressifs du style “faut être cons pour se réjouir de la victoire de Macron blablabla”.
Guys. J'ai voté Poutou. Je suis pour la MORT du capitalisme. Mais je fête la défaite de Le Pen, et vous ne pouvez pas me retirer ça.

liberation.fr
Tourisme humanitaire: la vraie fausse pitié
Profiter de ses vacances pour aider les populations locales, l’idée est plutôt louable. Mais l’amateurisme et le cynisme de ce secteur en vogue inquiètent les ONG sérieuses.

{Anti-racisme}{Anti-capitalisme} Les vacances arrivent et les fausses bonnes idées peuvent aller avec. Vouloir faire du bénévolat c'est très chouette, mais attention à comment vous le faites (et ça rime youpi).

“«C’est Tintin au Congo», résume Rony Brauman, «inquiet» et «révolté» par les dégâts sanitaires causés sur place et «l’exploitation cynique des bonnes volontés». Le SVI regrette le silence de l’ordre des médecins en France. «Dire à un jeune Blanc que même s’il n’a que le bac, il aura toujours un niveau supérieur aux professeurs et médecins locaux, c’est du racisme positif. Il faut lui remettre les pieds sur terre, on ne l’attend pas pour sauver l’Afrique, même si c’est sympa, même si ça fait rêver», soupire Pierre de Hanscutter.

Projects Abroad est le leader du tourisme humanitaire. Un ensemble de structures appartenant à une holding domiciliée en Angleterre, Beech View Holdings Limited. La multinationale, arrivée sur le marché hexagonal voilà dix ans, n’a rien d’une ONG, si ce n’est le champ lexical. Six cents salariés, près de deux cents programmes, des dizaines de milliers de volontaires-clients dont les deux tiers ont moins de 30 ans. Son bénéfice net, en constante augmentation, s’élevait à 1,7 million de livres en 2012 (2 millions d’euros). Contacté par Libération, Projects Abroad n’a pas donné suite.“

L'idéologie néolibérale ne peut plus connaître d'alternative, elle est un point de non retour. L'idée du changement est devenue un crime contre le pragmatisme. Le système capitaliste s'est construit grâce à l'esclavage, au servage, à l'exploitation du travail par les propriétaires des moyens de production. L'esclavagisme moderne se met en place avec la mise des peuples sous la tutelle des “marchés”, c'est-à-dire des créanciers, des actionnaires, des riches de tous poils, de leurs experts et de leurs déficits. C'est la plus belle des récessions et des impostures qui est aujourd'hui imposée au nom de la réforme, du changement et du modernisme par une oligarchie mondialisée autour de la finance spéculative à l'échelle de la planète.
—  Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Les prédateurs au pouvoir
Death to Capitalism and Fascism!
¡Muerte al capitalismo y al fascismo!
Tod dem Kapitalismus und dem Faschismus!
Morte al capitalismo e al fascismo!
資本主義とファシズムに死を!!
Śmierć kapitalizmowi i faszyzmowi
Смерть капитализму и фашизму!
Död till kapitalismen och fascismen
Mort au capitalisme et au fascisme!
The struggle against fascism and white supremacy is an international one built on the working class!

salutmapoulecestmanu  asked:

J'aime bien les gens qui prônent le communisme et critiquent le capitalisme ici. Sur Tumblr. Sur leurs ordis/portables. C'est pas DU TOUT paradoxal.

Non, non, non, ce qui est paradoxal c’est d’être issue d’un milieu ouvrier et de voter Macron.

anonymous asked:

Est-ce que tu peux expliquer ton choix de voter pour Philippe Poutou s'il te plaît ? (vraie question)

C'est drôle, parce que j'y pensais tout à l'heure et c'est tout simple : je refuse catégoriquement le système capitaliste
Sans compromis. Je ne veux pas le renover, l'améliorer, je veux l'anéantir. Pas de soft capitalism, et je ne crois pas au capitalisme ecolo-friendly, gay-friendly etc ça reste du capitalisme. Et, selon moi évidemment, c'est un système qui va s'effondrer d'une façon ou d'une autre, que ce soit dans la violence ou la douceur. Parce qu'il est fondamentalement absurde, basé sur un élitisme économique si j'ose dire, et une accumulation illimitée des richesses, alors que l'écart ne fait que se creuser avec les plus pauvres.
En gros, c'est ça.

youtube

LE POUVOIR DES MOTS - La culture, conférence gesticulée Inculture(s), par Franck Lepage.

