naturalisme

3

CLOSE-UP
Dromaeosaurus | Aquarelle, crayons de couleur | Éditions Milan
Accouplement de grenouilles | Aquarelle, crayons de couleur, gouache | Éditions Milan
Hérisson & Lézard | Aquarelle, crayons de couleur, gouache | Éditions Milan

© Florence Dellerie  

2

Literature Meme: (1/2) Movements
↳ Naturalism / Naturalisme

Naturalism was a literary movement taking place from the 1880s to 1940s that used detailed realism to suggest that social conditions, heredity, and environment had inescapable force in shaping human character. It was depicted as a literary movement that seeks to replicate a believable everyday reality, as opposed to such movements as Romanticism or Surrealism, in which subjects may receive highly symbolic, idealistic, or even supernatural treatment.

Naturalism is the outgrowth of literary realism, a prominent literary movement in mid-19th-century France and elsewhere. Naturalistic writers were influenced by Charles Darwin’s theory of evolution. They believed that one’s heredity and social environment largely determine one’s character. Whereas realism seeks only to describe subjects as they really are, naturalism also attempts to determine “scientifically” the underlying forces (e.g., the environment or heredity) influencing the actions of its subjects.

Naturalistic works often include uncouth or sordid subject matter; for example, Émile Zola’s works had a frankness about sexuality along with a pervasive pessimism. Naturalistic works exposed the dark harshness of life, including poverty, racism, violence, prejudice, disease, corruption, prostitution, and filth. As a result, naturalistic writers were frequently criticized for focusing too much on human vice and misery. (x)

Avant chez les cromagnons les femmes se faisait violer et c'était naturelle meme pour elle, c'est la nature des hommes faut pas le nier, les femmes veulent changer les hommes mais y'aura toujours cette part d'animal en nous car nous sommes des humains avec des couilles et de la testo.
Attention je légitime pas le viol évidemment mais vous m'avez compris.
—  un nice jeune qui ne veut pas légitimer le viol.
Maupassant – Mademoiselle Fifi

Le capitaine voulant sans doute rendre à l'orgie un air galant, leva encore une fois son verre, et prononça : « A nos victoires sur les cœurs ! »
Alors le lieutenant Otto, espèce d'ours de la forêt Noire, se dressa, enflammé, saturé de boissons. Et envahi brusquement de patriotisme alcoolique, il cria : « A nos victoires sur la France ! »
Toutes grises qu'elles étaient, les femmes se turent; et Rachel, frissonnante, se retourna : « Tu sais, j'en connais des Français, devant qui tu ne dirais pas ça. »

Guy de Maupassant, Mlle FiFi. Nouveaux contes. Paris: Victor Havard Éditeur 1883, p.25.


Source: Bibliothèque nationale de France

Malot – Thérèse

L'arrestation arbitraire et la mise au secret du colonel n'étaient pas des faits isolés et exceptionnels ; bien d'autres avaient été arrêtés sans raison ; bien d'autres avaient été maintenus au secret, sans même avoir été jamais interrogés. Une opposition très vive, une réprobation énergiques s'étaient formées contre ce système.
Quand Sorieul chercha des adhérents pour appuyer sa protestation, il on trouva plusieurs qui lui demandèrent eux-mêmes d'appuyer les leurs. Cette affaire des arrestations et de la mise au secret occupa plusieurs séances de la Commune; des membres demandèrent à entrer dans les prisons, « même en forçant les portes ; » d'autres protestèrent contre le secret, « comme un reste de barbarie auquel il fallait mettre un terme »; et, bien que ces attaques contre ce système eussent été combattues par cette raison qu'on pouvait se laisser attendrir par les paroles du détenu, par des questions de famille ou d'humanité », on décida que les membres de la Commune auraient le droit de visiter tous des détenus.

Hector Malot, Thérèse, Paris: Librairie Marpon et Flammarion 1895 [Première Édition Paris Dentu 1875], p.232/233.


Source: Bibliothèque nationale de France

2

C'est vraiment intéressant de regarder les caricatures de Zola !

Dans la première on voit une exaggération du naturalisme et l'acte d'observer l'homme de près (littéralement).

Dans la deuxième, on se moque de l'admiration de Zola envers Balzac… Pas de surprise là ; les similarités entre L'Œuvre et “Le Chef-d'œuvre inconnu” montrent bien l'influence balzacienne !