ne comprends pas

Je ne comprends pas que l'on puisse être autant attaché à un artiste ou personnalité au point d'en collectionner les images, autographes, de les citer à tout bout de champ ou encore d'être chamboulé en apprenant sa mort. Cette personne ne sait pas et n'a jamais su que vous existiez, vous ne la connaissiez même pas et vous vous rattachez à une image idéalisée d'elle : un amant inaccessible, qui serait l'être le plus parfait; un ami de toujours, avec qui vous auriez partagé les meilleurs moments; un modèle à suivre, mais dont vous ne gardez que les bons agissements.
Je ne sais pas ça me paraît insensé de dépendre autant des autres pour exister dans le moment présent, c'est petit et réducteur pour cette personne d'agir ainsi.
Le souci vient très sûrement de moi, j'ai peut-être du mal à ne vivre ma vie qu'après les pas d'autrui et me faire dicter ce que je dois être ou penser.

AU where your soulmate’s first words to you are written on your skin (bc every fandom should have one and this is my favourite fic trope ever)


Jack gets his words when he’s five years old. At first, he’s kind of confused.

“Maman,” he says, tugging at his mother’s shirt where she sits at the dining room table. He holds his arm up for her to see. “Je ne comprends pas!”

Alicia Zimmermann starts when she sees the words now permanently inked on her son’s forearm. They’re written in a loopy, pretty script down the middle of his arm, stark against his pale skin. She smiles when she reads the words – English, which he hasn’t yet learnt to read – and pulls him up into her lap. She holds his arm gently in her hands, and he pokes at the words suspiciously.

“Qu-est ce que c’est, Maman?”

“It’s your words,” she explains. “They’re the words that will tell you who your soulmate is.”

“Je-“

“Jack,” he looks away from his arm to meet her gaze, his confusion evident. Alicia pulls her jumper to expose her collarbone and the words written there. The handwriting is one Jack knows, recognizes pretty quickly as his father’s, but he’d never really considered the fact that the messy scrawl on his mother’s skin was actually written by his papa. “Everyone gets them at some point or other. Most people get them when their soulmate is born, but not always. Sometimes it’s a little later, or a little earlier, but the point is, there’s someone out there waiting for you.” She lets her jumper sit back in place and runs a gentle hand through her son’s messy black hair. “One day you’ll meet someone who says those words to you. You’ll know they’re your soulmate because it’ll be the first thing they say. Somewhere on their body will be the first words you’ll say to them.” Jack looks thoughtful.

“What do my words say, Maman?”

“Are you sure you can’t work it out?” Jack looks at his arm again, brow furrowed in concentration. His English reading ability is poorer than his French, and the handwriting is a bit too cursive for someone as young as him, but he’s always been determined. Alicia waits patiently as Jack mouths the words slowly, working them out in his head, trying to sound the letters into something he understands.

It’s five minutes before he smiles again, clearly pleased with himself. Whatever he’s worked out is evidently a sentence he understands from the way he bounces excitedly.

“Maman, I know what they’re saying!”

“You know what your soulmate is saying?”

“Oui. I know what they will say.” He takes a deep breath as he looks back down at his arm, running a small finger underneath the words as he reads them carefully out loud. His mother praises his reading, and after a few more minutes of questions about soulmarks the day returns to normal.

It’s only later, when he’s curled up in bed with his stuffed whale toy tucked against his body that he remembers the words again. He pulls back the sleeve of his pajamas to see the words still stark and clear on his skin, even in the low glow from his night light. He whispers them into the air wondrously. For all his excitement now, over the coming years his faith that the words will be spoken with good intention fade and fade as he learns more about the world.

By the time he’s fifteen he covers the words in a long arm sleeve specially designed to hide soulmarks. He only takes it off to shower, and never lets Kent see what’s beneath it. His mother tries to broach the topic once, suggests carefully that soulmarks are rarely ever said in the way one thinks, but his anger makes her sigh and leave it alone. She does encourage him to see a new therapist though, increasingly aware of his unimpeded anxiety over soulmarks and everything else. He feels guilty at his reaction to her concern so he reluctantly agrees to talk to someone about it. They’re better than the last one, and though they specialize in soulmate-related anxiety they quickly latch on to the fact that there are a lot more pressing things endangering Jack’s mental health. His visits are upped to thrice a week, and his prescription is swapped for something less intensive. It doesn’t rid him of anxiety, but it does help. He ends up making some changes to his life that help to lift some of the weight off his shoulders, and everything begins to feel more manageable.