Pour faire écho à la vidéo du stagirite que j’ai partagé l’autre jour; une autre explication plus concrète de l’analyse issue du Nouvel Esprit du Capitalisme de Luc Boltanski et Eve Chiapello. Une vidéo qui date, mais qui a pris une résonance particulièrement cynique avec la campagne de Macron.

10

“Voyage de travers”

_est une série de photomontage ayant pour objectif la vente des produits présentés disponibles chez ESSAPMI à Lyon, comprenant une liste non exhaustive de vêtements, chaussures et d’accessoires de designer d’avant-garde pour la saison Printemps/Été 2017, mais surtout une idée d’arrangement vestimentaire.

Le concept est un lookbook de mode, vive critique contre le format carré, devenu symbole d’une hyper médiatisation de la personne par les réseaux d’Instagram, et la société de consommation dite “capitaliste” mis en exergue par les effets empruntés au glitch, qui est l’art d'esthétisation d'erreurs analogiques ou numériques, par corruption de codes ou de données ou manipulations d'appareils électroniques, et est interprété comme un blâme du capitalisme.

Le voyage exprimé par les paysages mis en décalage, est la volonté de sortir des idées reçues que la “mode” d’avant-garde ne cesse de promouvoir, et les couleurs rappelant les visions psychédéliques de certaines substances comme l’acide lysergique diéthylamide ou encore la psilocybine. Une tangente entre le rêve et la “réalité” qu’il est intéressant d’observer sous forme dichotomique: le voyage / la vue ; un endroit / un envers; la vie / l’avis; consomme / consume …

Ceci étant dit, ces images n’ont qu’un but commercial, donc toute cette mascarade artistique témoigne de notre temps libre.

_is a series of photomontages aimed at selling products presented at ESSAPMI in Lyon, including a non-exhaustive list of clothes, shoes and accessories from avant-garde designers for the Spring/Summer 2017 season, but above all an idea of ​​dress.

The concept is a fashion Lookbook, a sharp criticism of the square format, which has become a symbol of a hyper-mediatization of the person by Instagram’s networks and the so-called “capitalist” consumption society highlighted by the effects borrowed from the Glitch, which is the art of aestheticizing analog or digital errors, by corruption of codes or data or manipulation of electronic devices and is Interpreted as a blame of capitalism.

The journey expressed by the shaded landscapes is the desire to emerge from the preconceived notions that avant-garde “fashion” continues to promote, and colors recalling the psychedelic visions of certain substances such as lysergic acid diethylamide or Still psilocybin. A tangent between the dream and the “reality” that it is interesting to observe in a dichotomous form: le voyage / la vue; un endroit / un envers; la vie / l’avis; consomme / consume …

That being said, these images have only a commercial purpose, So all this artistic masquerade testifies to our free time.

Poligny : appel à une journée d’action contre Center Parcs – samedi 17 juin

Si la multinationale Pierre & Vacances ne s’est toujours pas prononcée définitivement sur l’implantation de son infrastructure, l’Etat, la Région, le Département coordonnent la mise en œuvre du projet de Center Parcs et lui déroulent le tapis rouge. Depuis des mois, tout se passe en coulisses et il est temps de réaffirmer notre opposition à ce projet destructeur.

Rappelons qu’il s’agit pour Pierre et Vacances de raser une partie des 100 hectares de forêt publique qu’il veut s’approprier pour y bétonner des parkings et y construire l’équivalent d’une ville de 2000 habitants composée de bungalows et bâtiments que le capitalisme industriel a pensé pour nous, que l’on soit salariés en vacances, travailleurs et travailleuses précaires à son service ou habitant-e-s des zones convoitées. Alors privatisée, cette forêt serait réduite à une bulle géante avec piscine chauffée à 29°C toute l’année et espèces végétales tropicales. Le tout financé avec l’argent public que les élus et les collectivités territoriales sont en l’occurrence prêts à accorder à cette multinationale dont les dividendes reposent sur l’exploitation des hommes, des femmes  et de la Nature : conditions de travail déplorables, temps partiel subi, horaires flexibles, salaires de misère, privatisation et destruction de la forêt … Bref, que ce soit d’un point de vue écologique, social ou démocratique, ce projet est une aberration complète, et il nous empêcherait tout simplement d’accéder et de déambuler dans la forêt jurassienne.

À Roybon en Isère où un projet de Center Parcs est actuellement stoppé par une ZAD et des recours en justice. Au Rousset en Saône-et-Loire, où la menace plane comme à Poligny dans le Jura, les rêves des bétonneurs sont nos cauchemars. Nous ne voulons, ni ici, ni ailleurs, la mise en concurrence des territoires et des êtres humains.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ne se résignent pas à confier aux promoteurs de la misère, aux managers de territoires et à leurs bulldozers le soin d’aménager et « gérer » nos forêts, notre travail, nos vies,à manifester le samedi 17 juin prochain à 10 h place des Déportés à Poligny.

Envisagée dans un esprit festif et populaire, la manifestation doit permettre à chacun et chacune d’exprimer son opposition à la Bulle Center Parcs, et pourquoi pas de façon poétique et imagée.

Le repas de midi sera tiré du sac.

L’après-midi se poursuivra au cœur de la forêt de Tartaroz par des activités et animations pour petits et grands (balades à pied, en âne, jeux, photos …) et des stands…

-> Deux tables rondes se tiendront entre 16h et 18h : Center Parcs: « Travaille, consomme, tais-toi et nage ! » // « La nature époustouflante selon Pierre et Vacances »

-> La journée se terminera par un repas à prix libre puis en musique avec plusieurs groupes dont « René Binamé«

N’hésitez pas à nous aider à diffuser cette information autour de vous ! Soyons nombreuses et nombreux pour faire face à la voracité de Pierre & Vacances !

Je crois que je comprends enfin tous ces posts qui me saoulent habituellement trop genre “why is nobody talking about thiiis” parce que c'est un peu ce que j'ai envie de faire maintenant ? Genre pourquoi est-ce que mon tumblr n'est pas rempli de gens parlant des élections françaises, sérieux !!!!

Sauf que bon, je sais bien que je suis plus des blogs anglophones et de fandom en plus, donc bon. Cela dit je suis vraiment contente d'avoir commencé à suivre plus de blogs politiques français ces dernières semaines, parce que ça fait vraiment du bien d'avoir quand même quelques réactions.

Merde quoi; merde. Je sais qu'on a un des résultats “les moins pires” ce soir mais y'a quand même des choses qui me brisent le coeur. Tous ces votes pour le pen. Tous ces votes pour Fillon. J'ai l'impression que les gens s'en foutent que ce soit des personnes qui te regardent droit dans les yeux en te disant “je sais que j'ai fait des trucs illégaux pour lesquels je refuse de passer devant la justice, je sais que tu sais, et je m'en bats les couilles”. J'veux dire, au delà des idées politiques, est-ce que tu veux pas faire autre chose que d'être pris si explicitement pour un con..??

Et puis je serais d'habitude la dernière à dire que je suis triste pour un politique. Mais là Hamon ce soir ça m'a dévastée. J'ai l'impression qu'il a juste été jeté à l'échafaud, et ses idées avec, parce qu'il était coincé avec le label du PS, et que Mélenchon a rameuté toutes une foule de gauche (sans critiquer ceux ayant voté pour Mélenchon hein).

La seule chose à espérer c'est que la droite et la gauche apprennent leur leçon maintenant… M'enfin.

Bref. Macron, alors. Le capitalisme est mort, vive le Capitalisme.