When he’s drafted first pick to the Providence Falconers he’s in a tentatively good place. He’s happy about his team, pleased for Kent as he heads to Las Vegas with the Aces, and feels surprisingly positive despite the pressure the draft had put on him. The future looks brighter, clearer, and as he settles in during his first night in his new Providence apartment, he feels the urge to look at his words for the first time in years.

They still sting when he sees them, an old wound reopened, but he takes deep breaths. The writing is prettier than he remembers, and he almost chuckles at the thought that there’s someone out there with his god-awful handwriting on their body. He sobers up almost instantly, though, running a finger across the words like he did so many years ago. He knows what they mean: that his soulmate doesn’t want him, that he’s a disappointment, that he’s never going to have a relationship like his mother and father do with his soulmate. As he stares at the words he thinks that at least now he can probably deal with it. He’s got a great team and a promising future; a best friend; a much less strained relationship with his father. He knows, now, that he’s not a disappointment to his parents, even if he is to himself or his soulmate. He lives in a nice apartment in a nice area. He thinks he might get a dog.

Despite the hurt they cause, Jack finds himself pressing a soft kiss to the skin of his words, closing his eyes for a brief moment, desperately trying and failing to imagine a way someone could say these words and still want him.

Oh no, he recites in his head, those words that have been impossible to forget, it can’t be you.

Keep reading

J’ai eu mon stage mais en fait ce n’était pas difficile parce que quand je me suis assis il m’a dit “j’avoue qu’on a un peu de mal à trouver des étudiants lol”, il avait l’air limite désespéré, j’aurais pu être étudiant en funambulisme qu’il m’aurait quand même pris.

- C'était toujours la même chose. Elle venait chez moi après avoir bataillé pendant 2h pour que je vienne la chercher en voiture parce qu'elle voulait pas prendre le métro. Elle était super chiante, t'sais. Pas la fille chiante que tu connais, elle, c'était autre chose, une édition limitée presque. Alors elle m'attendait à ce foutu arrêt de bus pour que je passe la récupérer avec la voiture de mon père. Elle souriait jamais, elle foutait son sac sur la banquette arrière, s'asseyait et allumer sa clope. Comme si elle avait pas eu le temps de fumer en m'attendant, parce que ouais, j'étais le connard qui la faisait attendre un quart d'heure avant de me pointer. Assez longtemps pour la foutre en rogne mais pas assez pour qu'elle décide de se casser pour avoir trop attendu. Mais elle savait que j'aimais pas qu'elle fume dans ma bagnole, putain. Après, elle parlait pas. Moi je parlais de tout et de rien, je sais même pas si elle m'écoutait, si elle m'entendait, mais je parlais quand même pour combler le silence qui pesait. Après, on arrivait chez moi et elle descendait toujours avant que je finisse de garer ma voiture, juste pour me faire chier, encore. Parce que tu vois, elle était chiante, et ça m'énervait parce que c'était le genre de truc qui était censé me faire vriller, pourtant chez elle, aussi abusé que ce soit, je trouvais ça mignon. Je souriais comme un con et finissais de garer la voiture. Elle, elle piquait mes clés d'appart pour ouvrir la porte avant que j'arrive et elle m'attendait devant l'ascenseur. Quand je la rejoignais, elle me refilait les clés d'une façon nonchalante et se blottissait dans mes bras le temps qu'on arrive au cinquième. Elle attrapait ma main et on rentrait ensemble sans un mot. Elle déposait ses affaires au pied de ma bibliothèque pour ensuite ouvrir la fenêtre et allumer sa clope. Elle fumait trop, cette gosse. Ses doigts tremblaient tellement que t'avais l'impression qu'elle avait du mal à se raccrocher à la vie, que c'était un espèce de combat qui lui prenait toute son énergie. J'attendais toujours qu'elle finisse et qu'elle se couche sur le lit. Comme à son habitude, elle enlevait son soutif et son jean pour pouvoir trainer avec le débardeur qu'elle m'avait piqué y'a 3 mois. Elle plantait ses yeux bleus dans les miens, j'te jure, c'était à la fois le meilleur et le pire moment que je vivais avec elle. D'un côté, j'pouvais comprendre la tendresse qui émanait de son regard, percevoir cette partie d'elle qu'elle ne voulait jamais dévoiler, découvrir ses sentiments, ceux qu'elle cachera toujours. Je la voyais presque à nue, timide, coeur à vif et regard sincère. De l'autre, elle me faisait flipper comme un dingue, avec son foutu regard de merde. J'te jure mec, malgré tout ce que je pouvais lire en elle, elle semblait vide. Elle semblait tellement paumée et déchirée qu'elle était devenue complètement vide. T'avais l'impression qu'elle avait fermé son coeur et son esprit pour se barricader derrière un masque, afin que les gens la laissent tranquille. Moi, j'avais pas envie de la laisser tranquille. Alors je la serrais fort contre mon cou, et elle parlait. J'étais trop heureux qu'elle se confie à moi. Puis elle finissait par s'endormir contre mon torse et je réalisais que j'étais vraiment un connard et qu'elle me le faisait toujours payer. Je ne la connaissais pas. Elle passait 4h à blablater sur tout, me faisant croise que j'apprenais de plus en plus à la connaitre, me laissant penser que j'avais le droit de rentrer dans sa vie ; pour qu'ensuite je me rende compte qu'elle ne me disait rien vraiment. Rien de personnel, je connaissais rien. Et je crois pas que ce soit une autre de ses stratégie pour être chiante, c'était plutôt une façon de me faire comprendre que je n'arriverais jamais à me foutre de sa gueule parce qu'elle serait toujours plus maligne. Alors j'disais rien, je la laissais dormir et je caressais ses cheveux. Parfait, elle trouvait ma main et la serrait fort pendant son sommeil. Parfois elle bafouillait qu'elle était désolée. Je me réveillais toujours après elle puis qu'elle avait déjà foutu le camp à chaque fois que j'ouvrais les yeux. Il y a eu des matins où j'avais droit à un petit mot pour me prévenir qu'elle avait pris un de mes pulls. D'autre où j'ai du me contenter du souvenir de son odeur et de son sourire. Quel merdier, putain. Avec elle, j'étais en perpétuelle incertitude. Je ne savais jamais à quelle heure elle avait filé, ni où elle s'était barrée et encore moins quand est-ce que j'allais la revoir, ou même si j'allais la revoir un jour. Elle était bancale, mais surtout, elle était complètement perdue cette fille. Tellement perdue que j'avais pas la capacité de l'aider.
- Et ensuite ?
- Ensuite ? Elle disparaissait, toujours plusieurs jours, jamais plusieurs heures. J'avais plus de nouvelle, rien, c'était pas comme si elle était morte, c'était plutôt comme si elle n'avait jamais existé. Je pouvais l'appeler, j'tombais sur sa foutue messagerie. C'était même pas la peine de la chercher sur les réseaux sociaux où de me pointer devant sa porte, elle était complètement disparue. Je lui disais jamais qu'elle me manquait. Au bout de quelques jours, j'envisageais toujours le fait qu'elle ne reviendrait sûrement pas, que fallait p’t'être que je me résigne à l'oublier. Sauf que cette fille, elle était compliquée t'sais. Elle s'accrochait à moi comme une noyée qui s'accroche à une branche et prenait le large sans raison trois heures plus tard. J'ai jamais compris pourquoi, personne peut la comprendre. Elle était là, et puis… plus là. Fallait que je vive avec, enfin, plutôt sans du coup. Mais tu m'connais, j'suis un connard alors je la cherchais même plus. Elle finissait toujours par réapparaitre. Toujours. J'sais pas comment elle se démerdait, mais elle était là. Ce foutu club, cette foutue musique, ces foutus mecs qui posaient leur regard de pervers sur son mini-short. Et elle, avec sa vieille paire de baskets qu'elle pouvait enfiler même avec la robe la plus classe qui existait dans son armoire. Elle était plantée là au milieu de la piste, au milieu des gens, au milieu du monde, ivre et défoncée à je sais pas quoi, son verre à la main. C'était drôle, elle prenait toujours une paille. Elle dansait comme une dingue, comme s'il n'existait qu'elle et la musique. Elle ressemblait à une gosse dépravée complètement shootée, perdue au milieu d'une foule, ne sachant pas quoi faire de sa vie. Et puis elle levait les yeux, et d'un coup de main rapide, elle remettait vite fait ses cheveux avant de finir son verre cul sec. Elle repartait toujours en chercher un autre. Elle savait que j'étais là, comme moi, à certains moments, je savais que j'allais la croiser. Après ça, elle balayait la foule du regard pour croiser le mien et levait son verre en ma direction. Elle semblait toujours étonnée, jamais embarrassée. J'restais à chaque fois planté comme un con en haut des escaliers à la regarder se trémousser comme une gamine devant tout ces mecs qui la mataient. Ça me rendait fou. Venait toujours le moment où j'allais fumer ma clope et où je la voyais en train de rouler ses joints ou de se remplir le nez de connerie, son verre de vodka posé pas loin. Sauf que, putain, là, c'était la fin de son monde. Parce qu'elle a cramé que j'étais pas tout seul. T'sais, moi, j'attends jamais bien longtemps avant de perdre espoir de la revoir, alors j'faisais ma vie, et quand je sortais j'trouvais toujours une fille tu vois. Comme d'hab. Généralement, ce qu'elle faisait, c'était qu'elle regardait la meuf qui tenait ma main et baissait les yeux sans avoir pris la peine de me regarder, moi. Quelle merde. J'finissais toujours par laisser tomber cette fille et je fumais clope sur clope. Elle me rendait dingue, je jouais au connard et elle s'en foutait. Elle me le faisait payer avec succès, putain. Moi, je la surveillais de loin avec cette envie de gerber dès qu'un mec s'approchait trop d'elle où souriait quand elle sortait son briquet de son soutif. J'me bousillais la soirée pour sa gueule, et tout ça pour quoi ? Pour la voir partir, et sous mon nez en plus! T'y crois ? Quelle chiante. Le lendemain, elle rappelait, elle disait juste salut c'est moi faut qu'on se voit. Elle m'imposait une heure, et on bataillait plusieurs minutes parce qu'elle voulait que je vienne la chercher avec la voiture de mon daron. Et ça repartait, encore, même scénario, encore et toujours. 
- T'es amoureux ?
- Ferme là. Elle est partie. Genre, vraiment, elle reviendra plus. Un matin, je me suis réveillé et je m'attendais à trouver la place à côté de moi vide. Sauf que je l'ai vue, elle était toujours là. Elle me fixait avec son regard de mioche, elle a chialé comme une mioche, baissé les yeux comme une mioche et elle a parlé d'une voix tremblante pour me dire j'suis désolée, n'essaye pas comprendre quelqu'un qui ne se comprend pas soi-même. Je lui ai demandé de quoi elle parlait t'sais, elle a répondu c'est moi, c'est ma vie, ma douleur, je suis perdue, je dois me trouver. Alors elle a planqué sa tête sous l'oreiller et ses mains ont attrapé la couette. Elle a chialé encore. Je l'ai serré fort contre moi, j'avais même pas idée que c'était la dernière fois que ça arrivait. Si j'avais su. Elle s'est rhabillée, elle a fermé la porte derrière elle et je l'ai plus jamais revue. J'avais pas fait gaffe, mais mes pulls étaient posés au bout du lit, son odeur régnait encore en maitre dans tout l'appart pourtant elle s'était cassé pour jamais revenir. J'aurais voulu ne jamais la rencontrer autant que j'aurais voulu pouvoir la sauver de ses maux, de sa vie de merde et de ses foutus problèmes. J'aurais préféré qu'elle ne revienne jamais bien qu'elle m'ait manquée à chaque fois qu'elle sortait de ma vie. J'aurais aimé vivre sans elle autant que j'aurais voulu passer le reste de mes jours à la regarder dormir.
—  jemetais

Au fait, les gens qui encensent l'Angleterre, regardez des films de Ken Loach et vous n'aurez qu'une envie : aller changer ce pays où le mot “social” n'existe pas.

Reste encore un peu

Je ne peux pas dire que je suis prête à te laisser partir. Malgré le mal que tu m'as fait, malgré la déception que j'ai ressenti. Nous deux. La simplicité ça nous a jamais collé. Les prises de tête, on en a souper. À se rendre malade. Trop souvent.

Je sais bien que nos cicatrices font de nous ce que nous sommes, mais je n'ai pas envie d'oublier le cimetière d'erreurs, de blessures, et de trahisons sur lequel on essaie de bâtir une relation qui est déjà en ruine. J'ai dû quitter c'est amour déchirant, étouffant, perturbant. À double tranchant. Comment peut-on survivre d'un amour qui nous est malsain, mais qui nous manque quand on y met fin. Aide-moi à comprendre. Reste encore un peu. En silence.

C'est la relation que j'ai quitté, pas toi. Tu ne comprends pas qu'avec toi je suis devenue un guerrier, à force d'être brisée. Mais je n'en peux plus de prendre les armes et de toujours devoir partir au combat contre toi, contre nous. J'ai envie de me montrer sans armure, de pouvoir la mettre au placard, enfin. D'être avec quelqu'un qui me fera sentir comme on se sent en rentrant à la maison après un long voyage. Un coeur en paix, l'âme paisible. Loin des chimères, de tes excès et de tes colères.

Je pars en voyage, je te laisse mon armure.

I’M CONFUSED in French

Saying that you are confused in French (from an anglophone’s perspective) is surprisingly difficult. So here is a little list so we can stop being confused about how to say that we’re confused.

Je ne sais plus où j’en suis - I’m confused - in the sense that you don’t know where you are in something (figurative)

Je suis perdu(e) - I’m confused (lost) 

J’ai du mal à suivre - I’m confused - I’m having trouble following

Ça m’embrouille - I’m confused - lit. this confuses me

Je n’y comprends rien (or: j’y comprends rien - to be more colloquial) - I’m confused - I don’t get it

Je ne comprends pas - I don’t understand/I’m confused

J’te suis pas - I’m confused (I don’t follow you)

If any French speakers have any suggestions or questions PLEASE send me a message so that I can either improve or correct my post:)

- Lucy

“Ce que tu ne comprends pas, c’est que je t’en veux pas d’être heureux avec elle. Je t’en veux parce que tu m’as dis de ne pas m’en méfier, que c’était juste une amie et qu’il n’y aurait jamais rien avec elle. Je t’en veux parce que tu m’as menti. Je t’en veux parce que tu m’as fais croire que j’étais la plus importante à tes yeux, alors qu’aujourd’hui c’est elle à ma place.”

“Parfois la vie nous tape dessus, nous écrase, nous épuise, nous pousse à bout!
Elle cherche juste à faire briser une carapace si solide qu'il faut taper fort et encore et encore….

On lutte , on ne comprend pas, on souffre, on s'abîme,
on abîme….

Et puis il y a cet instant de vide total, de résonance, de pleine conscience…..

Cette armure s'effrite, oui les larmes viennent, cette armure s'écroule. Elle tombe en lambeaux ça fait mal et ça libère, ça sert et ça ouvre!!

C'est peut être cette carapace que l'on avait bâtit avec tant d ardeur, de colère, de manque d'amour, d'injustice enfant pour survivre à un monde qui ne nous donnait pas d'espoir, Ni de rêve assez grand pour se laisser pousser tel une fleur, tel un arbre….

La carapace est à terre. Le souffle revient. Le cœur bat. La vie est là, différente,
dans le seul but de se créer afin de soutenir les autres dans leur propre création….

Laissez tomber les carapaces une à une avec le temps, arrêtez de lutter, prenez ce temps de conscience, pardonnez, remerciez, et osez vous abandonner à votre Vie lumineuse.”

- Claire Aguirré

Je ne comprends pas pourquoi les humains sont si malheureux. Vous avez les étoiles, le vent, les fleurs, la poésie, toutes ces sensations. Mais vous continuez à rivaliser les uns avec les autres sur qui est le plus misérable. Vous dites : “Ne soit pas triste, je suis plus triste que toi.” et c'est aussi ridicule que de dire à quelqu'un qu'il n'a pas le droit d'être heureux parce qu'il existe quelqu'un de plus heureux que lui.
—  Kuu, extrait de ce recueil qui n’en finit pas.
et puis, je ne sais pas, imaginons que tu pourrais, enfin, peut-être, rien ne t'y oblige, on pourrait essayer, mais si tu ne veux pas, je comprends, c'est ton choix après tout, mais comment dire, .. tu voudrais pas m'aimer ? juste un peu, pour voir ce que ça fait. Je pourrais être ton univers, et tu serais le mien, et on ferait comme si c'était le coup de foudre, .. juste .. pour essayer.